L’histoire du haut débit mobile : l’éclatement de la bulle

Par Benoît Chamontin, le vendredi 13 avril 2012, classé dans Haut Débit,HSPA,Opérateurs

Histoire du haut debit mobile – Eclatement de la bulle – Ericsson

Au début des années 2000, attendant beaucoup du haut débit mobile, les opérateurs européens se sont lancés dans une lutte acharnée, se montrant prêts à débourser des sommes énormes pour l’obtention des précieuses licences 3G. Toutefois, il est apparu très vite que la technologie annoncée à grands renforts médiatiques n’était pas à la hauteur de ses promesses.

Dans le cadre de cette troisième vidéo de notre série sur l’histoire du haut débit mobile, de grandes personnalités du secteur des TIC reviennent sur les évènements qui ont conduit à cet effondrement et sur les premiers signes de reprise, grâce à l’arrivée de la technologie HSPA.

Les intervenants nous expliquent pourquoi, à leur avis, on en est arrivé à cette situation, l’impact que cela a eu sur les différents acteurs du secteur et la différence qui existait alors entre les mécanismes d’attribution du spectre en Europe et au Japon.

Certains d’entre eux évoquent la fonction d’appel vidéo, premier élément différenciateur de l’offre 3G par rapport aux services 2G. Mais là encore, les choses n’étaient pas si simples, puisque cela a impliqué la réintroduction d’un business model vieux de 100 ans, à savoir la vente des téléphones par paires. Ce service n’a jamais décollé.

Ce n’est que plus tard, avec l’arrivée de la norme HSPA, que la technologie 3G a pu réellement révéler son potentiel. Lire la suite…

Sony s’apprête à racheter la part d’Ericsson dans Sony Ericsson

Par Benoît Chamontin, le vendredi 28 octobre 2011, classé dans Réseaux mobiles
Sir Howard Stringer of Sony and Hans Vestberg of Ericsson. Photo by Brian Lloyd Duckett.

Sir Howard Stringer of Sony and Hans Vestberg of Ericsson. Photo by Brian Lloyd Duckett

Ericsson et Sony Corporation (« Sony ») annoncent que Sony s’apprête à racheter les 50 % de parts détenues par Ericsson dans Sony Ericsson Mobile Communications AB (« Sony Ericsson »), faisant ainsi de l’activité téléphonie mobile une filiale à 100 % de Sony.

Cette transaction permettra à Sony d’intégrer rapidement les smartphones dans sa large gamme d’appareils électroniques grands publics connectés à Internet, tels que tablettes, téléviseurs et ordinateurs personnels, avec des conséquentes positives tant pour le consommateur que pour la croissance de l’entreprise. La transaction octroie également à Sony un contrat de concession réciproque de licences de propriété intellectuelle couvrant tous les produits et services Sony, ainsi que la propriété de cinq familles de brevets essentiels concernant la technologie des appareils portables sans fil. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour le 2ème trimestre 2011

Par Benoît Chamontin, le jeudi 21 juillet 2011, classé dans Non classé
« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 2ème trimestre 2011. Les ventes du groupe ont cru ce trimestre de 14% comparé au 2ème trimestre 2010, tiré par la demande forte et continue pour le haut débit mobile. Les effets des taux de change monétaires, avec une couronne suédoise (SEK) forte, ont ainsi impacté négativement les ventes, qui ont cru en monnaie constante de 27%.

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s’est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson. « Le résultat d’exploitation, en excluant les co-entreprises, a décru à 5,0 milliards de SEK (5,3) ce trimestre, impacté négativement par une charge de restructuration exceptionnelle de 1,3 milliard de SEK liée à la réduction du personnel intervenue en Suède. Le résultat net a atteint 3,2 milliards de SEK (2,0), en croissance de 59%.

Nous avons observé ce trimestre un changement dans le mix marché. Le Brésil, la Chine, l’Allemagne, la Corée et la Russie ont montré une croissance particulièrement forte, comparé au 2ème trimestre 2010 et au 1er trimestre 2011. Les Etats-Unis ont conservé un niveau d’activité élevé même si, de manière séquentielle, l’activité Réseaux s’est quelque peu ralentie alors que les Services ont continué de se développer.

Les ventes sur le segment des Réseaux ont cru de 31% comparé au 2ème trimestre 2010. La croissance continue des ventes en haut débit mobile s’est accompagnée d’un fort développement des revenus dans le domaine des produits réseaux IP. Les ventes sur le segment des Services ont diminué de 5% comparé au 2ème trimestre 2010 en raison des effets de taux de change. En monnaies locales, les ventes de Services Professionnelles ont été presque stables. Les ventes de Services Managés ont diminué comparé au 2ème trimestre 2010. Mais les facteurs de croissance fondamentaux de l’activité Services sont toujours là et l’intérêt des clients reste élevé. Les ventes sur le segment Multimedia ont décru de 2% comparé à la même période l’an dernier, avec cependant une bonne gestion des revenus.

Au 2ème trimestre, l’impact du tremblement de terre et du tsunami au Japon a été limité, les actions entreprises pour l’atténué ayant porté leurs fruits. Notre chaîne d’approvisionnement s’est rétablie plus rapidement que prévu et les délais de livraison de nos produits sont en train de revenir progressivement à la normale.

Ce trimestre a été difficile pour nos co-entreprises qui ont toutes les deux enregistré des pertes. La profitabilité de Sony Ericsson a été impactée par le tremblement de terre au Japon, engendrant des difficultés d’approvisionnement pour près de 1,5 million d’unités. La demande des consommateurs et des opérateurs pour les smartphones continue d’être forte.

ST Ericsson a accru ses pertes ce trimestre essentiellement en raison des récents changements intervenus dans la demande sur le marché de la téléphonie » a conclu Hans Vestberg.

Pour lire le rapport complet : http://www.ericsson.com/res/investors/docs/q-reports/2011/6month11-en.pdf

Retour sur l’édition 2011 des Ericsson Application Awards

Par Benoît Chamontin, le mercredi 6 juillet 2011, classé dans Innovation / R&D
photo-blog-code-for-cash-2011-300x2641

158 équipes participaient à cette édition 2011 des Ericsson Application Awards

Pour la deuxième année consécutive, Ericsson, en collaboration avec Sony Ericsson, organisait les Ericsson Application Awards dont l’objectif est de récompenser les développeurs qui ont de nouvelles idées d’applications mobiles. Les lauréats de cette année sont des développeurs qui veulent résoudre le problème de gaspillage alimentaire et conseiller les consommateurs dans leurs achats.

158 équipes participaient à cette édition 2011 des Ericsson Application Awards et ont ainsi propos une application développée sur une plate-forme Android (web ou native), qui utilise au moins une API d’Ericsson Labs et en lien avec le thème de cette année : « Connected Things » , les objets connectés. Ce thème découle directement de la vision d’Ericsson qui anticipe une société où plus de 50 milliards d’objets seront connectés d’ici 2020.

Lors d’une événement qui s’est déroulé à Stockholm, les quatre équipes finalistes venues d’Italie, de Chine, de Suède et du Royaume-Uni ont fait leur démonstration devant les membres du jury.

« Les applications étaient toutes de très grande qualité et il a été difficile de les départager. Ce qui a vraiment fait la différence  est le fait que les développeurs gagnants avaient mieux pensé le marketing et leur plan d’évolution » Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour le 1er trimestre 2011

Par Benoît Chamontin, le mercredi 27 avril 2011, classé dans Stratégie
Ericsson first quarter report 2011 - Hans Vestberg

La croissance des ventes a été tirée par le segment des Réseaux, dont les revenus ont cru de 35% comparé à la même période l'année dernière.

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 1er trimestre 2011. « Au premier trimestre 2011, les ventes du Groupe ont augmenté de 17% comparé à la même période en 2010, sous l’effet d’une demande forte et continue pour le haut débit mobile et plus spécifiquement pour les stations de base multistandard RBS 6000″ a déclaré Hans Vesberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Si l’on intègre l’effet des taux de changes monétaires, les ventes à unités comparables ont cru de 25%. Le résultat net s’est amélioré, passant de 1,3 milliard à 4,1 milliards de SEK, essentiellement grâce à une profitabilité accrue sur le segment des Réseaux. Le cash-flow à – 2,9 milliards de SEK (2,3), a été impacté ce trimestre par un nombre plus important d’en-cours au niveau des Régions et par la montée en charge continue de la production.

La croissance des ventes a été tirée par le segment des Réseaux, dont les revenus ont cru de 35% comparé à la même période l’année dernière, avec une marge Ebita de 20%. Grâce à la forte demande pour le haut débit mobile, 5 des 10 Régions ont enregistré une croissance au 1er trimestre 2011 comparé au 1er trimestre 2010.

Les pays qui ont connu une forte croissance sont les Etats-Unis, l’Inde, le Japon, la Corée et la Russie. La Chine a continué d’enregistrer une demande soutenue en 2G.

Les ventes sur le segment des Services ont baissé de 4% comparé au 1er trimestre 2010, en raison des effets des taux de change monétaires. En monnaies locales, les Services Professionnels ont cru de 3%. La marge Ebita a baissé à 7% au 1er trimestre 2011, essentiellement en raison de la baisse de profitabilité dans le Déploiement Réseaux.

Les Managed Services sont restées stables comparé au 1er trimestre 2010, mais ont enregistré une croissance en monnaies locales, grâce à un certain nombre de nouveaux contrats de moindre envergure.

Sur le segment du Multimedia, les ventes sont restées stables comparé à la même période l’année dernière tandis que la marge Ebita est tombée à – 7%, essentiellement en raison du mix produit.

Nos co-entreprises ont enregistré des performances mitigées. Sony Ericsson a dégagé un profit avant taxes de 0,1 milliard de SEK tandis que ST Ericsson a réalisé des pertes de 0,6 milliard de SEK.

Les ventes au 1er trimestre 2011 n’ont pas été impactées par le tremblement de terre et le tsunami dévastateurs au Japon. Notre chaine globale d’approvisionnement en composants dépend partiellement du Japon et nous prévoyons des retards dans la livraison de certains produits.

Nous avons pris un certain nombre de mesures pour réduire les effets et limiter l’impact sur nos clients. Ces actions comprennent la recherche et l’intégration d’autres composants dans nos produits ainsi que l’augmentation des volumes de nouveaux fournisseurs.

Les effets vont également dépendre du redressement du Japon au global, mais selon nos meilleures estimations, nous devrions être en mesure de livrer la majorité de ces volumes avant la fin du 3ème trimestre 2011.

En 2010, nous avions continué de gagner des parts de marché en 3G et maintenu nos parts de marché en 4G/LTE à plus de 50%.

Le GSM continuera d’exister encore de nombreuses années, mais la plupart des investissements vont passer à la 3G/WCDMA et la 4G/LTE.

« Dans le domaine des Services, nous avons augmenté nos parts de marché et continueront d’être le leader de l’industrie » a conclu Hans Vesberg.

Vous pouvez retrouve le rapport complet (en anglais) concernant le premier trimestre d’Ericsson sur notre espace slideshare : http://www.slideshare.net/EricssonFrance/prsentation-des-rsultats-financiers-ericsson-q1-2011

Ericsson publie ses résultats pour l’exercice 2010

Par Olivier Cimelière, le mardi 25 janvier 2011, classé dans Stratégie
Hans Vestberg : "2010 a été la 1ère année d'exploitation de la technologie 4G/LTE et nous avons pris une nette avance dans ce domaine"

Hans Vestberg : "2010 a été la 1ère année d'exploitation de la technologie 4G/LTE et nous avons pris une nette avance dans ce domaine"

 Le groupe Ericsson a publié ce matin ses résultats pour le 4ème trimestre ainsi que l’année 2010. Vous pouvez retrouver en intégralité les détails des performances financières d’Ericsson en vous connectant sur le site dédié. A l’issue de la présentation des chiffres, le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg, s’est livré à une série de commentaires.

Hans Vestberg a déclaré : « Les ventes du groupe sur le dernier trimestre ont augmenté de 8% comparé à l’an passé et de 32% de manière séquentielle principalement grâce au développement du haut débit mobile. A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change et aux couvertures de risque, les ventes du trimestre sont en croissance de 7%. Après ajustement, le cash flow reste fort en s’établissant à 16,2 milliards de couronnes suédoises (SEK) pour le trimestre (contre 13,6 l’an passé) et à 29,8 milliards pour la totalité de l’année (contre 28,7 l’an passé) ».

La seconde moitié de l’année a enregistré un retour de la croissance des ventes et le taux de conversion en liquidités atteint 112% pour la totalité de l’année. Le résultat net pour 2010 a augmenté de 172% à 11,2 milliards de SEK (contre 4,1 l’an passé) en grande partie grâce à une amélioration des gains issus de Sony Ericsson et une diminution des frais de restructuration. Le Conseil d’Administration propose pour 2010 un dividende fixé à 2,25 SEK (contre 2 l’an passé).

Dans le domaine des Réseaux, les ventes ont augmenté de 14% comparé à l’an passé et de 40% de manière séquentielle grâce à une demande accrue dans le haut débit mobile et des investissements pour l’expansion de la 2G en Chine. Alors que l’approvisionnement en composants est revenu à la normale durant ce trimestre, nous ne satisfaisons toutefois pas totalement la demande croissante sur certains produits en matière de haut débit mobile. Lire la suite…

Jan Uddenfeldt : Rencontre avec une figure de l’innovation de la téléphonie mobile

Par Olivier Cimelière, le jeudi 21 octobre 2010, classé dans Innovation / R&D,Opinion,Réseaux mobiles,Stratégie
Jan Uddenfeldt Jan Uddenfeldt, ancien directeur technique d'Ericsson de 1998 à 2003, a travaillé dans l’industrie du sans fil pendant plus de 30 ans

Jan Uddenfeldt Jan Uddenfeldt, ancien directeur technique d'Ericsson de 1998 à 2003, a travaillé dans l’industrie du sans fil pendant plus de 30 ans

 Jan Uddenfeldt est un pionnier de l’industrie des télécoms. Aujourd’hui conseiller senior Technologie du PDG du Groupe Ericsson et responsable de Sony Ericsson Silicon Valley, il participe à une série d’entretiens vidéos intitulés « Figures de l’innovation » et diffusés sur Internet. Cette série a pour but de montrer le rôle sociétal que jouent les technologies innovantes dans l’amélioration de notre qualité de vie et de mettre en avant les gens qui y contribuent.

La première vidéo de la série lancée par l’Information Technology Industry Council (ITIC), dont Ericsson est membre, insiste sur le rôle que la R&D a joué dans l’évolution du téléphone mobile. Dans cette vidéo, Jan Uddenfeldt, conseiller senior Technologie du PDG du Groupe Ericsson et responsable de Sony Ericsson Silicon Valley, est d’avis que la convergence actuelle d’Internet et des communications mobiles va continuer à façonner et améliorer nos vies : « Cela va au-delà de l’aspect divertissement », explique Jan Uddenfeldt, « Il est avant tout question d’apporter de la valeur aux gens et à la société. LTE est synonyme de services comme la télémédecine ou la cybersécurité. »

Pour regarder l’entretien vidéo de Jan Uddenfeldt (en anglais) : Lire la suite…

Bangladesh : une décharge devient une zone « verte » avec le concours d’Ericsson

Anneli Åhman est l'une des salariés d'Ericsson Bangladesh à contribuer au projet Green Matuail

Anneli Åhman est l'une des salariés d'Ericsson Bangladesh à contribuer au projet Green Matuail

 Un ancien site de décharge situé à Matuail en périphérie de Dacca, la capitale du Bangladesh, va être transformé en zone écologique grâce à un projet de plantation d’arbres auquel Ericsson apporte son soutien actif.  Objectif : améliorer la qualité de l’air et réduire la prolifération des bactéries que la décharge alimentait. Explications du projet de reconversion écologique.

L’objectif du projet Green Matuail que sponsorise Ericsson, est ambitieux : planter 60 000 arbres sur le site d’une ancienne décharge municipale aux abords de la capitale du Bangladesh. Ce projet permettra d’améliorer considérablement l’environnement, avec une meilleure qualité de l’air et en réduisant la prolifération des bactéries pathogènes qu’engendre la décharge. Ce projet inclut la plantation d’arbres mais également des plantes médicinales locales porteuses de qualités antibactériennes naturelles qui permettront in fine d’améliorer la qualité du sol et de l’environnement.

Mohsinul Haque, directeur Ressources Humaines & Organisation du pôle Customer Unit d’Ericsson Bangladesh, explique que la protection de la santé est la raison majeure de ce projet : « Dacca est une ville à forte densité de population. Il y a des gens partout et Matuail ne fait pas exception à la règle. Les déchets déposés à Matuail se composent de matières organiques et non organiques – un véritable terreau pour les bactéries pathogènes et les gaz toxiques. Les gens qui vivent à proximité souffrent couramment de maladies de la peau et de pathologies respiratoires ». Lire la suite…

Travaillez tout en réduisant votre CO2 grâce à l’application « 21st Century Office »

L’application "21st Century Office" invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d'émissions de CO2

L’application "21st Century Office" invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d'émissions de CO2

 L’utilisation du haut débit mobile au travail est souvent synonyme d’économies de temps et d’argent, mais aussi de réduction des émissions de CO2. Grâce au projet d’application ‘21st Century Office’, il est désormais possible pour tous les employés de mesurer ces gains à leur niveau individuel mais également d’émettre des idées, des commentaires ou encore de noter les idées émises par les autres. Ericsson et Sony Ericsson se sont associés à cette démarche environnementale originale.

L’application « 21st Century Office » invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d’émissions de CO2 en les invitant à transformer plus en profondeur leurs méthodes de travail par l’utilisation des TICS. L’application ‘21st Century Office’ est téléchargeable sur les systèmes d’exploitation Android ainsi que sur les iPhones. Elle peut être aussi utilisée sur ordinateur pour mesurer l’impact environnemental des méthodes de travail.

A l’origine de cette application : Dennis Pamlin, conseiller et expert en politique environnementale, spécialisé notamment dans le domaine des TICS. Lire la suite…

Ericsson France parraine le blog de 15 étudiants journalistes du Celsa

Par Olivier Cimelière, le jeudi 27 mai 2010, classé dans Multimédia,Responsabilité sociétale
15 jeunes journalistes multimédia alimentent le blog

15 jeunes journalistes multimédia alimentent le blog

 Ericsson France s’associe du 23 au 30 mai à un projet éditorial original mené par 15 étudiants de la section journalisme du Celsa, école des hautes études en sciences de l’information et de la communication. A l’occasion du 15ème anniversaire de la signature des Accords de Dayton donnant naissance à la Bosnie-Herzégovine, les jeunes journalistes réalisent des reportages sur les changements sociétaux du pays, avec entre autres l’apport de la téléphonie mobile, à travers un blog dédié et des outils multimédia.

Sous la houlette conjointe de Gilles Kraemer, attaché de coopération à l’ambassade de France en Bosnie-Herzégovine et de Hervé Demailly, directeur du Master Journalisme du Celsa, les étudiants en deuxième année de cette formation vont retranscrire pendant une semaine à Sarajevo, le résultat de leurs rencontres et de leurs interviews. Ils ont pour cela créé sur place une agence de presse multimédia qui alimente un site internet traitant de l’actualité autour de la construction d’un Etat viable en Bosnie-Herzégovine, quinze ans après la signature des accords de Dayton. Pour lire les reportages des jeunes journalistes, visitez le site à l’adresse suivante : http://bosnieblok.fr/ .

Le travail journalistique s’effectue sur des supports écrits et audiovisuels tout en s’appuyant sur la palette des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Dailymotion. Le projet bénéficie également du soutien de la fondation Varenne, du quotidien Libération et de la radio Le Mouv’ . Lire la suite…