Internet très haut débit Mobile : Monaco Telecom lance un pilote 4G LTE avec Ericsson

Par Benoît Chamontin, le mardi 12 avril 2011, classé dans 4G LTE,Opérateurs,Réseaux mobiles

Avec ce lancement du pilote LTE en partenariat avec Ericsson, Monaco Telecom permettra à Monaco Telecom souhaite maitriser et valider ses choix technologiques. La Principauté de Monaco se positionne comme l’un des premiers pays d’Europe à expérimenter la 4G LTE.

Avec ce lancement du pilote LTE en partenariat avec Ericsson, Monaco Telecom souhaite maitriser et valider ses choix technologiques. La Principauté de Monaco se positionne comme l’un des premiers pays d’Europe à expérimenter la 4G LTE.

Monaco Telecom lance en Principauté un pilote de la 4ème génération de téléphonie mobile (appelée 4G LTE, Long Term Evolution). Dans ce cadre, l’opérateur monégasque a sélectionné l’équipementier Ericsson pour fournir les infrastructures nécessaires à la modernisation de son réseau mobile.

Cette phase de test, positionnant ainsi la Principauté comme l’un des premiers pays d’Europe à expérimenter cette nouvelle technologie de communication mobile, permettra à Monaco Telecom de maitriser et valider ses choix technologiques.

Le pilote 4G en Principauté

La 4ème génération de téléphonie mobile offrira des débits très importants permettant de faire face à l’augmentation exponentielle des usages internet des smartphones et PC portables. Avec l’ouverture de son réseau pilote, Monaco Telecom prépare dès aujourd’hui un lancement commercial qui interviendra d’ici à 2013, conformément aux lancements des autres opérateurs européens. Cable & Wireless, actionnaire majoritaire de l’opérateur auprès de la Principauté, a choisi Monaco comme plateforme de compétence mondiale et premier projet 4G pour le Groupe.

Les premiers sites radios LTE ainsi que le cœur de réseau ont déjà été installés par l’opérateur monégasque sur le territoire de la Principauté.

Pour le déploiement de son réseau pilote 4G LTE, Monaco Telecom a sélectionné Ericsson, pionnier et leader de cette nouvelle technologie.

« C’est un accord important pour Ericsson. Nous avons signé 18 contrats de déploiement commercial dans le monde. A travers ce partenariat avec Monaco Telecom, nous avons l’opportunité de démontrer notre leadership technologique et nos compétences en matière de services télécoms et d’accompagner et soutenir avec succès le lancement du réseau 4G LTE de la Principauté »

Franck BOUETARD, Président Directeur Général d’Ericsson France.

Lire la suite…

Une infographie sur les usages mobiles aux USA, au Japon et en Europe

Par Olivier Cimelière, le mercredi 15 décembre 2010, classé dans Haut Débit,Multimédia,Réseaux mobiles
Les mobinautes japonais loin devant en termes d'usages Web sur leur mobile

Les mobinautes japonais loin devant en termes d'usages Web sur leur mobile

 En termes d’usages mobiles, les Japonais sont les abonnés les plus connectés comparés à leurs homologues européens et américains. C’est le constat qui ressort d’une étude de comScore data et retranscrite sous forme d’infographie par Metagrafic.

Dans cette étude, le mot « connexion » s’entend dans l’acception suivante : la proportion de mobinautes qui se connectent pour surfer sur Internet, accéder à des applications et télécharger des contenus via leur téléphone portable. Il apparaît ainsi que 75% des utilisateurs de téléphone mobile recourent à ce type d’activités au Japon, bien loin devant les Américains et les Européens qui se situent respectivement à 44% et 39%.

En revanche, ce sont les Américains qui l’emportent haut la main en termes d’usage des médias sociaux via la téléphonie mobile. 1 abonné mobile américain sur 5 accède et blogue sur les réseaux sociaux en situation de mobilité. Facebook, qui compte plus de 200 millions d’utilisateurs mobiles, est le réseau social le plus visité aux USA. Assez étonnemment, MySpace demeure toujours à la 2ème place aux Etats-Unis. Autre point : Twitter est largement usité dans les 3 zones de l’étude. Pour plus de détails, regardez l’infographie ci-dessous.

(traduction de l’article en anglais de l’agence Penn Olson paru le 14 décembre 2010)

photo-blog-mobile-usage-infographie

Internet des objets : A l’aube d’une ère nouvelle ?

Par Olivier Cimelière, le lundi 13 décembre 2010, classé dans Industries non télécoms,Multimédia,Opinion,Vision 2020
Internet des objets : fantasme techno ou réalité émergente

Internet des objets : fantasme techno ou réalité émergente

 Alors que nous faisons route vers un futur Internet des objets où ces derniers et leur environnement seront interconnectés, nous finirons peut-être par vivre un rêve de technologiste – chaque élément de notre vie faisant partie d’un réseau. Mais quel pourra être, en la matière, l’expérience des gens et leur interaction avec ce réseau ? Les utilisateurs y verront-ils une nouvelle étape logique dans l’évolution du Web, ou estimeront-ils être en présence de quelque chose de radicalement différent par rapport à ce qu’ils avaient connu précédemment ?

L’Internet des objets a besoin de moyens innovants pour assurer l’interface avec les utilisateurs, et démontrer clairement que sa puissance ne réside pas dans ses connexions individuelles mais dans la globalité de ses interconnexions. Faute de quoi, il sera très difficile de créer la plate-forme de marché de masse que ce secteur appelle de ses vœux.

Le sujet n’est en tout cas pas de la science-fiction car l’Internet des objets est déjà là. Au cours du seul 2e trimestre 2010 aux Etats-Unis, deux fois plus de systèmes connectés que d’Américains ont été mis en œuvre par les opérateurs. Différents types de gadgets se transforment peu à peu en dispositifs hybrides, qui sont des services autant que des objets physiques. Les Pads et autres Pods – dans leurs différents aspects et avatars –, devraient eux aussi logiquement devenir les portails d’accès à un écosystème intégré de services et d’applications. Et la tendance va vers l’élargissement à des systèmes tels que les récepteurs de télévision, les chaînes Hi-Fi, et même les voitures.

Mais ne nous trompons pas. Les tenants de la technologie sont, par essence, optimistes. Il n’est que de constater la croyance bien ancrée selon laquelle, dans la mesure où ces secteurs démontrent aux clients la sophistication et l’innovation technologiques et fonctionnelles de leurs produits, la valeur de leurs applications coule de source.

Lorsqu’une technologie innovante voit le jour, la grande question consiste essentiellement à créer suffisamment de battage médiatique et de veiller à la qualité de la présentation du produit. Ce qui est supposé entraîner une demande massive. Les secteurs industriels concernés sont donc parfois plus que perplexes face à l’absence de désir des consommateurs en présence d’une technologie apparemment « parfaite », même quand tout a été fait « correctement ». Les perspectives et les enseignements que l’on peut tirer de l’histoire des fiascos technologiques se révèlent très instructifs, et souvent très amusants, mais l’une des raisons principales de l’échec d’un produit est l’incapacité du secteur industriel concerné à se mettre véritablement à la place de l’utilisateur final, et la clé de cette nécessaire compréhension s’appelle l’empathie.

Pour lire la suite du dossier, veuillez cliquer sur le lien de l’article complet en format PDF (en anglais). A lire également, la série d’articles sur l’Internet des objets sur le site Internet Actu.

Technology for Good (21) : L’Internet haut débit change la vie des Chinois

Comme 70 % des jeunes chinois de son âge, Yu Xia est accro aux jeux vidéo sur Internet haut débit

Comme 70 % des jeunes chinois de son âge, Yu Xia est accro aux jeux vidéo sur Internet haut débit

 Wang Yu Xia est la preuve vivante du pouvoir de transformation de l’Internet haut débit sur le quotidien des gens en leur offrant un accès au monde connecté. Avant de quitter sa province de Gansu en 2004 pour venir s’installer dans la capitale chinoise Beijing, elle ne savait absolument rien d’Internet. Aujourd’hui, elle est devenue accro aux jeux en ligne et s’est créée, grâce au net, tout un réseau d’amis off line. Sa vie en a été littéralement transformée. Entrez dans son récit !

Alors que sa semaine de travail se termine, Wang Yu Xia, jeune femme de 26 ans, a rendez-vous pour dîner avec des amis rencontrés sur le net et avec lesquels elle reste en contact grâce à QQ, système de messagerie instantanée très populaire en Chine qui permet aux utilisateurs de créer des groupes de discussion et de développer des réseaux sociaux. QQ dénombre plus de 100 millions de comptes. L’outil est disponible en chinois traditionnel, chinois simplifié et en version internationale.

Lorsqu’elle habitait dans la province de Gansu, la plus pauvre de Chine, Wang Yu Xia n’avait pas plus entendu parler de QQ que de communauté en ligne. Lorsqu’elle est arrivée dans la capitale, elle a eu l’impression, comme beaucoup d’autres migrants Chinois, de débarquer dans un monde totalement étranger.


Lire la suite…

TV connectée : l’ultime expérience pour le téléspectateur

La TV connectée est encore loin d'avoir dévoilé tout son potentiel auprès des utilisateurs

La TV connectée est encore loin d'avoir dévoilé tout son potentiel auprès des utilisateurs

 La télévision connectée est devenue un sujet technologique à l’actualité grandissante, notamment depuis l’annonce du lancement de Google TV en 2010. La dernière édition du salon électronique grand public IFA à Berlin en septembre dernier a confirmé cette tendance. Dans les années à venir, nous ne regarderons et ne consommerons plus la télévision de la même manière.

Shirlene Chandrapal, directrice TV connectée pour Yahoo! Europe, a confié son analyse d’un marché dont l’évolution ne fait que commencer et ce que les utilisateurs vont en retirer. En 2009, Yahoo! Connected TV avait déjà lancé un widget pour permettre à l’internaute de surfer depuis le canapé de son salon sur son écran  de télévision. Pour le célèbre portail Web, la TV connecté est sans nul doute l’un des services numériques majeurs de demain. Regardez la vidéo (en anglais) :

Lire la suite…

AdMarket d’Ericsson donne un nouvel élan à la publicité mobile

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

 Ericsson lance AdMarket, une solution de publicité pour téléphonie mobile qui permet de couvrir l’ensemble de la chaîne des opérations entre l’annonceur, l’opérateur et l’abonné. Avec AdMarket, les annonceurs et les opérateurs peuvent utiliser un ciblage intelligent pour offrir aux abonnés une expérience encore plus riche et adaptée tout en monétisant mieux l’espace publicitaire et les ressources de données. Les abonnés eux, reçoivent uniquement la publicité qui les intéresse.

Avec l’engouement dont jouissent actuellement les terminaux mobiles intelligents (les fameux smartphones), la publicité pour la téléphonie mobile devient un secteur d’activité majeur. Pour concrétiser cette tendance de la manière la plus positive possible auprès des consommateurs, il est important non seulement de cibler les consommateurs avec des publicités adaptées, mais aussi de leur permettre de contrôler le type, la fréquence et le modalités des publicités qu’ils reçoivent.

Dans ce domaine, la publicité s’est souvent avérée frustrante pour toutes les personnes concernées, des publicitaires et des agences médias jusqu’aux éditeurs, aux opérateurs et aux abonnés. Avec le lancement d’AdMarket, Ericsson vise à donner un nouvel élan à la publicité mobile et établir ainsi un véritable écosystème publicitaire au service de la téléphonie mobile. Lire la suite…

Patricia Mokhtarian : « La technologie n’empêchera pas les gens de vouloir se serrer la main »

Par Olivier Cimelière, le mercredi 22 septembre 2010, classé dans Développement Durable,Multimédia,Opinion,Vision 2020
Patricia Mokhtarian : "La technologie ne réduira pas forcément tous les voyages"

Patricia Mokhtarian : "La technologie ne réduira pas forcément tous les voyages"

 On peut effectivement penser que beaucoup de nos déplacements, notamment les voyages d’affaires, seront de plus en plus remplacés par des communications via les téléphones mobiles, les visioconférences et les transactions électroniques. Professeur en ingéniérie civile et environnementale à l’Université de Californie, Patricia Mokhtarian estime qu’au contraire, la technologie nous fera encore plus voyager. Elle prédit même que la planète comptera encore plus de voitures en 2020 qu’aujourd’hui.

Elle explique notamment son approche iconoclaste par le fait qu’Internet ouvre par exemple des horizons insoupçonnés pour chacun d’entre nous. Accéder aux contenus que contient la Toile déclenche une véritable envie d’aller explorer ensuite de visu ce que l’on a vu et lu sur son écran. La technologie réduira des voyages d’un côté mais n’empêchera pas les gens d’aller vouloir serrer la main de l’autre en vrai !

Pour tout savoir sur la biographie universitaire de Patricia Mokhtarian, visiter le site suivant (en anglais) : www.its.ucdavis.edu/telecom/mokh.html . Regardez sa vidéo : Lire la suite…

Jeffrey Cole : « Une nouvelle ère pour la publicité »

Par Benoît Chamontin, le vendredi 3 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie,Vision 2020
JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

 Jeffrey Cole est directeur de l’ « Annenberg School Center for the Digital Future » au sein de l’Université de Californie du Sud. A ce titre, il est l’un des observateurs mondiaux les plus avisés sur les questions relatives à Internet. Pour lui, il n’existe aucun doute que la majorité des contenus numériques sera mise à disposition gratuitement. Alors qui paiera ? Sa réponse est sans ambages : la publicité. Le débat reste ouvert !

Durant ces 25 dernières années, Jeffrey Cole a été à la pointe des évolutions dans le domaine des technologies de communication et des médias tant aux Etats-Unis qu’a niveau international. Depuis juillet 2004, il a rejoint l’ « Annenberg School for Communication & Journalism » avec une double casquette : directeur du « Center for the Digital Future » récemment créé et enseignant-chercheur. Sous sa houlette, le centre étudie et propose des pistes de réflexion afin de combiner évolution des technologies de communication et bénéfices réels pour les populations.

Dans la vidéo réalisée dans le cadre du programme d’Ericsson intitulé « 2020 – Shaping Ideas« , Jeffrey Cole revient sur les impacts et les enjeux d’Internet en matière de création et de diffusion des contenus numériques (en anglais) :

Connectivité & haut débit 24h/24 : une nécessité selon une enquête d’Ericsson Consumer Labs

80 % d’utilisateurs souhaitant pouvoir se connecter n’importe où, n’importe quand selon une étude d'Ericsson Consumer Lab

80 % d’utilisateurs souhaitant pouvoir se connecter n’importe où, n’importe quand selon une étude d'Ericsson Consumer Lab

 Une enquête récente du Consumer Labs d’Ericsson montre que la connectivité est devenue une nécessité dans notre vie privée et professionnelle et que nous faisons un usage plus personnel de l’ordinateur portable et des connexions mobiles haut débit. Détails des points clés de l’étude d’Ericsson.

Il y a seulement huit ans, 35 % des Américains, des Suédois et des Britanniques utilisaient Internet tous les jours. Aujourd’hui, ils sont 80 %. La carrière et la vie privée se construisent désormais autour du haut débit. Telle est la conclusion générale de la dernière étude du Consumer Labs d’Ericsson.

Cecilia Borglund, analyste du marché pour la Business Unit Réseaux d’Ericsson, s’est penchée sur les principaux constats du rapport et observe : « Avant il fallait décider à quel moment se connecter. Maintenant il faut décider quand se déconnecter. Plus on utilise le haut débit, plus on a envie de l’utiliser partout ».

D’après les résultats, il semble qu’il y ait deux types d’utilisateurs : ceux qui utilisent uniquement le haut débit mobile et ceux qui utilisent les deux formes de haut débit : fixe et mobile. « Ces utilisateurs mixtes ont acquis une certaine expérience et veulent pouvoir faire n’importe où ce qu’ils font chez eux, explique Cecilia Borglund. Cela confirme notre théorie selon laquelle plus on utilise le haut débit, plus on veut pouvoir l’utiliser partout. Quand l’utilisation du haut débit devient de plus en plus mobile, la nécessité d’une couverture universelle devient une évidence. » Lire la suite…

Vint Cerf : « La connectivité sera totalement notre quotidien »

Par Olivier Cimelière, le jeudi 17 juin 2010, classé dans Haut Débit,IP,Opinion,Vision 2020
Vint Cerf est l'un des pères de l'Internet apparu en 1973

Vint Cerf est l'un des pères de l'Internet apparu en 1973

 Il y a presque 40 ans, Vint Cerf a été l’un des architectes d’Internet. En 1973 précisément ! Aujourd’hui, ses cartes de visite mentionnent le titre de « Chief Internet Evangelist  » chez Google. Lorsqu’il regarde dans le futur, il voit des ordinateurs et des appareils électroniques devenir de plus en plus intelligents. Le téléphone mobile sera lui bien plus qu’un outil : un authentique compagnon au quotidien.

Pour Vint Cerf, il n’y a aucun doute. La connectivité des objets sera totale en 2020. Il imagine même une personne conversant dans une langue avec son appareil et son interlocuteur le comprenant immédiatement dans une autre langue. Ou encore la prise de photo d’un monument et l’interrogation instantanée via le réseau pour en savoir plus sur l’historique, les caractéristiques, etc.

Pour en savoir plus sur la biographie et les nombreuses activités de Vint Cerf, vous pouvez consulter sa fiche sur Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Vint_Cerf .

Vous pouvez également lire un article intéressant paru en février 2009 sur le site ReadWriteWeb France où Vint Cerf évoque les conséquences possibles de la raréfaction des adresses IP actuelles.