Ericsson publie ses résultats pour le 4ème trimestre 2018

Par Diane Delesalle, le vendredi 25 janvier 2019, classé dans Stratégie

 

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

« Notre recentrage stratégique a donné des résultats clairs. Ericsson est aujourd’hui une entreprise plus forte. L’augmentation de nos investissements en R&D pour la croissance future, la révision des contrats de services managés et le contrôle efficace des coûts se sont avérés fructueux, ce qui a permis d’améliorer la compétitivité et la rentabilité de l’entreprise. Alors que l’industrie évolue vers la 5G et l’IOT, nous allons maintenant passer à l’étape suivante, en nous concentrant sur une croissance profitable d’une manière sélective et disciplinée.

Les ventes se sont progressivement améliorées en 2018, entraînant une croissance organique du chiffre d’affaires en année pleine 1) pour la première fois depuis 2013. Cela s’explique en partie par l’amélioration de la situation du marché, mais aussi par des gains de parts de marché dans l’activité  Réseaux résultant d’un portefeuille de produits radio plus compétitif. Parallèlement, les marges brutes 2) se sont améliorées dans tous les segments, avec une marge brute 2) de 35% (26%) et une marge opérationnelle 2) de 4% (-13%).

Le segment Réseaux a connu un autre trimestre solide avec une forte activité commerciale dans plusieurs régions. Le chiffre d’affaires organique des Réseaux 1) progresse de 6% par rapport au 4ème trimestre de l’année précédente, sous l’effet positif de la reprise du marché des Réseaux ainsi que de la bonne performance de notre portefeuille produits. Cette croissance s’explique en partie par un niveau d’activité plus élevé que prévu en Amérique du Nord, sous l’effet de l’augmentation de la demande 5G chez les opérateurs américains. La marge brute de l’activité Réseaux 2) s’est améliorée à 41 % (contre  35 % au 4ème trimestre 2017), principalement en raison de l’amélioration des marges Hardware liée au passage réussi vers l’Ericsson Radio System (ERS). Les contrats stratégiques et les expérimentations 5G sur le terrain ont eu un impact négatif sur la marge opérationnelle au cours du trimestre. Les investissements en R&D ont continué d’augmenter au cours du trimestre, mais on s’attend maintenant à ce qu’ils se stabilisent.

En ce qui concerne les Services Managés, la marge brute 2) s’est améliorée à 12% (-5%) sur l’année, soutenue par des gains d’efficacité et la révision des contrats clients. Nous avons maintenant traité l’ensemble des 42 contrats ciblés, ce qui s’est traduit par une amélioration du bénéfice annualisé de 0,9 milliard de couronnes suédoises (SEK).

Nous poursuivons la mise en œuvre de notre plan de redressement de l’activité Services Digitaux. L’accent a été mis sur la stabilisation du chiffre d’affaires, la modernisation du portefeuille et la réduction des coûts. Dans le domaine des Services Digitaux, de solides progrès ont été réalisés dans la plupart des segments du portefeuille. Les charges d’exploitation sous-jacentes 3) en 2018 ont été inférieures de 2,6 milliards de  SEK à celles de 2017. Cependant, le domaine du BSS (Business Support Systems) n’a pas progressé de manière satisfaisante et nous sommes actuellement en train de remodeler l’activité. Afin d’accélérer la restructuration de l’activité BSS, des mesures additionnelles ont été communiquées le 10 janvier 2019. Ces mesures comprennent des provisions et des charges de restructuration de -6,1 milliards de SEK, qui ont été prises au quatrième trimestre. La stratégie remodelée placera les Services Digitaux sur une trajectoire plus solide pour atteindre les objectifs financiers 2020. Le chiffre d’affaires organique 1) des Services Digitaux a progressé de 5% par rapport à la même période de l’exercice précédent, tiré par Cloud Core et l’OSS. La marge brute 2), corrigée des provisions précitées, s’est améliorée à 38%. Le résultat d’exploitation, hors charges de restructuration et autres coûts liés à la révision de la stratégie BSS, s’est élevé à -0,6 milliard de SEK pour le trimestre.

Dans le domaine des Activités Emergentes et Autres, nous investissons dans des initiatives qui visent à accroître et à aider Ericsson à créer de nouvelles activités. Nous gérons les initiatives de croissance au cas par cas, sur la base d’une valeur actualisée nette (net present value) positive, selon les objectifs du groupe pour 2022. Le chiffre d’affaires organique du segment 1) a augmenté de 1% par rapport à l’année précédente et le résultat d’exploitation 2) s’est élevé à -1,5 (-7,6) milliard de SEK. La croissance du chiffre d’affaires et du résultat d’exploitation 2) dans le segment, hors activités médias, a été respectivement de 60% et de -0,9(-0,8) milliard de SEK.

Le flux de trésorerie disponible excluant les fusions et acquisitions en 2018 a été inférieur à celui de 2017, principalement en raison du retour à la croissance et du fort développement des ventes à la fin du quatrième trimestre. En outre, la vente de créances clients a encore été réduite. Le Conseil d’administration proposera à l’assemblée générale un dividende de 1,00 (1,00) SEK par action.

Comme nous l’avons indiqué précédemment, nous coopérons volontairement à une enquête sur la conformité d’Ericsson à la Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) des États-Unis. Les discussions avec les autorités américaines se poursuivent et nous tiendrons informés des évolutions de ce dossier le cas échéant.

Nos investissements en R&D au cours des deux dernières années nous ont permis de proposer une offre hautement compétitive et à la pointe de l’industrie. Nous continuerons d’investir dans la 5G, l’automatisation et l’intelligence artificielle afin de créer de la valeur pour nos clients et nos actionnaires. Même si les coûts liés aux contrats stratégiques et aux expérimentations 5G auront un impact sur les marges à court terme, ils nous aideront à atteindre nos objectifs pour 2020 et 2022 et à renforcer notre activité sur le long terme. »

 

 

Ericsson publie ses résultats pour le 2ème trimestre 2018

Par Corinne Muller, le mercredi 18 juillet 2018, classé dans Stratégie

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

Nous poursuivons la mise en œuvre de notre stratégie et sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif à l’horizon 2020, à savoir une marge opérationnelle(1) de 10 % minimum. Les investissements dans le leadership technologique ont permis une progression de la marge brute(1) à 37 % (contre 31 %) et la croissance de l’activité Réseaux.

Les clients se tournent vers les nouvelles technologies pour faire face à la demande croissante de données sans perdre en qualité ni augmenter les coûts. C’est, avec l’accès fixe sans fil, le premier argument commercial en faveur de la 5G. Nous allons poursuivre les investissements pour conforter notre leadership dans la 5G. Cela signifie notamment la poursuite de nos investissements en R&D, la consolidation de notre portefeuille 5G et la multiplication des expérimentations. Nous veillerons également à saisir de façon sélective les nouvelles opportunités grâce à notre portefeuille de solutions 4G prêtes pour la 5G et continuerons d’accompagner les opérateurs qui se préparent pour la 5G. Le fait de proposer des solutions pour la 5G dans toutes les bandes de fréquence vient renforcer notre compétitivité au niveau mondial.

Nous progressons bien dans le segment Réseaux, avec une augmentation du chiffre d’affaires de 2 %, notamment en Amérique du Nord où tous les grands opérateurs se préparent pour la 5G. La marge brute(1) dans ce domaine est passée à 40 % (contre 36 %). L’activité Digital Services est en voie de redressement, avec une progression de la marge brute (1) à 43 % contre 36 % au 2ème trimestre 2017, stable par rapport au 1er trimestre 2018. Mais si les pertes ont diminué à la fois d’une année sur l’autre et d’un trimestre à l’autre, il reste encore beaucoup à faire. La priorité absolue est de rétablir la performance dans ce segment, mais nous accélérons en parallèle les investissements pour rendre notre portefeuille prêt à accueillir la 5G et « cloud native ». La marge brute(1) de l’activité Services managés a progressé à 14 % (contre 2 %), grâce à des gains d’efficacité constants et aux revues des contrats clients, générant un résultat d’exploitation positif. Nous avons également enregistré plusieurs nouveaux contrats au cours du trimestre.

Concernant les activités émergentes et autres, nous investissons dans des domaines stratégiques porteurs, comme l’internet des objets (IoT). Nous assistons à une accélération avec plusieurs succès commerciaux importants au cours du trimestre, grâce à notre plate-forme de connectivité. Cependant, le chiffre d’affaires reste bas. Notre activité Médias a généré une perte de 0,4 milliard de couronnes au cours du trimestre. Nous devrions finaliser la cession annoncée de Media Solutions, récemment rebaptisé MediaKind, d’ici la fin du troisième trimestre.

Le programme de réduction des coûts de 10 milliards de couronnes lancé au 2e trimestre 2017 a été mené à terme. Nous avons en effet réduit les effectifs de plus de 2 000 personnes au cours du trimestre, soit au total 20 500 personnes. Ce sont des mesures difficiles à prendre, mais nécessaires pour la compétitivité. Les économies annualisées réalisées à ce jour sont de plus de 10 milliards de couronnes et commencent à avoir des effets sur les résultats, avec principalement une baisse des coûts de fourniture des services et des charges communes. Toutefois, même si le programme de réduction des coûts est terminé, notre estimation de 5-7 milliards de couronnes de charges de restructuration pour l’année entière demeure valable, car nous poursuivrons tout au long de l’année nos activités d’amélioration de l’efficacité.

La trésorerie disponible s’est améliorée pour s’établir à -0,6 milliard de couronnes (contre -1,3) et notre situation de trésorerie demeure solide. Nous poursuivons nos efforts pour renforcer notre bilan.

L’accélération de la 5G se confirme au cours du trimestre et il est clair que notre portefeuille de solutions prêtes pour la 5G est attractif et compétitif sur le marché. Nous avons progressivement réduit les coûts et resterons très stricts sur cet objectif, afin d’améliorer encore notre compétitivité et notre efficacité. Nous demeurons confiants dans notre capacité d’atteindre l’objectif à long terme d’une marge opérationnelle de 12 % minimum au-delà de 2020.

(1) hors charges de restructuration

 

Hypothèses de planification pour l’avenir

Marché :

Le marché des équipements de réseau d’accès radio (RAN) devrait, selon les estimations, décliner de 2 % pour l’ensemble de l’année 2018 avec 2 % de TCAC pour 2017-2022. En 2018, le marché chinois devrait décliner du fait de la diminution des investissements en LTE, alors qu’une dynamique positive se dessine en Amérique du Nord

Risque lié au taux de change :

Règle générale : une baisse de 10 % du dollar US par rapport à la couronne suédoise aurait un impact négatif d’environ 5 % sur le chiffre d’affaire net et d’environ 1 % sur la marge opérationnelle (en se basant sur le risque de change de l’année 2017). Pour l’historique des taux de change, voir www.ericsson.com/en/investors

Concernant Ericsson, en 2018

  • Chiffre d’affaires : la saisonnalité (CA moyen sur 5 ans) est de -2 % entre le 2e et le 3e trimestres et de 23 % entre le 3e et le 4e trimestres.
  • Le chiffre d’affaire annuel de référence du portefeuille de contrats de licences de propriété intellectuelle est actuellement de l’ordre de 7 milliards de couronnes.
  • Les charges de restructuration pour la totalité de l’année 2018 sont estimées à 5-7 milliards de couronnes.
  • Impact net réel et estimé de l’amortissement et de la capitalisation des frais de développement ainsi que de la reconnaissance et du report des coûts de matériel

 

SEK b. Q2 2018
Actual
Q3 2018
Estimate
Q3 2017
Actual
FY 2017
Actual
FY 2018
Estimate
FY 2019
Estimate
Cost of sales -0.2 -0.2 -0.9 -2.6 -1
R&D expenses -0.3 -0.3 -0.6 -0.3 -1
Total impact -0.5 -0.5 -1.5 -2.9 -2 -1 to -2

 

 

Ericsson annonce ses résultats pour le 3ème trimestre 2014

Par Corinne Muller, le vendredi 24 octobre 2014, classé dans Stratégie

Ericsson-Résultats 3ème trimestre 2014

Commentaires de Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson

Au 3ème trimestre 2014, les ventes ont augmenté de 9% comparé à la même période l’an dernier. A périmètre comparable et après ajustements monétaires, elles ont augmenté de 3%, avec un résultat opérationnel stable.
La croissance des ventes a été principalement tirée par le Moyen-Orient, la Chine, l’Inde et la Russie, mais a été partiellement contrebalancée par des ventes plus faibles en Amérique du Nord.

Lire la suite…