Ericsson publie ses résultats pour le 4ème trimestre 2018

Par Diane Delesalle, le vendredi 25 janvier 2019, classé dans Stratégie

 

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

« Notre recentrage stratégique a donné des résultats clairs. Ericsson est aujourd’hui une entreprise plus forte. L’augmentation de nos investissements en R&D pour la croissance future, la révision des contrats de services managés et le contrôle efficace des coûts se sont avérés fructueux, ce qui a permis d’améliorer la compétitivité et la rentabilité de l’entreprise. Alors que l’industrie évolue vers la 5G et l’IOT, nous allons maintenant passer à l’étape suivante, en nous concentrant sur une croissance profitable d’une manière sélective et disciplinée.

Les ventes se sont progressivement améliorées en 2018, entraînant une croissance organique du chiffre d’affaires en année pleine 1) pour la première fois depuis 2013. Cela s’explique en partie par l’amélioration de la situation du marché, mais aussi par des gains de parts de marché dans l’activité  Réseaux résultant d’un portefeuille de produits radio plus compétitif. Parallèlement, les marges brutes 2) se sont améliorées dans tous les segments, avec une marge brute 2) de 35% (26%) et une marge opérationnelle 2) de 4% (-13%).

Le segment Réseaux a connu un autre trimestre solide avec une forte activité commerciale dans plusieurs régions. Le chiffre d’affaires organique des Réseaux 1) progresse de 6% par rapport au 4ème trimestre de l’année précédente, sous l’effet positif de la reprise du marché des Réseaux ainsi que de la bonne performance de notre portefeuille produits. Cette croissance s’explique en partie par un niveau d’activité plus élevé que prévu en Amérique du Nord, sous l’effet de l’augmentation de la demande 5G chez les opérateurs américains. La marge brute de l’activité Réseaux 2) s’est améliorée à 41 % (contre  35 % au 4ème trimestre 2017), principalement en raison de l’amélioration des marges Hardware liée au passage réussi vers l’Ericsson Radio System (ERS). Les contrats stratégiques et les expérimentations 5G sur le terrain ont eu un impact négatif sur la marge opérationnelle au cours du trimestre. Les investissements en R&D ont continué d’augmenter au cours du trimestre, mais on s’attend maintenant à ce qu’ils se stabilisent.

En ce qui concerne les Services Managés, la marge brute 2) s’est améliorée à 12% (-5%) sur l’année, soutenue par des gains d’efficacité et la révision des contrats clients. Nous avons maintenant traité l’ensemble des 42 contrats ciblés, ce qui s’est traduit par une amélioration du bénéfice annualisé de 0,9 milliard de couronnes suédoises (SEK).

Nous poursuivons la mise en œuvre de notre plan de redressement de l’activité Services Digitaux. L’accent a été mis sur la stabilisation du chiffre d’affaires, la modernisation du portefeuille et la réduction des coûts. Dans le domaine des Services Digitaux, de solides progrès ont été réalisés dans la plupart des segments du portefeuille. Les charges d’exploitation sous-jacentes 3) en 2018 ont été inférieures de 2,6 milliards de  SEK à celles de 2017. Cependant, le domaine du BSS (Business Support Systems) n’a pas progressé de manière satisfaisante et nous sommes actuellement en train de remodeler l’activité. Afin d’accélérer la restructuration de l’activité BSS, des mesures additionnelles ont été communiquées le 10 janvier 2019. Ces mesures comprennent des provisions et des charges de restructuration de -6,1 milliards de SEK, qui ont été prises au quatrième trimestre. La stratégie remodelée placera les Services Digitaux sur une trajectoire plus solide pour atteindre les objectifs financiers 2020. Le chiffre d’affaires organique 1) des Services Digitaux a progressé de 5% par rapport à la même période de l’exercice précédent, tiré par Cloud Core et l’OSS. La marge brute 2), corrigée des provisions précitées, s’est améliorée à 38%. Le résultat d’exploitation, hors charges de restructuration et autres coûts liés à la révision de la stratégie BSS, s’est élevé à -0,6 milliard de SEK pour le trimestre.

Dans le domaine des Activités Emergentes et Autres, nous investissons dans des initiatives qui visent à accroître et à aider Ericsson à créer de nouvelles activités. Nous gérons les initiatives de croissance au cas par cas, sur la base d’une valeur actualisée nette (net present value) positive, selon les objectifs du groupe pour 2022. Le chiffre d’affaires organique du segment 1) a augmenté de 1% par rapport à l’année précédente et le résultat d’exploitation 2) s’est élevé à -1,5 (-7,6) milliard de SEK. La croissance du chiffre d’affaires et du résultat d’exploitation 2) dans le segment, hors activités médias, a été respectivement de 60% et de -0,9(-0,8) milliard de SEK.

Le flux de trésorerie disponible excluant les fusions et acquisitions en 2018 a été inférieur à celui de 2017, principalement en raison du retour à la croissance et du fort développement des ventes à la fin du quatrième trimestre. En outre, la vente de créances clients a encore été réduite. Le Conseil d’administration proposera à l’assemblée générale un dividende de 1,00 (1,00) SEK par action.

Comme nous l’avons indiqué précédemment, nous coopérons volontairement à une enquête sur la conformité d’Ericsson à la Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) des États-Unis. Les discussions avec les autorités américaines se poursuivent et nous tiendrons informés des évolutions de ce dossier le cas échéant.

Nos investissements en R&D au cours des deux dernières années nous ont permis de proposer une offre hautement compétitive et à la pointe de l’industrie. Nous continuerons d’investir dans la 5G, l’automatisation et l’intelligence artificielle afin de créer de la valeur pour nos clients et nos actionnaires. Même si les coûts liés aux contrats stratégiques et aux expérimentations 5G auront un impact sur les marges à court terme, ils nous aideront à atteindre nos objectifs pour 2020 et 2022 et à renforcer notre activité sur le long terme. »

 

 

Ericsson publie ses résultats pour le 3ème trimestre 2018

Par Diane Delesalle, le jeudi 18 octobre 2018, classé dans Stratégie

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

« Nous continuons d’exécuter notre stratégie recentrée, en ligne avec nos objectifs pour 2020. Nous constatons des améliorations sur l’ensemble de nos activités, ce qui se traduit par une marge brute [1] de 36,9 % (28,5 %) et une marge d’exploitation [1] de 7,0 % (-1,7 %). La croissance organique [2] du chiffre d’affaires du groupe s’établit à 1%, malgré la sortie de contrats non stratégiques.

Nous continuons d’investir dans notre portefeuille compétitif de produits prêts pour la 5G afin de permettre à nos clients de migrer efficacement vers cette nouvelle technologie. Les opérateurs du monde entier prévoient de lancer des services 5G, en premier lieu en Amérique du Nord. Le fort intérêt des clients pour la 5G génère une augmentation progressive des dépenses consacrées aux expérimentations sur le terrain. Nous pensons que ces coûts resteront élevés, au moins pour les 12 à 18 prochains mois. Ils sont pris en compte dans notre objectif de rentabilité d’au moins 10% pour 2020.

 

La marge brute [1] des réseaux s’améliore à 41,5% (34,8%) avec une croissance organique [2] des ventes de 5%. La vigueur des ventes s’explique principalement par le maintien d’un niveau d’activité élevé, principalement en Amérique du Nord. En raison de la forte augmentation séquentielle des ventes au troisième trimestre, nous prévoyons des effets saisonniers moins importants qu’habituellement au quatrième trimestre dans l’activité Réseaux.

 

La marge brute de l’activité Digital Services [1] s’est améliorée à 36,9% (32,0%) par rapport au 3ème trimestre 2017, mais elle reste moins élevée qu’au 2ème trimestre 2018. Les actions entreprises pour réduire les coûts sont probantes et nous enregistrons de bons progrès dans une grande partie de nos activités. Parallèlement, les provisions liées aux grands projets de transformation digitale ont augmenté au cours du trimestre, ce qui explique la baisse séquentielle de la marge brute. Nous ne sommes pas satisfaits de l’évolution de ces projets de transformation digitale et nous redoublons donc d’efforts pour les faire évoluer.

 

Dans le domaine des Services managés, la marge brute [1] s’est améliorée à 12,9% (-4,0%) grâce aux gains d’efficacité et à la révision des contrats clients. Nous avons revu 40 des 42 contrats ciblés, avec une amélioration du bénéfice annualisé de 0,9 milliard de SEK. Nous augmentons nos investissements en R&D pour remodeler l’offre, basée sur l’automatisation et l’intelligence artificielle. Nous constatons un vif intérêt de la part des clients pour les solutions à venir, mais les ventes sont jusqu’à présent limitées, car nous n’en sommes encore qu’aux premières étapes.

 

Le segment Activités émergentes et autres a connu une progression des ventes de 22% grâce à la croissance de l’activité d’iconectiv. Nous continuons d’investir dans des secteurs stratégiques de croissance future tels que l’Internet des Objets (IoT) et nous avons vu notre élan s’accélérer avec une importante affaire gagnée dans le domaine des solutions de plates-formes de connectivité au cours du trimestre. Comme une partie du portefeuille des Activités émergentes n’en est qu’à ses débuts, les ventes sont jusqu’à présent limitées. Nous resterons disciplinés dans nos investissements dans les Activités émergentes, en évaluant de près chaque opportunité.

 

Même si le programme de réduction des coûts, annoncé en juillet 2017, est désormais clos, nous poursuivons nos efforts pour accroître l’efficacité et réduire les coûts afin d’augmenter encore notre compétitivité. Notre estimation des charges de restructuration de 5 à 7 milliards de couronnes suédoises pour l’ensemble de l’année reste inchangée. Le cash-flow libre hors activités de fusions & acquisitions s’est amélioré à 0,7 milliard de SEK (-0,8) et notre situation de trésorerie reste solide. Nous poursuivons notre travail pour renforcer le bilan de l’entreprise.

 

Comme nous l’avons déjà mentionné, nous coopérons volontairement depuis 2013 à une enquête de la SEC (Securities and Exchange Commission) et, depuis 2015, à une enquête du département de la justice (DOJ) sur la conformité d’Ericsson avec le FCPA américain (Foreign Corrupt Practices Act). Bien que nous ne puissions pas commenter plus en détail, nous pouvons fournir la mise à jour suivante au niveau du processus.

Nous avons identifié des faits pertinents pour les enquêtes et ces faits ont été communiqués aux autorités. Nous continuons de coopérer avec la SEC et le DOJ et nous sommes engagés dans des discussions avec eux pour trouver une solution. Bien qu’il soit impossible de déterminer la durée de ces discussions, d’après les faits que nous avons communiqués aux autorités, nous pensons que le règlement de ces questions donnera probablement lieu à des mesures monétaires ou autres, dont l’ampleur ne peut être estimée actuellement, mais pourrait être conséquente. Nous poursuivons nos efforts pour améliorer notre programme de conformité. Pour plus de détails, voir la rubrique « Autres informations ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le marché mondial de la 5G connaît une forte dynamique, avec des marchés pilotes qui progressent rapidement. Le marché mondial de l’accès radio se remet de plusieurs années de croissance négative et nos investissements en R&D nous ont bien positionnés pour bénéficier de ce développement. Il reste cependant encore du travail à faire pour que tous les secteurs de l’entreprise atteignent un niveau de rendement satisfaisant. Nous restons confiants dans l’atteinte de notre objectif à long terme d’une marge opérationnelle d’au moins 12% au-delà de 2020. »

 

1] Excluant les frais de restructuration.

2] Croissance organique des ventes : chiffre d’affaires ajusté aux fins de comparaison en termes d’unités et de taux de change

 

Hypothèses de planification pour l’avenir

Marché :

Le marché des équipements de réseau d’accès radio (RAN) devrait reculer de -2% sur l’ensemble de l’année 2018 avec un TCAC de 2% pour 2017-2022. (Source : Dell’Oro)

Risques liés au taux de change

Règle générale : un affaiblissement de 10% du dollar US par rapport à la couronne suédoise aurait un impact négatif d’environ -5% sur le chiffre d’affaires net et d’environ -1 point de pourcentage sur la marge opérationnelle (sur la base de l’exposition au risque de change en année pleine en 2017).

Concernant Ericsson en 2018

Ventes : la croissance du chiffre d’affaires en 2017 entre le troisième et le quatrième trimestre a été de 17%. En raison de la forte augmentation séquentielle des ventes au troisième trimestre 2018, les effets de la saisonnalité devraient être moins importants qu’à l’accoutumée au quatrième trimestre dans les Réseaux.

Charges d’exploitation : augmentation progressive du coût des expérimentations sur le terrain. Les charges d’exploitation augmentent généralement entre le troisième et le quatrième trimestre en raison de la saisonnalité. Afin de renforcer encore le leadership technologique d’Ericsson, les dépenses de R&D augmenteront principalement dans les Réseaux au 4ème trimestre. La cession de Media Solutions devrait être finalisée vers la fin de l’année 2018 avec des dépenses supplémentaires estimées à -0,2 milliard de SEK au quatrième trimestre.

Autres : les charges de restructuration pour l’ensemble de l’exercice 2018 sont estimées à 5-7 milliards de SEK. Impact net réel et estimé de l’amortissement et de la capitalisation des frais de développement et de la reconnaissance et du report des coûts de matériel

SEK b. Q3 2018 Actual Q4 2018 Estimate Q4 2017 Actual FY 2017 Actual FY 2018 Estimate FY 2019
Estimate
Cost of sales -0.2 -0.1 -0.8 -2.6 -0.7
R&D expenses -0.5 -0.5 -0.6 -0.3 -1.7
Total impact -0.7 -0.6 -1.4 -2.9 -2.4 -1 to -2

 

Lien vers le rapport complet : https://www.ericsson.com/en/press-releases/2018/10/ericsson-reports-third-quarter-results-2018

Hans Vestberg commente les résultats d’Ericsson au premier trimestre 2015

Par Corinne Muller, le jeudi 23 avril 2015, classé dans Stratégie

Ericsson annonce ces résultats du premier trimestre 2015

Les ventes ont augmenté de 13% au cours du trimestre. Des effets de change ont eu un impact positif et les Services professionnels ont connu une forte croissance. La rentabilité s’est améliorée sur le segment Global Services alors qu’elle a diminué sur le segment Réseaux, en raison du changement dans le mix d’activités.

Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour le 4ème trimestre et l’année 2014

Par Corinne Muller, le mardi 27 janvier 2015, classé dans Stratégie

ericsson_results_q4_2014

Faits marquants du quatrième trimestre 2014 (1)

  • Les ventes du trimestre ont atteint 68 milliards de couronnes suédoises SEK (67,0), en croissance de 1% comparé à l’an dernier et de 18% comparé au trimestre précédent.
  • Après ajustements monétaires et à périmètre comparable, les ventes ont reculé de -2% par rapport à 2013.
  • La croissance annuelle des ventes a été principalement tirée par le Moyen-Orient, l’Europe et l’Asie mais a été impactée par la baisse des ventes en Amérique du Nord.
  • La marge brute a augmenté à 36,6%, avec une amélioration des marges dans tous les segments, malgré le nombre important et prévu de projets terminés au cours du trimestre.
  • Le résultat d’exploitation s’est amélioré et a atteint 6,3 milliards de SEK, tiré principalement par des ventes de logiciels plus importantes et des améliorations de l’efficacité. Des dépenses d’exploitation accrues et des pertes liées aux contrats de couverture de change ont eu un impact négatif sur le résultat d’exploitation.

Lire la suite…