Les mobiles marchent sur les plates-bandes des satellites

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 26 février 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Innovation / R&D,Réseaux mobiles

Les fréquences des satellites peuvent être utilisées pour les réseaux mobiles.

Il n’y a pas que les énergies fossiles qui s’épuisent. Le spectre des fréquences, ressource rare, n’est pas non plus infini. Avec l’explosion du trafic, engendré notamment par les smartphones et autres tablettes, les opérateurs recherchent toujours de nouvelles fréquences pour augmenter la capacité de leurs réseaux. Les progrès des algorithmes de compression, comme l’arrivée prochaine du H265, en cours de normalisation, qui permet d’économiser jusqu’à 30% de bande passante, ne suffit pas. Il faut trouver de “l’oxygène”.

D’où l’idée de récupérer d’autres bandes de fréquences, comme la bande L, réservée aux satellites, mais incomplètement utilisée entre les fréquences 1452 et 1492 MHz, soit un ballon d’oxygène d’une quarantaine de MHz. Cette ressource supplémentaire sera utilisée dans le sens “descendant” (de la station de base jusqu’au terminal). En effet, selon Orange, dans les nouveaux usages des terminaux modernes, le trafic est asymétrique, surtout du fait de la généralisation de la vidéo : 20% du trafic est “montant” et 80% “descendant”. Or la bande L se prête particulièrement bien à ce type de trafic.

Les trois partenaires, Ericsson pour la partie infrastructure, Orange comme opérateur et Qualcomm pour la partie processeurs des terminaux, ont réalisé en 2012 une expérimentation à Toulouse autorisée par l’ARCEP, le régulateur en France, à titre de test.
L’idée est d’associer des fréquences de bandes différentes pour constituer un flux offrant une plus grande bande passante. Une possibilité permise par les technologies 3G+ et LTE. La station de base émet donc sur plusieurs fréquences non contiguës et c’est au processeur du terminal de remettre de l’ordre dans tout ça et de présenter à l’utilisateur un flux continu de qualité. Il n’a évidemment pas à se soucier par quelles bandes sont arrivés les paquets.

Reste que ces 40 MHz seront à partager dans les différents pays entre les opérateurs de réseaux lorsque le régulateur aura donné son feu vert. Cependant, les expérimentateurs estiment que ce rab de fréquences permettra de doubler la capacité dans le sens descendant. C’est ce qu’ils ont constaté dans le test de Toulouse en utilisant 5 MHz dans la bande 3G+ et 5 MHz dans la bande L.

Une bouffée particulièrement bienvenue, mais jusque quand ?



Découvrez cette expérimentation, qui est une première mondiale, en vidéo :

Mobile World Congress 2012 : le village planétaire

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 28 février 2012, classé dans Événements

Mobile World Congress 2012 (1)

Ils sont venus, ils sont tous là…. ou presque. Plus de 1.400 exposants. De 60.000 à 80.000 visiteurs attendus. Un village mondial (à l’échelle de la planète), grouillant de monde. Autant que pour un grand match de foot du Barça. Ou qu’un prix de Formule 1 (proximité du circuit de Catalunya oblige). Au fil des ans, le MWC prend des airs de petit Cebit. La Fiera Montjïc devient trop petite. Des passerelles enjambent les rues pour donner toujours plus de place aux exposants.

Tout fond, au pied de la colline, dominant le site, les deux champions du monde du mobile, que séparent des jeux d’eau. Deux Scandinaves. Ericsson, le numéro un des infrastructures, qui négocie en tête la courbe à haute vitesse de la 4G. En face, Nokia, le leader des terminaux. Si le Finlandais s’est plutôt raté dans le virage du smartphone, au point d’être obligé de mettre du Windows Mobile dans son moteur pour recoller au peloton, il n’en demeure pas moins le leader des terminaux mobiles en termes de parts de marché toutes catégories confondues.

Évidemment, les compétiteurs ne sont pas loin : Alcatel-Lucent, Huawei, ZTE, Cisco… pour l’un. Samsung, LG, Motorola, HTC… pour l’autre. Cette année encore, Apple snobe ses rivaux. De nouvelles figurent apparaissent. Intel, qui vient de glisser son processeur Atom dans de nouveaux smartphones, notamment chez Orange, ZTE, Lava. Il vient défier le champion de la catégorie, l’incontournable Qualcomm qui riposte en présentant la Snapdragon S4. Côté OS, Microsoft répond présent, tandis qu’Android, le petit homme vert, se taille un stand à la mesure de son succès et de ses ambitions. Lire la suite…

Ericsson et Qualcomm réalisent le premier transfert d’appel d’un reseau 4g/lte vers un reseau 3G/WCDMA

Par Benoît Chamontin, le mardi 7 février 2012, classé dans 4G LTE,Réseaux mobiles

23 décembre 2011 : premier transfert d’appel réussi depuis un réseau LTE vers un réseau WCDMA

La technologie LTE est jusqu’ici principalement utilisée pour le transfert de données mobiles. Les opérateurs commencent désormais à faire évoluer leurs réseaux pour supporter la transmission de la voix et des SMS sur LTE (selon la spécification VoLTE GSMA IR.92), se préparant ainsi à l’introduction de nouveaux services multimédia, globalement interopérables, sur les smartphones en LTE.

Dans ce contexte, le principal enjeu des opérateurs est de garantir aux utilisateurs que leurs communications ne subiront aucune interruption lorsqu’ils quitteront la zone de couverture LTE.

Ericsson, en collaboration avec Qualcomm, a réalisé avec succès un essai de transfert d’appel en utilisant la fonctionnalité 3GPP SRVCC (Single Radio Voice Call Continuity). L’essai a permis de démontrer qu’il était possible d’assurer la continuité d’une communication, en sortie de la zone de couverture LTE, grâce à la bascule automatique de l’appel en cours vers le réseau WCDMA ou GSM.

Ce transfert d’appel d’un réseau LTE vers un réseau WCDMA a été réalisé le 23 décembre dernier sur un réseau Ericsson et en utilisant un terminal équipé d’une puce Qualcomm multimode LTE/3G. Lire la suite…

Ericsson réalise une première mondiale avec la voix haute définition sur réseau CDMA

Par Benoît Chamontin, le lundi 21 mars 2011, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles,Services

Ericsson est le leader de l'industrie dans l'introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure pour améliorer l'expérience des abonnés et contribuer à enrichir l'offre des opérateurs.

Ericsson est le leader de l'industrie dans l'introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure.

Ericsson vient de réussir le premier appel en qualité Haute Définition sur un réseau CDMA (Code Division Multiple Access). Il s’agit d’une première au niveau technique pour l’industrie CDMA rendue possible grâce à l’utilisation du codec Enhanced Variable Rate Codec Narrowband-Wideband (EVRC-NW).

Cette étape importante a été franchie par l’équipe de développement CDMA d’Ericsson en collaboration avec Qualcomm Incorporated en passant avec succès des appels vocaux en HD en laboratoire sur un réseau CDMA.

La voix HD CDMA délivre la voix sur une large gamme spectrale allant de 50Hz à 7000Hz, ce qui permet une amélioration de la qualité et de l’intelligibilité de la voix mais également une diminution de la fatigue d’écoute, même dans les environnements bruyants.

Ericsson est le leader de l’industrie dans l’introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure pour améliorer l’expérience des abonnés et contribuer à enrichir l’offre des opérateurs. En effet, les recherches menées par Ericsson auprès des consommateurs montrent que la qualité de la voix est un élément différenciant clef entre les différents réseaux des opérateurs. Ainsi cela améliore la rétention des abonnés et augmente l’usage mobile.

«Nous avons fait la démonstration du premier appel haute définition voix CDMA dans le monde sur un réseau Ericsson en utilisant le nouveau codec EVRC-NW 3GPP2 et en assurant l’interopérabilité avec les fonctionnalités existantes tout en facilitant le déploiement de services large bande à venir.

C’est le point de départ d’une révolution de la qualité de la voix qui va considérablement améliorer les réseaux CDMA tels que nous les connaissons aujourd’hui. »

Surya Bommakanti, vice-président, Product Area Core, BU CDMA Mobile Systems, Ericsson

Ericsson améliore continuellement son portefeuille de produits CDMA en offrant des capacités de qualité supérieure au niveau de la voix pour le bénéfice des abonnés et des opérateurs CDMA.

À noter qu’Ericsson avait profité du Mobile World Congress 2010 pour faire la démonstration de la voix Haute Définition sur le réseau HSPA (cf. Mobile World Congress : de la voix Haute Définition avec Ericsson et Orange).

Ericsson retire sa plainte contre Qualcomm auprès de la Commission européenne

Par Corinne Muller, le mardi 24 novembre 2009, classé dans Innovation / R&D,Opinion,Stratégie
Ericsson entend empêcher tout détenteur de brevet de pratiquer une concurrence déloyale ou des tarifs exhorbitants en matière de brevets technologiques

Ericsson entend empêcher tout détenteur de brevet de pratiquer une concurrence déloyale ou des tarifs exhorbitants en matière de brevets technologiques

Ericsson vient d'annoncer le retrait de sa plainte auprès de la Commission européenne concernant les dépôts de licence WCDMA (3G) effectués par Qualcomm. L'entreprise restera toutefois en contact régulier avec les autorités de régulation de la concurrence dans le monde entier sur ce dossier.

L'objectif d'Ericsson ne change pas : l'application stricte et juste d'une régulation exécutoire concernant les droits de propriété intellectuelle, en particulier sur les technologies sans fil 3G et 4G.

Ce retrait de plainte fait suite à une procédure judiciaire collective intentée en octobre 2005 par Ericsson, Nokia, Broadcom, NEC et Texas Instrumets contre Qualcomm. Cette dernière était accusée par les plaignants de violer les lois anti-trust et de ne pas respecter ses engagements auprès des instances de standardisation en matière de rémunération équitable et non-discriminatoire des licences relatives à ses brevets essentiels. Les entreprises plaignantes avaient notamment argué la preuve économique que l'attitude de Qualcomm engendrait des coûts superflus de plusieurs milliards d'e

uros et supportés au final par les utilisateurs de la téléphonie mobile. Lire la suite…