La technologie au service de la lutte contre le virus Ébola

Par Benoît Maydat, le Vendredi 7 novembre 2014, classé dans Responsabilité sociétale,Santé,Technology for Good   |   Aucun commentaire

ericsson-technologie-battre-ebola

Quand nous avons appris, il y a quelques mois, que l’épidémie Ébola s’aggravait en Afrique de l’Ouest et que le nombre de cas doublait toutes les trois semaines, la réaction d’Elaine Weidman-Grunewald, Vice-Présidente en charge du développement durable chez Ericsson,  a été : « Il faut faire quelque chose. On ne peut pas rester les bras croisés ! » Lire la suite…

Développement durable et responsabilité sociétale : Ericsson publie son rapport 2011

Par Valérie Gérôme, le Mercredi 23 mai 2012, classé dans Responsabilité sociétale   |   Aucun commentaire
Technology for good - 2011 Sustainability and Corporate Responsibility report - Ericsson

Nous travaillons avec diverses parties prenantes pour faire de Technology for Good une réalité!

Ericsson vient de publier son rapport annuel sur le développement durable et la responsabilité sociétale, intitulé Technology for Good. Ce rapport confirme la conviction d’Ericsson : les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent stimuler le développement économique et permettre d’avancer sur la voie d’une économie pauvre en carbone.

« Nous fondons notre approche du développement durable et de la responsabilité sociétale sur le triple bilan du développement social, économique et environnemental. Nous plaçons sans cesse la barre plus haut pour ce qui est de nos objectifs de développement durable et nous nous attachons à approfondir notre compréhension des principales préoccupations des parties prenantes. Cette démarche est primordiale pour notre réussite », commente Hans Vestberg, PDG d’Ericsson.

Parmi les principaux éléments cités dans le rapport :

Solutions économes en énergie

Les TIC peuvent faciliter la transition vers une économie pauvre en carbone grâce à une plus grande efficacité environnementale. Responsable d’environ 2 % des émissions mondiales de CO², le secteur des TIC pourrait potentiellement réduire une part importante des 98 % d’émissions imputables aux autres secteurs. Selon les études effectuées par Ericsson, l’augmentation de la consommation globale d’énergie due aux TIC devrait être modérée, grâce aux gains d’efficacité environnementale des réseaux jusqu’en 2020. Des efforts ont été déployés dans cette direction, notamment :

  • En ce qui concerne la 3G/4G, Ericsson a augmenté de 85 % l’efficacité environnementale des stations de base au cours des dix dernières années, tout en continuant à répondre aux besoins en haut débit de la société en réseau sans augmenter la consommation d’énergie par abonné.
  • La solution « Psi » – Coverage d’Ericsson permet d’assurer la couverture en haut débit mobile (3G) avec 45 % d’économies d’énergie par rapport aux solutions traditionnelles, grâce à l’emploi d’une seule radio standard. Lire la suite…

Ericsson présent sur le thème des objets connectés au Consumer Electronics Show 2012 à Las Vegas

Par Myriam Devred, le Lundi 9 janvier 2012, classé dans Événements,Société en réseau   |   1 commentaire

Ericsson profitera du CES pour discuter du changement de business model provoqué par la mobilité et le haut débit

Les objets communicants dans la société en réseau seront au cœur du discours d’introduction que prononcera à Las Vegas Hans Vestberg, le PDG d’Ericsson, à l’occasion du plus grand rendez-vous mondial des professionnels et des passionnés de l’électronique grand public : le salon CES (Consumer Electronics Show).

Ce sera également l’occasion pour Ericsson de présenter, dans le cadre du programme Entertainment Matters, « Entertainment Everywhere, The Reinvention of an Industry », en invitant les plus grands noms du secteur du divertissement à discuter du changement de business model provoqué par la mobilité et le haut débit.

Hans Vestberg insistera sur les nouvelles opportunités qui s’ouvrent quand tous les objets peuvent communiquer entre eux et il donnera des exemples de potentiel commercial dans d’autres secteurs que les télécoms. Lire la suite…

Étude : le rôle des TICS pour l’accès de tous à l’éducation, la santé, aux services agricoles et financiers

L'étude propose en ce sens des recommandations aux différentes parties prenantes, les incitant à collaborer et à s'engager afin que la contribution des TIC au développement socio-économique durable des populations pauvres devienne une réalité.

L'étude propose en ce sens des recommandations aux différentes parties prenantes, les incitant à collaborer et à s'engager afin que la contribution des TIC au développement socio-économique durable des populations pauvres devienne une réalité.

Hystra et Ashoka viennent tout juste de publier une étude qui apporte un nouvel éclairage sur les business models efficaces et durables ayant un impact socio-économique positif pour les populations de la base de la pyramide (BoP), c’est à dire les personnes qui vivent avec moins de quelques dollars par jour.

Réalisée avec le soutien du groupe AFD, Ericsson, France Télécom-Orange, ICCO et TNO, l’étude s’est attachée à tirer les enseignements des approches existantes, en analysant plus de 280 initiatives mises en place par divers acteurs (entreprises, organisations de la société civile, entrepreneurs sociaux…) en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Les projets étudiés recourent aux TIC pour offrir des services aux populations les plus pauvres dans 4 domaines principaux : éducation, santé, agriculture et développement rural, et services financiers.

Hystra, le cabinet de conseil spécialiste des stratégies hybrides (sociales et économiques) chargé de piloter l’étude, et son partenaire Ashoka, une association à but non lucratif qui a soutenu depuis 1981 plus de 3 000 entrepreneurs sociaux dans le monde, ont évalué les projets.

L’analyse s’est basée sur 3 critères : la capacité de ces projets à résoudre les problèmes auxquels ils s’attaquent, leur viabilité financière ainsi que leur capacité à passer à grande échelle, à être répliqués dans d’autres géographies en dépassant le stade de l’expérimentation. Les quinze business models les plus novateurs, dont l’échelle et les résultats sur le terrain montrent que les TIC peuvent être un levier pour améliorer durablement le niveau de vie des populations les plus pauvres, ont fait l’objet d’études de cas approfondies dans le rapport pour étayer les principales conclusions.

La pérennité économique des projets varie d’un secteur à l’autre, les domaines des services financiers et du développement rural affichant la plus grande solidité financière.

  • Les projets les plus innovants offrant des « services financiers » sont les plus matures en termes de pérennité et de mécanismes de marché, et parviennent à servir chacun plus de dix millions de personnes qui n’avaient jusqu’alors pas accès aux services bancaires.
  • Dans le domaine de l’agriculture et du développement rural, les projets matures et viables utilisant les TIC sont nombreux, et peuvent avoir un réel impact socio-économique, augmentant les revenus des agriculteurs tout en permettant un gain d’efficacité de la chaîne d’approvisionnement agricole, bénéfique pour toutes les parties prenantes de l’écosystème agricole.
  • Le domaine de la santé est extrêmement dynamique parmi les secteurs où les TIC sont utilisées pour le développement, mais la plupart des projets sont subventionnés et leur viabilité financière à long terme n’est pas assurée, à l’exception de quelques niches telles que la téléconsultation ou l’authentification des médicaments par SMS.
  • Dans le domaine de l’éducation, les projets fondés sur les mécanismes de marché à destination des populations les plus défavorisées sont peu nombreux, alors qu’une demande dans ce domaine émerge. Lire la suite…

Singapour, Stockholm et Séoul en tête du classement Ericsson des villes connectées, Paris en 5ème position

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu'elles ont réalisés dans les TIC.

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu'elles ont réalisés dans les TIC.

Les résultats de l’étude Networked Society City Index menée conjointement par Ericsson et le cabinet de conseil Arthur D. Little ont été présentés à l’occasion du Business Innovation Forum d’Ericsson dans la Silicon Valley. Cette étude démontre que les villes les plus connectées sont les mieux placées pour répondre aux enjeux tels que la gestion de l’environnement, des infrastructures, de la sécurité publique, de la qualité des soins de santé et de l’éducation.

« La construction de la société en réseau est l’un des grands défis de notre époque. » déclare Erik Almqvist, Directeur chez Arthur D Little. « Cette analyse est un premier pas dans la compréhension du lien entre les investissements dans le domaine des TIC et le développement durable. Notre espoir commun et notre objectif est que ce rapport serve de base à la réflexion des villes ».

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi (Singapour, Stockholm et Séoul) ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu’elles ont réalisés dans les TIC. Singapour, par exemple, mène une politique agressive d’innovation en matière d’e-santé et joue un rôle pionnier dans la gestion des embouteillages. Stockholm voit dans les TIC un instrument précieux pour faciliter la collaboration dans la recherche et le transfert de connaissances. Enfin, Séoul s’appuie largement sur les TIC pour mettre en œuvre diverses initiatives technologiques dans le domaine de l’environnement. Lire la suite…

Hans Vestberg au CTIA 2011 : « La société en réseau ouvre de nouvelles perspectives pour de nombreux secteurs »

"Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau" (Crédit Photo : Benoît Chamontin - Ericsson France)

"Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau" (Crédit Photo : Benoît Chamontin - Ericsson France)

Lors de son discours d’introduction au salon international CTIA Wireless 2011, Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson a présenté la société en réseau comme un puissant vecteur de créativité, doté de la capacité à transformer nos vies, nos entreprises et la société dans son ensemble.

Prenant la parole au cours de la conférence organisée sur le thème « La journée de la e-santé », il a également énuméré les avantages que la mobilité, le haut débit et le cloud computing peuvent procurer dans le domaine de la santé et d’autres secteurs.

Selon Hans Vestberg, le monde connaît aujourd’hui une véritable révolution technologique, où technologies de l’information et télécommunications se combinent pour créer une société en réseau, « Connecter les objets et les personnes de manière intelligente apporte de nombreux avantages. Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau » a-t-il déclaré.

Aux côtés d’Hans Vestberg, le Dr. Patrick Soon-Shiong, PDG de l’Institute for Advanced Health, s’est exprimé sur la façon dont les réseaux connectés transforment la gestion de la santé.

« La technologie sans fil va jouer un rôle essentiel dans l’évolution de la manière d’aborder la santé au 21ème siècle », a déclaré le Dr. Patrick Soon-Shiong. « Transmission plus efficace et plus rapide des dossiers médicaux, orientation en temps réel des patients, meilleur suivi des personnes atteintes d’une pathologie chronique, interventions rapides afin de prévenir les incidents médicaux : le champ des possibilités ne cesse de croître. Bientôt, la technologie sans fil fera partie intégrante de la gestion de la santé. » Lire la suite…

TICS et télésanté : l’exemple croate avec Ericsson

Le système mis en place a le potentiel de réduire l'équivalent de 15 000 tonnes d'émissions de CO2 par an

Le système mis en place a le potentiel de réduire l'équivalent de 15 000 tonnes d'émissions de CO2 par an

 Grâce au système de soins électronique mis en place par les autorités de santé en Croatie à travers une infrastructure technologique fournie par Ericsson, les solutions TICS apportent la preuve du réel potentiel qu’elles engendrent en matière de réduction de la consommation d’énergie et des émissions de CO2. Explication détaillée d’un cas d’étude exemplaire et transposable dans d’autres pays.

Le Ministère de la santé et des affaires sociales de la République croate, l’Institut croate d’assurance maladie et l’Institut national croate de santé publique étaient désireux d’offrir à leurs citoyens un système d’informations de santé plus efficace. Une solution de télécommunications a donc été déployée permettant l’intégration des processus de soins, la gestion des informations et l’usage de workflows.

Reliant 2 400 équipes de soins primaires dans les 20 comitats du pays et dans la capitale Zagreb, le système de mise en réseau des informations santé permet l’informatisation des rapports médicaux et des prises de rendez-vous, la mise à jour en temps réel des dossiers des patients et la numérisation des ordonnances et des orientations de sorte que celles-ci puissent être transmises aux pharmacies, hôpitaux et laboratoires sans qu’il soit nécessaire de les imprimer. Regarder la vidéo (en anglais) :

Lire la suite…

Technology for Good (16) : Dépister le cancer du sein au coeur de la brousse australienne

Les réseaux haut débit fixes et sans fil installés dans les camions de dépistage de BreastScreen

Les réseaux haut débit fixes et sans fil installés dans les camions de dépistage de BreastScreen

 En développant le dépistage du cancer du sein grâce à une technologie haut débit mobile et fixe de pointe, Gail Raw, responsable des services de dépistage et de suivi du cancer de l’État de Tasmanie, et ses collègues aident les femmes qui vivent dans la brousse australienne à prendre en main leur santé de manière plus accessible et efficace.

Le cancer du sein est la forme la plus mortelle de cancer en Australie, avec plus de 12 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Offrir des services plus efficaces de dépistage du cancer du sein, c’est ce que s’efforce de faire BreastScreen Australia en portant les services de santé jusque dans les zones rurales, le fameux « bush » australien.

Visant à réduire la mortalité liée au cancer du sein par un dépistage précoce et un traitement des images en ligne et en temps réel, le BreastScreen Rural Broadband Digital Mammography Project améliore la qualité des services de dépistage et leur accessibilité aux femmes qui vivent dans les zones rurales de la Tasmanie. Les examens sont effectués dans des camions équipés de matériel numérique qui font le tour des régions isolées, ce qui évite aux femmes d’avoir à faire un long trajet. Lire la suite…

Technology for Good (14) : FrontlineSMS ou comment des textos changent la vie

FrontlineSMS est une solution mobile pour lutter contre l’esclavage et aider les personnes qui en sont victimes à faire connaître leur détresse

FrontlineSMS est une solution mobile pour lutter contre l’esclavage et aider les personnes qui en sont victimes à faire connaître leur détresse

 On pourrait penser que la pratique de l’esclavage, l’un des traits les plus abjects du comportement humain, appartient au passé. Pourtant, l’esclavage et la traite des êtres humains ont encore cours aujourd’hui. L’association de défense des droits de l’homme Survivors Connect utilise un logiciel original appelé FrontlineSMS  pour lutter contre l’esclavage et aider les personnes qui en sont victimes à faire connaître leur détresse.

Les pays les plus pauvres du monde constituent des cibles « privilégiées » pour la traite des êtres humains et l’esclavage, qu’il s’agisse de travail forcé, de mariage forcé ou d’exploitation sexuelle. Ces pays sont de surcroît régulièrement le siège de catastrophes naturelles. Aashika Damodar, directrice de Survivors Connect (une ONG américaine qui lutte contre l’esclavage sous toutes ses formes), explique que les trafiquants d’êtres humains profitent de ces deux facteurs (pauvreté extrême et catastrophe naturelle), à un moment où les individus se retrouvent dans une situation de vulnérabilité extrême, pour faire miroiter à leurs victimes une vie meilleure.

C’est pourquoi Survivors Connect s’est immédiatement préoccupé de Haïti — l’un des pays les plus pauvres du monde occidental — après le terrible tremblement de terre de magnitude 7.0 qui a frappé le pays le 12 janvier dernier.
Survivors Connect s’est associée à d’autres organisations non gouvernementales pour tenter d’empêcher que les nombreux cas de traite observés à la suite du tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est ne se reproduisent en Haïti.

« Nous devions veiller à protéger les enfants et les femmes », souligne Aashika. « Le problème est de trouver la meilleure façon de procéder quand les gens veulent fuir à tout prix et se mettre à l’abri, et qu’on leur propose du travail et une vie meilleure. Même l’adoption peut être utilisée comme moyen d’attirer des personnes pour en faire des esclaves domestiques ou les entraîner dans des réseaux d’exploitation sexuelle».

La réponse a été la solution FrontlineSMS. Ce logiciel permet de communiquer avec des groupes de personnes directement par texto, sans avoir besoin d’une connexion Internet. Un signal de téléphonie mobile suffit. Primordial en Haïti où la population a davantage accès à des téléphones portables qu’à des téléphones fixes. Pour comprendre le fonctionnement de la solution, regardez la vidéo (en anglais) ci-dessous :

« En travaillant exclusivement avec des organisations non gouvernementales (ONG) locales dirigées à 100 % par des Haïtiens, j’ai aidé à monter un réseau d’assistance FrontlineSMS destiné à coordonner le travail d’une équipe de psychologues et de conseillers spécialisés dans l’aide aux victimes de maltraitance, » raconte Aashika. Lire la suite…

Le haut débit mobile pour la santé et l’éducation : exemple au Maroc (2/2)

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

 Suite du mini-dossier consacré aux apports des communications mobiles haut débit dans le développement durable des communautés rurales. Il s’agit maintenant d’un projet monté au Maroc entre Ericsson, Maroc Telecom et plusieurs autres acteurs institutionnels. Volet n°2.

Le projet « Lumière de Rhamna » a été lancé en 2007 dans le cadre d’un partenariat entre Ericsson Maroc, la Fondation Rhamna, Maroc Telecom et deux ministères marocains, celui de l’Éducation et celui de la Santé. Son principal objectif est de promouvoir l’éducation en ligne et les services de santé mobiles, l’accès à Internet générant des débouchés économiques. Maintenant que ces villages peuvent accéder plus facilement à des services de santé, d’éducation et d’information, les gens ont davantage de possibilités de gagner leur vie au sein de leur communauté, au lieu de faire de longs trajets pour aller travailler ou d’émigrer vers les villes.

En effet, Rhamna est une région pauvre, située à proximité de Marrakech dans le centre du Maroc. Sur les 300 000 personnes qui y vivent, 66 % n’ont jamais achevé leurs études secondaires. Le taux d’alphabétisation atteint tout juste 40 %. On compte un médecin pour 10 000 personnes et seulement un dentiste pour l’ensemble de la population.

Rachid Chihani, directeur général d’Ericsson Maroc, explique que la principale activité dans la région est l’agriculture. Ce qui pose de sérieux problèmes quand on sait qu’une grande partie des terres est impropre à la culture. « Nous avons lancé l’initiative « Lumière de Rhamna » pour répondre aux besoins de la population », déclare-t-il. Regardez le témoignage de Rachid Chihani (vidéo en anglais) : Lire la suite…