ERICSSON ET ORANGE PASSENT LE PREMIER APPEL 5G MULTI-VENDEURS EN FRANCE

Par Diane Delesalle, le vendredi 26 octobre 2018, classé dans 5G

Appel 5G conforme aux spécifications 3GPP lancé dans le laboratoire d’Orange dans la bande 3,4-3,8 GHz utilisant une antenne, une station de base et un cœur de réseau Ericsson ainsi qu’un terminal mobile Intel

Le premier appel en France utilisant le protocole 3GPP 5G NR a été réalisé avec succès le jeudi 25 octobre. L’enjeu était d’établir un appel de données dans la bande 3,4-3,8 GHz et en interopérabilité entre un terminal mobile Intel et une station de base Ericsson. L’expérience repose sur une solution Ericsson complète, composée d’une antenne Massive MIMO et d’un cœur de réseau virtualisé 5G distant situé à Lille Douai.

Cette démonstration s’inscrit dans le cadre du partenariat 5G entre Orange et Ericsson annoncé en octobre 2016. Elle représente un premier jalon vers la mise en œuvre d’un réseau expérimental 5G à Lille Douai. Ce premier appel 5G a été établi entre deux fournisseurs d’équipements indépendants – un réseau complet 5G Ericsson et un mobile de test 5G fourni par Intel.

Selon Olivier Simon, directeur de l’évolution des technologies sans fil d’Orange : «Il s’agit d’un défi technique majeur car les deux fabricants ont mis en œuvre des spécifications 3GPP très précises pour pouvoir communiquer. Un challenge beaucoup plus difficile à relever comparé aux appels réalisés par des fabricants dits ‘propriétaires’. ».

Selon Michel Biurrun, directeur technique Ericsson du compte global Orange : « Ericsson et Orange préparent activement l’arrivée de la 5G en France. Ce premier appel 5G marque un jalon important vers la mise à disposition de systèmes 5G ouverts ».

Pour rappel, le 3GPP (3rd Generation Partnership Project) a approuvé et publié en juin 2018 les spécifications 5G New Radio (NR) dans le cadre de la Release15, marquant ainsi l’aboutissement de deux années de travail.

Avec ce premier appel de données interopérable utilisant le protocole 5G NR, Ericsson accompagne Orange dans son avancée vers la 5G et s’affirme comme le premier équipementier à offrir à ses clients des systèmes 5G ouverts et interopérables.

La France à l’honneur au MWC 2015

Par Corinne Muller, le mercredi 4 mars 2015, classé dans Événements,MWC15,Récompenses et Prix
ericsson-franck-bouetard-axelle-lemaire-mwc15

Franck Bouétard et Axelle Lemaire

La France est très bien représentée cette année au salon mondial des télécoms de Barcelone. Plus grand pavillon national du Mobile World Congress, le Pavillon French Tech créé à l’initiative de Business France (agence née de la fusion Ubifrance-AFII) a accueilli les innovations de 180 entreprises françaises dont plus de 60 startups.

Lire la suite…

Ericsson partenaire d’Orange dans 5 pays pour les services managés

Par Corinne Muller, le mardi 3 mars 2015, classé dans 4G LTE,Opérateurs,Réseaux mobiles,Services

ericsson-orange-services manages-5-pays

Ericsson a été sélectionné par Orange comme fournisseur de référence des services managés. Cet accord concerne 5 pays : l’Espagne, la Belgique, la Roumanie, la Slovaquie et la Moldavie, représentant plus de 30 millions de clients.

Dans le cadre de ce contrat de cinq ans, Ericsson fournit un service de gestion des opérations de bout en bout comprenant l’exploitation du réseau, la performance, l’optimisation, l’expansion et le support, la maintenance ainsi que la gestion des pièces de rechange pour l’accès des réseaux fixes et mobiles (2G, 3G et 4G) d’Orange.

Ericsson met l’accent sur l’amélioration des performances et de la qualité pour les réseaux afin qu’Orange puisse proposer une qualité de service accrue et différentiante pour ses clients en Europe.

Jean-Claude Geha, Vice-Président et directeur des services managés chez Ericsson, a déclaré: « Grâce à cet accord, nous permettons à Orange de se concentrer encore plus sur la fourniture de solutions innovantes et la prestation de services de haute qualité pour ses clients, tout en améliorant la rentabilité opérationnelle. »

Selon Franck Bouetard, Président Directeur Général d’Ericsson France et directeur du compte Orange global : « Ce contrat majeur dans le domaine des services managés représente une réelle avancée dans notre relation avec Orange sur le long terme. »

En savoir plus sur les services managés Ericsson : Managed Services

Orange Business Services renforce son offre M2M pour les multinationales grâce à la plateforme de gestion des objets connectés d’Ericsson

Par Corinne Muller, le jeudi 19 septembre 2013, classé dans Société en réseau

Orange utilisera uniquement la plateforme M2M Ericsson au niveau international.

La plateforme DCP (Device Connection Platform) d’Ericsson permettra aux clients d’Orange Business Services de déployer et de gérer de façon évolutive les objets connectés et applications M2M sur des marchés multi-domestiques.

Orange Business Services et Ericsson annoncent aujourd’hui la signature d’un accord pour renforcer leur positionnement sur le marché mondial du M2M (machine-to-machine). Le M2M et plus largement l’internet des objets connaissent un essor dans de nombreuses applications et le développement des réseaux mobiles haut débit devrait renforcer cette croissance. C’est particulièrement le cas dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique grand public pour qui ces solutions représentent un grand potentiel de développement de services. Les multinationales qui adressent différents marchés dans le monde doivent pouvoir s’appuyer sur une solution homogène d’un pays à l’autre et ce, tout en étant capables de répondre aux attentes spécifiques des utilisateurs dans chaque pays.

Orange Business Services a choisi la plateforme en mode cloud de gestion des objets connectés DCP (Device Connection Platform) d’Ericsson pour enrichir sa gamme de solutions M2M et renforcer le support auprès de ses clients internationaux. Cette solution permettra aux clients d’Orange Business Services de bénéficier de fonctionnalités de pointe pour déployer, faire évoluer et exploiter des millions de connexions M2M à l’échelle mondiale. Un portail de services disponible en permanence permettra aux clients d’accéder eux-mêmes et directement à des fonctionnalités de gestion et de contrôle de leur base de cartes SIM installées, avec un accès en temps réel pour le suivi opérationnel, le soutien aux équipes métiers et l’accès aux statistiques d’utilisation. Les fonctionnalités de la plateforme Ericsson viennent renforcer la qualité de service globale d’Orange Business Services et la fluidité de l’expérience client.

Orange Business Services propose déjà une gamme complète de solutions M2M à la carte (allant de la connectivité M2M aux solutions de bout-en-bout : conception, gestion de projet, services de conseil et support). Avec plus de 250 personnes dédiées au M2M, Orange Business Services offre une expertise reconnue dans l’innovation, l’intégration et le développement de solutions métier incluant notamment : la surveillance à distance des systèmes médicaux connectés, le diagnostic et la maintenance d’équipements, les compteurs intelligents (smart metering), la gestion de flottes ainsi que le suivi et la traçabilité.

Après la Global M2M Association (GMA), cet accord marque une nouvelle étape dans l’ambition d’Orange Business Services de proposer des solutions M2M mondiales. Grâce au partenariat (GMA) signé avec les principaux opérateurs européens, les clients d’Orange Business Services bénéficient des accords de roaming et d’intéropérabilité de ses membres et accèdent ainsi à une couverture réseau inégalée à l’échelle mondiale et des niveaux de services harmonisés.

Thierry Bonhomme, directeur exécutif d’Orange Business Services, explique : « Cela fait de nombreuses années qu’Orange Business Services investit dans l’Internet des objets, avec pour ambition d’être un acteur clé sur le marché mondial du M2M. Nous continuons à enrichir notre portefeuille dans ce domaine pour fournir aux entreprises internationales les meilleurs services disponibles. L’accord conclu avec Ericsson constitue une avancée nouvelle dans notre approche mondiale du M2M, et dans la mise en oeuvre d’un éco-système de partenaires sélectionnés – pour le plus grand bénéfice de nos clients. »

Johan Wibergh, vice-président et directeur de la Business Unit Réseaux d’Ericsson, souligne lui aussi l’importance de cet accord : « Ce partenariat avec Orange est une excellente chose. Ensemble, nous allons pouvoir concrétiser notre vision d’une société en réseau, avec potentiellement 50 milliards d’objets connectés dans les prochaines années. La plateforme DCP d’Ericsson est un élément clé dans la mise en oeuvre de cette vision, qui bénéficie de nos capacités R&D et d’investissements très conséquents. De son côté, Orange tirera profit de la forte présence locale et de l’éco-système d’Ericsson dans le monde, pour accélérer sa dynamique commerciale. »

« Les opérateurs supprimant peu à peu les barrières qui empêchaient le libre déploiement de solutions globales, il devient désormais plus abordable, pour les grandes entreprises comme pour les OEM, d’investir dans les objets connectés. Nous estimons que cette dynamique devrait conduire à un nouveau départ pour ce secteur industriel », prédit pour sa part Steve Hilton, analyste auprès du cabinet Analysys Mason.

S’appuyant sur les capacités R&D d’Ericsson, les clients internationaux d’Orange bénéficieront de solutions compétitives sur le long terme, avec l’assurance d’une connectivité fiable et économique pour leurs systèmes.

Introduction des nouveautés TV & Media présentées à l’IBC 2013

Par Benoît Maydat, le mardi 17 septembre 2013, classé dans Broadcast,Événements,Innovation / R&D

Lors de l’IBC qui se tenait du 12 au 17 septembre 2013 à Amsterdam, Ericsson a présenté de nombreuses nouveautés.

Stéphane Duboc, Responsable TV & Media d’Ericsson France indique que « la structuration d’une équipe à Rennes issue de l’acquisition de Devoteam [Telecom & Media], qui était au début de l’IPTV pour Orange, nous donne aujourd’hui de solides références ».Grâce à cette acquisition, Ericsson a renforcé ses positions sur le marché français du conseil et de l’intégration de systèmes (CSI).

Ericsson présente également lors de ce salon le Content Management System (CMS), destiné à la gestion du cycle de vie d’un contenu, de sa création à sa diffusion multi-écrans. Le CMS est actuellement déployé chez 2 clients majeurs en France. Ericsson présente aussi le Media Delivery Network (MDN) qui offre une grande amélioration de l’expérience utilisateur.

La 4K et HEVC, qui feront l’objet très prochainement de nouveaux articles sur ce blog (de même que le MDN), sont également au programme de ce salon IBC 2013 qui nous a réservé de belles innovations.

Ericsson déploie la 4G/LTE en France pour Orange

Par Benoît Maydat, le jeudi 4 avril 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Opérateurs,Réseaux mobiles

La part de marché globale d’Ericsson en LTE est 2 fois plus importante que celle du concurrent le plus proche, mesurée en équipements livrés.

• Déploiement du LTE pour Orange sur les régions Sud-Ouest, Nord-Est et Ile de France incluant Paris sur les bandes 2,6 GHZ et 800 MHZ.

• Utilisation des technologies multi standard 2G/3G/4G RBS 6000 radio Ericsson pour réaliser ce déploiement en parallèle au programme de modernisation radio 2G/3G.

Les déploiements 4G réalisés par Ericsson pour Orange en France ont débuté en juin 2012 et s’appuient sur les équipements multistandards 2G/3G/4G Ericsson RBS 6000 pour les régions Ile de France, dont Paris, ainsi que les régions Sud-Ouest et Nord-Est. Il en résulte une meilleure expérience utilisateur (en termes de qualité et de débit) pour les abonnés d’Orange concernés.
« Le rythme soutenu des déploiements réalisés pour Orange montre la capacité d’Ericsson à accompagner son client sur un enjeu stratégique et disposer ainsi de capacités accrues pour gérer l’évolution de son trafic data, tout en améliorant la qualité de service » déclare Franck Bouétard, Président d’Ericsson en France. « Les équipes d’Ericsson sur le terrain sont totalement engagées pour qu’Orange puisse réaliser son objectif de couverture en 4G sur 2013, et en particulier à Paris ».

En parallèle à ce déploiement LTE et pour rappel, Ericsson réalise actuellement depuis 2010 la modernisation des réseaux radios existants 2G et 3G sur les régions Sud-Ouest, Nord-Est et Ile de France couvrant plus de 15 000 sites. Pour l’exécution de ces programmes de modernisation et de déploiement, Ericsson a mis en place une importante structure, et emploie de nombreuses sociétés partenaires.
Ericsson est le leader du marché des équipements mobiles avec 35% de part de marché en 2012. La part de marché globale d’Ericsson en LTE est 2 fois plus importante que celle du concurrent le plus proche, mesurée en équipements livrés.

Les mobiles marchent sur les plates-bandes des satellites

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 26 février 2013, classé dans 4G LTE,Haut Débit,Innovation / R&D,Réseaux mobiles

Les fréquences des satellites peuvent être utilisées pour les réseaux mobiles.

Il n’y a pas que les énergies fossiles qui s’épuisent. Le spectre des fréquences, ressource rare, n’est pas non plus infini. Avec l’explosion du trafic, engendré notamment par les smartphones et autres tablettes, les opérateurs recherchent toujours de nouvelles fréquences pour augmenter la capacité de leurs réseaux. Les progrès des algorithmes de compression, comme l’arrivée prochaine du H265, en cours de normalisation, qui permet d’économiser jusqu’à 30% de bande passante, ne suffit pas. Il faut trouver de “l’oxygène”.

D’où l’idée de récupérer d’autres bandes de fréquences, comme la bande L, réservée aux satellites, mais incomplètement utilisée entre les fréquences 1452 et 1492 MHz, soit un ballon d’oxygène d’une quarantaine de MHz. Cette ressource supplémentaire sera utilisée dans le sens “descendant” (de la station de base jusqu’au terminal). En effet, selon Orange, dans les nouveaux usages des terminaux modernes, le trafic est asymétrique, surtout du fait de la généralisation de la vidéo : 20% du trafic est “montant” et 80% “descendant”. Or la bande L se prête particulièrement bien à ce type de trafic.

Les trois partenaires, Ericsson pour la partie infrastructure, Orange comme opérateur et Qualcomm pour la partie processeurs des terminaux, ont réalisé en 2012 une expérimentation à Toulouse autorisée par l’ARCEP, le régulateur en France, à titre de test.
L’idée est d’associer des fréquences de bandes différentes pour constituer un flux offrant une plus grande bande passante. Une possibilité permise par les technologies 3G+ et LTE. La station de base émet donc sur plusieurs fréquences non contiguës et c’est au processeur du terminal de remettre de l’ordre dans tout ça et de présenter à l’utilisateur un flux continu de qualité. Il n’a évidemment pas à se soucier par quelles bandes sont arrivés les paquets.

Reste que ces 40 MHz seront à partager dans les différents pays entre les opérateurs de réseaux lorsque le régulateur aura donné son feu vert. Cependant, les expérimentateurs estiment que ce rab de fréquences permettra de doubler la capacité dans le sens descendant. C’est ce qu’ils ont constaté dans le test de Toulouse en utilisant 5 MHz dans la bande 3G+ et 5 MHz dans la bande L.

Une bouffée particulièrement bienvenue, mais jusque quand ?



Découvrez cette expérimentation, qui est une première mondiale, en vidéo :

Ericsson réalise une première mondiale avec la voix haute définition sur réseau CDMA

Par Benoît Chamontin, le lundi 21 mars 2011, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles,Services

Ericsson est le leader de l'industrie dans l'introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure pour améliorer l'expérience des abonnés et contribuer à enrichir l'offre des opérateurs.

Ericsson est le leader de l'industrie dans l'introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure.

Ericsson vient de réussir le premier appel en qualité Haute Définition sur un réseau CDMA (Code Division Multiple Access). Il s’agit d’une première au niveau technique pour l’industrie CDMA rendue possible grâce à l’utilisation du codec Enhanced Variable Rate Codec Narrowband-Wideband (EVRC-NW).

Cette étape importante a été franchie par l’équipe de développement CDMA d’Ericsson en collaboration avec Qualcomm Incorporated en passant avec succès des appels vocaux en HD en laboratoire sur un réseau CDMA.

La voix HD CDMA délivre la voix sur une large gamme spectrale allant de 50Hz à 7000Hz, ce qui permet une amélioration de la qualité et de l’intelligibilité de la voix mais également une diminution de la fatigue d’écoute, même dans les environnements bruyants.

Ericsson est le leader de l’industrie dans l’introduction de nouvelles technologies offrant une qualité de voix supérieure pour améliorer l’expérience des abonnés et contribuer à enrichir l’offre des opérateurs. En effet, les recherches menées par Ericsson auprès des consommateurs montrent que la qualité de la voix est un élément différenciant clef entre les différents réseaux des opérateurs. Ainsi cela améliore la rétention des abonnés et augmente l’usage mobile.

«Nous avons fait la démonstration du premier appel haute définition voix CDMA dans le monde sur un réseau Ericsson en utilisant le nouveau codec EVRC-NW 3GPP2 et en assurant l’interopérabilité avec les fonctionnalités existantes tout en facilitant le déploiement de services large bande à venir.

C’est le point de départ d’une révolution de la qualité de la voix qui va considérablement améliorer les réseaux CDMA tels que nous les connaissons aujourd’hui. »

Surya Bommakanti, vice-président, Product Area Core, BU CDMA Mobile Systems, Ericsson

Ericsson améliore continuellement son portefeuille de produits CDMA en offrant des capacités de qualité supérieure au niveau de la voix pour le bénéfice des abonnés et des opérateurs CDMA.

À noter qu’Ericsson avait profité du Mobile World Congress 2010 pour faire la démonstration de la voix Haute Définition sur le réseau HSPA (cf. Mobile World Congress : de la voix Haute Définition avec Ericsson et Orange).

Retour sur le boom de l’internet mobile en France

Par Myriam Devred, le vendredi 4 mars 2011, classé dans 4G LTE,Haut Débit,HSPA,Réseaux mobiles,Stratégie
Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs.

Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs.

En avril 2010, le magazine The Economist publiait une vidéo qui, au delà des nombreux chiffres sur la convergence des réseaux, de la mobilité et des usages multimedia, mettait en évidence que le téléphone sera le premier outil de connexion à Internet dans le monde d’ici 2020.

Mais qu’en est-il présentement en France ? Retour sur la place du mobile et le boom de l’Internet mobile…

L’ARCEP vient tout juste de publier son Observatoire trimestriel des marchés des communications électroniques (services mobiles) en France pour le 4ème trimestre 2010 qui fait ressortir Celui-ci fait ressortir un taux de pénétration mobile qui frôlait les 100 % en France fin décembre 2010 avec un taux de 99.1% en France Métropolitaine, contre 95% il y a un an.

Peut-on néanmoins affirmer que le marché français de la téléphonie mobile est au bord de la saturation ?

Quand on compare avec les autres pays, même si le taux de pénétration mobile mondial est de 76%, on s’aperçoit que ce taux français reste en dessous de la plupart des pays européens. Le taux de pénétration mobile moyen est de 127 % en Europe, contre 98 % en Asie-Pacifique et 96 % aux Etats-Unis, selon Bank of America Merrill Lynch. En Allemagne par exemple le taux d’équipement mobile est de 131%, en Italie il est de 150%, et il atteignait même 109% dès 2004.

Ces taux de pénétration dépassant les 100% peuvent s’expliquer par plusieurs raisons, notamment par les doublons, lorsque les clients souscrivent une seconde ligne pour leur activité professionnelle par exemple ou comme en Italie, où le prépayé représentant la majorité des cartes SIM actives, le nombre d’individus possédant au moins 2 cartes SIM actives est très important. Une autre raison est l’essor du nombre de cartes SIM qui ne permettent pas de téléphoner mais qui sont dédiées à un usage spécifique (accès data ou internet et échange de données entre objets communicants).

Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs. Lire la suite…

Ericsson consolide 12 000 sites 3G de MBNL en Grande-Bretagne

Par Olivier Cimelière, le lundi 29 novembre 2010, classé dans HSPA,Opérateurs,Réseaux mobiles,Services
Ericsson a livré près de 12 000 sites 3G consolidés à MBNL

Ericsson a livré près de 12 000 sites 3G consolidés à MBNL

 En consolidant 12 000 sites partagés sur le réseau mobile du joint-venture britannique Mobile Broadband Network Ltd (MBNL), Ericsson permet aux clients de T-Mobile et de 3 UK de bénéficier d’une couverture 3G élargie. Le nouveau business model mis en œuvre ouvre des perspectives économiques nouvelles aux opérateurs.

Ericsson annonce aujourd’hui la fourniture de quelque 12 000 sites 3G consolidés à Mobile Broadband Network Ltd (MBNL), en Grande-Bretagne, qui sera ainsi en mesure d’offrir une meilleure couverture et des capacités accrues aux clients de 3 UK et T-Mobile, par ailleurs entreprises co-partenaires de MBNL. Grâce à ce projet de consolidation de réseau, tous les sites 3G, émetteurs, équipements de la station de base et backhaul reliés aux réseaux de base de l’opérateur sont maintenant entièrement configurés pour un accès large bande mobile à haut débit.

Le projet annoncé aujourd’hui fait suite à trois ans d’efforts intensifs et d’investissements consentis par MBNL et ses différents partenaires. Outre les avantages pour leurs clients, 3 UK et Everything Everywhere (opérateur qui gère les réseaux d’Orange et T-Mobile au Royaume-Uni) bénéficieront d’économies significatives, ainsi que d’avantages notables en termes d’environnement, en raison du partage de réseau. Lire la suite…