Ericsson, partenaire digital des championnats du monde de ski nordique 2015 pour un suivi en temps réel

Par Corinne Muller, le jeudi 12 février 2015, classé dans Applications,Événements,Innovation / R&D,M2M

ericsson-falun2015-skier

  • Les fans de ski nordique vont vivre, en temps réel, les performances de leurs champions favoris grâce à la grande quantité de données et de contenus numériques fournie par Ericsson
  • La solution Ericsson Networked Event permet à des applications mobiles de voir le jour, accessibles en téléchargement depuis les boutiques d’applications iOS et Android
  • Lancement de 2 applications mobiles : Live Results Falun2015 et Live Arena Falun2015

ericsson-falun2015-banner

Lire la suite…

Vivre dans la société connectée : le papier connecté

Par Benoît Maydat, le lundi 27 janvier 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau

Dans cette vidéo, Jan Hereden d’Ericsson démontre comment l’on peut accèder à des informations en touchant l’emballage d’un pack de soupe fait en papier connecté. Ce dernier rend facile l’accès à l’information pour le consommateur. L’usager est identifié et aura accès à de l’information spécifique via son smartphone . Il pourra ainsi voir la liste complète des ingrédients, le nombre de calories, la provenance et le mode de transport de cette soupe. Ce n’est qu’un exemple de ce qu’un papier connecté peut apporter.

Lire la suite…

Orange Business Services renforce son offre M2M pour les multinationales grâce à la plateforme de gestion des objets connectés d’Ericsson

Par Corinne Muller, le jeudi 19 septembre 2013, classé dans Société en réseau

Orange utilisera uniquement la plateforme M2M Ericsson au niveau international.

La plateforme DCP (Device Connection Platform) d’Ericsson permettra aux clients d’Orange Business Services de déployer et de gérer de façon évolutive les objets connectés et applications M2M sur des marchés multi-domestiques.

Orange Business Services et Ericsson annoncent aujourd’hui la signature d’un accord pour renforcer leur positionnement sur le marché mondial du M2M (machine-to-machine). Le M2M et plus largement l’internet des objets connaissent un essor dans de nombreuses applications et le développement des réseaux mobiles haut débit devrait renforcer cette croissance. C’est particulièrement le cas dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique grand public pour qui ces solutions représentent un grand potentiel de développement de services. Les multinationales qui adressent différents marchés dans le monde doivent pouvoir s’appuyer sur une solution homogène d’un pays à l’autre et ce, tout en étant capables de répondre aux attentes spécifiques des utilisateurs dans chaque pays.

Orange Business Services a choisi la plateforme en mode cloud de gestion des objets connectés DCP (Device Connection Platform) d’Ericsson pour enrichir sa gamme de solutions M2M et renforcer le support auprès de ses clients internationaux. Cette solution permettra aux clients d’Orange Business Services de bénéficier de fonctionnalités de pointe pour déployer, faire évoluer et exploiter des millions de connexions M2M à l’échelle mondiale. Un portail de services disponible en permanence permettra aux clients d’accéder eux-mêmes et directement à des fonctionnalités de gestion et de contrôle de leur base de cartes SIM installées, avec un accès en temps réel pour le suivi opérationnel, le soutien aux équipes métiers et l’accès aux statistiques d’utilisation. Les fonctionnalités de la plateforme Ericsson viennent renforcer la qualité de service globale d’Orange Business Services et la fluidité de l’expérience client.

Orange Business Services propose déjà une gamme complète de solutions M2M à la carte (allant de la connectivité M2M aux solutions de bout-en-bout : conception, gestion de projet, services de conseil et support). Avec plus de 250 personnes dédiées au M2M, Orange Business Services offre une expertise reconnue dans l’innovation, l’intégration et le développement de solutions métier incluant notamment : la surveillance à distance des systèmes médicaux connectés, le diagnostic et la maintenance d’équipements, les compteurs intelligents (smart metering), la gestion de flottes ainsi que le suivi et la traçabilité.

Après la Global M2M Association (GMA), cet accord marque une nouvelle étape dans l’ambition d’Orange Business Services de proposer des solutions M2M mondiales. Grâce au partenariat (GMA) signé avec les principaux opérateurs européens, les clients d’Orange Business Services bénéficient des accords de roaming et d’intéropérabilité de ses membres et accèdent ainsi à une couverture réseau inégalée à l’échelle mondiale et des niveaux de services harmonisés.

Thierry Bonhomme, directeur exécutif d’Orange Business Services, explique : « Cela fait de nombreuses années qu’Orange Business Services investit dans l’Internet des objets, avec pour ambition d’être un acteur clé sur le marché mondial du M2M. Nous continuons à enrichir notre portefeuille dans ce domaine pour fournir aux entreprises internationales les meilleurs services disponibles. L’accord conclu avec Ericsson constitue une avancée nouvelle dans notre approche mondiale du M2M, et dans la mise en oeuvre d’un éco-système de partenaires sélectionnés – pour le plus grand bénéfice de nos clients. »

Johan Wibergh, vice-président et directeur de la Business Unit Réseaux d’Ericsson, souligne lui aussi l’importance de cet accord : « Ce partenariat avec Orange est une excellente chose. Ensemble, nous allons pouvoir concrétiser notre vision d’une société en réseau, avec potentiellement 50 milliards d’objets connectés dans les prochaines années. La plateforme DCP d’Ericsson est un élément clé dans la mise en oeuvre de cette vision, qui bénéficie de nos capacités R&D et d’investissements très conséquents. De son côté, Orange tirera profit de la forte présence locale et de l’éco-système d’Ericsson dans le monde, pour accélérer sa dynamique commerciale. »

« Les opérateurs supprimant peu à peu les barrières qui empêchaient le libre déploiement de solutions globales, il devient désormais plus abordable, pour les grandes entreprises comme pour les OEM, d’investir dans les objets connectés. Nous estimons que cette dynamique devrait conduire à un nouveau départ pour ce secteur industriel », prédit pour sa part Steve Hilton, analyste auprès du cabinet Analysys Mason.

S’appuyant sur les capacités R&D d’Ericsson, les clients internationaux d’Orange bénéficieront de solutions compétitives sur le long terme, avec l’assurance d’une connectivité fiable et économique pour leurs systèmes.

Boostez votre innovation avec Com4Innov, le laboratoire 4G/M2M

Com4Innov propose un talk-show afin de vous informer sur les bonnes pratiques et usages de la plateforme 4G/LTE/IMS/M2M.

Com4Innov vous propose un talk-show en live animé par Jean-Pierre Largillet ce jeudi 20 juin de 15h30 à 16h15, afin de vous informer sur les bonnes pratiques et usages de la plateforme 4G/LTE/IMS/M2M.

Côté agenda de ce talk-show inédit, Viktor ARVIDSSON, Directeur Stratégie et Marketing – Ericsson et Philippe BESSAGUET, Président – iQsim, deux industriels membres fondateurs de Com4Innov, présenteront les raisons de leur collaboration à ce projet innovant et temoigneront de leur experience au sein de la plateforme.

Pour illustrer les moyens et services proposés, nos premiers utilisateurs seront présents sur le plateau. Découvrez ainsi leurs premiers tests, réalisations et utilisations de ce laboratoire de développement grandeur réelle, avec pour exemple :

> l’expérimentation de la 4G et des services IMS par François COUTANT, Senior Manager – NVIDIA,
> les tests effectués pour le projet collaboratif « LTE Now » par Christian BONNET, Professeur – EURECOM,
> l’utilisation pour le projet collaboratif « WL-BOX4G » par Philippe BESSAGUET, Président – iQsim,
> les premiers tests M2M par Raphaël BERNHARD, Ingénieur R&D expert – ORANGE (cloud et simulation).

Notre directeur opérationnel, Claude Hary, et notre leader technique, Philippe Badia, aborderont également les autres usages disponibles et offerts par la plateforme.

Posez dès aujourd’hui vos questions sur le site dédié à l’émission : notre équipe d’experts vous répondra en live ! Cliquez ici pour accéder au tchat !

Cette émission sera pour vous l’occasion de découvrir et décrypter tout le potentiel que vous offre l’écosystème de Com4Innov pour accélérer le développement de vos solutions et services.

Rendez-vous jeudi dès 15h30 sur www.com4Innov.com et sur www.webtimemedias.com !

Le rapport annuel 2010 d’Ericsson est disponible

Demandez le nouveau rapport annuel d'Ericsson !

Demandez le nouveau rapport annuel d'Ericsson !

Ericsson vient de publier aujourd’hui son rapport annuel 2010 qui revient sur les faits marquants et les nombreux défis relevés par l’entreprise durant l’année écoulée.

Cette nouvelle édition s’intitule « Take the world with you – Driving Mobile Broadband » et met l’accent sur l’impact du développement du haut débit mobile. En effet 2010 a été l’année où le haut débit mobile a véritablement décollé dans le monde comme l’avait d’ailleurs pressenti Michael Treschow, Président du Conseil d’Administration d’Ericsson, dans son éditorial l’an dernier.

Retour sur quelques points marquants que relève Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson, dans sa lettre accompagnant cette nouvelle édition du rapport annuel.

Ericsson a fait face à deux grands défis externes en 2010 : le ralentissement économique et la pénurie de composant s au niveau mondial.

En effet, le ralentissement économique produisait encore ses effets dans la première moitié de l’année. Cependant, dans la dernière partie de l’année les ventes de haut débit mobile ont décollé, en particulier en Amérique du Nord et au Japon. Cette évolution s’explique notamment par une forte augmentation du trafic de s données mobiles.

Au cours de l’année, Ericsson a également lutté contre la pénurie de composants qu ‘a connu l’ensemble de l’industrie. Si la fourniture de composants est maintenant normalisée, la réponse à la demande ne se fait pas encore totalement concernant certains produits haut débit mobile en raison de la hausse importante de la demande des consommateurs. Lire la suite…

Hans Vestberg au MWC : « Notre imagination est la seule limite au monde connecté »

Par Benoît Chamontin, le mercredi 23 février 2011, classé dans Haut Débit,Réseaux fixes,Réseaux mobiles
Hans Vestberg - Ericsson - Mobile World Congress

« Nous ne ferons aucun compromis sur notre leadership technologique » a réaffirmé Hans Vestberg lors de son discours au Mobile World Congress

Lors de son discours d’ouverture au Mobile World Congress à Barcelone, Hans Vestberg a identifié les trois axes  par lesquels passent la construction d’une société en réseau : la mobilité, le haut débit et le Cloud.  Pour lui « ce sont ces trois forces qui feront la différence ».

Pour créer cette société en réseau, où tout objet pouvant l’être sera connecté (cf. 50 milliards d’objets connectés en 2020), « notre imagination est la seule limite » a-t-il rajouté.

Pour soutenir ces trois axes, Hans Vestberg a communiqué les nouveaux produits et concepts lancés par Ericsson à l’occasion du Mobile World Congress, citant notamment : la plateforme de connexion DCP (Device Connection Platform) qui va permettre aux opérateurs de lancer rapidement des solutions M2M, la solution AIR (unité radio avec antenne intégrée), premier pas vers un réseau hétérogène, un nouveau portefeuille de solutions pour réseau IP et un PC en tant que « solution de service », permettant aux opérateurs de proposer une offre groupant abonnement haut débit mobile et applications dans le Cloud.

Le Président et CEO du groupe suédois a souligné le fait qu’Ericsson a lancé 16 réseaux LTE dans 11 pays répartis sur 3 continents. « Nous ne ferons aucun compromis sur notre leadership technologique », a-t-il affirmé. Il a également mentionné l’essor de l’activité Services, qu’il perçoit comme un avantage concurrentiel unique pour Ericsson, seul fournisseur à avoir d’ailleurs remporté un contrat de Managed Services pour un réseau LTE. « Nos clients nous font confiance pour les aider à construire, gérer et exploiter les meilleurs réseaux au monde, un atout à valoriser pour nos futurs produits, solutions et déploiements LTE. Nous plaçons nos clients au centre de nos priorités », a-t-il déclaré.

Hans Vestberg s’est également exprimé sur l’importance de garantir la qualité du réseau, notamment à l’heure où le Cloud ouvre un espace pour l’innovation et la création de nouveaux services. « Le réseau constitue l’élément crucial de l’équation », explique-t-il, annonçant à ce sujet la signature d’une alliance stratégique avec Akamai pour garantir la qualité de service sur les terminaux mobiles.

Le président d’Akamai, David Kenny, a rejoint Hans Vestberg sur scène pour expliquer le partenariat conclu entre les deux sociétés, lequel va débuter par la mise en place conjointe d’un réseau optimisé de distribution de contenu à l’échelle mondiale.

Par ailleurs, Ericsson a lancé tout un éventail de solutions de mise en cache, tant au niveau du routeur SSR (Smart Services Router) que du contrôleur de réseau radio (RNC), afin de permettre aux opérateurs d’améliorer l’expérience utilisateur et d’optimiser l’utilisation de la capacité dans les réseaux IP et radio.

Enfin, Hans Vestberg a parlé de donner naissance à un nouveau secteur des TIC offrant un champ de possibilités plus large pour l’innovation et la collaboration, facilitant un échange d’idées en ligne, sans contrainte de temps ni contrainte géographique, et l’évaluation continue de nouveaux modèles économiques. « Les TIC ont un potentiel à jouer dans la création d’une société en réseau dont la seule limite est celle de notre imagination », a-t-il déclaré. Plusieurs contrats de services remportés récemment sur le marché des TIC, en Europe, au Moyen-Orient et dans la région Asie-Pacifique, ouvrent la voie au développement de l’activité dans ce domaine.

Ericsson dévoile son nouveau portefeuille de solutions pour réseaux IP

Par Benoît Chamontin, le lundi 14 février 2011, classé dans 4G LTE,HSPA,IP,Réseaux fixes,Réseaux mobiles

Ericsson va lancer plusieurs nouvelles solutions IP au cours de l’année 2011 pour répoindre aux nombreux défis de la “société en réseau”

Ericsson va lancer plusieurs nouvelles solutions IP au cours de l’année 2011 pour répondre aux nombreux défis de la “société en réseau”

Les opérateurs doivent aujourd’hui répondre de manière efficace et rentable à la demande croissante en services vidéo, tout en relevant les défis imposés par la mobilité, le cloud computing et les connexions M2M. La vision d’Ericsson est celle d’une « société en réseau », où nous compterons 50 milliards d’objets connectés en 2020.

Dans cette optique, les réseaux ont besoin d’être plus évolutifs, plus intelligents et plus performants, afin de garantir la fourniture rentable de services attractifs aux consommateurs, aux entreprises et aux partenaires.

Les réseaux IP évoluent et passent de connexions d’hôte à hôte à des connexions d’utilisateur à réseau, et inversement.

Les solutions IP nouvelle génération développées par Ericsson sont capables de supporter les communications de type point à multipoint, connectant les gens et les objets à des peers, des réseaux et au cloud. Les opérateurs pourront ainsi optimiser leur réseau et offrir la qualité de service qui garantira une croissance rentable de leur activité.

Plusieurs nouvelles solutions vont ainsi être lancées au cours de l’année 2011, la première étant le routeur SSR (Smart Services Router). Se caractérisant par un niveau élevé d’intelligence et d’évolutivité, ce routeur multi-terabit permet de répondre efficacement à la demande sans cesse croissante en services. Il constituera également un élément essentiel du nouveau cœur de réseau mobile nécessaire au déploiement de la 4G/LTE.

Dans les domaines du transport et de l’accès haut débit, Ericsson prévoit également l’introduction de plusieurs nouveaux produits, parmi lesquels un système complet de gestion de réseau (Ericsson IP Transport NMS), qui garantira avec efficacité la fourniture et le contrôle des services de données au travers des différents domaines et couches du réseau. On peut également citer une solution intégrée permettant l’utilisation combinée de technologies micro-ondes et optiques pour le transport IP.

« Grâce à son leadership dans les réseaux mobiles et à son expérience dans les réseaux fixes, Ericsson est en mesure de proposer des réseaux convergés avancés, notamment là où la croissance est poussée par la demande en haut débit mobile.

Avec un large portefeuille de solutions globales, Ericsson occupe une position de premier plan et propose une offre unique et intégrée de services et technologies IP.

Georges Antoun, directeur de la branche IP et Haut débit, Ericsson

Le haut débit mobile stimule la dynamique M2M de Telecom Italia

Sandro Dionisi de Telecom Italia : "Le M2M est une axe de développement important"

Sandro Dionisi de Telecom Italia : "Le M2M est une axe de développement important"

 L’adoption de plus en plus grande du haut débit mobile constitue également un pas supplémentaire vers le développement des communications M2M (machine à machine) et la création d’un monde tout communicant. Dans ce contexte, de nombreux opérateurs ont choisi de créer des divisions ou business units spécifiques au M2M. Exemple avec la vision de Telecom Italia dans ce domaine.

Alors que le nombre d’abonnements au haut débit mobile double chaque année en Italie, Sandro Dionisi, directeur de l’unité de recherche du groupe Telecom Italia, explique la stratégie déployée par le plus grand opérateur de téléphonie italien pour suivre l’évolution des applications M2M. Regardez la vidéo (en anglais) :

Communication M2M : l’opérateur norvégien Telenor partage son expérience

Telenor a développé la solution Telespor qui permet de garder à distance 10 000 moutons dans différents troupeaux

Telenor a développé la solution Telespor qui permet de garder à distance 10 000 moutons dans différents troupeaux

 Connecter des machines entre elles et les faire échanger des informations sont des activités foncièrement différente de ce qu’une entreprise de télécoms a classiquement l’habitude de faire entre des individus et leurs terminaux. Ce que l’on appelle généralement les communications « machine-to-machine » (M2M) requièrent certaines spécificités. Dans une interview accordée à Ericsson Business Review, Per Simonsen, directeur général de Telenor Connexion et Hans Christian Haugli, directeur général de Telenor Objects, expliquent en quoi la mise en place d’une activité M2M diffère mais recèle également des opportunités pour les opérateurs.

En étendant ses services M2M au marché mondial, l’opérateur historique norvégien Telenor s’érige en pionnier. Fort de 10 ans d’expérience dans ce domaine, il propose aujourd’hui une large gamme de services M2M gérés, allant du suivi de véhicules et de marchandises en transit à la lecture de compteurs électriques. A ce jour, Telenor a installé près de 2 millions de cartes SIM M2M, leur nombre ayant doublé chaque année depuis 2004. Lire la suite…

Internet des objets : A l’aube d’une ère nouvelle ?

Par Olivier Cimelière, le lundi 13 décembre 2010, classé dans Industries non télécoms,Multimédia,Opinion,Vision 2020
Internet des objets : fantasme techno ou réalité émergente

Internet des objets : fantasme techno ou réalité émergente

 Alors que nous faisons route vers un futur Internet des objets où ces derniers et leur environnement seront interconnectés, nous finirons peut-être par vivre un rêve de technologiste – chaque élément de notre vie faisant partie d’un réseau. Mais quel pourra être, en la matière, l’expérience des gens et leur interaction avec ce réseau ? Les utilisateurs y verront-ils une nouvelle étape logique dans l’évolution du Web, ou estimeront-ils être en présence de quelque chose de radicalement différent par rapport à ce qu’ils avaient connu précédemment ?

L’Internet des objets a besoin de moyens innovants pour assurer l’interface avec les utilisateurs, et démontrer clairement que sa puissance ne réside pas dans ses connexions individuelles mais dans la globalité de ses interconnexions. Faute de quoi, il sera très difficile de créer la plate-forme de marché de masse que ce secteur appelle de ses vœux.

Le sujet n’est en tout cas pas de la science-fiction car l’Internet des objets est déjà là. Au cours du seul 2e trimestre 2010 aux Etats-Unis, deux fois plus de systèmes connectés que d’Américains ont été mis en œuvre par les opérateurs. Différents types de gadgets se transforment peu à peu en dispositifs hybrides, qui sont des services autant que des objets physiques. Les Pads et autres Pods – dans leurs différents aspects et avatars –, devraient eux aussi logiquement devenir les portails d’accès à un écosystème intégré de services et d’applications. Et la tendance va vers l’élargissement à des systèmes tels que les récepteurs de télévision, les chaînes Hi-Fi, et même les voitures.

Mais ne nous trompons pas. Les tenants de la technologie sont, par essence, optimistes. Il n’est que de constater la croyance bien ancrée selon laquelle, dans la mesure où ces secteurs démontrent aux clients la sophistication et l’innovation technologiques et fonctionnelles de leurs produits, la valeur de leurs applications coule de source.

Lorsqu’une technologie innovante voit le jour, la grande question consiste essentiellement à créer suffisamment de battage médiatique et de veiller à la qualité de la présentation du produit. Ce qui est supposé entraîner une demande massive. Les secteurs industriels concernés sont donc parfois plus que perplexes face à l’absence de désir des consommateurs en présence d’une technologie apparemment « parfaite », même quand tout a été fait « correctement ». Les perspectives et les enseignements que l’on peut tirer de l’histoire des fiascos technologiques se révèlent très instructifs, et souvent très amusants, mais l’une des raisons principales de l’échec d’un produit est l’incapacité du secteur industriel concerné à se mettre véritablement à la place de l’utilisateur final, et la clé de cette nécessaire compréhension s’appelle l’empathie.

Pour lire la suite du dossier, veuillez cliquer sur le lien de l’article complet en format PDF (en anglais). A lire également, la série d’articles sur l’Internet des objets sur le site Internet Actu.