Mobile World Congress 2012 : le village planétaire

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 28 février 2012, classé dans Événements

Mobile World Congress 2012 (1)

Ils sont venus, ils sont tous là…. ou presque. Plus de 1.400 exposants. De 60.000 à 80.000 visiteurs attendus. Un village mondial (à l’échelle de la planète), grouillant de monde. Autant que pour un grand match de foot du Barça. Ou qu’un prix de Formule 1 (proximité du circuit de Catalunya oblige). Au fil des ans, le MWC prend des airs de petit Cebit. La Fiera Montjïc devient trop petite. Des passerelles enjambent les rues pour donner toujours plus de place aux exposants.

Tout fond, au pied de la colline, dominant le site, les deux champions du monde du mobile, que séparent des jeux d’eau. Deux Scandinaves. Ericsson, le numéro un des infrastructures, qui négocie en tête la courbe à haute vitesse de la 4G. En face, Nokia, le leader des terminaux. Si le Finlandais s’est plutôt raté dans le virage du smartphone, au point d’être obligé de mettre du Windows Mobile dans son moteur pour recoller au peloton, il n’en demeure pas moins le leader des terminaux mobiles en termes de parts de marché toutes catégories confondues.

Évidemment, les compétiteurs ne sont pas loin : Alcatel-Lucent, Huawei, ZTE, Cisco… pour l’un. Samsung, LG, Motorola, HTC… pour l’autre. Cette année encore, Apple snobe ses rivaux. De nouvelles figurent apparaissent. Intel, qui vient de glisser son processeur Atom dans de nouveaux smartphones, notamment chez Orange, ZTE, Lava. Il vient défier le champion de la catégorie, l’incontournable Qualcomm qui riposte en présentant la Snapdragon S4. Côté OS, Microsoft répond présent, tandis qu’Android, le petit homme vert, se taille un stand à la mesure de son succès et de ses ambitions. Lire la suite…

Anne Lise Kjaer : « L’entreprise victorieuse du 21ème siècle fera une large place aux femmes »

Anne Lise Kjaer : "La femme est l'avenir de l'entreprise du 21è siècle"

Anne Lise Kjaer : "La femme est l'avenir de l'entreprise du 21è siècle"

 A l’heure où les médias français ont largement évoqué l’arrivée de plusieurs femmes au sein des conseils d’administration des grandes entreprises françaises, le blog d’Ericsson France poursuit sa série « Vision 2020 » avec l’intervention d’une experte dont la pensée s’inscrit pleinement dans cette tendance de fond.

Anne Lise Kjaer est une futurologue danoise. Elle étudie les tendances sociétales. Pour elle, l’entreprise victorieuse du 21ème siècle sera celle qui fera une large place aux femmes dans ses instances dirigeantes. Selon elle, l’entreprise devra être moins hiérarchique et plus tournée vers la co-opération, l’inspiration et l’éducation. Des valeurs qui sont à ses yeux, mieux portées par les femmes. L’empathie et l’accent sur l’éthique seront également des valeurs prééminentes d’après Anne Lise Kjaer.

Pour approfondir la vision d’Anne Lise Kjaer qui conseille par ailleurs de nombreuses entreprises comme Sony, Nokia, Swarovski, IKEA, Gap et Toyota, vous pouvez également visiter le site de son agence : www.kjaer-global.com/. Regardez également la vidéo ci-dessous (en anglais) :

Ericsson retire sa plainte contre Qualcomm auprès de la Commission européenne

Par Corinne Muller, le mardi 24 novembre 2009, classé dans Innovation / R&D,Opinion,Stratégie
Ericsson entend empêcher tout détenteur de brevet de pratiquer une concurrence déloyale ou des tarifs exhorbitants en matière de brevets technologiques

Ericsson entend empêcher tout détenteur de brevet de pratiquer une concurrence déloyale ou des tarifs exhorbitants en matière de brevets technologiques

Ericsson vient d'annoncer le retrait de sa plainte auprès de la Commission européenne concernant les dépôts de licence WCDMA (3G) effectués par Qualcomm. L'entreprise restera toutefois en contact régulier avec les autorités de régulation de la concurrence dans le monde entier sur ce dossier.

L'objectif d'Ericsson ne change pas : l'application stricte et juste d'une régulation exécutoire concernant les droits de propriété intellectuelle, en particulier sur les technologies sans fil 3G et 4G.

Ce retrait de plainte fait suite à une procédure judiciaire collective intentée en octobre 2005 par Ericsson, Nokia, Broadcom, NEC et Texas Instrumets contre Qualcomm. Cette dernière était accusée par les plaignants de violer les lois anti-trust et de ne pas respecter ses engagements auprès des instances de standardisation en matière de rémunération équitable et non-discriminatoire des licences relatives à ses brevets essentiels. Les entreprises plaignantes avaient notamment argué la preuve économique que l'attitude de Qualcomm engendrait des coûts superflus de plusieurs milliards d'e

uros et supportés au final par les utilisateurs de la téléphonie mobile. Lire la suite…