Arianna Huffington : « Les lecteurs veulent être les acteurs des news qu’ils lisent »

Arianna Huffington a fondé en 2005 une site qui révolutionne la façon de faire de l'information avec le Huffington Post

Arianna Huffington a fondé en 2005 une site qui révolutionne la façon de faire de l'information avec le Huffington Post

 Les entreprises médias traditionnels souffrent du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité. D’autre part, les journalistes Web sont atteints de désordre compulsif obsessionnel ! Ce diagnostic émane d’Arianna Huffington, fondatrice et directrice du site Internet d’information « Huffington Post ». Elle voit un paysage médiatique où l’auto-expression a remplacé l’amusement et où les lecteurs veulent être acteurs eux-mêmes des histoires plutôt que de simplement les lire.

Arianna Huffington est aujourd’hui une des femmes les plus influentes des médias américains. Co-fondatrice et rédactrice en chef du site d’information américain The Huffington Post, elle est une chroniqueuse connue dans tous les États-Unis et l’auteur de 13 ouvrages. Elle co-anime également l’émission “Left, Right and Center”, une table ronde politique diffusée sur la radio publique.

En mai 2005 avec Kenneth Lerer et Jonah Peretti, elle a fondé le blog d’information The Huffington Post qui ne tarde pas à rencontrer un succès d’audience phénoménal, figurant parmi les sites d’infos les plus visités et les plus souvent cités sur Internet. En 2006, Arianna Huffington est nommée l’une des 100 personnalités les plus influentes au monde par le Time Magazine. Originaire de la Grèce, elle arrive en Angleterre à l’âge de 16 ans et obtient un diplôme d’économie à l’université de Cambridge. A 21 ans, elle devient présidente de la prestigieuse Cambridge Union Society. Lire la suite…

Lucy Küng : « Médias et télécoms sont face à la menace Internet »

Lucy Küng : "On est aujourd'hui en pleine convergence annoncée il y a 25 ans entre médias, télécoms et technologies de l’information avec Internet au cœur du tableau

Lucy Küng : "On est aujourd'hui en pleine convergence annoncée il y a 25 ans entre médias, télécoms et technologies de l’information avec Internet au cœur du tableau

 Les industries des médias et des télécoms sont sorties perdantes de leurs premières batailles face à Internet. Elles assistent au déclin de leurs revenus et à la transformation de leurs actifs en passifs. C’est le constat que dresse Lucy Küng, experte en gestion des médias. Dans une interview donnée à Ericsson Business Review, elle n’entrevoit qu’une seule solution : ces deux industries, autrefois dominantes, doivent absolument faire preuve de créativité et tenter de se frayer ensemble un chemin vers l’avenir.

Lucy Küng est professeur en économie et gestion des médias à l’université de Jönköping, en Suède. Née à Londres, elle vit à Zürich en Suisse où elle est par ailleurs membre du conseil d’administration de la Swiss Broadcasting Corporate (SRG-SSR-Idée Suisse). Depuis plus de vingt ans, elle a acquis une connaissance approfondie des médias et de leurs enjeux. Son travail porte essentiellement sur l’étude du bouleversement qui se produit lorsqu’une nouvelle génération de plateformes technologiques (telles qu’Internet et l’iPad) menace de remplacer des modèles pourtant éprouvés comme la télévision par ondes hertziennes et les magazines papier.

Pouvez-vous nous dresser un tableau de la situation ? Quelle priorité définissez-vous pour les entreprises de médias et de télécoms ?

Lucy Küng : Le drame vient du fait que les entreprises des médias et des télécoms voient la situation comme à travers un miroir de façon confuse tout en assistant au début du déclin du modèle des médias de masse tel que nous l’avons toujours connu. Les nouvelles technologies en sont le principal déclencheur, même si des facteurs comme la déréglementation et la mondialisation jouent également un rôle. On est là en présence du processus de convergence annoncé il y a 25 ans : le rapprochement inexorable des médias, des télécoms et des technologies de l’information, avec Internet au cœur du tableau. Si l’on se place au plan de la chaîne de valeur industrielle, on voit l’apparition de nouvelles étapes, notamment pour ce qui touche aux dispositifs mobiles. Ceux-ci représentent une plateforme supplémentaire pour les différents organes médiatiques et donc un domaine porteur de croissance, mais impliquent également de traiter avec de nouveaux acteurs (Amazon, Apple et Google) qui n’obéissent pas aux schémas industriels traditionnels. Lire la suite…

Ericsson créé la tendance avec sa console IPTV Remote à écran tactile

Par Benoît Chamontin, le Vendredi 19 novembre 2010, classé dans Industries non télécoms,IP,Multimédia,Télévision   |   Aucun commentaire
Le terminal interactif d'Ericsson a été dévoilé avec sa nouvelle interface graphique brevetée

Le terminal interactif d'Ericsson a été dévoilé avec sa nouvelle interface graphique brevetée

 Ericsson s’inscrit pleinement dans la nouvelle tendance de l’univers de la télévision : les appareils interactifs à écran tactile. Avec sa console révolutionnaire IPTV Remote, l’équipementier offre une interface unique pour commander plusieurs médias : télévision en direct, vidéo à la demande, flux vidéo sur Internet, photos, audio et tout média stocké sur un ordinateur ou autre dispositif de stockage. La dernière version d’IPTV Remote a été lancée aux États-Unis à l’occasion du salon SCTE Cable Tec Expo qui s’est tenu à la Nouvelle-Orléans du 20 au 22 octobre dernier.

Après avoir reçu le mois dernier un excellent accueil au salon IBC d’Amsterdam où elle a été élue « meilleure technologie IPTV » de l’année aux CSI Product of the Year Awards, le terminal interactif d’Ericsson a été dévoilé avec sa nouvelle interface graphique brevetée. IPTV Remote permet ainsi de répondre au désir du consommateur d’avoir chez lui un second écran et des appareils capables de commander différents terminaux médias.

L’idée vient d’une enquête réalisée auprès des consommateurs par Ericsson Consumer Lab pour identifier le chaînon manquant entre ce qui existe actuellement sur le marché et ce que voudraient les consommateurs. D’après cette étude, l’utilisation d’appareils à écran tactile, comme la console IPTV Remote, répond au désir du consommateur de pouvoir piloter avec plus de flexibilité et à la demande les contenus présents dans la maison.

IPTV Remote peut en outre servir d’écran de télévision secondaire et faire office de téléviseur portable pour peu que le logement soit équipé en WiFi. IPTV Remote utilise la nouvelle interface graphique brevetée d’Ericsson. Regarder ses émissions de télévision préférées, accéder aux réseaux sociaux ou louer un film à la demande devient un jeu d’enfant auquel on prend plaisir. Lire la suite…

Hans Vestberg au Monaco Media Forum : Mobilité et haut débit sont les enjeux des médias de demain

Hans Vestberg lors du Monaco Media Forum : "La mobilité haut débit va tout changer pour les médias"

Hans Vestberg lors du Monaco Media Forum : "La mobilité haut débit va tout changer pour les médias"

 Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg est intervenu lors de la 5ème édition du prestigieux Monaco Media Forum qui s’est déroulé dans la Principauté du 10 au 12 novembre 2010. Le MMF est l’un des événements européens les plus influents sur l’avenir des médias. Il s’est focalisé cette année sur les technologies nomades dont Ericsson est de toute évidence l’un des acteurs majeurs.

Placé sous la Présidence du Prince Albert II de Monaco, le Monaco Media Forum a rassemblé près de 400 dirigeants du monde entier pour deux journées et demi de discussions de haut niveau sur l’avenir des médias traditionnels et les nouvelles technologies.  Fondateurs, présidents, directeurs généraux et patrons d’entreprises de pointe européennes, nord-américaines (mais également d’Asie et du Moyen-Orient) ont pu débattre de l’impact des technologies nomades qui « imposent une remise en question des modèles économiques ».

Hans Vestberg a déclaré : « Le thème du nomadisme, choisi pour le MMF 2010, est parfaitement approprié dans la mesure où il anticipe sur le décor de la prochaine décennie. Selon nos prévisions, 50 milliards d’appareils mobiles seront connectés d’ici à 2020 – non seulement des téléphones intelligents, mais également des tablettes et des appareils qui restent encore à inventer – et il est temps aujourd’hui de débattre de la manière dont nous allons façonner ensemble l’avenir. Le Monaco Media Forum est l’endroit tout indiqué pour cela, car il rassemble l’intégralité des acteurs concernés et nécessaires au développement d’un nouveau monde connecté. »

Pour regarder l’intégralité de la conférence donnée par Hans Vestberg, cliquez sur la vidéo ci-dessous (en anglais) :  

50 milliards d’objets connectés : 2 vidéos intéressantes à découvrir

Par Olivier Cimelière, le Jeudi 4 novembre 2010, classé dans Haut Débit,Multimédia,Technology for Good,Vision 2020   |   1 commentaire
Sur son billet communicant, le voyageur peut découvrir des informations relatives aux paysages traversés

Sur son billet communicant, le voyageur peut découvrir des informations relatives aux paysages traversés

Ericsson avait annoncé lors du dernier Mobile World Congress en février 2010 à Barcelone qu’en 2020, nous dénombrerons 50 milliards d’objets connectés aux réseaux. Tout terminal qui aura un intérêt à être connecté, le sera. Autrement dit, n’importe quel objet pourra communiquer avec d’autres objets, bien au-delà des terminaux aujourd’hui connectés comme l’ordinateur, le téléphone ou encore la liseuse électronique.

Parmi ses lectures, le blog Ericsson France est tombé sur un passionnant billet de Nicolas Bordas sur son blog personnel. Président de l’agence de publicité TBWA/France, enseignant à SciencesPo et auteur du livre « L’idée qui tue », Nicolas Bordas est à l’affût de toutes les idées disruptives qui peuvent surgir dans différents domaines d’activités.

Dans son récent billet intitulé « Et si les médias communiquaient en silence ? », il évoque deux vidéos réalisées par l’agence de design Berg et l’agence de publicité Dentsu Londres. Ces vidéos s’inscrivent totalement dans la vision des 50 milliards d’objets connectés qu’Ericsson décline depuis le dernier Mobile World Congress.

Le premier film intitulé “incidental medias” (les médias secondaires) montre comment les programmes télé, les radio-réveils ou les factures peuvent intégrer des informations en provenance des réseaux sociaux.

Le deuxième film intitulé “Le voyage” imagine comment une gare peut devenir communicante au travers d’écrans, de tickets ou de documents éphémères, pour rendre le voyage plus agréable pour le voyageur.

Le billet de Nicolas Bordas renvoit également à un intéressant article signé par Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération (Fing).

AdMarket d’Ericsson donne un nouvel élan à la publicité mobile

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

AdMarket d'Ericsson permet aux annonceurs, aux opérateurs d'optimiser la publicité mobile et aux abonnés de bénéficier de messages ciblés

 Ericsson lance AdMarket, une solution de publicité pour téléphonie mobile qui permet de couvrir l’ensemble de la chaîne des opérations entre l’annonceur, l’opérateur et l’abonné. Avec AdMarket, les annonceurs et les opérateurs peuvent utiliser un ciblage intelligent pour offrir aux abonnés une expérience encore plus riche et adaptée tout en monétisant mieux l’espace publicitaire et les ressources de données. Les abonnés eux, reçoivent uniquement la publicité qui les intéresse.

Avec l’engouement dont jouissent actuellement les terminaux mobiles intelligents (les fameux smartphones), la publicité pour la téléphonie mobile devient un secteur d’activité majeur. Pour concrétiser cette tendance de la manière la plus positive possible auprès des consommateurs, il est important non seulement de cibler les consommateurs avec des publicités adaptées, mais aussi de leur permettre de contrôler le type, la fréquence et le modalités des publicités qu’ils reçoivent.

Dans ce domaine, la publicité s’est souvent avérée frustrante pour toutes les personnes concernées, des publicitaires et des agences médias jusqu’aux éditeurs, aux opérateurs et aux abonnés. Avec le lancement d’AdMarket, Ericsson vise à donner un nouvel élan à la publicité mobile et établir ainsi un véritable écosystème publicitaire au service de la téléphonie mobile. Lire la suite…

Gerd Leonhard : « La musique est comme l’eau ou l’électricité »

Gerd Leonhard : "Avec les réseaux numériques, le "bouche-à-oreille" deviendra un outil marketing prééminent pour les artistes"

Gerd Leonhard : "Avec les réseaux numériques, le "bouche-à-oreille" deviendra un outil marketing prééminent pour les artistes"

 La musique est aujourd’hui un produit utilitaire au même titre que l’eau ou l’électricité que nous consommons. C’est le point de vue développé par Gerd Leonhard, futurologue des médias comme il aime à se définir. C’est la technologie qui a rendu l’accès à la musique possible à tout instant et directement entre le compositeur et l’auditeur. Une tendance qui s’affirmera encore plus dans les années à venir d’ici 2020.

La musique deviendra également un moyen de rester relié à sa communauté, de partager et d’échanger des découvertes musicales en les notant, en les classant, voire d’entrer en relation avec d’autres personnes qui apprécient une même chanson ou un même morceau de musique. Avec les réseaux numériques, le « bouche-à-oreille » deviendra un outil marketing prééminent pour les artistes. La consommation se dématérialisera de plus en plus grâce au « cloud computing ». Pour écouter la vision de Gerd Leonhard, regardez la vidéo ci-dessous (en anglais) :

Pour rester au courant de l’actualité de Gerd Leonhard, vous pouvez vous abonner au fil RSS de son blog (en anglais) à l’adresse suivante : www.mediafuturist.com/

Lire également l’article (en français) du blog Ericsson France sur l’avenir des médias selon Gerd Leonhard.

Media Delivery Network : la nouvelle solution de vidéo sur IP d’Ericsson

Par Olivier Cimelière, le Lundi 20 septembre 2010, classé dans Industries non télécoms,IP,Multimédia,Télévision   |   Aucun commentaire
La vidéo sur IP devrait représenter plus de 90 % du trafic réseau d'ici à quelques années

La vidéo sur IP devrait représenter plus de 90 % du trafic réseau d'ici à quelques années

 Résultat de l’essor rapide que connaît la vidéo en ligne auprès des consommateurs, la vidéo sur IP devrait selon les prévisions représenter plus de 90 % du trafic réseau d’ici à quelques années. A ce jour, le chiffre varie déjà entre 35 et 60 % selon les pays. Afin d’aider les diffuseurs et les opérateurs à fournir des services TV adaptés à la demande et à optimiser le potentiel de leurs réseaux, Ericsson propose aujourd’hui la solution Media Delivery Network (MDN), une solution complète de diffusion vidéo sur IP.

Media Delivery Network est une nouvelle solution proposée par Ericsson pour la diffusion de contenu vidéo sur IP. Cette solution répond à la demande des utilisateurs tout en réduisant les coûts liés à l’augmentation du trafic pour les opérateurs. Associant également un réseau de distribution de contenu avec le large portefeuille de solutions TV d’Ericsson, cette solution orientée médias permettra également aux opérateurs et aux diffuseurs de tirer de nouveaux revenus de cette croissance du trafic vidéo, sans augmenter les coûts de réseau.

Avec la demande de plus en plus forte du consommateur pour une expérience TV de haute qualité et à la demande, de même, la quantité de trafic vidéo OTT (over-the-top) transportée sur les réseaux des opérateurs ne cesse de s’accroître au fil des années. Lire la suite…

Ericsson Business Review : le 2ème numéro de 2010 vient de paraître

Par Olivier Cimelière, le Vendredi 10 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie   |   Aucun commentaire
Demandez Ericsson Business Review !

Demandez Ericsson Business Review !

 Le deuxième numéro de l’année 2010 d’Ericsson Business Review vient de sortir. Publié trois fois par an en anglais, ce magazine propose des analyses stratégiques et des visions d’experts reconnus sur l’évolution long terme du marché des télécoms. Dans ce numéro intitulé « La Destruction créatrice », vous pourrez trouver les articles suivants :

Un cerveau différent
Selon Don Tapscott, consultant et auteur de l’ouvrage Growing Up Digital, les jeunes d’aujourd’hui sont différents, y compris leur cerveau, une évolution qui produit de grands changements dans notre façon de vivre et de travailler. Voir également sur le blog d’Ericsson France, la vidéo de Don Tapscott (en anglais).

Surmonter les tempêtes de destruction créatrice  
Les lecteurs et tablettes électroniques ont atteint un niveau de maturité qui permet de dire que le canal mobile est aujourd’hui en train de redessiner en profondeur le paysage médiatique. C’est ce à quoi on peut s’attendre lorsque les chaînes de valeur traditionnelles sont renversées.

Médias, mode et leadership inspiré sont les enjeux du futur des télécoms          
Le professeur Paul Saffo nous expose pourquoi, selon lui, l’industrie des télécoms semble avoir un problème avec l’innovation et la créativité.

Marques, contenu et futur de l’édition        
Si le secteur des tablettes sème le trouble dans le monde de l’édition, il est aussi en train de redéfinir celui du journalisme. Les médias du futur vont nécessiter une nouvelle race de reporter, capable d’exploiter au mieux les nouveaux formats et services. Violet Blue nous parle du nouveau visage du journalisme. Lire la suite…

Jeffrey Cole : « Une nouvelle ère pour la publicité »

Par Benoît Chamontin, le Vendredi 3 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie,Vision 2020   |   Aucun commentaire
JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

 Jeffrey Cole est directeur de l’ « Annenberg School Center for the Digital Future » au sein de l’Université de Californie du Sud. A ce titre, il est l’un des observateurs mondiaux les plus avisés sur les questions relatives à Internet. Pour lui, il n’existe aucun doute que la majorité des contenus numériques sera mise à disposition gratuitement. Alors qui paiera ? Sa réponse est sans ambages : la publicité. Le débat reste ouvert !

Durant ces 25 dernières années, Jeffrey Cole a été à la pointe des évolutions dans le domaine des technologies de communication et des médias tant aux Etats-Unis qu’a niveau international. Depuis juillet 2004, il a rejoint l’ « Annenberg School for Communication & Journalism » avec une double casquette : directeur du « Center for the Digital Future » récemment créé et enseignant-chercheur. Sous sa houlette, le centre étudie et propose des pistes de réflexion afin de combiner évolution des technologies de communication et bénéfices réels pour les populations.

Dans la vidéo réalisée dans le cadre du programme d’Ericsson intitulé « 2020 – Shaping Ideas« , Jeffrey Cole revient sur les impacts et les enjeux d’Internet en matière de création et de diffusion des contenus numériques (en anglais) :