Ericsson investit dans de nouveaux centres de support R&D et services

Par Corinne Muller, le mardi 3 septembre 2013, classé dans Innovation / R&D,Services,Stratégie

802 millions d’euros (7 milliards de couronnes suédoises) seront consacrées à la construction de 3 centres dédiés aux Technologies de l’Information et de la Communication dans les 5 prochaines années : 2 centres en Europe (Suède) et 1 en Amérique du Nord (au Canada, à Vaudreuil-Dorion dans la banlieue de Montréal au Québec).

Ces centres, de haute technologie et à empreinte carbone réduite, auront pour mission de permettre aux organisations R&D et services d’Ericsson d’accélérer la mise sur le marché d’innovations.

Une étape supplémentaire vers la fourniture de technologies de pointe basées sur le cloud.

Lien vers le communiqué de presse en anglais.

Assises du numérique : comment développer le numérique en France et en Europe ?

Par Corinne Muller, le vendredi 30 novembre 2012, classé dans Haut Débit

Assises du Numérique 2012 : croissance intelligente, durable et inclusive…

Les Assises du numérique ont débuté ce matin à l’université de Paris-Dauphine. Pour la 5ème édition de l’événement, Fleur Pellerin, qui n’a finalement pas pu y participer, a insisté dans son message d’ouverture retransmis sur le rôle du numérique, « révolution structurante de notre société ».

La feuille de route du numérique sera annoncée par le gouvernement en février 2013.

Si la ministre voit dans le numérique un réel facteur de compétitivité et de croissance, elle a qualifié la position de la France comme « plus ou moins satisfaisante » dans ce domaine.

Comme Gilles Babinet l’a souligné lors de son intervention, la France occupe le 5ème rang mondial en tant que puissance économique, mais elle se positionne, selon les différentes sources, entre la 9è et la 17è place en tant que puissance numérique dans le monde.

Du chemin reste donc à parcourir.

Parmi les pistes évoquées lors des débats, l’éducation et le fait de redonner aux jeunes le goût de la science et de la technologie figurent en bonne place. Les start- up françaises ont visiblement du mal à recruter dans le numérique, comme l’a souligné Marie Ekeland, Présidente France Digital.

Du coté de la création, et de l’impact d’internet sur le monde de la culture, les débats ont été quelque peu animés, notamment entre Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture et membre du collège d’Hadopi et Alexandra Laferrière, directrice des relations institutionnelles et des contenus de Google France.

Le témoignage de Rost, artiste engagé et rappeur était intéressant. Il voit dans le téléchargement un risque majeur pour les labels indépendants, et pas seulement un manque à gagner pour les majors. « La licence globale va profiter aux mêmes » selon lui et l’innovation devient difficile. Or la création et la culture restent fondamentales dans nos sociétés, et ce malgré la crise.

Jacques Toubon a déclaré lors de la table-ronde consacrée à l’exception culturelle française « On a conçu en Europe l’industrie du numérique en terme de reliquat. Les Etats-Unis ont fait le choix inverse : l’économie du futur, c’est pour eux l’économie numérique ». Il a fustigé au passage la « transmutation du gratuit » … en argent sonnant et trébuchant opérée par certaines grandes entreprises mondiales dont les profits s’envolent.

Un débat qui n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Secteur des communications OSS/BSS : Ericsson va acquérir Telcordia

Le portefeuille de logiciels évolutifs de Telcordia, qui multiplient l’efficacité de ces réseaux, étend le leadership et l’empreinte d’Ericsson dans l’OSS mobile.

Le portefeuille de logiciels évolutifs de Telcordia, qui multiplient l’efficacité de ces réseaux, étend le leadership et l’empreinte d’Ericsson dans l’OSS mobile.

Ericsson, leader mondial des technologies et des services de télécommunications, annonce la finalisation d’un accord avec Providence Equity Partners LLC et Warburg Pincus, portant sur l’acquisition de 100 % des actions de Telcordia, leader mondial dans le développement de services et de logiciels pour la téléphonie mobile, le haut débit et les communications d’entreprise. Cette transaction devrait s’élever à 1,15 milliard de dollars US. La clôture est prévue au 4e trimestre 2011, avec plein effet au 1er trimestre 2012.

Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson, explique : « L’importance de l’OSS/BSS va continuer de croître avec la multiplication des objets connectés, la mobilité des services et l’introduction de nouveaux modèles économiques pour le haut débit mobile. Dans ce contexte, Telcordia apporte des compétences humaines et un savoir-faire, notamment sur le marché nord-américain, avec un portefeuille de produits multi vendeurs. »

« Nous bénéficions d’une présence et d’une dimension internationales, avec des capacités de services globales et une connaissance hors pair des réseaux et de leur performance. Nous disposons en outre d’une position déjà bien établie dans le domaine OSS/BSS. C’est donc un rapprochement qui fait sens », ajoute Hans Vestberg.

Les opérateurs sont aujourd’hui confrontés à de nombreux défis, liés à la croissance du trafic haut débit mobile et fixe, à l’apparition de nouveaux types d’objets connectés, de services et d’applications, et aux attentes importantes en matière d’expérience utilisateur. Ils doivent en parallèle accroître leur efficacité. Lire la suite…

Tribune libre : Le «green» est dans notre ADN

Un mode « veille» sur les équipements d’une station de base peut réduire la consommation d'énergie de 10 à 20 %

Un mode « veille» sur les équipements d’une station de base peut réduire la consommation d'énergie de 10 à 20 %

 Franck Bouétard, président d’Ericsson France, a récemment signé une tribune dans les « Cahiers de l’ARCEP » sur l’engagement environnemental d’Ericsson. Un texte où il rappelle l’implication de longue date de l’équipementier suédois. Le blog d’Ericsson France vous propose le texte intégral. 

A l’heure où le changement climatique et les émissions carbone sont à l’agenda de nombreux pays, le « green tech » est devenu tellement tendance que l’on ne sait plus s’il procède d’un authentique investissement industriel ou d’un vernis marketing dans l’air du temps. Chez Ericsson, la question de l’environnement est inscrite dans le patrimoine génétique de l’entreprise.

En 1983, Ericsson avait déjà élaboré un premier concept de station de base solaire alors même que les mobiles n’en étaient qu’à leurs balbutiements. Presque trois décennies plus tard, l’entreprise a déployé dans le monde entier plus de 1000 « green sites» en usage commercial. Selon les pays, ces sites fonctionnent soit au solaire, soit avec une combinaison solaire/éolien, soit avec une alimentation hybride diesel/solaire. Lire la suite…

Des réseaux électriques intelligents pour une Europe climatiquement neutre

Les entreprises européennes d'électricité se sont engagées pour une électricité climatiquement neutre d’ici à 2050 grâce au déploiement de réseaux intelligents

Les entreprises européennes d'électricité se sont engagées pour une électricité climatiquement neutre d’ici à 2050 grâce au déploiement de réseaux intelligents

 En matière de développement durable, les entreprises européennes du secteur de l’électricité se sont engagées en faveur d’un approvisionnement en électricité climatiquement neutre d’ici à 2050. Face à cet objectif ambitieux, le déploiement de réseaux intelligents (des réseaux électriques traditionnels auxquels se superpose un réseau d’information et de communication doté de compteurs intelligents) constitue un élément déterminant. InnoEnergy, l’une des trois Communautés de la connaissance et de l’innovation (KIC) mises en place par l’Institut européen de technologie (EIT), jouera un rôle moteur dans la réalisation de cet objectif. Ericsson Research est activement impliqué dans la communauté InnoEnergy.

Les technologies de l’information et de la communication (TICS) ont un rôle essentiel à jouer pour aider la société à tenir ses engagements en faveur du développement durable. Le secteur de l’électricité est l’un des secteurs industriels à d’ores et déjà bénéficier de cette coopération. Grâce à la technologie de communication M2M, les consommateurs et l’industrie pourront de plus en plus gérer facilement et instantanément la consommation d’énergie. Il en découlera notamment la possibilité d’une réduction de la charge en période de pointe ou encore d’un équilibrage entre la consommation et la production fluctuante provenant des énergies renouvelables. Le réseau intelligent rend en effet possible ce contrôle ainsi que la capacité à stocker ou à distribuer efficacement l’énergie là où elle est nécessaire.

La communauté InnoEnergy se sub-divise en six centres régionaux européens, axés chacun sur une thématique énergétique particulière. Par exemple, le centre implanté en Pologne se spécialise dans la recherche sur le charbon propre, tandis que les études sur l’éolien, le photovoltaïque et l’énergie des vagues sont menées en Espagne. Le pôle suédois se concentre pour sa part sur les réseaux intelligents et le stockage de l’électricité. Par son rôle au sein de la communauté InnoEnergy, Ericsson montre sa volonté d’être un acteur à part entière dans le développement des réseaux intelligents. Pour découvrir les missions d’InnoEnergy, regardez la vidéo ci-dessous (en anglais) : Lire la suite…

Guinée Conakry : Orange s’appuie sur Ericsson et les énergies renouvelables pour étendre son réseau mobile

C'est la solution Ericsson RBS 2111 à alimentation solaire qui a été retenue

C'est la solution Ericsson RBS 2111 à alimentation solaire qui a été retenue

 Comptant une population de près de 10 millions d’habitants et un taux de pénétration de seulement 23 % de la téléphonie mobile, la Guinée Conakry offre un potentiel de croissance considérable. Toutefois, l’exploitation de ce potentiel se heurte depuis longtemps à de nombreux obstacles, notamment celui de la couverture très insuffisante du réseau électrique. L’opérateur Orange a choisi une solution technologique recourant au solaire développée par Ericsson pour offrir une couverture mobile dans les endroits où cela était auparavant impossible. Récit d’une extension de réseau.

Pour pouvoir mener ses activités dans les meilleures conditions, Orange Guinée Conakry avait besoin d’un système combinant facilité d’installation, entretien minimal et fiabilité accrue. Aussi, l’opérateur mobile a-t-il jugé que la solution RBS 2111 développée par Ericsson présentait tous les atouts nécessaires pour offrir une couverture mobile dans les endroits où cela était auparavant impossible. En effet, étant donné sa faible consommation d’énergie, la station de base RBS 2111 peut être alimentée par de l’énergie renouvelable produite localement.

Or jusque là, l’installation d’une station de base dans la région reposait sur l’utilisation d’une génératrice diesel, avec pour corollaires le coût du ravitaillement en carburant et la nécessité de protéger le site contre les tentatives de vol. L’énergie solaire est alors apparue comme la solution idoine pour permettre en même temps l’accroissement de la taille du réseau et la chute spectaculaire des coûts d’exploitation de celui-ci. Lire la suite…

BFM Radio : Ericsson France témoigne dans « Green Business »

Par Olivier Cimelière, le lundi 7 juin 2010, classé dans Développement Durable,Opinion

logo-bfm-radio Ericsson France était invité, samedi 5 juin 2009, dans “Green Business”, l’émission hebdomadaire de Nathalie Croisé sur BFM Radio qui traite de l’actualité du développement durable et de la protection environnementale. Le président d’Ericsson France, Franck Bouétard, est intervenu pour évoquer l’engagement d’Ericsson dans ce domaine depuis les années 1990.

Il a notamment évoqué les solutions vertes mises en place à travers le monde par Ericsson comme les concepts d’antennes-relais solaires ou les récentes innovations comme Tower Tube et Capsule Site. Il est également revenu sur le contrat de services d’un nouveau genre signé avec l’opérateur grec Cosmote pour améliorer l’efficacité énergétique du réseau.

Pour écouter le témoignage de Franck Bouétard sur BFM, cliquer sur le lien de l’émission du 5 juin : www.radiobfm.com/podcast/podcast.php?id=139 . L’intervention se situe dès le début de l’émission jusqu’à la 10ème minute.

Pour en savoir plus sur les solutions vertes déployées par Ericsson, vous pouvez également consulter le dossier de presse thématique d’Ericsson France en cliquant sur ce lien.

Indonésie : le solaire s'impose pour étendre la couverture mobile

Grâce au solaire, l'opérateur a pu constater 60 % d'énergie consommée en moins

Grâce au solaire, l'opérateur a pu constater 60 % d'énergie consommée en moins

 Avec 54% de parts de marché, l’opérateur de téléphonie mobile indonésien Telkomsel entend bien conserver sa place de leader dans le pays. Pour cela, il mène une stratégie offensive qui conjugue extension de réseau et développement durable. Le choix de l'énergie solaire s'est logiquement imposé avec Ericsson comme partenaire technologique.

En accroissant la couverture de son réseau, Telkomsel gagne en nombre d'abonnés et renforce sa position de leader. Revers de la médaille : les sites à alimentation diesel traditionnellement usités sont exigeants en maintenance et génèrent par conséquent des frais de fonctionnement importants. Aussi la solution entièrement solaire proposée par Ericsson était-elle parfaitement adaptée. C’est ce que confirme Per-Henry Olsson, vice président Compte Telkomsel chez Ericsson Indonésie : « Econome en énergie et peu coûteuse en termes de fonctionnement, notre solution solaire permettra à Telkomsel de conforter sa place de leader sur le marché sans engendrer de coûts majeurs ».

La solution fournie et installée par Ericsson comprend une station de base, un réseau MINI-LINK™ et une solution d’alimentation énergétique. La station de base d’accès à distance RBS 2111 se divise en deux parties : la partie principale est implantée a

u sol et reliée au système de transmission tandis que la partie contenant le matériel radio est montée en haut du mât. Cette architecture distribuée permet de réduire les coûts totaux et de garantir un déploiement rapide et simple.

Pour tout savoir du projet mené par Telkomsel et Ericsson, regardez la vidéo (en anglais) :

Lire la suite…

Solaire + éolien = combinaison gagnante en Mongolie intérieure

Ericsson a installé plus de 6 400 stations de base solaire-éolien sur 250 sites

Ericsson a installé plus de 6 400 stations de base solaire-éolien sur 250 sites

 La Mongolie intérieure qui s’étend sur une superficie de 1 180 000 km², est l’une des régions les plus reculées au monde. En mettant en place une solution technologique qui combine énergie solaire et éolienne, China Mobile et Ericsson ont permis de doter cette région d’une couverture réseau fiable et stable.

Alors que les grandes zones urbaines de Mongolie intérieure disposent d’un bon réseau de communication mobile depuis déjà un certain temps, les populations des zones rurales ont dû attendre l’implantation d’une tour de télécommunications en 2006 par China Mobile pour pouvoir communiquer pour la 1ère fois avec le monde extérieur. En cherchant à étendre encore davantage la couverture de son réseau, l’opérateur de téléphonie mobile China Mobile s’est alors heurté à un obstacle rédhibitoire : le coût très élevé de ce projet pour pouvoir desservir les zones dépourvues d’électricité avec un réseau de téléphonie mobile.

China Mobile s’est donc tourné vers les stations de base Ericsson, dans le cadre d’une solution combinant énergie solaire et éolienne. Aujourd'hui, l’opérateur chinois compte plus de 6 400 stations de base de ce type réparties sur 250 sites, offrant ainsi aux populations rurales un accès mobile à des services voix et données fiables. La connectivité a notamment bénéficié de manière significative aux bergers nomades qui vivent dans les plaines de Mongolie intérieure en simplifiant leur vie quotidienne. Daphne Zhu, responsable Communications chez Ericsson, commente : « En pouvant communiquer avec leurs voisins, les bergers

peuvent désormais surveiller leurs troupeaux plus facilement».

Pour découvrir comment Ericsson et China Mobile ont réalisé ce déploiement, regardez la vidéo (en anglais) :

  Lire la suite…

Maroc : l'énergie solaire contre la fracture numérique

200 sites alimentés à l'énergie solaire ont été déployés

200 sites alimentés à l'énergie solaire ont été déployés

En étroite collaboration avec Ericsson, Maroc Telecom a étendu son réseau de téléphonie mobile GSM dans les zones rurales du sud du pays grâce à des solutions innovantes basées sur l’alimentation solaire.

Pour répondre aux besoins de couverture supplémentaire, Ericsson a proposé à Maroc Telecom une approche originale qui permet à l'opérateur de poursuivre sa croissance tout en contenant les coûts d'exploitation et en limitant les impacts environnementaux. Celle-ci repose sur des stations de base alimentées par l'énergie solaire. Ce qui rend ainsi les sites parfaitement autonomes dans des zones où une alimentation électrique constituerait une option nettement plus coûteuse. Ce site, fourni exclusivement par Ericsson, comprend une station relais (RBS), des antennes passives, un réseau MINI-LINK™, des panneaux solaires, des batteries de secours et des éclairages de sécurité anti-collision.

Rachid Chihani, chef de marché chez Ericsson, en charge du Maroc, explique les avantages de cette solution pour l’opérateur : « Le site solaire est un système intégré et autonome, qui permet de mettre en œuvre des opérations à moindre coût dans les zones rurales. Maroc Telecom n’aurait pas été en mesure de concrétiser son expansion d’une autre manière, sans l’apport de l’électricité dans la région. Ce qui bien sûr aurait été beaucoup plus coûteux. ». Pour tout savoir sur le déploiement de ce réseau mobile solaire, regardez la vidéo (en anglais et en français) :

dating military men adviceoutube.com/v/kznEKC1iWUI&hl=fr&fs=1& » type= »application/x-shockwave-flash »>

La mise en place du réseau s’est faite rapidement, permettant à Maroc Telecom de lancer ses services dans le sillage et d’attirer de nouveaux abonnés sans temps mort ni interruption. Lire la suite…