Ericsson : une nouvelle SSII ?

Par Corinne Muller, le lundi 13 janvier 2014, classé dans Services,Stratégie


Alain Cros présente en vidéo le virage stratégique pris par Ericsson, qui élargit ses compétences dans le secteur de l’IT. Pour appuyer ce nouveau positionnnement, les équipes d’Audilog rejoignent, à compter de 2014, l’entité Ericsson IT Solutions & Services qui abritait déjà les équipes ex Devoteam Telecom et Media et passent sous la marque Ericsson. La marque Audilog n’est plus utilisée.

Lire la suite…

LTE : Ericsson parmi les leaders du classement Magic Quadrant établi par Gartner

Par Corinne Muller, le vendredi 24 août 2012, classé dans 4G LTE,Récompenses et Prix

Magic Quadrant for LTE Network Infrastructure : un classement obtenu par Ericsson à la fois pour sa capacité d’exécution et la globalité de sa vision

Ericsson figure parmi les leaders du LTE dans le dernier classement Magic Quadrant publié par le cabinet Gartner, l’une des principales sociétés de conseil et de recherche dans le domaine des technologies. Gartner a évalué les fournisseurs d’équipements en fonction de la globalité de leur vision du marché et de leur aptitude à déployer le LTE.

 La qualité et la performance des réseaux deviennent aujourd’hui de réels avantages concurrentiels, face aux changements dans les usages comme dans les schémas de trafic. Avec le boom des smartphones, on s’attend à ce que le trafic de données mobiles soit multiplié par 15 d’ici 2017. Les opérateurs se trouvent donc confrontés à un enjeu important : celui de garantir une expérience utilisateur de qualité pour les services consommés sur les smartphones, tablettes et autres nouveaux terminaux. Cette attention de plus en plus grande portée à la performance des réseaux est avant tout visible sur les premiers marchés du LTE, comme les Etats-Unis et la Corée, ou encore sur d’autres marchés caractérisés par une forte pénétration des smartphones. A ce jour, près de 50 % des smartphones utilisés dans le monde sont connectés à un réseau Ericsson.

 La capacité à fournir des réseaux ultra performants ne résulte pas uniquement de l’introduction de nouvelles technologies, mais de la combinaison réussie du matériel existant avec les nouvelles solutions basées sur les standards 3GPP. Précurseur de la technologie LTE, Ericsson détenait fin 2011 60 % de part de marché en volume, lui conférant ainsi l’expérience et l’envergure nécessaires pour soutenir les opérateurs lors de la prochaine phase de déploiement du LTE.

 « Nous avons de nombreux retours positifs sur la performance de nos réseaux et nous sommes aujourd’hui très fiers de figurer parmi les leaders du classement établi par Gartner.

Ericsson est particulièrement attentif à ce que ses clients bénéficient de réseaux de la plus haute performance et s’attache, au travers de ses investissements dans la R&D, à garantir la meilleure utilisation possible de leur spectre limité. »

Thomas Noren, vice-président, responsable des produits radio chez Ericsson

 A ce jour, sept des dix principaux opérateurs mondiaux, classés en fonction de leur chiffre d’affaires 2010, ont retenu des systèmes LTE pour leurs réseaux. Et Ericsson a signé des contrats avec six de ces opérateurs. Lire la suite…

La région Sud innove sur la 4G et les services M2M avec Com4Inno

Par Myriam Devred, le jeudi 19 avril 2012, classé dans 4G LTE,Innovation / R&D

Réseaux et services du futur

La Région Provence Alpes Côte d’Azur verra la mise en place dès le second semestre 2012 de Com4Inno, une plate-forme mutualisée de développement et de test en environnement 4G et M2M destinée aux industriels et chercheurs.

Proposée à travers l’Association Plate-forme Télécom, Com4Innov est le résultat d’une initiative industrielle labellisée et portée par le Pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées (S.C.S.). Elle s’adresse notamment aux TPE/PME qui souhaitent développer ou valider leurs technologies, applications ou services Wireless. Ils pourront bénéficier des infrastructures de télécommunication sans fil les plus récentes, d’outils de développement, de contrôle d’expérimentations et de mesures, et de la compétence d’experts.

Cette plate-forme se focalise sur les réseaux et services mobiles du futur, les applications, composants et réseaux M2M (Machine à Machine) et les objets « communicants ». Elle intègre différentes technologies comme le haut débit mobile (4G/LTE), les infrastructures applicatives (IMS), des passerelles d’optimisation, des terminaux mobiles, des réseaux, passerelles et capteurs sans fil de faible portée, un Cloud de fédération et de gestion d’applications et d’objets communicants M2M. Lire la suite…

Un nouveau rapport de la Broadband Commission sur le changement climatique confirme que la technologie est la clé d’un avenir sobre en carbone

Par Benoît Chamontin, le mercredi 4 avril 2012, classé dans Développement Durable
The Broadband Bridge - Linking ICT with Climate Action - 2012

Les gouvernements sont invités à tirer parti de la capacité des technologies de l’information et de la communication de réduire drastiquement les émissions

Selon le nouveau rapport que vient de publier la Broadband Commission for Digital Development, le haut débit a la capacité de faciliter la transition vers une économie sobre en carbone et d’aider à combattre les causes et les effets du changement climatique.

Intitulé The Broadband Bridge: Linking ICT with Climate Action, ce rapport est le fruit des travaux menés par le groupe de travail sur le changement climatique de la Broadband Commission, présidé par Hans Vestberg, PDG d’Ericsson, et composé de plusieurs membres de la Commission représentant l’industrie, des organisations internationales et des ONG.

Le but du rapport est de sensibiliser au rôle central que les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier les réseaux haut débit, peuvent jouer en facilitant l’avènement de l’économie sobre en carbone de demain ; il souligne l’importance des partenariats public-privé pour accélérer le changement. Il s’appuie sur des entretiens, des études de cas et les documents de plus de 20 responsables et experts en la matière.

« S’attaquer au changement climatique implique changer radicalement de mode vie, de façon de travailler et de voyager, abandonner notre modèle de développement au profit d’un modèle plus juste et plus durable afin d’assurer notre survie. Il faut mettre en œuvre toutes les ressources dont nous disposons et mobiliser la volonté politique pour que les discussions et les négociations se traduisent par des accords et des actes » déclare Hamadoun Touré, Secrétaire général de l’UIT. Lire la suite…

En Afrique, Ericsson renforce l’accès à l’éducation

Par Benoît Chamontin, le mercredi 28 mars 2012, classé dans Responsabilité sociétale
Ericsson - Accès a l'éducation en Afrique

Ericsson – Accès a l’éducation en Afrique

Huit établissements d’enseignement secondaire africains sont désormais équipés de la solution « PC as a Service ». Il s’agit d’une solution de cloud computing, d’utilisation aisée et nécessitant peu de maintenance, qui a été spécifiquement optimisée pour les réseaux mobiles haut débit. Le déploiement de cette solution s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Connect to Learn » mise en place dans les Villages du millénaire au Ghana, au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda.

Cette initiative prévoit également l’attribution de plus de 500 bourses dans le courant de l’année 2012 grâce à ses partenaires, notamment Ericsson, le Sanchez-Palm Girls Scholarship Fund, SpinMaster, JM Eagle, et à un certain nombre de contributeurs individuels. Ces bourses sont destinées à couvrir les frais de scolarité, de pensionnat et d’autres frais annexes.

Selon Elaine Weidman, vice-présidente, en charge du développement durable et de la responsabilité d’entreprise chez Ericsson : « Le haut débit mobile est un outil essentiel d’accès à une éducation de qualité dans toutes les communautés, même les plus pauvres et les plus rurales. La fourniture et la connexion d’ordinateurs gérés par le cloud dans ces huit établissements scolaires représentent une étape majeure dans notre mission d’offrir une éducation secondaire de qualité à un plus grand nombre d’étudiants ». Lire la suite…

Franck Bouétard au Mobile World Congres 2012 : « Nous sommes prêts pour la société connectée. »

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 28 février 2012, classé dans Événements

Franck Bouétard – Ericsson France – MWC 2012

Pour Franck Bouétard, PDG d’Ericsson-France, la cuvée 2012 du Mobile World Congress (MWC), c’est d’abord le grand boom des infrastructures vers le très haut débit, avec la 4G omniprésente Cependant, la 3G n’est pas morte pour autant avec les progrès du HSPA qui frôle les 100 Mbit/s, ainsi qu’Ericsson l’a annoncé lors de ce salon. Mais c’est aussi l’incroyable éclosion de nouvelles générations de smartphones, toujours plus puissants.

Ces nouveaux réseaux, ces nouveaux terminaux annoncent l’avènement de ce que Ericsson nomme la « Networked Society ». « Il a fallu un siècle pour connecter en sans fil quatre milliards d’abonnés, trente ans pour passer à six milliards et il ne faudra qu’une quinzaine d’années pour raccorder 50 milliards d’objets. » Une formidable accélération. D’où la nécessaire présence du très large bande. Et là, toutes les technologies seront mises à contribution. La 3G++, LTE, mais également Wi-Fi., qui gagne ses galons de « carrier grade », et entre au catalogue des solutions des équipementiers télécoms pour décharger les réseaux cellulaires du trafic de données dans les zones très denses. Le rachat récent de BelAir par Ericsson en est un exemple. « Toutefois, augmenter la bande passante ne suffit pas, précise Franck Bouétard. Il faut gérer les hauts débits, établir des priorités. On verra sans doute apparaître dans les offres des opérateurs différents niveaux de prix correspondant à différents niveaux de qualité. C’est ce que l’on appelle le Tier Pricing. » Lire la suite…

Mobile World Congress 2012 : le village planétaire

Par Jean-Pierre Soulès, le , classé dans Événements

Mobile World Congress 2012 (1)

Ils sont venus, ils sont tous là…. ou presque. Plus de 1.400 exposants. De 60.000 à 80.000 visiteurs attendus. Un village mondial (à l’échelle de la planète), grouillant de monde. Autant que pour un grand match de foot du Barça. Ou qu’un prix de Formule 1 (proximité du circuit de Catalunya oblige). Au fil des ans, le MWC prend des airs de petit Cebit. La Fiera Montjïc devient trop petite. Des passerelles enjambent les rues pour donner toujours plus de place aux exposants.

Tout fond, au pied de la colline, dominant le site, les deux champions du monde du mobile, que séparent des jeux d’eau. Deux Scandinaves. Ericsson, le numéro un des infrastructures, qui négocie en tête la courbe à haute vitesse de la 4G. En face, Nokia, le leader des terminaux. Si le Finlandais s’est plutôt raté dans le virage du smartphone, au point d’être obligé de mettre du Windows Mobile dans son moteur pour recoller au peloton, il n’en demeure pas moins le leader des terminaux mobiles en termes de parts de marché toutes catégories confondues.

Évidemment, les compétiteurs ne sont pas loin : Alcatel-Lucent, Huawei, ZTE, Cisco… pour l’un. Samsung, LG, Motorola, HTC… pour l’autre. Cette année encore, Apple snobe ses rivaux. De nouvelles figurent apparaissent. Intel, qui vient de glisser son processeur Atom dans de nouveaux smartphones, notamment chez Orange, ZTE, Lava. Il vient défier le champion de la catégorie, l’incontournable Qualcomm qui riposte en présentant la Snapdragon S4. Côté OS, Microsoft répond présent, tandis qu’Android, le petit homme vert, se taille un stand à la mesure de son succès et de ses ambitions. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour l’exercice 2011

Par Corinne Muller, le mercredi 25 janvier 2012, classé dans Stratégie

Ericsson estime que les fondamentaux de l’industrie continuent d’être solides pour un développement positif sur un plus long terme.

« En 2011, nous avons enregistré une forte croissance de nos ventes et une augmentation de notre résultat net. Le 4ème trimestre a été cependant marqué par un développement plus faible dans le domaine des Réseaux ainsi que par l’impact attendu du changement de business mix sur la marge brute, avec plus de projets de couverture et de modernisation de réseaux en Europe ainsi qu’une augmentation de la part des services dans notre activité » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Les ventes du groupe au 4ème trimestre ont été stables comparé à l’an dernier et en augmentation de 15% séquentiellement, ce qui est plus faible que la normale pour le 4ème trimestre. La croissance séquentielle est essentiellement tirée par le fort développement de 32% enregistré dans le domaine des Services. Les ventes dans le domaine des Réseaux ont cru faiblement, seulement de 2%, essentiellement en raison du ralentissement des dépenses des opérateurs en Amérique du Nord et en Russie après une période d’investissements importants pour accroître leur capacité – une tendance déjà présente au 3ème trimestre. De plus, nous avons observé au cours du trimestre une plus grande prudence des opérateurs, du fait des incertitudes économiques et de l’instabilité politique dans certains pays.

2011 a été une année de forte croissance au niveau des ventes, de l’ordre de 12%. A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change et aux couvertures de risque, les ventes ont cru de 19%. En dépit de la faiblesse des résultats enregistrés par nos co-entreprises, le résultat net a augmenté de 1,3 milliard à 12,6 milliards de couronnes suédoises (SEK), tiré par des ventes plus importantes et des charges de restructuration plus faibles. Le conseil d’administration propose pour 2010 un dividende de 2,50 SEK (2,25), en augmentation de 11%. Lire la suite…

Retour sur la journée des investisseurs d’Ericsson à Stockholm

Par Corinne Muller, le mardi 29 novembre 2011, classé dans Événements,Stratégie,Vision 2020

Tout appareil doté de la connectivité cellulaire a besoin d’une licence pour utiliser les brevets Ericsson.

Lors de la Journée Investisseurs (Capital Markets Day ou CMD) d’Ericsson à Stockholm, le Président et CEO Hans Vestberg a confirmé le maintien des perspectives marché telles que présentées en mai dernier. Il a insisté sur le fait que les taux de croissance varieront d’une année sur l’autre et que, comme indiqué dans le bilan du 3e trimestre, Ericsson n’exclut pas une attitude un peu plus prudente de la part des opérateurs en matière de dépenses, en raison des incertitudes économiques dans certaines régions du monde.

Les fondamentaux du secteur restent solides et Ericsson anticipe d’importantes extensions de la couverture en haut débit mobile dans les années à venir. Actuellement, seulement 35 % de la population mondiale bénéficie d’une couverture WCDMA/HSPA. Ce taux devrait passer à 80 % en 2016. Dans le même temps, la couverture du LTE devrait passer à 35 %, contre 2 % à l’heure actuelle.

Le trafic mobile doit son augmentation massive à son utilisation dans des zones à forte densité : 60 % de la croissance du trafic d’ici à 2016 devraient être générés par les agglomérations et les zones urbaines. Actuellement, Ericsson détient 43 % de part de marché dans les villes, si l’on considère la base installée de réseaux mobiles dans les 100 plus grandes villes du monde. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats du 3ème trimestre 2011

Par Corinne Muller, le jeudi 20 octobre 2011, classé dans Non classé

Toutes les régions, à l'exception des Etats-Unis, que ce soit l'Europe du Nord et l'Asie centrale, la Méditerranée et l'Inde ont montré une croissance séquentielle sur le segment des Réseaux.

« Au cours de ce trimestre, les ventes du Groupe ont augmenté de 17% comparé à l »an passé, tirées par une demande forte et continue pour le haut débit mobile ainsi que par l »augmentation des revenus dans les Services » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d »Ericsson. Après ajustement lié aux effets du taux de change, les ventes ont augmenté de 24% comparé au 3ème trimestre 2010. Notre performance depuis le début de l »année confirme l »accroissement de notre part de marché globale.

Un plus grand nombre de projets de couverture, ainsi que l »accélération des projets de modernisation de réseaux en Europe ont eu un impact négatif sur la marge brute. Le résultat opérationnel, hors co-entreprises, a été de 6,3 milliards de SEK (6,2) au cours de ce trimestre et le résultat net a atteint 3,8 milliards de SEK (3,6), en augmentation de 6%. Lire la suite…