50 milliards d’objets connectés : 2 vidéos intéressantes à découvrir

Par Corinne Muller, le jeudi 4 novembre 2010, classé dans Haut Débit,Multimédia,Technology for Good,Vision 2020
Sur son billet communicant, le voyageur peut découvrir des informations relatives aux paysages traversés

Sur son billet communicant, le voyageur peut découvrir des informations relatives aux paysages traversés

Ericsson avait annoncé lors du dernier Mobile World Congress en février 2010 à Barcelone qu’en 2020, nous dénombrerons 50 milliards d’objets connectés aux réseaux. Tout terminal qui aura un intérêt à être connecté, le sera. Autrement dit, n’importe quel objet pourra communiquer avec d’autres objets, bien au-delà des terminaux aujourd’hui connectés comme l’ordinateur, le téléphone ou encore la liseuse électronique.

Parmi ses lectures, le blog Ericsson France est tombé sur un passionnant billet de Nicolas Bordas sur son blog personnel. Président de l’agence de publicité TBWA/France, enseignant à SciencesPo et auteur du livre « L’idée qui tue », Nicolas Bordas est à l’affût de toutes les idées disruptives qui peuvent surgir dans différents domaines d’activités.

Dans son récent billet intitulé « Et si les médias communiquaient en silence ? », il évoque deux vidéos réalisées par l’agence de design Berg et l’agence de publicité Dentsu Londres. Ces vidéos s’inscrivent totalement dans la vision des 50 milliards d’objets connectés qu’Ericsson décline depuis le dernier Mobile World Congress.

Le premier film intitulé “incidental medias” (les médias secondaires) montre comment les programmes télé, les radio-réveils ou les factures peuvent intégrer des informations en provenance des réseaux sociaux.

Le deuxième film intitulé “Le voyage” imagine comment une gare peut devenir communicante au travers d’écrans, de tickets ou de documents éphémères, pour rendre le voyage plus agréable pour le voyageur.

Le billet de Nicolas Bordas renvoit également à un intéressant article signé par Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération (Fing).

AdMarket d’Ericsson donne un nouvel élan à la publicité mobile

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

 Ericsson lance AdMarket, une solution de publicité pour téléphonie mobile qui permet de couvrir l’ensemble de la chaîne des opérations entre l’annonceur, l’opérateur et l’abonné. Avec AdMarket, les annonceurs et les opérateurs peuvent utiliser un ciblage intelligent pour offrir aux abonnés une expérience encore plus riche et adaptée tout en monétisant mieux l’espace publicitaire et les ressources de données. Les abonnés eux, reçoivent uniquement la publicité qui les intéresse.

Avec l’engouement dont jouissent actuellement les terminaux mobiles intelligents (les fameux smartphones), la publicité pour la téléphonie mobile devient un secteur d’activité majeur. Pour concrétiser cette tendance de la manière la plus positive possible auprès des consommateurs, il est important non seulement de cibler les consommateurs avec des publicités adaptées, mais aussi de leur permettre de contrôler le type, la fréquence et le modalités des publicités qu’ils reçoivent.

Dans ce domaine, la publicité s’est souvent avérée frustrante pour toutes les personnes concernées, des publicitaires et des agences médias jusqu’aux éditeurs, aux opérateurs et aux abonnés. Avec le lancement d’AdMarket, Ericsson vise à donner un nouvel élan à la publicité mobile et établir ainsi un véritable écosystème publicitaire au service de la téléphonie mobile. Lire la suite…

Ericsson Business Review : le 2ème numéro de 2010 vient de paraître

Par Corinne Muller, le vendredi 10 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie
Demandez Ericsson Business Review !

Demandez Ericsson Business Review !

 Le deuxième numéro de l’année 2010 d’Ericsson Business Review vient de sortir. Publié trois fois par an en anglais, ce magazine propose des analyses stratégiques et des visions d’experts reconnus sur l’évolution long terme du marché des télécoms. Dans ce numéro intitulé « La Destruction créatrice », vous pourrez trouver les articles suivants :

Un cerveau différent
Selon Don Tapscott, consultant et auteur de l’ouvrage Growing Up Digital, les jeunes d’aujourd’hui sont différents, y compris leur cerveau, une évolution qui produit de grands changements dans notre façon de vivre et de travailler. Voir également sur le blog d’Ericsson France, la vidéo de Don Tapscott (en anglais).

Surmonter les tempêtes de destruction créatrice  
Les lecteurs et tablettes électroniques ont atteint un niveau de maturité qui permet de dire que le canal mobile est aujourd’hui en train de redessiner en profondeur le paysage médiatique. C’est ce à quoi on peut s’attendre lorsque les chaînes de valeur traditionnelles sont renversées.

Médias, mode et leadership inspiré sont les enjeux du futur des télécoms          
Le professeur Paul Saffo nous expose pourquoi, selon lui, l’industrie des télécoms semble avoir un problème avec l’innovation et la créativité.

Marques, contenu et futur de l’édition        
Si le secteur des tablettes sème le trouble dans le monde de l’édition, il est aussi en train de redéfinir celui du journalisme. Les médias du futur vont nécessiter une nouvelle race de reporter, capable d’exploiter au mieux les nouveaux formats et services. Violet Blue nous parle du nouveau visage du journalisme. Lire la suite…

Jeffrey Cole : « Une nouvelle ère pour la publicité »

Par Benoît Chamontin, le vendredi 3 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie,Vision 2020
JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

 Jeffrey Cole est directeur de l’ « Annenberg School Center for the Digital Future » au sein de l’Université de Californie du Sud. A ce titre, il est l’un des observateurs mondiaux les plus avisés sur les questions relatives à Internet. Pour lui, il n’existe aucun doute que la majorité des contenus numériques sera mise à disposition gratuitement. Alors qui paiera ? Sa réponse est sans ambages : la publicité. Le débat reste ouvert !

Durant ces 25 dernières années, Jeffrey Cole a été à la pointe des évolutions dans le domaine des technologies de communication et des médias tant aux Etats-Unis qu’a niveau international. Depuis juillet 2004, il a rejoint l’ « Annenberg School for Communication & Journalism » avec une double casquette : directeur du « Center for the Digital Future » récemment créé et enseignant-chercheur. Sous sa houlette, le centre étudie et propose des pistes de réflexion afin de combiner évolution des technologies de communication et bénéfices réels pour les populations.

Dans la vidéo réalisée dans le cadre du programme d’Ericsson intitulé « 2020 – Shaping Ideas« , Jeffrey Cole revient sur les impacts et les enjeux d’Internet en matière de création et de diffusion des contenus numériques (en anglais) :

Le téléphone mobile sera le 1er outil de connexion à Internet d’ici 2020

A lire sans modération !

A lire sans modération !

 Le magazine The Economist a publié une vidéo instructive autour de la convergence des réseaux, des connexions haut débit en mobilité et des usages multimédia. Une vidéo d’où il resssort notamment que le téléphone mobile sera le premier outil de connexion à Internet dans le monde d’ici 2020 ! En route pour une galerie incroyable de faits et de chiffres.

Cette irruption des nouvelles technologies et des médias sociaux n’est pas sans provoquer de profonds bouleversements dans le paysage médiatique et les usages des consommateurs. Le magazine The Economist anime à cet effet une plateforme Web de partage et de dialogue intitulée Media Convergence. Des industriels, des experts technologiques, des psychologues du marketing et des professionels des médias viennent régulièrement faire part de leur point de vue sur les tendances et les stratégies qui se mettent en place. Pour se connecter au site (en anglais), cliquez sur l’adresse suivante : http://mediaconvergence.economist.com/

SMS : Ericsson acquiert l’activité d’agrégation mobile de SinglePoint

Par Benoît Chamontin, le vendredi 19 février 2010, classé dans Multimédia,Opérateurs,Publicité
SinglePoint permet aux marques, aux agences et aux éditeurs de communiquer avec plus de 270 millions d’abonnés sans fil en Amérique du Nord

SinglePoint permet aux marques, aux agences et aux éditeurs de communiquer avec plus de 270 millions d’abonnés sans fil en Amérique du Nord

 Ericsson vient de multiplier sa capacité d’agrégation de SMS aux États-Unis après avoir acquis les actifs des contrats d’exploitation et d’agrégation de SinglePoint. Cette acquisition porte Ericsson au statut d’agrégateur de Niveau 1 CSCA (Common Short Code Administration) aux États-Unis, tout en renforçant sa position de fournisseur global de connexions de messagerie.

« Nous sommes enchantés d’avoir conclu cet accord avec un acteur aussi éminent que SinglePoint », commente Scott Nichols, directeur de l’activité IPX d’Ericsson en Amérique du Nord. « Sa base de données est bien établie et il a mis au point une suite complète de connexions opérateurs qui permettront à Ericsson d’entrer dans le peloton de tête du marché américain. Parallèlement à nos connexions consommateurs et opérateurs existantes, nous allons ajouter les actifs supplémentaires de SinglePoint à nos services de courtage multimédia. Cette opportunité de traiter avec SinglePoint a été un maillon essentiel de notre stratégie en Amérique du Nord. »

Basé à Bellevue dans l’état de Washington, SinglePoint permet aux marques, aux agences et aux éditeurs de communiquer avec plus de 270 millions d’abonnés sans fil en Amérique du Nord. « L’expansion rapide de notre activité de publicité sur mobile exigeait que nous nous concentrions davantage et consacrions plus de ressources à la maintenance de notre plate-forme publicitaire et à ses clients de plus en plus nombreux », explique Gowri Shankar, P.-D.G. de SinglePoint. Lire la suite…

Un expert parle : "Les réseaux sociaux ont beaucoup à nous apprendre…"

Par Corinne Muller, le jeudi 18 février 2010, classé dans Multimédia,Opérateurs,Opinion,Stratégie

L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse

L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse

Selon un chercheur indien renommé, l’étude des réseaux sociaux présente un double intérêt pour les opérateurs télécoms. Elle permet de prévoir les abonnés susceptibles de quitter un réseau et d’identifier des opportunités marketing ciblées. En route pour une petite leçon de réseau social !

Balaraman Ravindran, professeur associé au département de sciences et d’ingénierie informatiques de l’Institut indien de technologie de Madras, à Chennai, mène des études comportementales pour mieux cerner la façon dont les membres des réseaux sociaux, en ligne ou téléphoniques, s’influencent mutuellement.

Première constatation de Balaraman Ravindran : « L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse ». Selon leur position dans les réseaux sociaux, les gens peuvent en effet s’influencer mutuellement d’une manière particulièrement intéressante pour les opérateurs télécoms. On peut par exemple, à partir de données concernant les appels, réaliser des graphiques qui mettent en évidence les liens unissant différents utilisateurs et dont l’analyse permet de repérer ceux qui risquent le plus de se désabonner.

Balaraman Ravindran est à cet égard sans équivoque : « Votre décision de quitter un opérateur de téléphonie sera probablement influencée par vos « voisins » du réseau ou ceux avec lesquels vous avez le plus de contacts par téléphone. Sachant en plus que les gens qui occupent la même position au sein d’un réseau ont tendance à se comporter de façon identique, l’analyse de la position sociale permet de repérer d’autres clients potentiels qui résilient ». Lire la suite…

Ericsson IPX : les preuves par l'exemple (2/3)

Par Corinne Muller, le mardi 9 février 2010, classé dans HSPA,Multimédia,Publicité,Services,Télévision

photo-blog-ericsson-ipx-motto2

Ericsson IPX : le point commun entre MTV, un service de d'information routière et l'équivalent suédois des Pages Jaunes.

Suite de la série d'articles sur Ericsson IPX. Après les services de gestion et de monétisation de contenus numériques sur mobile et de communautés en ligne, voici trois domaines supplémentaires où Ericsson IPX apporte sa puissance au services des entreprises utilisatrices et de leurs clients finaux. Cette fois, il s'agit de trouver sur une mobile toutes les infos dont on a besoin lors de ses déplacements, de recevoir les publicités et les promotions adaptées à son profil de consommateur ou de profiter de contenus interactifs et en temps réel avec des médias.

Services de renseignements

photo-blog-ipx-logo-vagverket

  • Vägverket est l’organisme suédois chargé de l’administration routière (similaire au service de trafic routier français Sytadin). Pour optimiser sa qualité de service, il utilise la solution IPX d'Ericsson pour envoyer aux automobilistes des informations sur les conditions de circulation, les travaux sur la chaussée et les interventions en cours renforçant ainsi la qualité et la sécurité du réseau routier national.

photo-blog-ipx-logo-eniro

  • Grâce à la solution IPX Payment d'Ericsson, Eniro, le service d’assistance-annuaire suédois (l'équivalent des services Pages Jaunes en France) propose un service de renseignements par SMS surtaxé, accessible via un numéro court. Eniro utilise également la solution IPX Messaging d’Ericsson pour pouvoir envoyer, sous forme de SMS, les résultats de recherches vocales ou effectuées sur Internet.

Marketing et publicité sur mobile

photo-blog-ipx-logo-mobiento

  • Mobiento, leader du marketing mobile en Scandinavie, fournit aux plus grandes marques suédoises des campagnes de marketing ciblées diffusables dans plus de 160 pays. Les fonctions de messagerie et de paiement de la solution IPX d'Ericsson trouvent des applications sur de nombreux marchés et satisfont parfaitement aux critères de Mobiento en termes de qualité de service, de réactivité et de créativité.

photo-blog-ipx-logo-more-mobile-relations

  • More Mobile Relations conçoit et développe des applications de communication mobile innovantes destinées aux campagnes de marketing mobile. 12snap, par sa créativité et son expertise technique, a su gagner la confiance de nombreuses grandes marques mondiales dans les domaines du divertissement et des produits de consommation courante. IPX permet à More Mobile Relations de disposer d’une solution de messagerie par SMS et MMS de haute qualité, ainsi que d’accéder à des numéros courts locaux pour les services de messagerie gratuits et surtaxés.

Contenus médias interactifs

photo-blog-ipx-logo-mtv

  • MTV a lancé, aux côtés d'Ericsson IPX, toute une série de services interactifs dans les pays nordiques et baltes. Les utilisateurs peuvent par exemple envoyer du texte qui s’affichera sur l’écran télé, envoyer une photo d’eux pour savoir à quelle célébrité ils ressemblent ou faire un test d'affinités. Ces services sont possibles grâce à la solution IPX Payment d’Ericsson.
zp8497586rq
zp8497586rq

Ericsson IPX et Playphone : Personnaliser et vendre du contenu mobile

Par Corinne Muller, le jeudi 4 février 2010, classé dans Haut Débit,HSPA,Multimédia,Publicité,Réseaux mobiles
PlayPhone utilise actuellement IPX pour commercialiser, vendre et fournir du contenu mobile dans 12 pays

PlayPhone utilise actuellement IPX pour commercialiser, vendre et fournir du contenu mobile dans 12 pays

 Soucieux de simplifier les transactions et d’améliorer la satisfaction de ses clients, PlayPhone a adopté la solution Internet Payment Exchange (IPX) d’Ericsson. En offrant des services de paiement par divers canaux (WAP, Web et SMS), cette solution permet à PlayPhone de vendre directement aux clients du contenu pour mobiles sur 12 marchés dans le monde.

PlayPhone est un leader mondial des contenus pour mobiles qui propose des personnalisations créatives et divers contenus tels que sonneries, jeux et vidéo. Il possède un catalogue impressionnant de contenus de grands noms du divertissement tels que Sony BMG, EMI, Disney, SEGA et Konami. PlayPhone possède également son propre site mobile de jeux – playphone.com – et propose sur abonnement l’accès à des sites de divertissement et aux sites de grandes enseignes de la distribution telles que Walmart, ABC Television, Cartoon Network, Real Networks et iPlay.

Kate Barry, directrice générale pour la zone Europe, Moyen-Orient et Asie chez PlayPhone, explique pourquoi la société a choisi Ericsson Internet Payment Exchange (IPX) comme partenaire : « PlayPhone cherchait à étendre ses activités dans de nouveaux pays et pour y parvenir avait besoin d’un fournisseur mondial de solutions de messagerie et de paiement, doté d’un excellent service de support. Le rayonnement international d’Ericsson et sa parfaite connaissance du marché ont été également des facteurs déterminants. »

PlayPhone utilise actuellement IPX pour commercialiser, vendre et fournir du contenu mobile dans 12 pays, en utilisant ses produits de facturation WAP, Web et SMS, de messagerie (Bulk Messaging) et de numéros SMS abrégés (Shortcode). IPX adresse à PlayPhone une seule facture pour tous les pays, ce qui simplifie considérablement la gestion.

Personnalisation avant tout !

Playphone a notamment apprécié la simplicité de l’interface utilisateur d’IPX qui peut être personnalisée en apposant sa propre marque. A cela, s'ajoute la possibilité d'utiliser les informations sur les abonnés pour reconnaître l’identité du client et lui éviter de devoir à chaque fois s’identifier pour acheter du contenu.

En plus d’améliorer le service au client, l’identification de l’utilisateur permet à PlayPhone de proposer un plus grand niveau de personnalisation en adaptant l’interface à des utilisateurs spécifiques. Dans le futur, PlayPhone a l’intention de profiter de la présence mondiale d’IPX et de sa connaissance du marché pour conquérir de nouveaux marchés. L’entreprise envisage également d’utiliser de nouveaux produits IPX, tels que les SMS intégrés, pour enrichir son offre de services.

Présent dans plus de 20 pays en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Amérique latine , PlayPhone est le leader mondial sur le marché du contenu pour mobiles, proposant une offre de divertissement et de personnalisation extrêmement variée et performante : jeux, sonneries, vidéos et bien plus encore. En 2003, cette société a lancé le modèle de distribution de contenu mobile « direct-to-consumer » et continue de travailler sur de nouvelles possibilités d'interaction avec les utilisateurs. La solution IPX d’Ericsson permet de gérer la distribution et la facturation des contenus, offrant également des services de marketing au travers du module IPX Messaging. Pour en savoir plus, visitez les sites Internet : www.playphone.com et www.corp.playphone.com .

« PlayPhone compte parmi ses clients quelques-unes des plus grosses entreprises de médias du monde et a par conséquent besoin d’un fournisseur fiable pour fournir et facturer du contenu. Ces exigences, auxquelles s’ajoute la nécessité d’un support sur place, ont été pleinement satisfaites par la solution IPX d’Ericsson. »

Richard Anell, directeur des ventes d'Ericsson IPX

zp8497586rq

Et si vous faisiez vos courses grâce au téléphone portable ?

Par Corinne Muller, le jeudi 28 janvier 2010, classé dans Multimédia,Publicité,Réseaux mobiles
Faire son shopping grâce au téléphone portable !

Faire son shopping grâce au téléphone portable !

 Distributeurs,  producteurs et fabricants de produits de grande distribution attendent avec impatience les solutions mobiles qui leur permettront de dialoguer avec leurs clients. Le GS1, association mondiale de normalisation à but non lucratif, en est convaincue. Grâce à sa solution MobileCom qui lit les codes barres produits, les consommateurs pourront en effet obtenir diverses informations sur les produits via leur téléphone portable.

Imaginez-vous dans le rayon « vins » d'un supermarché ! Devant l'offre pléthorique, vous ne savez plus sur quelle étiquette porter votre choix. Et si votre téléphone portable se transformait alors en sommelier avisé ? En France, des producteurs de vin et des fabricants ont récemment collaboré pour produire une campagne sur le code à barres pour téléphone mobile qui aidera les clients à améliorer leurs connaissances en matière de vin.  Le marché du vin y représente 3,5 milliards d’euros par an et 85 % des achats de vin sont effectués en supermarché. La campagne de septembre menée dans 750 supermarchés était accessible via 47 modèles de téléphones portables.

« Les Français passent pour de grands connaisseurs du vin, alors qu’en réalité la plupart n’y connaissent pas grand chose », commente Diane Taillard, responsable des solutions chez GS1 et chargée de l’initiative MobileCom. « Compte tenu de l’énorme diversité de l’offre en France, les consommateurs ont besoin d’informations supplémentaires sur le vin qu’ils achètent telles que la température à laquelle il doit être servi, ses arômes, la meilleure année pour le consommer, les accords entre mets et vins et les astuces de professionnels ».

En téléchargeant un logiciel sur leur téléphone portable, les consommateurs pourront scanner le code à barres de la bouteille et recevoir des informations sur le vin concerné à partir de sites Internet mobiles. La majorité des personnes interrogées ont jugé ce service utile et pratique et 23 % se sont dit prêts à télécharger l’application sur leur téléphone. Lire la suite…