CES 2014 : Ericsson donne sa vision de la société connectée

Par Benoît Maydat, le Mercredi 8 janvier 2014, classé dans Réseaux mobiles,Société en réseau,Vision 2020   |   Aucun commentaire


Hans Vestberg présente sa vision de la société connectée à la conférence annuelle d’AT&T pour les développeurs, qui a eu lieu à Las Vegas en marge du CES 2014. La voiture connectée et les « toll-free data » (données dont l’accès est subventionné par des partenaires) sont les thèmes phares de la conférence. Hans Vestberg a rappelé qu’Ericsson figure parmi les pionniers de la société connectée, 50% des données circulant sur les réseaux 4G passant aujourd’hui par des équipements Ericsson. Lire la suite…

L’envie des Français pour le très haut débit

Par Viktor Arvidsson, le Mardi 10 décembre 2013, classé dans 4G LTE,Fibre,Société en réseau   |   Aucun commentaire

La connectivité, un nouveau besoin primaire ?

Aujourd’hui, la connectivité est devenue un besoin indispensable pour les Français et notamment pour les citadins. Il y a quelques mois, le schéma ci-contre avait d’ailleurs fait le tour du net, exprimant avec humour l’évolution des besoins des êtres humains.

En 5 ans, le débit mobile moyen a été multiplié par 20, passant de 0.08Mbps en 2007 à 1.54 Mbps en 20121 et 85 % des usagers de la 4G en France affirment que c’est un gain de temps au quotidien. Les utilisateurs ayant passé des appels vidéo, par exemple, représentent désormais 56 % des utilisateurs alors qu’ils n’étaient que 31 % avant la 4G. La TV HD sur mobile, la navigation instantanée ainsi que la réalité augmentée sont autant d’autres usages rendus accessibles grâce aux réseaux très haut débit.

En 5 ans, le débit fixe moyen a augmenté de 177 %, passant de 3.2 Mbps à 8.8 Mbps entre 2007 et 2013. Cette hausse de débit s’accompagne de l’enrichissement de l’offre de contenu TV et média, mais voit surtout l’avènement du « foyer connecté ». Véritable tremplin vers la société connectée, la gestion intelligente du foyer est désormais une réalité. Les personnes peuvent littéralement communiquer avec leur maison, contrôler leurs appareils et optimiser leur consommation d’énergie. Lire la suite…

Les abonnements pour Smartphones devraient atteindre 5,6 milliards d’ici 2019

Par Benoît Maydat, le Mardi 12 novembre 2013, classé dans Réseaux mobiles,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Lire la suite…

Concernant les smartphones, nous sommes tous différents

Par Benoît Maydat, le Mardi 18 juin 2013, classé dans 4G LTE,Réseaux mobiles,Société en réseau   |   Aucun commentaire
http://bit.ly/15f5dDJ

Identifier les besoins actuels des consommateurs permet de créer pour eux un plus grand bénéfice.

Les ‘early adopters’ ne sont plus le seul moteur de la croissance de l’utilisation des smartphones et de l’Internet mobile. Désormais, nous y participons tous !

Nous en avons tous une utilisation différente et il devient de plus en plus important de comprendre les facteurs qui influent sur l’expérience globale que nous procure notre smartphone.

Ericsson a cherché ce qui est important pour les utilisateurs quand il s’agit de leur smartphone et de la façon dont ils s’en servent. Les quatre principaux facteurs sont la performance, le prix, le service client et l’appareil en lui-même. Cependant, l’importance de ces facteurs varie pour les différents utilisateurs. Le prix ​​pourrait avoir plus d’importance pour certains alors que l’appareil pourrait être le facteur principal pour d’autres.

Dans notre rapport Unlocking Consumer Value (« Créer de la plus-value pour les consommateurs »), nous avons identifié six groupes différents: les Performance Seekers, les Cost Cutters, les Curious Novices, les Control Seekers, les VIP et les Devicers.

http://bit.ly/15f5dDJ

L’importance des 4 facteurs varie pour les différents utilisateurs.

Et vous, à quel groupe appartenez-vous? Découvrez-le en consultant le rapport.

 Quels types de personnes composent chacun des groupes ? En voici un exemple :

« La couverture réseau de mon opérateur est très bonne. Je peux être dans le train et avoir quand même du réseau. »
Samir, Performance Seeker.

« Il faut que j’ai toujours le dernier iPhone dès qu’il sort, il est trop stylé! »
Emilie, Devicer.

« Je suis chez le même opérateur depuis des années et j’y suis bien. Il faudrait juste qu’ils se rendent compte que je suis un client fidèle. »
Monica, VIP.

« Je ne vois pas pourquoi je paierais un surplus pour mon abonnement. Internet doit être compris dedans. »
Irène, Cost Cutter.

« C’est vraiment frustrant quand ça met quatre fois plus de temps sur l’iPad que sur mon ordinateur. »
Maximilien, Curious Novice.

« Je n’ai pas encore atteint ma limite mais je fais attention. J’ai pris 500 mégas supplémentaires au cas où je dépasserais. J’évite de regarder des vidéos trop longues. »
Diane, Control Seeker.

http://bit.ly/15f5dDJ

Nous avons tous une utilisation différente des smartphones.

Comment les opérateurs peuvent fournir un service que les Performance Seekers vont adorer? En fournissant aux consommateurs une meilleure façon d’évaluer l’efficacité du réseau. Permettre aux consommateurs de voir des tableaux de bord de performance personnalisées en fonction de leurs habitudes de transport leur fournirait une évaluation plus personnalisée et pertinente du réseau, ce qui est important lors du choix d’un opérateur.

Qu’est-ce qui motive les Curious Novices? Ce groupe dépendant a besoin d’avoir un contact personnel vers lequel ils peuvent se tourner quand ils sont submergés par des problèmes techniques. Avoir ce contact personnel les aidera à construire une relation de long terme avec leur opérateur.

Qu’est-ce que Control Seekers recherchent chez un opérateur? La garantie et le droit de se défaire des offres qui ne sont pas à la hauteur de leurs attentes sont très appréciés par les Chercheurs de contrôle. Offrir ce type de service flexible permettra d’améliorer grandement la confiance entre l’opérateur et l’abonné.

En fournissant aux consommateurs une meilleure façon d’évaluer l’efficacité du réseau. Permettre aux consommateurs de voir des tableaux de bord de performance personnalisées en fonction de leurs habitudes de transport leur fournirait une évaluation plus personnalisée et pertinente du réseau, ce qui est important lors du choix d’un opérateur.

Ericsson déploie la 4G/LTE en France pour Orange

Par Benoît Maydat, le Jeudi 4 avril 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Opérateurs,Réseaux mobiles   |   2 commentaires

La part de marché globale d’Ericsson en LTE est 2 fois plus importante que celle du concurrent le plus proche, mesurée en équipements livrés.

• Déploiement du LTE pour Orange sur les régions Sud-Ouest, Nord-Est et Ile de France incluant Paris sur les bandes 2,6 GHZ et 800 MHZ.

• Utilisation des technologies multi standard 2G/3G/4G RBS 6000 radio Ericsson pour réaliser ce déploiement en parallèle au programme de modernisation radio 2G/3G.

Les déploiements 4G réalisés par Ericsson pour Orange en France ont débuté en juin 2012 et s’appuient sur les équipements multistandards 2G/3G/4G Ericsson RBS 6000 pour les régions Ile de France, dont Paris, ainsi que les régions Sud-Ouest et Nord-Est. Il en résulte une meilleure expérience utilisateur (en termes de qualité et de débit) pour les abonnés d’Orange concernés.
« Le rythme soutenu des déploiements réalisés pour Orange montre la capacité d’Ericsson à accompagner son client sur un enjeu stratégique et disposer ainsi de capacités accrues pour gérer l’évolution de son trafic data, tout en améliorant la qualité de service » déclare Franck Bouétard, Président d’Ericsson en France. « Les équipes d’Ericsson sur le terrain sont totalement engagées pour qu’Orange puisse réaliser son objectif de couverture en 4G sur 2013, et en particulier à Paris ».

En parallèle à ce déploiement LTE et pour rappel, Ericsson réalise actuellement depuis 2010 la modernisation des réseaux radios existants 2G et 3G sur les régions Sud-Ouest, Nord-Est et Ile de France couvrant plus de 15 000 sites. Pour l’exécution de ces programmes de modernisation et de déploiement, Ericsson a mis en place une importante structure, et emploie de nombreuses sociétés partenaires.
Ericsson est le leader du marché des équipements mobiles avec 35% de part de marché en 2012. La part de marché globale d’Ericsson en LTE est 2 fois plus importante que celle du concurrent le plus proche, mesurée en équipements livrés.

Les mobiles marchent sur les plates-bandes des satellites

Par Jean-Pierre Soulès, le Mardi 26 février 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Innovation / R&D,Réseaux mobiles   |   Aucun commentaire

Les fréquences des satellites peuvent être utilisées pour les réseaux mobiles.

Il n’y a pas que les énergies fossiles qui s’épuisent. Le spectre des fréquences, ressource rare, n’est pas non plus infini. Avec l’explosion du trafic, engendré notamment par les smartphones et autres tablettes, les opérateurs recherchent toujours de nouvelles fréquences pour augmenter la capacité de leurs réseaux. Les progrès des algorithmes de compression, comme l’arrivée prochaine du H265, en cours de normalisation, qui permet d’économiser jusqu’à 30% de bande passante, ne suffit pas. Il faut trouver de “l’oxygène”.

D’où l’idée de récupérer d’autres bandes de fréquences, comme la bande L, réservée aux satellites, mais incomplètement utilisée entre les fréquences 1452 et 1492 MHz, soit un ballon d’oxygène d’une quarantaine de MHz. Cette ressource supplémentaire sera utilisée dans le sens “descendant” (de la station de base jusqu’au terminal). En effet, selon Orange, dans les nouveaux usages des terminaux modernes, le trafic est asymétrique, surtout du fait de la généralisation de la vidéo : 20% du trafic est “montant” et 80% “descendant”. Or la bande L se prête particulièrement bien à ce type de trafic.

Les trois partenaires, Ericsson pour la partie infrastructure, Orange comme opérateur et Qualcomm pour la partie processeurs des terminaux, ont réalisé en 2012 une expérimentation à Toulouse autorisée par l’ARCEP, le régulateur en France, à titre de test.
L’idée est d’associer des fréquences de bandes différentes pour constituer un flux offrant une plus grande bande passante. Une possibilité permise par les technologies 3G+ et LTE. La station de base émet donc sur plusieurs fréquences non contiguës et c’est au processeur du terminal de remettre de l’ordre dans tout ça et de présenter à l’utilisateur un flux continu de qualité. Il n’a évidemment pas à se soucier par quelles bandes sont arrivés les paquets.

Reste que ces 40 MHz seront à partager dans les différents pays entre les opérateurs de réseaux lorsque le régulateur aura donné son feu vert. Cependant, les expérimentateurs estiment que ce rab de fréquences permettra de doubler la capacité dans le sens descendant. C’est ce qu’ils ont constaté dans le test de Toulouse en utilisant 5 MHz dans la bande 3G+ et 5 MHz dans la bande L.

Une bouffée particulièrement bienvenue, mais jusque quand ?



Découvrez cette expérimentation, qui est une première mondiale, en vidéo :

Franck Bouétard, Président d’Ericsson France: « L’heure est aujourd’hui plus aux services qu’au réseau »

Par Jean-Pierre Soulès, le Lundi 25 février 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Réseaux mobiles,Stratégie   |   Aucun commentaire

« Nous avons plus que doublé notre chiffre d’affaires entre 2009 et 2012 et nous sommes passés de 700 à 1400 personnes » déclare Franck Bouétard.

Selon vous, quelle est le principale différence entre le MWC2013 et la version 2012 ?

L’an dernier encore, nous étions très orientés réseau. Aujourd’hui, nous mettons plus l’accent sur les services, pour aider les opérateurs à  les créer et à les gérer. Cette stratégie est illustrée par quelques unes de nos annonces. Par exemple, celle relative au Mobile Order Management destiné à permettre aux opérateurs de les proposer plus vite à leurs clients. Autre exemple, Experience Centric Management Services vise à mesurer de bout en bout la qualité des services fournis jusqu’à l’utilisateur final. Cela suppose évidemment une adaptation du réseau pour qu’il soit plus dynamique, plus réactif. Cette transformation passe notamment par une nouvelle architecture fondée sur le Service Provider SDN (Self Defined Network), avec une infrastructure virtualisée, donc plus flexible et basée sur le Cloud.

Y a-t-il des innovations  technologiques?

Avant de développer une nouvelle technologie radio, mieux vaut améliorer et tirer le meilleur parti de celles qui existent déjà et dont nous n’avons pas encore exploité toutes les possibilités. Par exemple, nous annonçons l’antenne Air 32. Elle est multifréquences, multi-technologies et intègre une station de base. Il y a aussi l’intégration du Wi-Fi dans le réseau, avec Wi-Fi Gateway, qui est la poursuite du Wi-Fi Offload annoncé l’an dernier. Cette fois, le Wi-Fi n’est plus une pièce rapportée, mais il fait partie du réseau. Dans une petite cellule, c’est le réseau qui choisira la technologie la mieux adaptée au type de trafic. Ainsi, la 2G suffira pour la voix, la 3G pour des données et le Wi-Fi pour de lourds transferts ou la vidéo. De cette manière, les ressources sont mieux utilisées.

Mais ne parlez -vous pas de 5G ?

Entre la 2G et la 3G, il y eu un saut technologique, tout comme entre la 3G et la 4G. Mais pour la 5G, ce n’est pas le cas. Il s’agit plutôt, là encore, de mieux utiliser les ressources existantes. Dans les grandes lignes, plutôt que d’ouvrir une macro cellule LTE, mieux vaut construire des micro cellules, chacune adaptée à une technologie, et la station de base opte pour la mieux adaptée à l’usage (2G, 3G, LTE, …).

Quid du Broadcast LTE ?

L’objectif est d’utiliser le réseau LTE pour diffuser des programmes vidéo via LTE. L’opérateur réserve une partie de la bande passante pour, par exemple, quelques programmes de TV en mode Broadcast et l’autre partie reste en mode Unicast pour le trafic classique : voix, données, etc. Cela permet notamment de diffuser des événements locaux sans déployer une lourde infrastructure. L’opérateur peut changer à sa guise l’utilisation de la cellule en fonction ses besoins.

Ericsson France a fait dernièrement plusieurs acquisitions. Quel est leur but ?

En 2011, nous avons acquis Tridge Group, une SSII française spécialisée dans les systèmes de facturation télécoms, pour nous renforcer dans le BSS (Business Support System). En 2012, ce fut  la division Services Diffuseurs de Contenu de Technicolor. Une démarche logique dans la mesure ou télécoms et télévision sont de plus en plus étroitement liées. Elle entre dans notre stratégie de services managés, cette fois côté diffuseurs. Enfin, nous allons intégrer l’activité télécoms de la SSII Devoteam.  Il s’agit de nous renforcer dans la fusion de plus en plus étroite entre les télécoms et l’IT dans les systèmes opérateurs. De plus, cette activité nous permet d’être plus présents dans l’Ouest de la France et, par conséquent, d’étendre notre couverture.

Donc tout va bien pour Ericsson France?

Nous avions un certain retard sur le marché français, mais nous le comblons. Ainsi, nous avons plus que doublé notre chiffre d’affaires entre 2009 et 2012 et nous sommes passés de 700 à 1400 personnes, tant par croissance organique que par croissance externe.

Rapport Ericsson sur la mobilité : adoption rapide des smartphones et doublement du trafic de données mobiles

Par Benoît Chamontin, le Mercredi 21 novembre 2012, classé dans 4G LTE   |   1 commentaire

13 millions d’abonnements LTE supplémentaires ont été enregistrés au troisième trimestre 2012 et leur nombre devrait atteindre 1,6 milliard à l’horizon 2018.

Le dernier rapport sur la mobilité publié par Ericsson – précédemment connu sous le nom de rapport sur le trafic et les données marché – révèle que près de 40 % des téléphones vendus au troisième trimestre 2012 ont été des smartphones. Il montre également que le trafic de données a doublé entre le troisième trimestre 2011 et le troisième trimestre 2012 et qu’il devrait enregistrer une croissance annuelle de l’ordre de 50 % entre 2012 et 2018, principalement sous l’impulsion de la vidéo.

L’étude menée par Ericsson montre que la vidéo en ligne est le facteur qui contribue le plus à cet essor du trafic mobile : elle représente en effet 25 % du trafic total généré par les smartphones et 40 % de celui émanant des tablettes. Cette progression fait peser sur les réseaux de nouvelles exigences, notamment celle de garantir un service de qualité partout et à tout moment.

Douglas Gilstrap, Senior Vice President et directeur de la stratégie d’Ericsson, explique : « La généralisation des smartphones et des tablettes a modifié l’usage que nous faisons d’Internet, augmentant les attentes autour de la qualité des réseaux mobiles. La mobilité occupe aujourd’hui une place importante dans notre vie quotidienne. Nous avons tous en permanence sous la main des outils permettant un accès instantané à l’information, au divertissement et aux échanges sociaux. » Lire la suite…

Ericsson au Broadband World Forum 2012 : l’innovation dans les réseaux pour faire face au phénomène « Big Data »

Ericsson était présent au Broadband World Forum 2012, l’événement majeur de l’année dédié au haut débit.

Avec les nombreux lancements de téléphones intelligents, nouvelles tablettes et produits connectés, l’industrie des technologies de l’information et de communication (TIC) entre dans l’ère Big Data, ère de consommation forte de données à travers les réseaux. Lors de son discours d’ouverture au Broadband World Forum 2012 (BBWF), Ulf Ewaldsson, CTO d’Ericsson, a souligné l’importance de l’innovation dans les technologies réseaux pour réaliser un monde « tout communicant ».

« En Suède, le temps passé sur Internet chaque semaine est passé de 8 heures en 2008 à 19 heures en 2012 *, et la tendance est similaire dans d’autres pays. Nous savons que les utilisateurs apprécient la mobilité et la qualité d’accès au réseau. Durant la même période, la charge réseau a cru de manière importante » a déclaré Ulf Ewaldsson.

  »Les innovations constantes dans le secteur soutiennent le changement d’usage observé. On est donc passé de réseaux mobiles sur lesquels transitaient essentiellement de la voix à une demande de plus en plus importante en matière de données . Il y a une boucle entre la demande des consommateurs et la capacité du réseau. Ericsson met donc l’accent sur l ‘amélioration de la qualité de l’expérience utilisateur et l’innovation dans les réseaux », a-t-il poursuivi.

 Ericsson a ainsi identifié des domaines technologiques clés pour le futur des réseaux :

  • Les réseaux hétérogènes pour augmenter la couverture, la bande passante ainsi que les capacité de signalisation des réseaux mobiles et supporter les forts volumes de traffic et de données.
  • IP de 4ème génération, virtualisation et SDN ( Software Defined Networking) pour bâtir un réseau intelligent, évolutif, simple et capable de fournir des performances supérieures.
  • OSS / BSS et  l’analyse en temps réel pour fournir les informations sur le réseau et les habitudes des utilisateurs ce qui permet à l’opérateur de s’adapter en tenant compte des nouveaux usages. 

Deux nouveaux produits ont également été présenté à l’occasion du Broadband World Forum 2012 : une solution de Wi-Fi optimisée pour les stades et une nouvelle passerelle réseau haut débit pour les foyers connectés.

Lire la suite…

Retour sur la présence d’Ericsson au salon IBC 2012 à Amsterdam

Par Benoît Chamontin, le Mardi 18 septembre 2012, classé dans Société en réseau,Télévision   |   Aucun commentaire
"Time to Play; TV. Anywhere. Now" Une nouvelle signature forte pour Ericsson lancée lors du salon IBC 2012

"Time to Play; TV. Anywhere. Now" Une nouvelle signature forte pour Ericsson lancée lors du salon IBC 2012

« Time to Play; TV. Anywhere. Now » tel était le message clairement mis en avant par Ericsson au salon IBC 2012 qui se tenait à Amsterdam du 7 au 11 septembre. En effet, sur le stand de 500m2 que nous avions cette année, nos experts ont rencontré de nombreux diffuseurs, ayants droit et fournisseurs de contenus pour leur faire profiter de l’expérience d’Ericsson comme créateur d’expérience TV multi-écran sur de nombreux appareils et architectures multi-plateforme. Les différents participants avaient également la chance de découvrir nos nouveaux produits et solutions dans le domaine.

Ainsi Ericsson a présenté le premier codeur HEVC/H.265 du marché qui permettra la diffusion télévisuelle en direct et en mode linéaire sur les terminaux mobiles via les réseaux mobiles. Capable d’encoder en temps réel à des résolutions pouvant aller jusqu’à la HD, le nouveau codeur SVP 5500 HEVC d’Ericsson réduit considérablement les besoins en bande passante pour les services actuels et futurs. Il permet aux opérateurs de fournir un service télévisuel de grande qualité sur les terminaux mobiles et de répondre aux attentes croissantes des consommateurs en matière de services TV, à la maison comme en mobilité.

Nous avons également profité du salon pour présenter la dernière étude du ConsumerLab concernant les habitudes des personnes quand elles regardent la télévision. Nous apprenions notamment que 67 % de la population utilise désormais un smartphone, une tablette ou un ordinateur portable en regardant la télévision.

Lire la suite…