NEST 2011: un forum qui unit les aspirations à l’éducation et à la connectivité

Par Benoît Chamontin, le vendredi 16 décembre 2011, classé dans Événements,Responsabilité sociétale,Société en réseau

NEST Forum - The Network Society Forum - Novembre 2011

NEST, le forum sur la société en réseau (The Network Society Forum), organisé par Ericsson, se déroulait à Hong Kong du 11 au 13 novembre. Il a suscité une nouvelle mobilisation des représentants du secteur public comme du secteur privé pour faire de l’éducation une priorité des programmes mondiaux.

Les participants au forum NEST ont déterminé l’ordre de priorité des domaines de collaboration future qui doivent créer les conditions pour que l’apprentissage soit accessible à tous, partout dans le monde. Parmi les sujets abordés pendant ces rencontres de deux jours figurent notamment la manière dont nous enseignons et apprenons dans une société connectée ainsi que la contribution que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) peuvent apporter dans ce domaine.

La communication au-delà les frontières géographiques et culturelles est une possibilité concrète de contribution des TIC. « Nous devons injecter, si possible dans chaque école, toute idée brillante émise par un enseignant », a déclaré Sir Harold Kroto, prix Nobel de Chimie et animateur de discussion au forum NEST.

Jeffrey Sachs, Directeur de l’Earth Institute à l’Uniersité de Columbia

L’accès, le haut débit et la collaboration ont été des thèmes récurrents. Jeffrey Sachs, Directeur de l’Earth Institute à l’Université de Columbia, et lui aussi animateur de discussion, a décrit son expérience des changements que la mobilité peut apporter en Afrique dans la vie des populations. Mais il estime que les enjeux de l’éducation sont universels. « À l’Université de Columbia, une fois par semaine nous allumons l’écran pour une vidéoconférence en temps réel qui connecte 20 campus et nous avons maintenant une

classe mondiale ». Lire la suite…

Une étude souligne l’apport bénéfique des communications mobiles dans les zones rurales et émergentes

Les personnes interrogées déclarent économiser 5 dollars US en moyenne en téléphonant plutôt que devoir se déplacer

Les personnes interrogées déclarent économiser 5 dollars US en moyenne en téléphonant plutôt que devoir se déplacer

Trois ans après le démarrage des opérations dans le cadre du projet des Villages du Millénaire visant à déployer la téléphonie mobile dans les zones reculées d’Afrique, une étude conjointement réalisée par Ericsson et les ONG Earth Institute et Millenium Promise, révèle que les services de santé et d’éducation se trouvent grandement améliorés avec l’accès à la connectivité mobile. C’est l’un des nombreux enseignements contenus dans ce rapport publié récemment et intitulé « Impact de la connectivité mobile sur les objectifs de développement du Millénaire en Afrique ».

Issus d’observations recueillies au Ghana, au Nigéria, au Kenya et en Tanzanie, les résultats de l’étude montrent clairement que l’introduction de réseaux de communication mobile exerce une forte influence sur le développement socio-économique des individus et des villages dans les régions reculées. Un tel réseau permet par exemple à de petites entreprises d’accéder à des marchés et des informations dont elles ne pouvaient pas disposer auparavant tout en leur ouvrant de nouvelles perspectives commerciales et en réduisant les coûts de transport.

Cette étude s’inscrit en droite ligne des précédents travaux menés sur le sujet. Elle confirme que 1,2% de croissance du PNB peut être obtenu dans les pays émergents à chaque fois que le taux de pénétration des communications mobiles augmente de 10%. Lire la suite…

Technology for Good (13) : le téléphone mobile comme moteur du développement économique au Soudan

4% de la croissance du PNB soudanais sont à mettre au crédit de la téléphonie mobile

4% de la croissance du PNB soudanais sont à mettre au crédit de la téléphonie mobile

 En 13 années, la téléphonie mobile a eu des retombées positives considérables sur le Soudan, le plus grand pays du continent africain. Les étudiants constituent une des franges de la population à avoir tiré avantage de cette technologie, notamment pour rester en contact avec leur famille et leurs amis lorsqu’ils se trouvent loin de chez eux. Hiba, étudiante à l’université de Khartoum, a poussé les choses plus loin en formulant l’idée innovante de faire du business avec son téléphone mobile.

Comme beaucoup d’étudiants à travers le monde, Hiba est dépendante du soutien de ses parents pour le financement de ses études. Or, ce soutien ne suffit pas à couvrir tous ses besoins, d’où la nécessité pour elle de trouver un complément. Très vite, Hiba s’est rendue compte que le téléphone mobile qu’elle avait à l’origine acheté pour pouvoir rester en contact avec ses parents, allait pouvoir lui être très utile d’une autre manière. Elle a en effet eu l’idée de vendre des minutes de crédit aux autres étudiants, leur permettant à leur tour de rester en contact avec leur famille et leurs amis : « J’achète des minutes de crédit pour une valeur de 100 livres soudanaises (environ 34 euros) et les redistribue à mes amis pour un montant de 110 livres soudanaises (environ 37 euros) ».

Au départ, Hiba a proposé le service à son entourage, puis rapidement, le bouche à oreille faisant son œuvre, elle a pu l’étendre à d’autres étudiants. L’histoire personnelle d’Hiba n’est qu’un exemple parmi tant d’autres des avantages que la téléphonie mobile a pu procurer à la population soudanaise.

Un rôle que l’opérateur africain Zain et l’équipementier suédois Ericsson ont détaillé en publiant récemment un rapport intitulé « L’impact socio-économique des téléphones mobiles au Soudan ». Une vidéo retrace les grands enseignements de ce rapport ainsi que le témoignage d’Hiba (en anglais) :

Dans l’avant-propos de ce rapport, Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la Terre de l’université de Columbia, note que la téléphonie mobile a eu un impact « remarquable » sur le développement économique du pays. Lire la suite…

Madonna s'associe à Ericsson, Earth Institute et Millenium Promise pour que chaque enfant du monde puisse aller à l'école

La chanteuse sera porte-parole du projet

La chanteuse sera porte-parole du projet

 La célèbre chanteuse Madonna a annoncé aujourd'hui au Malawi son intention de rejoindre l'ONG Millenium Promise, l'Earth Institute de l'université de Columbia et l'équipementier télécoms Ericsson en tant de porte-parole de « Connect To Learn ». Cette nouvelle initiative éducative d'envergure mondiale vise à donner l'accès à chaque enfant dans le monde à l'enseignement primaire et secondaire, avec un accent mis notamment sur la scolarisation des petites filles. Dans ce dispositif, les TICS vont jouer un rôle crucial pour mettre à disposition le matériel éducatif auprès des enfants.

Ce partenariat ambitieux entend combattre les carences éducatives qui affectent de nombreux pays dans le monde et invite les gouvernements, les individus, les entreprises et les associations à les rejoindre dans ce défi d'envergure. Aujourd'hui, plus de 70 millions de garçonnets et de fillettes ne sont pas inscrits à l'école primaire. Des centaines de millions d'autres n'ont pas la possibilité d'accéder à l'enseignement secondaire même s'ils ont par ailleurs réussi les examens d'entrée. Plus de la moitié d'entre eux sont des filles. Enfin, la qualité même du système éducatif laisse souvent à désirer.

L'initiative « Connect To Learn » vise à accroître la notoriété de ce défi éducatif majeur, à récolter des fonds via des dons en ligne, des partenariats institutionnels et des investissements via des fondations. Pour la première année, elle espère rassembler près de 3 millions de dollars US. Les fonds ainsi recueillis permettront de fournir des bourses pour l'enseignement secondaire et également étendre des partenariats entre écoles, connecter les étudiants via Internet avec des correspondants dans d'autres classes ailleurs dans le monde. Au total, près de 1300 enfants et 50 établissements scolaires devraient bénéficier de l'opération. Dans les mois à venir, l'initiative entend monter en puissance avec de nouveaux partenariats.

Ericsson fournit à cet effet une plateforme mobile via sa solution eStore qui permettra d'augmenter la visibilité du projet auprès de tous les utilisateurs d'Internet mobile dans le monde. Un peu plus tard, la solution IPX sera également utilisée afin d'autoriser le grand public à faire des donations via leur téléphone mobile. L'entreprise investit également 500 000 dollars US pour soutenir le démarrage du projet « Connect To Learn ». Lire la suite…

Jeffrey Sachs : « Combattre la pauvreté grâce à la connectivité »

Jeffrey Sachs : "la connectivité sera en 2020 un droit fondamental au même titre que l'eau potable, l'accès aux soins, l'électricité"

Jeffrey Sachs : "la connectivité sera en 2020 un droit fondamental au même titre que l'eau potable, l'accès aux soins, l'électricité"

 Professeur d’économie à l’Université de Columbia et directeur du Earth Institute, Jeffrey Sachs est l’un des experts les plus pointus en matière de développement durable et de réduction de la pauvreté. A ses yeux, la téléphonie mobile est un outil fondamental pour sortir des zones entières de l’Afrique de l’isolement économique et du dénuement extrême. Pour Ericsson, il partage sa vision d’économiste convaincu à l’horizon de l’année 2020.

Pour Jeffrey Sachs, il n’existe aucune fatalité qui condamne définitivement les plus pauvres à demeurer éternellement pauvres. Fort de son expertise en politique de développement économique et de son expérience au sein des Nations Unies dans le cadre des Villages du Millénaire, il a pu constater que la pénétration de la téléphonie mobile dans les zones reculées de l’Afrique se traduisait par des bénéfices économiques notables.

Depuis 4 ans, il estime que des avancées notables ont pu être réalisées grâce aux réseaux mobiles en matière de santé, de sécurité et de commerce mais la course contre le temps est encore d’actualité pour espérer voir en 2020, l’éradication totale de la pauvreté la plus extrême. Jeffrey Sachs pense néanmoins qu’en 2020, on peut espérer que la connectivité sera un droit fondamental au même titre que l’eau potable, l’accès aux soins, l’électricité. Regardez son interview (en anglais) :

Auteur de deux ouvrages remarqués, « The End of Poverty : Economic Possibilities for our time » et « Common Wealth : Economics for a crowded planet » respectivement parus en 2005 et 2008, Jeffrey Sachs est un intellectuel reconnu dans le développement durable. Il a été distingué à ce titre deux fois par « Time Magazine » comme l’une des 100 personnalités les plus influentes du monde. Pour en savoir plus sa carrière et son oeuvre, vous pouvez lire sa page Wikipédia : http://en.wikipedia.org/wiki/Jeffrey_Sachs

L’état de la planète au coeur de débats interactifs et mondiaux le 25 mars

La conférence "State of the Planet" a été initiée par Jeffery Sachs, directeur du Earth Institute

La conférence "State of the Planet" a été initiée par Jeffery Sachs, directeur du Earth Institute

 Le 25 mars, la conférence « State of the Planet » rassemblera des leaders d’opinion et des influenceurs issus du monde scientifique, industriel et politique pour débattre des enjeux que la communauté mondiale doit relever en matière de développement durable. Ericsson s’associe à l’événement qui se déroulera simultanément dans 5 grandes capitales de la planète et sera accessible ailleurs en direct par webcast.

La conférence « State of the Planet » a été initiée par Jeffrey Sachs, directeur du Earth Institute de la prestigieuse Université de Columbia aux Etats-Unis. L’événement invite tous les deux ans des personnalités influentes de l’industrie, de la science et de la politique pour évoquer les problèmes cruciaux que le monde rencontre. En 2010 pour la 6ème édition, la conférence est soutenue par Ericsson et le célèbre magazine économique britannique « The Economist » afin de rendre les discussions accessibles partout dans le monde. Ericsson fournira la connectivité haut débit pour les webcasts des différents débats tandis que des journalistes de « The Economist » en assureront la modération et la couverture éditoriale.

Les participants pourront également participer physiquement aux tables rondes dans cinq villes majeures : Pékin, New Delhi, Londres, Nairobi et New York. Les autres pourront suivre en direct sur Internet, poser des questions via des questionnaires en ligne et des blogs ou encore répondre à des sondages instantanés.

Deux des nombreux défis actuels de la planète sont au programme des interventions de l’édition 2010 : le changement climatique et la pauvreté. Pour Jeffrey Sachs, il est essentiel de résoudre ces sujets : « Le fait d’avoir des rencontres en Asie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord pour évoquer ces thèmes ensemble va nous permettre de partager la nature des problèmes et la responsabilité commune pour les solutionner ».

Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg sera l’un des hôtes de marque. Il s’exprima officiellement au cours de la conférence pour souligner l’engagement constant d’Ericsson en matière de développement durable et d’éradication de la pauvreté et les apports des télécommunications dans ce domaine. Pour connaître les détails de l’événement, reportez vous au site officiel de la conférence « State of the Planet » (en anglais) : www.stateoftheplanet.org/

Pour avoir un aperçu de l’événement, regardez la vidéo (en anglais) :

State of the Planet 2010 from Earth Institute on Vimeo.