14 millions de nouveaux abonnements mobile au 3ème trimestre 2018, l’Afrique en bonne place dans le classement mondial, selon le ConsumerLab d’Ericsson

Par Nassima Chaichi, le mardi 18 décembre 2018, classé dans Haut Débit,Innovation / R&D,Réseaux mobiles

Sur les 120 millions de nouveaux abonnements au mobile dans le monde, l’Afrique a totalisé 14 millions avec un taux de pénétration du mobile de 82 %, comme le révèle le dernier rapport sur la mobilité du ConsumerLab d’Ericsson.

Publié le 27 Novembre dernier, l’étude qui examine l’évolution du marché des télécoms dans le monde ainsi que le comportement des utilisateurs, révèle que le nombre total des abonnements mobiles dans le monde s’est élevé à 7,9 milliards environ au troisième trimestre 2018, dont 1,045 milliard pour l’Afrique.

Le nombre des abonnements au haut débit est désormais de 5.7 milliards.

 

Dans le classement mondial des abonnements mobiles où l’Asie Pacifique (hors Chine et Inde) se place en tête de liste avec 1.5 milliard d’abonnements mobiles, l’Afrique se situe quatrième avec 1.045 milliard d’abonnements contre 1.06 milliard pour l’Amérique (Nord et Latine) et 1.09 milliard pour l’Europe (Est et Ouest).

Pour ce qui est du taux global des abonnements mobiles au troisième trimestre 2018, il a été de 82 % pour l’Afrique, 111% au Moyen-Orient et 142 % en Europe centrale et de l’ouest, contre 104% aux Etats-Unis.                     

                         

 

Concernant les connexions IoT cellulaires, les projections annoncent qu’elles devraient atteindre près de 4.1 milliards d’ici 2024, avec un rythme de progression annuel de 27%.

 

S’agissant du trafic global de données mobiles au Moyen-Orient et en Afrique, celui-ci devrait être multiplié par neuf entre 2018 et 2024, représentant le taux de croissance le plus élevé au monde, alors que les abonnements aux smartphones devraient doubler. En 2024, le trafic mensuel total de données mobiles devrait atteindre 17 Exaoctets dans la région.

Par ailleurs, l’Asie du Nord-Est, dense en termes de population, représente la plus grande part du trafic mondial de données mobiles – près de 30% à la fin de 2018. En 2024, le trafic total de données mobiles dans la région devrait atteindre 39 Exaoctets par mois.

La croissance rapide du nombre d’abonnements au haut débit mobile devrait se poursuivre. La Chine devrait ajouter environ 170 millions d’abonnés au haut débit mobile d’ici à la fin de 2024, ce qui, conjugué à l’utilisation accrue du smartphone, portera le trafic total de données à 29 Exaoctets par mois dans le pays portera le trafic.

D’autre part, les prévisions montrent une suprématie de la technologie LTE dans la majorité des régions jusqu’en 2024, la 5G représentant alors 55% en Amérique du Nord.

 

Selon l’étude, 90% des abonnements mobiles devraient être du haut débit d’ici 2024 aussi bien au Moyen-Orient qu’en Afrique. Deux marchés similaires notamment entre des pays du Moyen-Orient comme la Turquie et l’Iran et des pays africains tels que l’Egypte, la Tunisie, l’Algérie, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

Poussée par l’adoption des biens et services de communication, la généralisation de la mobilité en Afrique et au Moyen-Orient devrait provoquer le doublement du nombre d’abonnements à des smartphones, ce qui ferait passer le taux de pénétration de 45% à 70% en 2024.

Quelques données clés sur la mobilité en Afrique :

  • Fin 2017, près de 20% de tous les abonnements mobiles étaient en LTE au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
  • La région devrait évoluer au cours de la période de prévision et, d’ici
    2023, près de 90 %des abonnements devraient être mobiles.
  • Les éléments moteurs de ce changement sont essentiellement une population jeune en augmentation avec des compétences digitales croissantes auxquelles s’ajoutent des smartphones de plus en plus abordables.
  • Il est attendu une progression du trafic de données mobiles multiplié par 11 dans la région MENA durant la période de prévision, portée par une hausse
    de la pénétration du smartphone et des investissements dans l’amélioration de la performance des réseaux.
  • En 2024, le trafic des données mobiles atteindra près de 17 Exaoctets par mois dans la région, soit le taux de croissance globale le plus élevé.

 

 

Réseaux IP : la stratégie innovante d'Ericsson

Par Corinne Muller, le lundi 16 décembre 2013, classé dans IP,Société en réseau

Trois forces fondamentales permettent d’évoluer vers une société en réseaux : la mobilité, le haut-débit et le cloud. Henry La, responsable avant-vente IP Ericsson, introduit le roadshow 4G IP d’Ericsson qui s’est tenu récemment en France, dans le cadre duquel des experts Ericsson ont présenté les dernières technologies. Lire la suite…

Les abonnements pour Smartphones devraient atteindre 5,6 milliards d’ici 2019

Par Benoît Maydat, le mardi 12 novembre 2013, classé dans Réseaux mobiles,Société en réseau

Lire la suite…

Le changement, c’est maintenant… aussi dans les télécoms – Digiworld Summit 2012

Édition 2012 du digiworld forum sur le thème « game changers »

Le monde se transforme, y compris dans la sphère télécoms. Quelques faits récents en témoignent.

La croissance annuelle du marché des télécoms devrait être de 3 à 5% jusqu’en 2015, avec une croissance des services de l’ordre de 3 à 7% sur la même période selon les dernières estimations Ericsson. Les perspectives marché sont donc encourageantes.

Au plan européen, la Commission vient de libérer une partie supplémentaire du spectre radioélectrique pour la 4G dans le cadre de sa stratégie en faveur du haut débit. Une bonne nouvelle, dans l’optique de faire face à l’explosion du trafic data.

Si l’arrivée prochaine de la 4G LTE offre de nouvelles opportunités pour les acteurs, le modèle économique de l’offre mobile inquiète les décideurs. La baisse des prix initiée par certains est considérée comme La source des problèmes.

Quelles réponses apportées à cette nouvelle donne ? Quels nouveaux modèles sont possibles ?

Pour y répondre, le Digiworld Summit de l’Idate vient d’ouvrir ses portes à Montpellier sur le thème « game changers ». Le cloud, le big data et la mobilité sont au cœur des problématiques évoquées.

 Le président de Swisscom, Carsten Schloter, y a fait hier une intervention plutôt décapante, Pour lui, Internet a imposé aux opérateurs de passer d’un modèle local à un modèle global. Et la tarification doit être complètement repensée en raison de l’explosion du trafic data. L’accès est la clé, car par nature l’accès est un business local. La qualité, les performances, la sécurité de l’accès sont des facteurs déterminants dans l’expérience utilisateur. La vision du consommateur a changé. Il souhaite désormais avoir accès à ses données depuis le cloud, partout, tout le temps, quel que soit le support.  Donc certes, la recherche de l’optimisation des coûts est une piste à explorer pour les opérateurs, mais la différentiation est la planche de salut. Swisscom a ainsi changé son modèle pour établir des prix en fonction de l’utilisation de la bande passante et donc de l’usage de ses clients (téléphone, mail, vidéo, …), une approche qui a rencontré un succès immédiat auprès des consommateurs suisses.

Comme Pascal Cagni, ex dirigeant d’Apple l’a indiqué en fin de son intervention au Digiworld Forum, le meilleur moyen de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer. Une citation d’Alan Kay toujours d’actualité.

Ericsson au Broadband World Forum 2012 : l’innovation dans les réseaux pour faire face au phénomène « Big Data »

Ericsson était présent au Broadband World Forum 2012, l’événement majeur de l’année dédié au haut débit.

Avec les nombreux lancements de téléphones intelligents, nouvelles tablettes et produits connectés, l’industrie des technologies de l’information et de communication (TIC) entre dans l’ère Big Data, ère de consommation forte de données à travers les réseaux. Lors de son discours d’ouverture au Broadband World Forum 2012 (BBWF), Ulf Ewaldsson, CTO d’Ericsson, a souligné l’importance de l’innovation dans les technologies réseaux pour réaliser un monde « tout communicant ».

« En Suède, le temps passé sur Internet chaque semaine est passé de 8 heures en 2008 à 19 heures en 2012 *, et la tendance est similaire dans d’autres pays. Nous savons que les utilisateurs apprécient la mobilité et la qualité d’accès au réseau. Durant la même période, la charge réseau a cru de manière importante » a déclaré Ulf Ewaldsson.

 « Les innovations constantes dans le secteur soutiennent le changement d’usage observé. On est donc passé de réseaux mobiles sur lesquels transitaient essentiellement de la voix à une demande de plus en plus importante en matière de données . Il y a une boucle entre la demande des consommateurs et la capacité du réseau. Ericsson met donc l’accent sur l ‘amélioration de la qualité de l’expérience utilisateur et l’innovation dans les réseaux », a-t-il poursuivi.

 Ericsson a ainsi identifié des domaines technologiques clés pour le futur des réseaux :

  • Les réseaux hétérogènes pour augmenter la couverture, la bande passante ainsi que les capacité de signalisation des réseaux mobiles et supporter les forts volumes de traffic et de données.
  • IP de 4ème génération, virtualisation et SDN ( Software Defined Networking) pour bâtir un réseau intelligent, évolutif, simple et capable de fournir des performances supérieures.
  • OSS / BSS et  l’analyse en temps réel pour fournir les informations sur le réseau et les habitudes des utilisateurs ce qui permet à l’opérateur de s’adapter en tenant compte des nouveaux usages. 

Deux nouveaux produits ont également été présenté à l’occasion du Broadband World Forum 2012 : une solution de Wi-Fi optimisée pour les stades et une nouvelle passerelle réseau haut débit pour les foyers connectés.

Lire la suite…

Canada : Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core

Par Benoît Chamontin, le mardi 21 août 2012, classé dans 4G LTE,Opérateurs
Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core, pour de plus hauts débits mobiles.

Rogers, premier opérateur canadien à adopter sur son réseau le LTE avec l’Evolved Packet Core, pour de plus hauts débits mobiles.

Sur le marché canadien, où la concurrence est rude, Rogers est un opérateur d’envergure. En misant sur l’innovation et en introduisant, le premier, de nouvelles technologies, il consolide sa position dominante.

La demande croissante de smartphones a paru à Rogers une occasion à saisir. Aussi la société a-t-elle été la première à moderniser son réseau en adoptant la technologie LTE-RAN avec l’EPC (Evolved Packet Core), pour accompagner l’intensification du trafic. Rogers a ainsi augmenté son débit mobile, se donnant les moyens de répondre à l’engouement des consommateurs pour les services basés sur les données et d’introduire sur le marché, avant ses concurrents, des appareils innovants, dotés d’une capacité accrue.

Une évolution unique

Arnold Abramowitz, vice-président, Wireless Access Networks, Rogers Canada explique les objectifs de l’opérateur : « Quand nous avons décidé d’introduire un réseau LTE avec l’EPC, nous cherchions à accroître les performances, à réduire les charges d’exploitation et à diffuser les technologies HSPA et LTE sur le réseau. »

Le LTE a été introduit en partenariat avec Ericsson, qui a fourni une solution de bout en bout, services compris. Ce projet mené en exclusivité par Rogers était unique sur le marché canadien. Outre un réseau LTE double bande et le passage à l’EPC, Ericsson a aussi mis en place un service CSFB (Circuit Switched Fallback). Cela permet à Rogers de proposer à ses clients des services de haut débit mobile nouveaux et perfectionnés sur le réseau LTE, tout en réutilisant son réseau WCDMA sur la base installée pour les services vocaux associés aux smartphones LTE.

Rogers a également adopté la solution de gestion du trafic SAAC (Service-Aware Charging and Control) conçue par Ericsson. La société gère ainsi le trafic avec une plus grande efficacité, tout en tirant des revenus supplémentaires d’une offre différenciée, adaptée aux besoins et aux impératifs des abonnés, avec de nouveaux services sur de nouveaux segments. Lire la suite…

États-Unis : Ericsson travaille avec les opérateurs mobiles régionaux au déploiement de la LTE dans les zones rurales

Par Benoît Chamontin, le mardi 7 août 2012, classé dans 4G LTE

Ce déploiement va permettre d’apporter le haut débit mobile aux habitants et entreprises des zones rurales, ainsi qu’aux diverses communautés non encore desservies.

En association avec huit opérateurs mobiles régionaux, Ericsson travaille au déploiement de réseaux haut débit mobile LTE au travers de plusieurs Etats d’Amérique du nord et sur l’île de Guam.

Un déploiement qui se traduira par une expérience améliorée de la communication sans fil pour l’ensemble des citoyens américains et par un abaissement des coûts d’exploitation pour les opérateurs eux-mêmes.

Parmi les opérateurs ayant récemment sélectionné Ericsson pour la construction d’un réseau LTE :

Lire la suite…

Orange testera l’usage de fréquences additionnelles en mode descendant supplémentaire en partenariat avec Ericsson et Qualcomm

Par Corinne Muller, le jeudi 28 juin 2012, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles

Qualcomm

L’Arcep vient d’autoriser Orange France à lancer une expérimentation de haut débit mobile avec une liaison descendante supplémentaire dans la bande de fréquences L. L’objectif est d’évaluer les performances techniques de l’usage de fréquences additionnelles pour renforcer la capacité des réseaux 3G/UMTS et 4G/LTE quel que soit le pays ou l’opérateur concerné. Cette liaison descendante supplémentaire est une technologie prometteuse visant à améliorer les capacités réseaux 3G/UMTS et 4G/LTE en exploitant les fonctionnalités existantes des standards 3GPP qui permettent l’agrégation de fréquences dans différentes bandes. L’expérimentation aura lieu début 2013 à Toulouse.

Une initiative pour stimuler l’innovation dans les réseaux mobiles

Le 26 juin, l’Arcep a donné son accord à Orange France pour utiliser des fréquences dans la bande 1452-1492 MHz, communément appelée bande L, pour mener une expérimentation de haut débit mobile en liaison descendante. Cette expérimentation, qui réunit Orange, Ericsson et Qualcomm, vise à démontrer la performance de la technologie et à stimuler la mise sur le marché de solutions haut débit mobile au niveau mondial.

La démonstration sera conduite sur le réseau d’Orange à Toulouse au cours du premier trimestre 2013 et utilisera des stations de base d’Ericsson et des terminaux intégrant des puces Qualcomm. Les stations de base et les terminaux utiliseront une fréquence porteuse supplémentaire en bande L en liaison descendante combinée à une porteuse traditionnelle appairée en 2.1 GHz. Cette technologie s’appuiera sur les fonctionnalités existantes des standards 3GPP qui permettent l’agrégation de fréquences dans différentes bandes. La construction de ce réseau expérimental commencera fin 2012. Lire la suite…

85 % de la population mondiale sera couverte par l’Internet mobile à haut débit en 2017

Traffic and Market Report – On the Pulse of the Networked Society - Ericsson - May 2012

Traffic and Market Report – On the Pulse of the Networked Society – Ericsson – May 2012

Pour de nombreuses personnes dans le monde, le téléphone mobile sera dans les prochaines années le seul moyen d’accès à Internet. Selon le deuxième rapport d’Ericsson sur le trafic et les données du marché, prenant le pouls de la société en réseau (Traffic and Market Report – On the Pulse of the Networked Society) publié ce jour, 85% de la population mondiale disposera, d’ici à 2017, d’une couverture Internet via la 3G, avec près de neuf milliards d’abonnements à la téléphonie mobile, contre six milliards fin 2011. Les abonnements « machine à machine » viendront grossir ces chiffres.

Dans le même temps, les abonnements à la téléphonie mobile haut débit devraient atteindre cinq milliards en 2017, contre un milliard fin 2011.

« Les gens voient l’accès à Internet comme un pré-requis aujourd’hui. Cette attente se traduit par une demande croissante de téléphonie mobile à haut débit et par une augmentation du trafic de données », explique Douglas Gilstrap, Senior Vice President et directeur de la stratégie d’Ericsson. « Conscients de cette opportunité commerciale, les opérateurs s’efforcent de faciliter cette croissance et d’offrir aux utilisateurs des services satisfaisants, avec d’importants débits de données que permettent des réseaux à haute capacité. Aujourd’hui, environ 75 % des réseaux HSPA dans le monde atteignent 7,2 Mo/s en débit de pointe, voire davantage, et environ 40 % atteignent des débits de 21 Mo/s. »

Dans son rapport, Ericsson prévoit également que la moitié de la population mondiale, à l’horizon 2017, sera couverte par des réseaux LTE/4G. Le nombre d’abonnements pour smartphones devrait avoisiner trois milliards en 2017, contre 700 millions en 2011. Lire la suite…

Développement durable et responsabilité sociétale : Ericsson publie son rapport 2011

Par Corinne Muller, le mercredi 23 mai 2012, classé dans Responsabilité sociétale
Technology for good - 2011 Sustainability and Corporate Responsibility report - Ericsson

Nous travaillons avec diverses parties prenantes pour faire de Technology for Good une réalité!

Ericsson vient de publier son rapport annuel sur le développement durable et la responsabilité sociétale, intitulé Technology for Good. Ce rapport confirme la conviction d’Ericsson : les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent stimuler le développement économique et permettre d’avancer sur la voie d’une économie pauvre en carbone.

« Nous fondons notre approche du développement durable et de la responsabilité sociétale sur le triple bilan du développement social, économique et environnemental. Nous plaçons sans cesse la barre plus haut pour ce qui est de nos objectifs de développement durable et nous nous attachons à approfondir notre compréhension des principales préoccupations des parties prenantes. Cette démarche est primordiale pour notre réussite », commente Hans Vestberg, PDG d’Ericsson.

Parmi les principaux éléments cités dans le rapport :

Solutions économes en énergie

Les TIC peuvent faciliter la transition vers une économie pauvre en carbone grâce à une plus grande efficacité environnementale. Responsable d’environ 2 % des émissions mondiales de CO², le secteur des TIC pourrait potentiellement réduire une part importante des 98 % d’émissions imputables aux autres secteurs. Selon les études effectuées par Ericsson, l’augmentation de la consommation globale d’énergie due aux TIC devrait être modérée, grâce aux gains d’efficacité environnementale des réseaux jusqu’en 2020. Des efforts ont été déployés dans cette direction, notamment :

  • En ce qui concerne la 3G/4G, Ericsson a augmenté de 85 % l’efficacité environnementale des stations de base au cours des dix dernières années, tout en continuant à répondre aux besoins en haut débit de la société en réseau sans augmenter la consommation d’énergie par abonné.
  • La solution « Psi » – Coverage d’Ericsson permet d’assurer la couverture en haut débit mobile (3G) avec 45 % d’économies d’énergie par rapport aux solutions traditionnelles, grâce à l’emploi d’une seule radio standard. Lire la suite…