Libérer le potentiel commercial de la 5G : une feuille de route pour les opérateurs

Par Corinne Muller, le lundi 26 février 2018, classé dans 5G

A roadmap for operators

  • Le guide complet pour permettre aux opérateurs de maximiser les opportunités de revenus et de répondre aux défis du déploiement
  • L’automatisation en temps réel est le plus important des neuf groupes de cas d’utilisation identifiés dans le rapport d’Ericsson sur la numérisation de l’industrie 5G, suivi par les services vidéo améliorés
  • 73 % des personnes interrogées dans le Rapport d’Impact sur l’industrie 5G déclarent considérer les avantages accordés au premier entrant comme étant leur objectif le plus stratégique.

Les industries ont changé de point de vue sur la 5G, d’abord vue comme une technologie perturbatrice et dont l’adoption est désormais considérée comme un élément central de leur stratégie. Dans son dernier rapport sur la 5G, 5G Business Potential,, dévoilé aujourd’hui au Mobile World Congress, Ericsson (NASDAQ: ERIC) présente une feuille de route pour les opérateurs afin de libérer le potentiel commercial de la numérisation de l’industrie avec la 5G.

Réseaux 5G : Ericsson complète sa plateforme pour les opérateurs

Par Corinne Muller, le jeudi 8 février 2018, classé dans 5G,Opérateurs,Réseaux mobiles

Turn on 5G

  • Annonce d’un logiciel commercial 5G permettant aux opérateurs de lancer la 5G dès le quatrième trimestre 2018.
  • Evolution de l’offre de Cloud distribué pour optimiser les applications sur de multiples sites en améliorant la latence, la sécurité et la résilience des cas d’usage 5G
  • Elargissement du portefeuille radio pour soutenir l’évolution de la 4G vers la 5G

Ericsson permet aux opérateurs de finir de se préparer à la 5G en enrichissant sa plateforme 5G avec de nouvelles solutions pour le cœur de réseau et les réseaux d’accès radio.

L’équipementier suédois lance aujourd’hui un logiciel commercial pour réseau d’accès radio (RAN) 5G, s’appuyant sur la nouvelle norme 5G NR récemment approuvée par le 3GPP. Il lance également une nouvelle catégorie de produits radio, répondant au nom de Street Macro : ce nouveau type de site permettra aux opérateurs de s’étendre dans les villes où le nombre d’emplacements radio est limité.

Afin de pouvoir saisir les opportunités de croissance offertes par les nouveaux cas d’usage de la 5G, Ericsson a enrichi son système 5G Core (cœur de réseau 5G) avec de nouvelles capacités permettant de supporter la 5G NR, et a également amélioré sa solution de Cloud distribué.

La plateforme 5G d’Ericsson, lancée en février 2017, puis élargie au mois de septembre de la même année, allie cœur de réseau 5G, accès radio et transport, ainsi que l’OSS/BSS, des services réseau et des services de sécurité.

Fredrik Jejdling, Vice-Président exécutif et directeur de la Business Area Réseaux d’Ericsson, explique : « Les opérateurs qui souhaitent migrer rapidement vers la 5G disposent désormais de tous les éléments essentiels pour le faire dès cette année. Notre plateforme enrichie leur permettra non seulement de bénéficier de réseaux plus efficaces, mais également de tirer de nouveaux revenus des nouveaux cas d’usage industriels et grand public. »

Giovanni Ferigo, CTO de l’opérateur TIM, déclare : « Ericsson est un acteur important pour  nos expérimentations 5G dans plusieurs villes d’Italie. Ensemble, en décembre dernier, nous avons activé une cellule 5G NR dans les fréquences mmW dans la ville de Turin, atteignant des vitesses supérieures à 20 Gbps pour la 1ere fois en Italie. Nous sommes impatients de tester les nouvelles solutions d’Ericsson qui contribueront à répondre aux nombreux cas d’usage sur lesquels nous travaillons.  »

Tongxu Zhang, directeur du China Mobile Research Institute, a déclaré : « China Mobile conçoit son futur réseau, appelé » NovoNet « , qui sera construit à l’aide de la solution Telecom Integrated Cloud (TIC) multicouche. Ericsson Distributed Cloud s’harmonise avec la solution TIC dans le but de créer une solution cloud unifiée pour des innovations rapides à mettre en œuvre, en tirant parti de l’orchestration à grande échelle, de l’automatisation et de l’intégration multi-cloud.

Lancement d’un logiciel 5G pour répondre aux besoins des premiers adoptants de la 5G

Disponible au quatrième trimestre 2018, le logiciel pour réseau d’accès radio 5G d’Ericsson offrira un support multi bandes pour un déploiement global. Il permettra aux opérateurs d’utiliser de nouvelles bandes de fréquence au fur et à mesure de leur disponibilité.

Ce nouveau logiciel complète les radios en bande de base et 5G déjà lancées par Ericsson. Il ne reste plus aux opérateurs qu’à activer leurs réseaux 5G et à commencer à tirer profit des capacités commerciales offertes par cette nouvelle technologie, et à proposer de nouvelles applications tirant parti du très haut débit mobile.

Cela permettra de faire face efficacement à la croissance du trafic de données et de donner accès à du contenu multimédia, tel que le streaming vidéo 4K/8K ou encore la réalité virtuelle/augmentée. Selon la nouvelle étude réalisée par Ericsson sur le très haut débit mobile, l’évolution vers la 5G permettra, par rapport à la 4G actuelle, de diviser par 10 le coût par gigaoctet.

L’offre radio est complétée par le lancement d’un logiciel commercial pour cœur de réseau 5G, apportant une optimisation en termes de débits, capacité réseau et évolutivité. Les solutions Packet Core et Unified Data Management d’Ericsson apporteront des améliorations tout au long de l’année 2018 pour soutenir efficacement les services 5G. Ces solutions pourront continuer à être améliorées par l’ajout de nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure de l’évolution de la norme 3GPP 5G.

Le Cloud distribué d’Ericsson évolue pour accélérer la croissance de la 5G et de l’IoT

Ericsson fait également évoluer son offre de Cloud distribué pour permettre le déploiement d’applications cloud sur de multiples sites (central, distribué et en bord de réseau). Géré, orchestré et perçu comme une solution unique, il améliore la latence, la sécurité et la résilience et répond aux exigences réglementaires applicables aux cas d’usage 5G. La solution de Cloud distribué d’Ericsson combine le meilleur des télécommunications et du cloud pour permettre aux réseaux de fonctionner comme des plateformes cloud ouvertes pour toutes les charges de travail, qu’il s’agisse d’applications télécoms, grand public ou d’entreprise.

Dans le cadre de son offre de Cloud distribué, Ericsson supportera les déploiements d’options hardware dans un environnement multi fournisseurs. Avec son logiciel ouvert, de qualité télécom et à déploiement rapide, pour la mise à niveau et l’exploitation à distance, Ericsson étend l’infrastructure SDI (infrastructure définie par logiciel) jusqu’en bord de réseau. Pour permettre le déploiement efficace d’applications cloud-native, Ericsson élargit également son offre avec la prise en charge des conteneurs dans une infrastructure cloud distribuée.

Un portefeuille radio élargi pour soutenir l’évolution de la 4G vers la 5G

Ericsson lance une nouvelle catégorie de produits radio pour les villes, répondant au nom de Street Macro, une nouvelle couche entre macro et micro. Ces radios, d’empreinte plus faible, mais suffisamment puissantes pour garantir l’efficacité et la couverture réseau nécessaires, seront placées sur les façades des bâtiments.

La société dévoile par ailleurs de nouveaux produits radio supportant la technologie Massive MIMO. Ces produits permettent une évolution en douceur de la 4G vers la 5G et répondent aux besoins de capacité accrue, tout en simplifiant l’utilisation pour permettre une adoption plus large. Toutes les radios de la gamme Ericsson Radio System livrées depuis 2015 pourront être rendues compatibles 5G NR par installation d’un logiciel à distance.

Ed Gubbins, analyste senior Global Telecom Technology & Software de GlobalData, a déclaré : « En combinant nouveaux produits et support 5G pour les radios déjà déployées sur le terrain, Ericsson donne aux opérateurs accès à un portefeuille de solutions 5G très vaste et très flexible. Ils vont pouvoir évoluer rapidement vers le très haut débit mobile et saisir les nouvelles opportunités associées aux applications industrielles. »

Roberto Kompany, analyste senior chez Analysys Mason, commente : « Latence réduite, débits plus rapides, sécurité améliorée, fiabilité et conformité réglementaire sont les exigences clés auxquelles doivent répondre les opérateurs pour les cas d’usage 5G tels que la réalité augmentée, l’Industrie 4.0 ou encore les véhicules autonomes. Un cloud distribué permettant une localisation flexible (centrale, régionale ou en bordure) des ressources de calcul, de stockage et de mise en réseau et une gestion fluide de bout en bout est un élément important d’une plateforme 5G. »

SUIVEZ-NOUS SUR :
www.ericsson.com/fr
www.twitter.com/ericssonfrance
www.facebook.com/ericssonfrance
http://www.blog-ericssonfrance.com/
www.youtube.com/user/ericsson

 

Nouveau site Ericsson France inauguré à Lannion (Pégase V)

Par Corinne Muller, le lundi 5 octobre 2015, classé dans Stratégie

Inauguration Lannion_Visuels2
En présence notamment de Paul Le Bihan, maire de Lannion, Joël Le Jeune, Président de Lannion-Trégor Communauté, Corinne Erhel, députée des Côtes d’Armor, Sophie Yannou-Gilet, sous-préfet de Lannion ainsi que des représentants du Conseil départemental et de la Région Bretagne, Ericsson a inauguré ce lundi 5 octobre son nouveau bâtiment sur le site Pégase V à Lannion.
Lire la suite…

Le LTE-Advanced Carrier Aggregation

Par Eric Hatton, le mardi 10 février 2015, classé dans 4G LTE,Opérateurs,Réseaux mobiles

L’apparition des smartphones vers la fin des années 2000 a profondément changé l’utilisation des réseaux mobiles. A l’échelle de la planète, le volume de trafic de données mobiles a dépassé, en 2009, celui du trafic voix. A ce jour, avec 2,7 milliards de smartphones en opération, le trafic de données mobiles mensuel global dépasse les 2 ExaOctets, (2 suivi de 18 zeros)[i] et croît exponentiellement.

Entre 2013 à 2014 cette croissance était de 60%.

Hausse de 60% du trafic de données entre 2013 et 2014 au 3ème trimestre

Trafic total Downlink & Uplink

En continuité avec cette tendance, Ericsson anticipe que, d’ici 2020, ce volume de trafic aura été multiplié par 8 et atteindra 17 ExaOctets.

ericsson-smartphone-traffic-2014-2020

Ces volumes présentent de véritables challenges pour les opérateurs. Avec 45 % du trafic, la vidéo représente la plus grande partie des données consommées sur réseaux mobiles.

ericsson-share-mobile-traffic-2014-2020

Une étude réalisée sur les internautes, a montré[ii] la corrélation entre le temps d’initialisation d’une vidéo et l’abandon de son visionnage. Lors de l’initialisation du streaming, l’abandon commence dès 2 secondes d’attente et augmente de 5,8 % par seconde supplémentaire. L’expérience de l’utilisateur est fortement dépendante de la rapidité d’affichage sur l’écran. Plus l’affichage est rapide, plus l’expérience est agréable, et répond à l’attente d’un certain niveau de confort. Parmi les premiers contributeurs de la rapidité d’affichage, le très haut débit des réseaux 4G et la faible latence sont des caractéristiques primordiales. Dans le cadre de la vidéo, outre la rapidité de démarrage, le très haut débit permet une plus grande qualité d’image, mieux adaptée aux plus grands écrans des smartphones et tablettes.

L’ensemble des abonnés grand public et professionnels apprécieront aussi les temps de téléchargement sensiblement raccourcis par un débit plus élevé.

Dans ce contexte, la performance du réseau est primordiale. On peut s’attendre à ce que les opérateurs ayant construit les meilleurs réseaux pour un grand confort de navigation bénéficieront en retour d’une meilleure satisfaction et taux de rétention de leurs abonnés.

Le LTE et ses évolutions sont une réelle opportunité d’accélération de l’expérience 4G. Le LTE-Advanced apporte un certain nombre d’évolutions techniques avec parmi celles-ci, la possibilité de monter beaucoup plus haut en débit grâce à l’agrégation de plusieurs porteuses radio. Avec un terminal Carrier Aggregation de catégorie 6, la combinaison de deux bandes jusqu’à 40 Mhz, permet déjà d’atteindre un débit downlink pic de 300 mbps.

ericsson-pictos2-LTE

Le LTE est opéré aujourd’hui en France sur des bandes de fréquences 800 Mhz (B20), 1800 Mhz (B3) et 2600 Mhz (B7). Le LTE a été conçu pour une utilisation flexible des ressources fréquentielles. Il est utilisé actuellement sur des largeurs de bandes de 10 Mhz, 15 Mhz ou 20 Mhz en fonction des attributions dont bénéficient les opérateurs. Chacune des largeurs de bandes permettent un débit pic théorique proportionnel à la ressource radio utilisée.

ericsson-LTE-carrier-aggregation-tableau1

Le LTE-Advanced, permet d’aller plus loin, en permettant l’agrégation de plusieurs de ces bandes au sein d’une même connexion. La première vague de Carrier Aggregation a été mise en œuvre courant 2014 et les premiers terminaux sont apparus sur la même année. La mise en commun de deux bandes au sein d’une même connexion a permis de former une agrégation pouvant atteindre 40 Mhz chez certains opérateurs en Asie, Océanie et en Europe. Le tableau ci-dessous résume les capacités de différentes combinaisons d’agrégations en tenant compte des bandes utilisables pour le LTE à ce jour en France.

ericsson-LTE-carrier-aggregation-tableau2

La seconde vague de Carrier Aggregation, disponible aujourd’hui, permet la combinaison de trois bandes LTE pour obtenir une agrégation pouvant atteindre 60 Mhz. Avec un terminal Triple Carrier Aggregation de catégorie 9, le débit pic théorique atteint 450 mbps. Certains opérateurs en Asie et en Océanie ont déjà testé la mise en œuvre de ces débits sur leur réseau.

ericsson-pictos3-LTE

Le tableau ci-dessous résume les capacités de différentes combinaisons d’agrégations en tenant compte des bandes utilisables pour le LTE à ce jour en France.

ericsson-LTE-carrier-aggregation-tableau3

Le Triple Carrier Aggregation présente un potentiel de combinaison de trois bandes fréquentielles de 20 Mhz pour un débit pic de 450 mbps. Cette configuration a déjà été activée pour une démonstration sur un réseau commercial en Australie[iii].

ericsson-LTE-carrier-aggregation-tableau4

Coté terminal, les débits pics dépendent de la catégorie utilisée avec ces combinaisons de bandes. Les terminaux LTE catégorie 6 permettent d’atteindre 300 mbps théoriques et les terminaux LTE catégorie 9 permettent d’atteindre 450 Mbps théoriques.

Plus généralement, un utilisateur équipé d’un terminal Triple Carrier Aggregation bénéficie d’effets positifs en comparaisons avec l’utilisation d’un terminal plus classique : le débit moyen est augmenté, les temps de téléchargement sont sensiblement réduits et la réactivité de la navigation est considérablement augmentée.

Avec la mise en œuvre du triple Carrier Aggregation, l’opérateur démontre sa volonté d’excellence et son engagement pour un niveau de performance réseau et le confort de ses abonnés.

Le Triple Carrier Aggregation est réalisable avec les RBS 6000 multistandard Ericsson 2G/3G/4G équipant aujourd’hui des réseaux d’opérateurs LTE-advanced en France. Ericsson est à ce jour, fournisseur de 200 réseaux LTE-Advanced à travers le monde.

[i] Source Ericsson Mobility Report nov. 2014
[ii] Video Stream Quality Impacts Viewer Behavior: Inferring
Causality Using Quasi-Experimental Designs

[iii] Telstra, Ericsson and Qualcomm achieve 450 Mbps on commercial E2E LTE solution

BFM Business – interview de Franck Bouétard

Par Benoît Maydat, le mardi 29 janvier 2013, classé dans 4G LTE

Revivez l’interview de Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France, par Frédéric Simottel sur BFM Business.

Le changement, c’est maintenant… aussi dans les télécoms – Digiworld Summit 2012

Édition 2012 du digiworld forum sur le thème « game changers »

Le monde se transforme, y compris dans la sphère télécoms. Quelques faits récents en témoignent.

La croissance annuelle du marché des télécoms devrait être de 3 à 5% jusqu’en 2015, avec une croissance des services de l’ordre de 3 à 7% sur la même période selon les dernières estimations Ericsson. Les perspectives marché sont donc encourageantes.

Au plan européen, la Commission vient de libérer une partie supplémentaire du spectre radioélectrique pour la 4G dans le cadre de sa stratégie en faveur du haut débit. Une bonne nouvelle, dans l’optique de faire face à l’explosion du trafic data.

Si l’arrivée prochaine de la 4G LTE offre de nouvelles opportunités pour les acteurs, le modèle économique de l’offre mobile inquiète les décideurs. La baisse des prix initiée par certains est considérée comme La source des problèmes.

Quelles réponses apportées à cette nouvelle donne ? Quels nouveaux modèles sont possibles ?

Pour y répondre, le Digiworld Summit de l’Idate vient d’ouvrir ses portes à Montpellier sur le thème « game changers ». Le cloud, le big data et la mobilité sont au cœur des problématiques évoquées.

 Le président de Swisscom, Carsten Schloter, y a fait hier une intervention plutôt décapante, Pour lui, Internet a imposé aux opérateurs de passer d’un modèle local à un modèle global. Et la tarification doit être complètement repensée en raison de l’explosion du trafic data. L’accès est la clé, car par nature l’accès est un business local. La qualité, les performances, la sécurité de l’accès sont des facteurs déterminants dans l’expérience utilisateur. La vision du consommateur a changé. Il souhaite désormais avoir accès à ses données depuis le cloud, partout, tout le temps, quel que soit le support.  Donc certes, la recherche de l’optimisation des coûts est une piste à explorer pour les opérateurs, mais la différentiation est la planche de salut. Swisscom a ainsi changé son modèle pour établir des prix en fonction de l’utilisation de la bande passante et donc de l’usage de ses clients (téléphone, mail, vidéo, …), une approche qui a rencontré un succès immédiat auprès des consommateurs suisses.

Comme Pascal Cagni, ex dirigeant d’Apple l’a indiqué en fin de son intervention au Digiworld Forum, le meilleur moyen de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer. Une citation d’Alan Kay toujours d’actualité.

Ericsson au Broadband World Forum 2012 : l’innovation dans les réseaux pour faire face au phénomène « Big Data »

Ericsson était présent au Broadband World Forum 2012, l’événement majeur de l’année dédié au haut débit.

Avec les nombreux lancements de téléphones intelligents, nouvelles tablettes et produits connectés, l’industrie des technologies de l’information et de communication (TIC) entre dans l’ère Big Data, ère de consommation forte de données à travers les réseaux. Lors de son discours d’ouverture au Broadband World Forum 2012 (BBWF), Ulf Ewaldsson, CTO d’Ericsson, a souligné l’importance de l’innovation dans les technologies réseaux pour réaliser un monde « tout communicant ».

« En Suède, le temps passé sur Internet chaque semaine est passé de 8 heures en 2008 à 19 heures en 2012 *, et la tendance est similaire dans d’autres pays. Nous savons que les utilisateurs apprécient la mobilité et la qualité d’accès au réseau. Durant la même période, la charge réseau a cru de manière importante » a déclaré Ulf Ewaldsson.

 « Les innovations constantes dans le secteur soutiennent le changement d’usage observé. On est donc passé de réseaux mobiles sur lesquels transitaient essentiellement de la voix à une demande de plus en plus importante en matière de données . Il y a une boucle entre la demande des consommateurs et la capacité du réseau. Ericsson met donc l’accent sur l ‘amélioration de la qualité de l’expérience utilisateur et l’innovation dans les réseaux », a-t-il poursuivi.

 Ericsson a ainsi identifié des domaines technologiques clés pour le futur des réseaux :

  • Les réseaux hétérogènes pour augmenter la couverture, la bande passante ainsi que les capacité de signalisation des réseaux mobiles et supporter les forts volumes de traffic et de données.
  • IP de 4ème génération, virtualisation et SDN ( Software Defined Networking) pour bâtir un réseau intelligent, évolutif, simple et capable de fournir des performances supérieures.
  • OSS / BSS et  l’analyse en temps réel pour fournir les informations sur le réseau et les habitudes des utilisateurs ce qui permet à l’opérateur de s’adapter en tenant compte des nouveaux usages. 

Deux nouveaux produits ont également été présenté à l’occasion du Broadband World Forum 2012 : une solution de Wi-Fi optimisée pour les stades et une nouvelle passerelle réseau haut débit pour les foyers connectés.

Lire la suite…

Canada : Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core

Par Benoît Chamontin, le mardi 21 août 2012, classé dans 4G LTE,Opérateurs
Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core, pour de plus hauts débits mobiles.

Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core, pour de plus hauts débits mobiles.

Sur le marché canadien, où la concurrence est rude, Rogers est un opérateur d’envergure. En misant sur l’innovation et en introduisant, le premier, de nouvelles technologies, il consolide sa position dominante.

La demande croissante de smartphones a paru à Rogers une occasion à saisir. Aussi la société a-t-elle été la première à moderniser son réseau en adoptant la technologie LTE-RAN avec l’EPC (Evolved Packet Core), pour accompagner l’intensification du trafic. Rogers a ainsi augmenté son débit mobile, se donnant les moyens de répondre à l’engouement des consommateurs pour les services basés sur les données et d’introduire sur le marché, avant ses concurrents, des appareils innovants, dotés d’une capacité accrue.

Une évolution unique

Arnold Abramowitz, vice-président, Wireless Access Networks, Rogers Canada explique les objectifs de l’opérateur : « Quand nous avons décidé d’introduire un réseau LTE avec l’EPC, nous cherchions à accroître les performances, à réduire les charges d’exploitation et à diffuser les technologies HSPA et LTE sur le réseau. »

Le LTE a été introduit en partenariat avec Ericsson, qui a fourni une solution de bout en bout, services compris. Ce projet mené en exclusivité par Rogers était unique sur le marché canadien. Outre un réseau LTE double bande et le passage à l’EPC, Ericsson a aussi mis en place un service CSFB (Circuit Switched Fallback). Cela permet à Rogers de proposer à ses clients des services de haut débit mobile nouveaux et perfectionnés sur le réseau LTE, tout en réutilisant son réseau WCDMA sur la base installée pour les services vocaux associés aux smartphones LTE.

Rogers a également adopté la solution de gestion du trafic SAAC (Service-Aware Charging and Control) conçue par Ericsson. La société gère ainsi le trafic avec une plus grande efficacité, tout en tirant des revenus supplémentaires d’une offre différenciée, adaptée aux besoins et aux impératifs des abonnés, avec de nouveaux services sur de nouveaux segments. Lire la suite…

États-Unis : Ericsson travaille avec les opérateurs mobiles régionaux au déploiement de la LTE dans les zones rurales

Par Benoît Chamontin, le mardi 7 août 2012, classé dans 4G LTE

Ce déploiement va permettre d’apporter le haut débit mobile aux habitants et entreprises des zones rurales, ainsi qu’aux diverses communautés non encore desservies.

En association avec huit opérateurs mobiles régionaux, Ericsson travaille au déploiement de réseaux haut débit mobile LTE au travers de plusieurs Etats d’Amérique du nord et sur l’île de Guam.

Un déploiement qui se traduira par une expérience améliorée de la communication sans fil pour l’ensemble des citoyens américains et par un abaissement des coûts d’exploitation pour les opérateurs eux-mêmes.

Parmi les opérateurs ayant récemment sélectionné Ericsson pour la construction d’un réseau LTE :

Lire la suite…

Sortie d’un kit de développement Ericsson pour tester les applications NFC

Par Myriam Devred, le vendredi 27 juillet 2012, classé dans Innovation / R&D,Services,Société en réseau
Ericsson NFC Development kit

Avec le kit de développement TSM, il est maintenant possible de tester des applications NFC dans un environnement contrôlé, en conditions réelles

Ericsson vient d’annoncer un kit de développement pour son service TSM (gestionnaire de services de confiance). Avec ce kit, des partenaires sélectionnés pourront déployer, mettre à jour et supprimer à distance des applications, tout en conservant le même niveau de sécurité qu’en conditions réelles via une plate-forme TSM normalisée. Ainsi, ces partenaires pourront tester leurs applications avec de vrais utilisateurs, y compris dans un environnement commercial. Avec le lancement de ce kit, Ericsson espère stimuler l’attractivité des applications NFC, qu’il s’agisse de contrôle d’accès, de paiement, de fidélisation ou de billettique.

Richard Anell, directeur d’IPX, Ericsson, explique : « Nous mettons ce kit de développement à disposition de certains partenaires car leurs applications doivent évoluer et passer du stade laboratoire ou Powerpoint au stade suivant. Ce kit n’est pas une simulation mais un environnement réel qui reflète exactement un environnement commercial ». Mr. Anell poursuit : « Les analystes prédisent une croissance exponentielle des services NFC, au cours des années qui viennent, avec la mise à disposition des terminaux NFC et les investissements croissants des opérateurs dans l’infrastructure nécessaire. Toutefois, pour une vraie dynamique, les applications doivent être testées, peaufinées et optimisées avec les utilisateurs avant leur commercialisation ».

Le kit de développement comprend 2 cartes microSD, des extenseurs de portée proposés par la société Device Fidelity, un lecteur USB NFC et un compte test sur la plate-forme TSM d’Ericsson IPX. Des composants logiciels, de la documentation et un exemple de service sont également inclus. Ainsi, les prestataires pourront tester toute la procédure de déploiement avant d’utiliser leur propre code.

Les cartes microSD fonctionnent sur smartphones Android, par exemple le Galaxy SII de Samsung.

Les cartes microSD comportent une puce sécurisée servant d’environnement d’exécution dans lequel l’application du partenaire fonctionne en mode émulation de carte NFC. Le client proxy Android d’Ericsson permet la communication avec la plate-forme TSM pour la gestion à distance du cycle de vie des applications sécurisées via des API normalisées de services Web.