Ericsson reconnu comme leader de l’oss dans le cadran magique de Gartner

Par Valérie Gérôme, le Mercredi 7 novembre 2012, classé dans Récompenses et Prix   |   Aucun commentaire

Ericsson renforce sa position de leader du marché de l’OSS (Operations Support Systems)

Ces deux dernières années, Ericsson a procédé à des acquisitions stratégiques pour se positionner comme leader du marché dans le domaine de l’OSS. Son classement dans le Cadran Magique de Gartner, l’un des principaux cabinets d’analyse au niveau mondial, en apporte la reconnaissance. Ericsson a également été reconnu comme le leader mondial en part de marché OSS en 2011 (Market Share Analysis: Telecom Operations Management Systems (BSS, OSS and SDP), Worldwide, 2010-2011).

Le rapport de Gartner évalue les capacités des fournisseurs de solutions complètes sur le marché mondial des services OSS.

« Notre stratégie produits est centrée sur les outils de planification, d’inventaire et de gestion des offres, ce qui nous permet de consolider notre position de numéro 1 sur le marché des systèmes de gestion des activités télécoms (Telecom Operations Management Systems) et de fournir les meilleures solutions OSS à nos clients », commente Per Borgklint, responsable de la Business Unit Solutions de Support. « Nous sommes très heureux d’être classés dans le Cadran Magique de Gartner pour les systèmes OSS ; c’est la reconnaissance de notre capacité à aider nos clients à réagir rapidement à l’évolution des demandes des consommateurs et à la nécessité de développer l’efficacité et l’innovation dans le secteur des services et des réseaux. » Lire la suite…

TICS et gestion du personnel d’intervention : réalisation d’une étude en Turquie

Par Corinne Muller, le Mercredi 7 septembre 2011, classé dans Non classé   |   Aucun commentaire
Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

La logistique intelligente regroupe des technologies qui, grâce à une meilleure planification des trajets et des chargements, permettent de réduire la consommation de carburant et d’améliorer ainsi la performance énergétique. Par exemple, l’utilisation d’un logiciel de gestion des opérations peut contribuer à réduire les stocks, la consommation de carburant, le kilométrage parcouru et le nombre de véhicules circulant à vide ou partiellement chargés.

Les services géolocalisés, parce qu’ils permettent de transmettre à des applications mobiles existantes des informations sur la position géographique d’un terminal mobile, constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente. Il en découle toute une série de services personnalisés et enrichis destinés à répondre aux besoins de sécurité, d’efficacité et de confort des utilisateurs, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises.

Périmètre de l’étude

Cette étude de cas porte sur un système TIC constitué d’un réseau mobile et de terminaux mobiles servant à transmettre des informations à des systèmes de positionnement, à un système d’information géographique, à des PCs de surveillance et à des serveurs d’applications. On suppose que le logiciel d’application est déployé dans un centre informatique équipé de dispositifs d’alimentation électrique et de refroidissement. Lire la suite…

Nina Macpherson est nommée directeur juridique du groupe Ericsson

Par Olivier Cimelière, le Mardi 21 décembre 2010, classé dans Stratégie   |   Aucun commentaire
Nina Macpherson, directeur juridique d'Ericsson Group à partir du 1er janvier 2011

Nina Macpherson, directeur juridique d'Ericsson Group à partir du 1er janvier 2011

 A compter du 1er janvier 2011, Nina Macpherson deviendra directeur exécutif Juridique du groupe Ericsson. Elle remplace à ce poste Carl Olof Blomqvist qui partira en retraite fin Mars 2011. Nina Macpherson était jusqu’à présent directeur des Affaires juridiques d’Ericsson.

Hans Vestberg, PDG d’Ericsson, a déclaré : « J’ai choisi de nommer une juriste éminemment compétente qui possède une vaste expérience et un fort leadership pour diriger cette fonction. De par ses précédentes expériences, Nina dispose déjà d’une connaissance pointue de l’entreprise et du secteur industriel où elle évolue ».

Nina Macpherson a rejoint le groupe Ericsson en 1996 en tant que conseiller juridique Groupe. Elle avait auparavant exercé des fonctions dans le même domaine pour le compte de plusieurs entreprises de transport. Elle a également été avocate au sein d’un cabinet juridique suédois.

De 1999 à 2007, elle a occupé le poste de directeur général Corporate Governance & Antitrust Law. En 2007, elle avait été nommée directeur général du bureau des Affaires juridiques. Elle succèdera prochainement à Carl Olof Blomqvist qui prendra sa retraite fin mars 2011 après 11 années consacrées à Ericsson. Nina Macpherson sera membre à part entière du Comité de Direction du Groupe Ericsson dès le 1er janvier 2011.

Bina Chaurasia, nouvelle directrice générale Ressources Humaines du Groupe Ericsson

Par Olivier Cimelière, le Jeudi 23 septembre 2010, classé dans Stratégie   |   Aucun commentaire
Bina Chaurasia apporte plus de 15 ans d'expertise RH au niveau mondial

Bina Chaurasia apporte plus de 15 ans d'expertise RH au niveau mondial

 Bina Chaurasia va prochainement prendre la direction générale des Ressources Humaines et de l’Organisation du groupe Ericsson. Sa nomination sera effective à compter du 15 novembre 2010. Bina Chaurasia apporte à Ericsson plus de 15 ans d’expérience RH acquise au sein de plusieurs grandes entreprises internationales.

« Avec une présence dans 175 pays, Ericsson est vraiment une entreprise mondiale, évoluant dans une industrie passionnante qui influe sur des milliards de personnes ». C’est ce constat enthousiaste qui a motivé Bina Chaurasia dans sa décision de rejoindre Ericsson. Hans Vestberg, PDG du groupe Ericsson, a commenté pour sa part : « Nous sommes une entreprise basée sur le savoir dont les salariés sont l’atout central. Pour maintenir notre position de leader, nous nous devons d’attirer, développer et retenir des talents. L’expérience de Bina dans ce domaine sera prépondérante ».

Bina Chaurasia a accompli sa carrière dans différents secteurs industriels, notamment l’informatique et la distribution. Avant de rejoindre Ericsson, elle était directrice générale « Global Talent » chez Hewlett Packard où elle avait en charge depuis 2007 la gestion des talents, l’apprentissage et le développement des cadres dirigeants, la diversité et le recrutement.

Auparavant, elle a été directrice générale Ressources Humaines de la célèbre chaîne de distribution d’habillement Gap. Elle a également occupé plusieurs postes importants RH chez Sun Microsystems et PepsiCo/Yum (chaîne de restaurants en franchise). 

Née en Inde, Bina Chaurasia est diplômée de l’Université de l’Etat de l’Ohio (« Master of Science in Management and Human Resources ») et de l’Université du Wisconsin (« Masters of Arts in Philosophy »).

Quels critères de succès pour le haut débit mobile ? le Pr. Julian Birkinshaw répond

Par Benoît Chamontin, le Mardi 14 septembre 2010, classé dans Haut Débit,Opinion,Stratégie   |   Aucun commentaire
Julian Birkinshaw de la London Business School identifie 4 critères de succès pour le haut débit mobile

Julian Birkinshaw de la London Business School identifie 4 critères de succès pour le haut débit mobile

 En matière de haut débit mobile, le succès repose avant tout sur la vitesse, sur la souplesse et sur des choix techniques intelligents. Aux yeux de Julian Birkinshaw, professeur de Management Stratégique et International à la London Business School, c’est la combinaison gagnante que les opérateurs doivent impérativement décliner. Explications et analyse.

Alors que les opérateurs mettent en œuvre actuellement le haut débit mobile sur leurs réseaux, ils sont naturellement soucieux de concrétiser des opportunités commerciales autour de cette technologie et de maximiser le retour sur investissement. Outre les défis technologiques et les opportunités du haut débit mobile, les opérateurs doivent également identifier les bonnes stratégies pour transformer la technologie en succès commerciaux, et apporter les changements nécessaires pour aborder ce secteur encore incertain et en rapide évolution.

La technologie mobile est le nouvel espace de bataille des services. Toutes sortes d’acteurs entrent en lice en vue de s’approprier une part du gâteau, des fournisseurs de logiciels et d’équipements informatiques jusqu’aux acteurs des réseaux sociaux en passant par les sociétés spécialisées dans les médias et le divertissement. Les consommateurs ont eux-mêmes rapidement compris la valeur de l’accès mobile à des services Internet haut débit, qu’il s’agisse de travailler plus efficacement quand on est loin de son lieu de travail, de rester connecté à des réseaux sociaux, ou simplement de se divertir. Après avoir créé cette valeur pour leurs clients, les opérateurs doivent maintenant répondre à une question primordiale : comment capter une valeur appropriée, aujourd’hui et demain ?

Ne pas confondre capture de valeur et création de valeur !

la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur

la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur

Des études réalisées par des centres universitaires sur le leadership dans les industries dynamiques, il ressort clairement que la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur. Nous le voyons bien aujourd’hui avec le dilemme auquel est confronté Facebook. Le célèbre réseau a créé une valeur considérable pour ses 570 millions d’utilisateurs. Il a maintenant besoin de trouver le moyen de concrétiser cette valeur sous forme de revenus, sans pour autant faire fuir les utilisateurs. Les opérateurs de réseaux mobiles doivent donc veiller à ne pas abandonner leur spécificité en tentant de capter la valeur qu’ils créent via la fourniture d’une technologie haut débit mobile. Lire la suite…

Innovation & Silicon Valley : Ericsson apporte son regard

Par Olivier Cimelière, le Mercredi 25 août 2010, classé dans Opinion,Stratégie,Vision 2020   |   1 commentaire
Ericsson est implanté en Silicon Valley depuis mi-2009

Ericsson est implanté en Silicon Valley depuis mi-2009

 L’innovation a été sous le feu des projecteurs lors du séminaire “Innovation Leadership: Visions for the Future” qui s’est tenu le 29 juin dans la Silicon Valley. Organisé en partenariat avec le Forum des femmes chefs d’entreprise et cadres dirigeantes, ce séminaire a été l’occasion pour les participants de partager la vision qu’ils nourrissent pour le monde de la communication de demain. Ericsson a apporté sa contribution.

Organisé en partenariat avec le Forum des femmes chefs d’entreprise et cadres dirigeantes (FWE&E) et s’inscrivant dans le cadre de la campagne “2020, des visions pour le futur” lancée par Ericsson, ce séminaire a rassemblé tout un panel d’experts.  « Les entreprises sont confrontées au défi de créer et stimuler un environnement innovant sur ce marché très actif, guidé par une vision à court terme sur les livraisons de produits et les résultats », a affirmé Maya Strelar-Migotti, responsable du Pôle Développement pour les solutions IP et Haut débit chez Ericsson. « Cette rencontre a donné une occasion unique d’échanger des idées sur la façon de relever ce défi et de créer de l’innovation au sein des entreprises », a-t-elle ajouté.

Sara Beckman, professeur en développement de nouveaux produits et management des opérations à la Haas School of Business de l’université de Californie à Berkeley et principale intervenante lors du séminaire, a fourni un éclairage sur les similitudes et les différences entre les processus traditionnels axés sur l’innovation incrémentale par la qualité et la maîtrise. Son discours a également porté sur la potentialité d’une innovation radicale ou de rupture par des processus plus créatifs et expérientiels, comme par exemple le “Design Thinking », dont elle a décrit les quatre étapes principales : Lire la suite…

Ericsson et la Boston University font plancher des étudiants en MBA sur les TICS

Par Olivier Cimelière, le Jeudi 15 avril 2010, classé dans Responsabilité sociétale,Stratégie   |   1 commentaire
Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg (à gauche) a remis un chèque de 25 000 dollars aux étudiants vainqueurs de la London Business School

Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg (à gauche) a remis un chèque de 25 000 dollars aux étudiants vainqueurs de la London Business School

 Le 26 mars dernier, 60 prometteurs étudiants en MBA sélectionnés aux quatre coins du monde se sont livrés une concurrence acharnée lors d'un concours d’étude de cas organisé par Ericsson et la Boston University. L'enjeu : résoudre une problématique de stratégie d'entreprise sur le thème du marché des technologies de l'information et de la communication.

Parrainé depuis trois ans par Ericsson, l'événement intitulé « Annual International Tech Strategy Business Case Competition »  est organisé par l’école de management de la Boston University. La cinquième édition du genre a rassemblé 16 équipes composées de quatre étudiants des programmes de MBA issus de diverses écoles dans le monde. Elle s'adressait aux étudiants les plus prometteurs ayant manifesté une fine perception du pouvoir de transformation des TICS dans la vie économique, thème central par ailleurs de la compétition en 2010.

Et de la sagacité, les participants ont dû en faire preuve pour résoudre en 24 heures maximum, l’étude de cas soumise à leur analyse et pour présenter ensuite leur dossier à un jury composé de professionnels de haut niveau. Dès le coup d'envoi et au fil de la journée, les « pros » et les apprentis pouvaient en outre prendre connaissance du défi sur le site web d’Ericsson et suivre l'avancement des travaux sur Twitter, Facebook et un blog alimenté en direct.

Stephen Newman, directeur de programme d’Ericsson chargé du développement des cadres dirigeants, souligne que le profil de la Boston University est bien en phase avec la manière dont Ericsson regarde le monde : « Il est important pour Ericsson de soutenir un enseignement universitaire de haut niveau. La Boston University figure au premier rang des grandes écoles du monde à l’intersection de la technologie et du management. La Boston University a créé ce concours pour promouvoir une meilleure vision des télécommunications. Leur mission est de faire comprendre les possibilités que recèlent ces nouveaux modèles d’entreprise, les nouvelles façons de communiquer, d’organiser la société et de concevoir le développement économique et social ». Lire la suite…

Le groupe Ericsson remanie l'organisation globale de ses marchés

Par Olivier Cimelière, le Lundi 8 février 2010, classé dans Stratégie   |   1 commentaire
Hans Vestberg :

 Par la voix de son PDG, Hans Vestberg, le groupe Ericsson a annoncé aujourd'hui la modification des structures d'organisation de l'entreprise à l'échelle globale. Le comité de direction désormais baptisé « Executive Leadership Team » accueille en son sein deux nouveaux membres : Mats H Olsson, directeur général de la région Chine & Asie du Nord-Est et Angel Ruiz, directeur général de la région Amérique du Nord. Le groupe a également remodelé le management géographique de ses différentes entités locales en passant de 23 Market Units à 10 régions.

En nommant Mats H Olsson et Angel Ruiz membres à part entière de l'instance de direction du Groupe Ericsson, Hans Vestberg a tenu à associer les deux plus gros marchés d'Ericsson que sont les régions Chine & Asie du Nord-Est et l'Amérique du Nord. Hans Vestberg a notamment déclaré : « Angel et Mats ont été décisifs dans la croissance soutenue que nous enregistrons en Amérique du Nord et en Chine. Leur présence dans l'Executive Leadership Team apporte une vision du marché et des clients très précieuse tout en diversifiant notre instance de direction du Groupe. Avec cette équipe, j'ai confiance pour que nous conservions un solide leadership au sein de notre industrie et pour qu'Ericsson soit un acteur puissant tout au long de cette nouvelle décennie ».

Mats H Olsson a commencé sa carrière chez Ericsson en 1982. Il fut transféré en Asie deux ans plus tard pour implanter des activités détenues à 100% par Ericsson à Hong-Kong, Pékin et en Indonésie. Pendant sa carrière asiatique, Mats a été successivement président des opérations d'Ericsson à Taïwa, en Indonésie, en Malaisie. En 2004, il est nommé président d'Ericsson Greater China avec la responsabilité globale de la Chine intérieure, de Hong-Kong, de Macao et de Taïwan, le tout constituant un ensemble de plus de 9000 employés. Mats H Olsson est né en 1954 et diplômé d'un mastère en administration des entreprises de l'Ecole des Sciences économiques de Stockholm. 

Angel Ruiz a rejoint Ericsson en 1990 où il a occupé diverses fonctions commerciales et managériales au sein de l'entreprise, avec notamment la direction du compte-clé client Cingular/SBC/BellSouth (aujourd'hui devenu AT&T). Il a été également impliqué dans de nombreux projets de développement produits et a mené des missions de support client au Mexique, au Vénézuéla et en Suède. Avant de travailler pour Ericsson, Angel Ruiz a accompli sa carrière chez Sprint, AT&T et Bell Atlantic. En 2001, il est nommé président d'Ericsson North America. Aujourd'hui, après les acquisitions des actifs CDMA et LTE de Nortel et l'accord de services avec l'opérateur Sprint (tous deux réalisés en 2009), la région Amérique du Nord compte 14000 employés. Angel Ruiz est né en 1956 et titulaire d'une maîtrise en ingéniérie électrique de l'Université centrale de Floride et d'un mastère en sciences et systèmes d'information de l'Université John Hopkins. Lire la suite…

Ericsson Academy : développer les compétences des collaborateurs

Par Benoît Chamontin, le Mardi 26 janvier 2010, classé dans 4G LTE,IP,Responsabilité sociétale   |   1 commentaire
Permettre aux collaborateurs d'Ericsson d'être à la pointe des savoirs technologiques

Permettre aux collaborateurs d'Ericsson d'être à la pointe des savoirs technologiques

 Une nouvelle académie est née : l’Ericsson Academy ! Elle a été présentée fin novembre 2009 en interne aux collaborateurs de l'entreprise. Nouveau centre stratégique de formation et de développement des connaissances, cette structure a pour vocation de renforcer les compétences des employés et d’encourager le partage des savoirs technologiques.

L’Académie va être mise en place progressivement dans toutes les entités du groupe Ericsson jusqu’à la fin 2010  , date à laquelle elle devrait être pleinement opérationnelle. Dans un premier temps, elle proposera des solutions de mise à niveau pour développer les compétences en matière de réseaux IP et de standard radio LTE et être ainsi à la pointe des connaissances dans ces domaines.

Les contenus pédagogiques prendront diverses formes : vidéo à la demande, formations en ligne, retransmissions en direct sur Internet, présentations, liens vers des informations sur les produits et forums de discussion. Elles sont le fruit du travail d’équipe mené par les responsables produits au sein de toutes les business units et dans tous les métiers. Petter Andersson, récemment nommé à la tête de l’Ericsson Academy, explique que le but est de développer les connaissances et les compétences du personnel, d’encourager l’échange d’idées, d’améliorer la performance et de stimuler l’innovation : « Nous voulons un apprentissage qui soit davantage à la demande, plus adapté aux besoins et plus interactif, et en faire un avantage concurrentiel » confie-t-il.

Au cours du deuxième trimestre 2010, quand l’Academy atteindra déjà une « masse critique de contenu d’apprentissage », Ericsson commencera à publier en externe certains de ces contenus. « Cela nous aidera à capter davantage l’intérêt des clients, des fournisseurs et des universités. Cela nous permettra aussi de mieux comprendre les besoins des clients et de conforter notre positionnement en tant que locomotive du secteur en matière de savoir».

Pour Marie Westrin, chef de la DU Radio, Ericsson doit se focaliser sur les stratégies d’entreprise et les exigences des clients pour stimuler le développement des compétences individuelles : « Grâce à l’Ericsson Academy, les différentes unités du département R&D pourront partager les bonnes pratiques en termes de méthodes de travail et d’utilisation des compétences », affirme-t-elle.

À titre d’offre de démarrage, le portail de l’Ericsson Academy Ericsson proposera un ensemble de séminaires de la Harvard Business School et de courtes vidéos sur le thème de l’innovation. Le portail exposera également les grandes lignes du contenu qui sera mis en ligne.

zp8497586rq

Le PDG du groupe Ericsson commente les résultats 2009

Par Olivier Cimelière, le Lundi 25 janvier 2010, classé dans Opinion,Stratégie   |   1 commentaire
2009 confirme la solidité du groupe Ericsson

2009 confirme la solidité du groupe Ericsson

Ericsson a publié ce matin les résultats de l'entreprise pour l'année 2009. Hans Vestberg, nouvellement président-directeur général du groupe depuis le 1er janvier 2010, a commenté les faits saillants au cours d'une conférence de presse en Suède. L'intégralité de ses commentaires est disponible ci-dessous.

« Au cours du deuxième semestre de 2009, les ventes « Réseaux » ont été impactées par la réduction des dépenses des opérateurs dans un certain nombre de marchés. Toutefois, les ventes du Groupe pour l'ensemble de l'année ont été affectées dans une moindre proportion et la marge opérationnelle a légèrement progressé. Nous avons bien maintenu nos parts de marché dans tous les segments, le cash-flow est bon et notre position financière solide. L'activité « Services » a réalisé de bonnes performances and nos co-entreprises (NDLR : Sony-Ericsson et ST-Ericsson) conservent le cap pour retrouver la profitabilité.

L'évolution des investissements de la téléphonie voix vers le haut débit mobile se poursuit. Nombre d'utilisateurs comme volumes de trafic sont en constante et rapide augmentation et conduiront à terme à la connexion de milliards de personnes à Internet. Comme mentionné précédemment et en parallèle de cette transformation, le déclin anticipé des ventes liées au GSM s'est accéléré avec le contexte économique actuel, déclin qui n'est toutefois pas encore compensé par la croissance du haut débit mobile et des investissements dans les réseaux IP nouvelle génération.

En outre, les investissements actuels des opérateurs varient selon les régions et les pays. Au cours de 2009, les opérateurs sont notamment devenus beaucoup plus prudents en termes d'investissements dans plusieurs marchés émergents comme l'Europe Centrale, le Moyen-Orient et l'Afrique. En revanche, d'autres marchés comme la Chine, l'Inde et les Etats-Unis continuent de se développer activement à travers de gros déploiements de réseaux. On note également une demande forte et soutenue pour les services aux opérateurs, notamment en matière d'amélioration de l'efficacité opérationnelle comme les services managés et le consulting. Lire la suite…