Fleur Pellerin rencontre le PDG d'Ericsson en Suède

Par Corinne Muller, le Jeudi 30 mai 2013, classé dans Événements   |   Les commentaires sont ferms
http://www.blog-ericssonfrance.com/wp-content/uploads/Pellerin_DSC_0065.jpg

Fleur Pellerin visite l'Ericsson Studio en compagnie de Franck Bouétard (à gauche) et Hans Vestberg (à droite), respectivement PDG Ericsson France et PDG Ericsson Monde.

La ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, s’est rendue en Suède les 23 et 24 mai.
Elle s’est entretenue avec son homologue suédoise, Anna-Karin Hatt, ministre des Technologies de l’information et de la communication et de l’Energie, et a rencontré des représentants de start-ups et des acteurs de l’Internet et des télécommunications.
Dans ce contexte, la ministre a rencontré Hans Vestberg au siège d’Ericsson à Kista et a apprécié la visite de l’Ericsson Studio.
Ce séjour s’inscrivait dans le cadre de la campagne de promotion de l’attractivité de la France « Say Oui To France » en matière d’innovation et d’économie numérique.

Attractivité à laquelle Ericsson est d'ailleurs loin d'être insensible comme le montrent ses récentes acquisitions d'entreprises innovantes telles que Technicolor Broadcast Services et Devoteam Telecom & Media.

zp8497586rq

Ericsson finalise l’acquisition de Devoteam Telecom & Media en France

Par Corinne Muller, le Jeudi 2 mai 2013, classé dans Stratégie   |   Aucun commentaire

Les 400 spécialistes en services informatiques de Devoteam Telecom & Media rejoignent Ericsson.

Ericsson, leader mondial des technologies de communication et des services, annonce aujourd’hui la finalisation de l’acquisition de Devoteam Telecom et Media en France, un rachat dont l’intention avait été communiquée le 21 janvier 2013.

Magnus Mandersson, vice-président exécutif et directeur de la Business Unit Global Services d’Ericsson, explique : « Ericsson renforce ses positions sur le marché français du conseil et de l’intégration de systèmes (CSI) grâce à cette acquisition. Le besoin accru des consommateurs en matière de services avancés est le moteur de l’évolution vers la société en réseau. Le CSI joue un rôle essentiel dans la transformation de l’activité des opérateurs et dans l’amélioration de l’expérience utilisateur. »

Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France, a déclaré : « Grâce à ce rachat, Ericsson va désormais pouvoir proposer aux opérateurs et aux médias du conseil, des solutions et des services IT de bout en bout dans les domaines de l’OSS, du BSS, de la télévision et des réseaux. »

400 spécialistes en services informatiques, qui travaillent sous la marque Ericsson à compter de ce jour, rejoignent ainsi Ericsson France. Les opérations liées au produit TV SmartVision entrent également dans ce cadre.

Leader incontesté des services télécoms, Ericsson offre notamment une large gamme de services aux opérateurs. La division Conseil et Intégration de systèmes accompagne les opérateurs et les prestataires de services dans la transformation de leurs activités, garantissant leur compétitivité dans la convergence entre réseaux télécoms et services IT. Près de 15 000 experts en conseil et intégration de systèmes travaillent pour Ericsson, menant à bien plus de 1 500 projets par an. Avec l’arrivée des experts CSI de Devoteam Telecom & Media, Ericsson va pouvoir élargir et renforcer son offre, confirmant ainsi ses ambitions et son engagement à long terme dans ce domaine.

Assises du numérique : comment développer le numérique en France et en Europe ?

Par Corinne Muller, le Vendredi 30 novembre 2012, classé dans Haut Débit   |   Aucun commentaire

Assises du Numérique 2012 : croissance intelligente, durable et inclusive…

Les Assises du numérique ont débuté ce matin à l’université de Paris-Dauphine. Pour la 5ème édition de l’événement, Fleur Pellerin, qui n’a finalement pas pu y participer, a insisté dans son message d’ouverture retransmis sur le rôle du numérique, « révolution structurante de notre société ».

La feuille de route du numérique sera annoncée par le gouvernement en février 2013.

Si la ministre voit dans le numérique un réel facteur de compétitivité et de croissance, elle a qualifié la position de la France comme « plus ou moins satisfaisante » dans ce domaine.

Comme Gilles Babinet l’a souligné lors de son intervention, la France occupe le 5ème rang mondial en tant que puissance économique, mais elle se positionne, selon les différentes sources, entre la 9è et la 17è place en tant que puissance numérique dans le monde.

Du chemin reste donc à parcourir.

Parmi les pistes évoquées lors des débats, l’éducation et le fait de redonner aux jeunes le goût de la science et de la technologie figurent en bonne place. Les start- up françaises ont visiblement du mal à recruter dans le numérique, comme l’a souligné Marie Ekeland, Présidente France Digital.

Du coté de la création, et de l’impact d’internet sur le monde de la culture, les débats ont été quelque peu animés, notamment entre Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture et membre du collège d’Hadopi et Alexandra Laferrière, directrice des relations institutionnelles et des contenus de Google France.

Le témoignage de Rost, artiste engagé et rappeur était intéressant. Il voit dans le téléchargement un risque majeur pour les labels indépendants, et pas seulement un manque à gagner pour les majors. « La licence globale va profiter aux mêmes » selon lui et l’innovation devient difficile. Or la création et la culture restent fondamentales dans nos sociétés, et ce malgré la crise.

Jacques Toubon a déclaré lors de la table-ronde consacrée à l’exception culturelle française « On a conçu en Europe l’industrie du numérique en terme de reliquat. Les Etats-Unis ont fait le choix inverse : l’économie du futur, c’est pour eux l’économie numérique ». Il a fustigé au passage la « transmutation du gratuit » … en argent sonnant et trébuchant opérée par certaines grandes entreprises mondiales dont les profits s’envolent.

Un débat qui n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Le changement, c’est maintenant… aussi dans les télécoms – Digiworld Summit 2012

Édition 2012 du digiworld forum sur le thème « game changers »

Le monde se transforme, y compris dans la sphère télécoms. Quelques faits récents en témoignent.

La croissance annuelle du marché des télécoms devrait être de 3 à 5% jusqu’en 2015, avec une croissance des services de l’ordre de 3 à 7% sur la même période selon les dernières estimations Ericsson. Les perspectives marché sont donc encourageantes.

Au plan européen, la Commission vient de libérer une partie supplémentaire du spectre radioélectrique pour la 4G dans le cadre de sa stratégie en faveur du haut débit. Une bonne nouvelle, dans l’optique de faire face à l’explosion du trafic data.

Si l’arrivée prochaine de la 4G LTE offre de nouvelles opportunités pour les acteurs, le modèle économique de l’offre mobile inquiète les décideurs. La baisse des prix initiée par certains est considérée comme La source des problèmes.

Quelles réponses apportées à cette nouvelle donne ? Quels nouveaux modèles sont possibles ?

Pour y répondre, le Digiworld Summit de l’Idate vient d’ouvrir ses portes à Montpellier sur le thème « game changers ». Le cloud, le big data et la mobilité sont au cœur des problématiques évoquées.

 Le président de Swisscom, Carsten Schloter, y a fait hier une intervention plutôt décapante, Pour lui, Internet a imposé aux opérateurs de passer d’un modèle local à un modèle global. Et la tarification doit être complètement repensée en raison de l’explosion du trafic data. L’accès est la clé, car par nature l’accès est un business local. La qualité, les performances, la sécurité de l’accès sont des facteurs déterminants dans l’expérience utilisateur. La vision du consommateur a changé. Il souhaite désormais avoir accès à ses données depuis le cloud, partout, tout le temps, quel que soit le support.  Donc certes, la recherche de l’optimisation des coûts est une piste à explorer pour les opérateurs, mais la différentiation est la planche de salut. Swisscom a ainsi changé son modèle pour établir des prix en fonction de l’utilisation de la bande passante et donc de l’usage de ses clients (téléphone, mail, vidéo, …), une approche qui a rencontré un succès immédiat auprès des consommateurs suisses.

Comme Pascal Cagni, ex dirigeant d’Apple l’a indiqué en fin de son intervention au Digiworld Forum, le meilleur moyen de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer. Une citation d’Alan Kay toujours d’actualité.

Une rentrée toujours plus connectée

Par Franck Bouétard, le Jeudi 13 septembre 2012, classé dans Société en réseau,Technology for Good   |   Aucun commentaire

En cette rentrée 2012, l’émulation vient des géants de la téléphonie mobile, qui lancent leurs nouveaux smartphones et tablettes toujours plus sophistiqués ! La rentrée promet donc, cette année encore, d’être placée sous le signe du « tout numérique », ou plutôt du « tout connecté ».

Pour le consommateur, c’est le moment pour s’équiper et bien commencer l’année scolaire ou professionnelle. Toujours plus exigeant, il souhaite pouvoir accomplir n’importe quelle tâche, personnelle ou professionnelle, n’importe quand et n’importe où. Une tendance encore plus forte chez les adolescents !

Consommateurs avertis de produits high-tech et très actifs sur le net, les « teenagers » sont de plus en plus nombreux à posséder un smartphone, -50 % des adolescents âgés de 17 ans en possèdent un – qui leur permet d’être connectés tout le temps. Véritable outil social, avec l’usage des SMS et de Facebook, le mobile a même changé la dynamique des rencontres chez les jeunes.

La mobilité ne cesse de bouleverser notre façon de communiquer, et même de vivre. Pour preuve, la télévision vient d’entrer dans une nouvelle ère. 67 % de la population utilise désormais un smartphone, une tablette ou un ordinateur portable en regardant la télévision. Une nouvelle donne que les chaînes de TV doivent prendre en compte. Avec l’acquisition de Technicolor Broadcast Services en juillet dernier, Ericsson est en passe de répondre aux besoins du marché et aux changements fondamentaux que connait l’industrie télévisuelle. Tout devient connecté et la consommation des données et des vidéos sur mobile est en constante augmentation. Ericsson met tout en œuvre pour fluidifier et alléger le réseau et ainsi répondre aux attentes croissantes dans ce domaine. Le monde connecté implique de nombreux changements, dans la façon de communiquer, de travailler et de se divertir. Nous prévoyons 50 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020, des usages insoupçonnés vont donc continuer de naître !

Franck Bouétard
Président d’Ericsson France

Les chiffres mentionnés ci-dessus font référence aux dernières études menées par le ConsumerLab d’Ericsson

TV5MONDE fait confiance à Ericsson pour sa nouvelle plate-forme de services media

Par Benoît Chamontin, le Lundi 3 septembre 2012, classé dans Télévision   |   Aucun commentaire

TV5MONDE renouvelle et étend son partenariat avec Ericsson jusqu’en février 2018

Depuis 2006, le réseau de télévision international francophone TV5MONDE confie à Ericsson l’exploitation de sa plate-forme de production, diffusion et post-production. En renouvelant son contrat jusqu’à fin 2018 et en y incluant l’intégration par bloc et l’exploitation de cette nouvelle plate-forme, TV5MONDE se modernise et s’adapte aux normes numériques de pointe pour une qualité de diffusion augmentée.

A l’heure du « média global », les programmes de TV5MONDE sont diffusés dans le monde entier, aussi bien en mode linéaire traditionnel (broadcast) que non linéaire (sites internet fixe et mobile, WebTV, VOD, applications mobiles, TV connectées …). Ces nouvelles installations optimiseront la gestion de tous ces modes de diffusion. Lire la suite…

Orange testera l’usage de fréquences additionnelles en mode descendant supplémentaire en partenariat avec Ericsson et Qualcomm

Par Corinne Muller, le Jeudi 28 juin 2012, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles   |   Aucun commentaire

Qualcomm

L’Arcep vient d’autoriser Orange France à lancer une expérimentation de haut débit mobile avec une liaison descendante supplémentaire dans la bande de fréquences L. L’objectif est d’évaluer les performances techniques de l’usage de fréquences additionnelles pour renforcer la capacité des réseaux 3G/UMTS et 4G/LTE quel que soit le pays ou l’opérateur concerné. Cette liaison descendante supplémentaire est une technologie prometteuse visant à améliorer les capacités réseaux 3G/UMTS et 4G/LTE en exploitant les fonctionnalités existantes des standards 3GPP qui permettent l’agrégation de fréquences dans différentes bandes. L’expérimentation aura lieu début 2013 à Toulouse.

Une initiative pour stimuler l’innovation dans les réseaux mobiles

Le 26 juin, l’Arcep a donné son accord à Orange France pour utiliser des fréquences dans la bande 1452-1492 MHz, communément appelée bande L, pour mener une expérimentation de haut débit mobile en liaison descendante. Cette expérimentation, qui réunit Orange, Ericsson et Qualcomm, vise à démontrer la performance de la technologie et à stimuler la mise sur le marché de solutions haut débit mobile au niveau mondial.

La démonstration sera conduite sur le réseau d’Orange à Toulouse au cours du premier trimestre 2013 et utilisera des stations de base d’Ericsson et des terminaux intégrant des puces Qualcomm. Les stations de base et les terminaux utiliseront une fréquence porteuse supplémentaire en bande L en liaison descendante combinée à une porteuse traditionnelle appairée en 2.1 GHz. Cette technologie s’appuiera sur les fonctionnalités existantes des standards 3GPP qui permettent l’agrégation de fréquences dans différentes bandes. La construction de ce réseau expérimental commencera fin 2012. Lire la suite…

Les chiffres clés du réseau de Bouygues Telecom en une infographie

Par Benoît Chamontin, le Mardi 26 juin 2012, classé dans 4G LTE,Opérateurs,Réseaux mobiles   |   1 commentaire

Une infographie qui permet d’en apprendre plus sur le réseau Bouygues Telecom

En février dernier, Ericsson était sélectionné par Bouygues Telecom pour assurer la transformation de ses réseaux radios existants de deuxième et troisième génération (2G et 3G), les densifier et en augmenter la capacité. Le contrat comprenait également le déploiement d’un réseau 4G LTE, ainsi qu’une gamme complète de prestations de services (design, intégration, déploiement et support).

À l’occasion du lancement de son réseau 4G LTE à Lyon, Bouygues Telecom vient de mettre en ligne sur son blog une infographie qui fait le point sur le réseau de l’opérateur :

Tout savoir sur le taux de couverture, découvrir les nouvelles fonctionnalités de la 4G, comparer les vitesses de téléchargement, connaître en détail les chiffres clés du réseau mobile et le nombre d’utilisateurs ou encore le montant des investissements de l’opérateur sur le réseau en 2012…

Infographie - Réseau Bouygues Telecom

Plus d’informations sur le blog Bouygues Telecom

La solution Ericsson IPX est retenue par OMEA TELECOM pour le lancement du kiosque de service mobile de Virgin Mobile

Par Valérie Gérôme, le Jeudi 26 avril 2012, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles   |   Aucun commentaire
IPX Ericsson - OMEA TELECOM

Les éditeurs de contenu peuvent désormais se raccorder au réseau Virgin Mobile.

Ericsson annonce la conclusion d’un nouveau contrat avec OMEA TELECOM pour gérer le kiosque de services à valeur ajoutée de Virgin Mobile, premier opérateur mobile dégroupé français (full MVNO).

Ericsson IPX (Internet Payment eXchange) assure l’interface technique et commerciale entre Virgin mobile et les facilitateurs et les éditeurs de contenu.

Le modèle d’opérateur mobile dégroupé permet désormais à Virgin Mobile de maîtriser les cartes SIMs de ses abonnés et de gérer des offres tarifaires innovantes grâce à la maitrise des équipements de cœur de réseau.

A partir d’avril 2012, les facilitateurs et les éditeurs de contenu peuvent se raccorder au réseau Virgin Mobile au travers de la solution Ericsson IPX afin d’étendre leur couverture d’abonnés. Ils peuvent ainsi accéder aux offres SMS, SMS+, Internet + Mobile. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour le 1er trimestre 2012

Par Corinne Muller, le Mercredi 25 avril 2012, classé dans Stratégie   |   Aucun commentaire
1er trimestre 2012 - Ericsson

1er trimestre 2012 – Ericsson

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 1er trimestre 2012. Le résultat net de 8,8 milliards de SEK (couronnes suédoises) est en hausse de 116 % comparé au 1er trimestre 2011, impacté par le gain lié au désinvestissement de Sony Ericsson de l’ordre de 7,7 milliards de SEK et aux pertes de ST-Ericsson. La marge d’exploitation est de 5.5 %, hors gains liés au désinvestissement de Sony Ericsson et aux pertes de ST-Ericsson.

Les ventes sont en baisse de 4% comparé à la même période l’année dernière, impactées par le déclin important prévu dans les ventes CDMA ainsi que par les dépenses réseaux plus faibles des opérateurs dans les régions connaissant des incertitudes macro-économique ou politiques. À noter qu’il y a eu une contribution positive de l’activité Global Services et de la consolidation de Telcordia. Le mix d’activités, comprenant une plus grande part de projets de modernisation de réseaux et de couverture, que de projets de capacité, est resté identique. Ce mix devrait prévaloir à court terme.

« Les ventes dans le domaine du très haut débit mobile ont connu un bon développement en Amérique du Nord, au Japon et en Corée, et un développement plus faible dans d’autres régions du monde comme l’Europe, la Russie, certaines parties du Moyen-Orient et l’Inde », a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Le CDMA a poursuivi le déclin prévu dans le cadre de la transition vers le LTE. Notre activité dans le domaine des Services a continué de se développer, particulièrement favorablement au niveau des Services Professionnels. Les Solutions de Support (appelées précédemment Multimedia) ont augmenté les ventes réalisées en propre.

Au cours de ce trimestre, nous avons pris des mesures importantes dans l’exécution de notre stratégie. Lire la suite…