Ericsson publie ses résultats pour le 1er trimestre 2018

Par Corinne Muller, le vendredi 20 avril 2018, classé dans Stratégie

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

Nous avons continué d’exécuter notre stratégie commerciale recentrée en créant des solutions pour aider nos clients à améliorer leur activité. Nos efforts pour améliorer l’efficacité en matière de prestation de services et de réduction des coûts commencent à porter leurs fruits. La marge brute* s’est améliorée à 36% (19%) au cours du trimestre, en ligne avec notre objectif de 37-39% pour 2020.

L’une des pierres angulaires de notre stratégie est d’investir dans la R&D pour assurer notre leadership technologique et de meilleurs coûts, ce qui nous permettra de générer des marges brutes plus élevées. Nous continuons d’augmenter nos investissements en R&D dans les Réseaux pour être leader dans le domaine de la 5G. Dans l’activité Digital Services, nous continuons de renforcer les investissements dans notre nouveau portefeuille cloudifié et de changer nos façons de travailler pour une meilleure efficacité en R&D. Dans les Services Managés, nous continuons à mettre l’accent sur l’intelligence artificielle, l’automatisation et l’analyse pour améliorer l’expérience utilisateur, l’efficacité et mieux gérer la complexité des réseaux de demain.

Dans l’activité Réseaux, nous avons constaté que le portefeuille devenait plus compétitif au cours des trois derniers trimestres de 2017, ce qui s’est traduit, selon des sources externes, par des gains de parts de marché. Dans l’activité Réseaux, la marge brute* s’est améliorée à 40% (35%). Dans l’activité Digital Services, la marge brute* s’est améliorée à 41% (-25%), soutenue par des réductions de coûts principalement dans la prestation de services. Cependant, le résultat opérationnel de l’activité Digital Services reste difficile. Dans l’activité Services Managés, la marge brute* s’est améliorée à 9% (-7%), soutenue par des gains d’efficacité dans la prestation de services et la révision de certains contrats clients, ce qui s’est traduit par un résultat d’exploitation positif*.

En ce qui concerne le segment Emerging Business, nous augmentons progressivement les investissements dans des domaines de croissance tels que l’IoT et l’UDN (Unified Delivery Network). Alors que le résultat d’exploitation de Media Solutions et de Red Bee Media s’est amélioré comparé au trimestre précédent, ces activités ont enregistré une perte** de -0,5 milliard de couronnes suédoises au cours du trimestre. Nous prévoyons de finaliser le désinvestissement prévu de Media Solutions d’ici la fin du troisième trimestre.

Au cours du trimestre, nous avons réduit l’effectif total de plus de 3 000 personnes. Depuis le lancement des activités de réduction d’effectifs en juillet dernier, nous avons réduit l’effectif total de près de 18 000 personnes. À ce jour, l’effet annuel des économies réalisées est d’environ 8,5 milliards de couronnes suédoises, alors que l’objectif est d’atteindre 10 milliards de couronnes suédoises d’ici mi-2018. La réduction n’a pas encore totalement impacté les résultats trimestriels.

Le flux de trésorerie disponible s’est amélioré à 0,3 milliard de SEK (-3,2). – une nouvelle étape dans l’amélioration de notre situation financière. La trésorerie nette était de 35,6 milliards de SEK (28,3).

Les améliorations du trimestre sont encourageantes. Cependant, il reste encore du travail. Nous avons confiance dans l’orientation stratégique prise et nous demeurons pleinement engagés sur nos objectifs à long terme.

En ce qui concerne l’avenir, nous pensons que l’attention croissante portée à la 5G se poursuivra, avec des discussions commerciales axées dans un premier temps sur le haut débit mobile. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les clients pour définir des modèles d’affaires optimisés afin de leur permettre de trouver de nouvelles sources de revenus et de tirer pleinement parti de la 5G.

* Hors charges de restructuration

** Hors charges de restructuration et dotations corporatives

 

Perspectives
Concernant le marché 

Le marché des équipements d’accès radio (RAN) devrait baisser de -2% pour l’ensemble de l’année 2018 avec un CAGR de 2% (2018-2022). En 2018, le marché chinois devrait reculer en raison de la réduction des investissements dans le domaine du LTE, tandis que la dynamique est positive en Amérique du Nord.

Concernant l’évolution des devises 

De manière générale, un affaiblissement de 10% du dollar US vis-à-vis de la couronne suédoise aurait un impact négatif d’environ -5% sur les ventes et d’environ -1 point de pourcentage sur la marge opérationnelle (sur la base de l’exposition aux devises de 2017). Pour plus d’informations rendez-vous sur le site : www.ericsson.com/en/investors

Concernant Ericsson

  • La saisonnalité moyenne des ventes sur cinq ans entre le premier et le deuxième trimestre est de +9%
  • La concentration de l’activité et l’examen des opérations peu performantes devraient réduire les ventes en année pleine jusqu’à 10 milliards de SEK en 2019 par rapport à 2016.
  • La base de référence actuelle des revenus des contrats de licences en propriété intellectuelle représente environ 7 milliards de SEK en base annuelle.
  • Le plan consiste à réaliser des économies de coûts avec un effet annuel d’au moins 10 milliards de SEK d’ici mi-2018, par rapport au taux d’exécution annuel du deuxième trimestre 2017.
  • Les charges d’exploitation varient généralement d’un trimestre à l’autre en raison de la saisonnalité.
  • Les frais de restructuration pour l’exercice 2018 sont estimés à 5-7 milliards de couronnes suédoises et sont légèrement supérieurs au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre.
  • L’impact net réel et estimé de l’amortissement, de la capitalisation des frais de développement, de la comptabilisation et du report des coûts de matériel est le suivant :
SEK b. Q1 2018
Actual
Q2 2018
Estimate
Q2 2017
Actual
FY 2017
Actual
FY 2018
Estimate
FY 2019
Estimate
Coût des ventes -0.3 -0.2 -0.4 -2.6 -1
Dépenses en R&D -0.4 -0.4 0.1 -0.3 -2
Impact Total -0.7 -0.6 -0.3 -2.9 -3 -1 to -2

 

  • Le désinvestissement de Media Solutions devrait être finalisé à la fin du troisième trimestre 2018. Les résultats seront présentés en quote-part du résultat selon la méthode de mise en équivalence. Ericsson détiendra 49% des actions. Les ventes de Media Solutions ont atteint 3,2 milliards de SEK en 2017.
  • Les conséquences des changements de Q1 et Q2 dans les lignes de produits sont décrites en détail dans la page 4 du rapport complet.

Pour plus d’information, vous trouverez ici l’intégralité du rapport.

Vous trouverez ici la version anglaise du communiqué de presse.

 

 

Ericsson publie ses résultats pour le 2ème trimestre 2011

Par Benoît Chamontin, le jeudi 21 juillet 2011, classé dans Non classé
« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 2ème trimestre 2011. Les ventes du groupe ont cru ce trimestre de 14% comparé au 2ème trimestre 2010, tiré par la demande forte et continue pour le haut débit mobile. Les effets des taux de change monétaires, avec une couronne suédoise (SEK) forte, ont ainsi impacté négativement les ventes, qui ont cru en monnaie constante de 27%.

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s’est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson. « Le résultat d’exploitation, en excluant les co-entreprises, a décru à 5,0 milliards de SEK (5,3) ce trimestre, impacté négativement par une charge de restructuration exceptionnelle de 1,3 milliard de SEK liée à la réduction du personnel intervenue en Suède. Le résultat net a atteint 3,2 milliards de SEK (2,0), en croissance de 59%.

Nous avons observé ce trimestre un changement dans le mix marché. Le Brésil, la Chine, l’Allemagne, la Corée et la Russie ont montré une croissance particulièrement forte, comparé au 2ème trimestre 2010 et au 1er trimestre 2011. Les Etats-Unis ont conservé un niveau d’activité élevé même si, de manière séquentielle, l’activité Réseaux s’est quelque peu ralentie alors que les Services ont continué de se développer.

Les ventes sur le segment des Réseaux ont cru de 31% comparé au 2ème trimestre 2010. La croissance continue des ventes en haut débit mobile s’est accompagnée d’un fort développement des revenus dans le domaine des produits réseaux IP. Les ventes sur le segment des Services ont diminué de 5% comparé au 2ème trimestre 2010 en raison des effets de taux de change. En monnaies locales, les ventes de Services Professionnelles ont été presque stables. Les ventes de Services Managés ont diminué comparé au 2ème trimestre 2010. Mais les facteurs de croissance fondamentaux de l’activité Services sont toujours là et l’intérêt des clients reste élevé. Les ventes sur le segment Multimedia ont décru de 2% comparé à la même période l’an dernier, avec cependant une bonne gestion des revenus.

Au 2ème trimestre, l’impact du tremblement de terre et du tsunami au Japon a été limité, les actions entreprises pour l’atténué ayant porté leurs fruits. Notre chaîne d’approvisionnement s’est rétablie plus rapidement que prévu et les délais de livraison de nos produits sont en train de revenir progressivement à la normale.

Ce trimestre a été difficile pour nos co-entreprises qui ont toutes les deux enregistré des pertes. La profitabilité de Sony Ericsson a été impactée par le tremblement de terre au Japon, engendrant des difficultés d’approvisionnement pour près de 1,5 million d’unités. La demande des consommateurs et des opérateurs pour les smartphones continue d’être forte.

ST Ericsson a accru ses pertes ce trimestre essentiellement en raison des récents changements intervenus dans la demande sur le marché de la téléphonie » a conclu Hans Vestberg.

Pour lire le rapport complet : http://www.ericsson.com/res/investors/docs/q-reports/2011/6month11-en.pdf

Ericsson publie ses résultats pour le 1er trimestre 2011

Par Benoît Chamontin, le mercredi 27 avril 2011, classé dans Stratégie
Ericsson first quarter report 2011 - Hans Vestberg

La croissance des ventes a été tirée par le segment des Réseaux, dont les revenus ont cru de 35% comparé à la même période l'année dernière.

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 1er trimestre 2011. « Au premier trimestre 2011, les ventes du Groupe ont augmenté de 17% comparé à la même période en 2010, sous l’effet d’une demande forte et continue pour le haut débit mobile et plus spécifiquement pour les stations de base multistandard RBS 6000″ a déclaré Hans Vesberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Si l’on intègre l’effet des taux de changes monétaires, les ventes à unités comparables ont cru de 25%. Le résultat net s’est amélioré, passant de 1,3 milliard à 4,1 milliards de SEK, essentiellement grâce à une profitabilité accrue sur le segment des Réseaux. Le cash-flow à – 2,9 milliards de SEK (2,3), a été impacté ce trimestre par un nombre plus important d’en-cours au niveau des Régions et par la montée en charge continue de la production.

La croissance des ventes a été tirée par le segment des Réseaux, dont les revenus ont cru de 35% comparé à la même période l’année dernière, avec une marge Ebita de 20%. Grâce à la forte demande pour le haut débit mobile, 5 des 10 Régions ont enregistré une croissance au 1er trimestre 2011 comparé au 1er trimestre 2010.

Les pays qui ont connu une forte croissance sont les Etats-Unis, l’Inde, le Japon, la Corée et la Russie. La Chine a continué d’enregistrer une demande soutenue en 2G.

Les ventes sur le segment des Services ont baissé de 4% comparé au 1er trimestre 2010, en raison des effets des taux de change monétaires. En monnaies locales, les Services Professionnels ont cru de 3%. La marge Ebita a baissé à 7% au 1er trimestre 2011, essentiellement en raison de la baisse de profitabilité dans le Déploiement Réseaux.

Les Managed Services sont restées stables comparé au 1er trimestre 2010, mais ont enregistré une croissance en monnaies locales, grâce à un certain nombre de nouveaux contrats de moindre envergure.

Sur le segment du Multimedia, les ventes sont restées stables comparé à la même période l’année dernière tandis que la marge Ebita est tombée à – 7%, essentiellement en raison du mix produit.

Nos co-entreprises ont enregistré des performances mitigées. Sony Ericsson a dégagé un profit avant taxes de 0,1 milliard de SEK tandis que ST Ericsson a réalisé des pertes de 0,6 milliard de SEK.

Les ventes au 1er trimestre 2011 n’ont pas été impactées par le tremblement de terre et le tsunami dévastateurs au Japon. Notre chaine globale d’approvisionnement en composants dépend partiellement du Japon et nous prévoyons des retards dans la livraison de certains produits.

Nous avons pris un certain nombre de mesures pour réduire les effets et limiter l’impact sur nos clients. Ces actions comprennent la recherche et l’intégration d’autres composants dans nos produits ainsi que l’augmentation des volumes de nouveaux fournisseurs.

Les effets vont également dépendre du redressement du Japon au global, mais selon nos meilleures estimations, nous devrions être en mesure de livrer la majorité de ces volumes avant la fin du 3ème trimestre 2011.

En 2010, nous avions continué de gagner des parts de marché en 3G et maintenu nos parts de marché en 4G/LTE à plus de 50%.

Le GSM continuera d’exister encore de nombreuses années, mais la plupart des investissements vont passer à la 3G/WCDMA et la 4G/LTE.

« Dans le domaine des Services, nous avons augmenté nos parts de marché et continueront d’être le leader de l’industrie » a conclu Hans Vesberg.

Vous pouvez retrouve le rapport complet (en anglais) concernant le premier trimestre d’Ericsson sur notre espace slideshare : http://www.slideshare.net/EricssonFrance/prsentation-des-rsultats-financiers-ericsson-q1-2011

Services vidéo over-the-top : Ericsson réalise une étude pour évaluer de nouveaux business models

L'étude souligne qu'un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces.

L'étude souligne qu'un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces.

Ericsson et Network Strategy Partners viennent de mener une étude détaillée sur la distribution des services vidéo over-the-top (OTT) qui, selon les estimations, devrait représenter une part dominante du trafic réseau dans les années à venir.

L’équipementier suédois vient de communiquer les résultats et recommandations issus de cette étude qui a retenu cinq scénarios différents, basés sur diverses variables économiques et techniques, avec des résultats qui tiennent compte de paramètres multiples.

L’étude a fait ressortir qu’un business model « à deux faces » s’avère être l’option la plus intéressante du point de vue du retour sur investissement. Cette approche encourage la création de plateformes ouvertes afin d’aider d’autres distributeurs de services (grandes entreprises, PME et services gouvernementaux) à interagir plus efficacement avec les abonnés. Ainsi, le fournisseur de services haut débit bénéficie de deux sources de revenus : le distributeur de services et les abonnés.

« Pour pouvoir mettre en place des modèles de prix plus sophistiqués en matière de distribution vidéo OTT, les fournisseurs de services doivent s’assurer que leurs réseaux allient souplesse et intelligence », explique Michael Kennedy du cabinet Network Strategy Partners. « Cette étude propose une série de recommandations clés sur les business models à adopter pour obtenir le meilleur retour sur investissement possible, tout en satisfaisant la demande du consommateur pour un service de qualité. »

« Le succès de la vidéo sur Internet peut être considéré comme un bienfait tout relatif pour les fournisseurs de services haut débit fixes et mobiles dans la mesure où la plupart d’entre eux appliquent un modèle de prix forfaitaire », explique Don McCullough, vice président Marketing IP & Haut débit chez Ericsson. « Pour que la distribution de services vidéo sur Internet soit rentable, il est nécessaire de mettre en place des modèles de prix plus sophistiqués. Cette étude a révélé qu’un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces. En effet, la combinaison d’un réseau tout IP avec un business model à deux faces est la plus intéressante car elle permet de tirer des revenus à la fois des distributeurs de services et des abonnés. »

Ericsson publie ses résultats pour l’exercice 2010

Par Olivier Cimelière, le mardi 25 janvier 2011, classé dans Stratégie
Hans Vestberg : "2010 a été la 1ère année d'exploitation de la technologie 4G/LTE et nous avons pris une nette avance dans ce domaine"

Hans Vestberg : "2010 a été la 1ère année d'exploitation de la technologie 4G/LTE et nous avons pris une nette avance dans ce domaine"

 Le groupe Ericsson a publié ce matin ses résultats pour le 4ème trimestre ainsi que l’année 2010. Vous pouvez retrouver en intégralité les détails des performances financières d’Ericsson en vous connectant sur le site dédié. A l’issue de la présentation des chiffres, le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg, s’est livré à une série de commentaires.

Hans Vestberg a déclaré : « Les ventes du groupe sur le dernier trimestre ont augmenté de 8% comparé à l’an passé et de 32% de manière séquentielle principalement grâce au développement du haut débit mobile. A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change et aux couvertures de risque, les ventes du trimestre sont en croissance de 7%. Après ajustement, le cash flow reste fort en s’établissant à 16,2 milliards de couronnes suédoises (SEK) pour le trimestre (contre 13,6 l’an passé) et à 29,8 milliards pour la totalité de l’année (contre 28,7 l’an passé) ».

La seconde moitié de l’année a enregistré un retour de la croissance des ventes et le taux de conversion en liquidités atteint 112% pour la totalité de l’année. Le résultat net pour 2010 a augmenté de 172% à 11,2 milliards de SEK (contre 4,1 l’an passé) en grande partie grâce à une amélioration des gains issus de Sony Ericsson et une diminution des frais de restructuration. Le Conseil d’Administration propose pour 2010 un dividende fixé à 2,25 SEK (contre 2 l’an passé).

Dans le domaine des Réseaux, les ventes ont augmenté de 14% comparé à l’an passé et de 40% de manière séquentielle grâce à une demande accrue dans le haut débit mobile et des investissements pour l’expansion de la 2G en Chine. Alors que l’approvisionnement en composants est revenu à la normale durant ce trimestre, nous ne satisfaisons toutefois pas totalement la demande croissante sur certains produits en matière de haut débit mobile. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats du 3ème trimestre 2010

Par Olivier Cimelière, le vendredi 22 octobre 2010, classé dans Stratégie
Les ventes du Groupe ont augmenté de 2% au cours de ce trimestre comparé à l'an passé

Les ventes du Groupe ont augmenté de 2% au cours de ce trimestre comparé à l'an passé

 « Les ventes du Groupe ont augmenté de 2% au cours de ce trimestre comparé à l’an passé mais ont été affectées négativement par une couronne suédoise forte » a déclaré Hans Vestberg, PDG d’Ericsson, « A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change, les ventes du trimestre sont en recul de 5% ».

Dans le domaine des Réseaux, les ventes ont progressé de 6% en grande partie grâce à l’augmentation du trafic données sur le trafic voix. Les Services aux opérateurs ont également enregistré une hausse de 3% et représentent désormais 40% des ventes totales. Traduite en monnaies locales, cette croissance s’établit même à 10%. En revanche, les ventes du secteur du Multimédia connaissent un recul de 31% comparativement à la même période de l’an passée.

Une priorité clé du Groupe a été d’atténuer les effets des ruptures de stock dans l’industrie des composants et les problèmes rencontrés dans la chaîne logistique. La situation s’est graduellement améliorée au cours de ce trimestre mais elle demeure une préoccupation pour pleinement répondre à la demande dans le domaine du haut débit mobile. Si la problématique logistique a été résolue, les ruptures d’approvisionnement en composants persistent. Lire la suite…

Japon, USA, Europe : tous abonnés mobiles mais pas tous pareils !

Par Olivier Cimelière, le lundi 18 octobre 2010, classé dans Multimédia,Réseaux mobiles
Le blog de l'agence est visible à l'adresse suivante : www.penn-olson.com

Le blog de l'agence est visible à l'adresse suivante : www.penn-olson.com

 PennOlson, agence américaine spécialisée en marketing et réseaux sociaux, a publié récemment un billet sur son blog à propos d’une étude comparative sur le comportement des abonnés à la téléphonie mobile au Japon, aux Etats-Unis et en Europe. Le blog Ericsson France vous propose une traduction de cet intéressant billet.

Chacun sait que le comportement d’un usage de la téléphonie mobile peut varier d’un pays à un autre. A tel point que les fabricants de téléphones portables n’hésitent pas à modifier en conséquence leurs terminaux pour s’adapter aux besoins de chaque région. Un même modèle peut ainsi disposer de fonctions légèrement différentes selon les pays. Par exemple, il est nécessaire de proposer un clavier de caractères chinois spécifique à Taiwan ou à Singapour car le mandarin qui est y parlé, est différent !

Qu’en est-il alors des usages ? Une étude comScore a compilé des données très intéressantes en comparant les comportements mobiles des abonnés au Japon, aux USA et en Europe. Les résultats sont parfois étonnants. Ainsi, si l’on n’est guère étonné d’apprendre que les Japonais sont des orfèvres en matière d’usages à la pointe de la téléphonie mobile (63% des mobiles vendus peuvent recevoir des flux TV/vidéo), on constate également qu’une large proposition d’utilisateurs regardent la télévision ou la vidéo sur leur terminal à travers le monde. On remarque également que les Américains sont férus de réseaux sociaux en mobilité depuis que Facebook et Twitter sont apparus dans leur propre pays. L’Europe en revanche, semble plutôt privilégier des fonctionnalités comme l’appareil photo ou la musique en MP3.

Plus de détails avec le graphique ci-dessous :

com-score-histogramme

Etude exclusive Ericsson sur la TV : la consommation « on demand » et payante va nettement s’accentuer

Plus de 70% des consommateurs de l'étude Ericsson téléchargent des contenus pour les visionner plus tard à leur convenance

Plus de 70% des consommateurs de l'étude Ericsson téléchargent des contenus pour les visionner plus tard à leur convenance

Le marché de la consommation de contenus télévisuels va continuer de connaître des transformations radicales. C’est l’un des enseignements majeurs d’une étude dévoilée le 26 août par le Consumer Lab d’Ericsson lors d’une conférence de presse à Londres. Les principaux leviers du changement proviennent de la télévision par Internet (IPTV), des tablettes tactiles et d’une consommation de contenus à la demande. L’étude estime également que les contenus payants seront en hausse dans un avenir proche si la qualité et la facilité d’usage sont satisfaits. L’étude reflète les résultats de 7 marchés majeurs équivalant au total à 300 millions de consommateurs.

Ericsson Consumer Lab vient de diffuser les résultats d’une étude de marché récente intitulée « Multi Screen Media Consumption 2010 ». L’étude repose sur des données marchés recueillies en Chine, Allemagne, Espagne, Suède, Taiwan, Royaume-Uni et Etats-Unis. Au total, l’échantillon analysé représente l’équivalent d’un marché de 300 millions de consommateurs.

Parmi les nombreuses observations que contient l’étude, celle-ci montre notamment que les gens consacrent plus de 35% de leur temps de loisirs à regarder la télévision et des contenus vidéos. Ces mêmes personnes sont également de plus en plus familières avec les nouvelles technologies. Une familiarité qui modifie et favorise de nouveaux modèles de consommation télévisuelle.

Même si au moins une fois par semaine, 93% d’entre eux regardent toujours les programmes TV de manière « linéaire » (c’est-à-dire à l’heure programmée par le diffuseur), ces mêmes programmes sont de plus en plus accessibles à travers de nouveaux canaux de distribution. Ainsi chaque semaine, plus de 70% des consommateurs de l’étude Ericsson téléchargent des contenus pour les visionner plus tard à leur convenance. Ils regardent aussi des contenus vidéo diffusés en streaming. Lire la suite…

Ericsson Application Awards : il ne reste plus que 14 équipes en lice

Par Olivier Cimelière, le mardi 27 avril 2010, classé dans Innovation / R&D,Multimédia

Ericsson Labs : exprimez ouvertement votre innovation !

Ericsson Labs : exprimez ouvertement votre innovation !

L’étau se resserre et le verdict se rapproche pour les équipes de développeurs du monde entier qui se sont engagées dans le concours international Ericsson Application Awards. 14 équipes ont reçu le droit de poursuivre l’aventure technologique en finalisant une version bêta de leur application avant le 20 mai 2010.

Lancée depuis fin novembre 2009, cette compétition imaginée par Ericsson Labs propose d’imaginer la future “killer application” de la téléphonie mobile de demain à travers un concours mondial qui s’adresse aux étudiants développeurs du monde entier. Le défi technologique à relever consiste à créer une application pour téléphone mobile de leur choix à partir des briques applicatives disponibles sur la plateforme Web 2.0 d’Ericsson Labs et en respectant le thème de “Everyday Life : Sustainable, Social & Fun”.

La liste des 14 équipes encore en lice a été dévoilée tout récemment sur le site d’Ericsson Labs, initiateur de ce concours d’innovation. Elle peut être consultée à l’adresse suivante : www.ericssonapplicationawards.com/news/semi-finalist-teams . Malheureusement, aucune équipe française ne figure parmi les projets retenus par le jury composé d’experts technologiques et d’industriels. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats du 1er trimestre 2010

Par Olivier Cimelière, le vendredi 23 avril 2010, classé dans Stratégie
Hans Vestberg, PDG d'Ericsson

Hans Vestberg, PDG d'Ericsson

Ericsson a publié ce matin ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2010. Hans Vestberg a déclaré : « Les ventes de ce trimestre ont reculé de 9% en comparaison de la même période en 2009 dans le segment des Réseaux mais enregistrent une hausse dans celui des Services ».

Poursuivant ses commentaires, Hans Vestberg note également : « Les ventes à unités comparables et en intégrant les effets des taux de change monétaires, ont décliné de 16% sur la même période par rapport à 2009. Les ventes liées à la voix, notamment la 2G, continuent de baisser ce trimestre et sont partiellement compensées par une hausse des ventes en 3G. Les ventes ont été également impactées par les difficultés d’approvisionnement en composants industriels ».

A noter toutefois l’amélioration de la marge brute (grâce en particulier aux gains continus en efficacité) et celle également du cash-flow par rapport à la même période en 2009. Par ailleurs, le travail engagé pour retrouver la rentabilité dans les co-entreprises est en ligne et Sony Ericsson a déjà montré des résultats en progrès par rapport à 2009.

Hans Vestberg a tenu à souligner : « Les conditions du marché que nous connues lors du deuxième semestre 2009 ont aussi pesé sur ce trimestre avec des investissements des opérateurs de caractère inégal selon les régions et les marchés. Dans un certain nombre de marchés émergents, les opérateurs sont toujours prudents en termes d’investissement. Ce qui a impacté les ventes des Réseaux tandis que celles des Services Professionnels ont été bonnes au cours de ce même trimestre ». Lire la suite…