Étude : le rôle des TICS pour l’accès de tous à l’éducation, la santé, aux services agricoles et financiers

L'étude propose en ce sens des recommandations aux différentes parties prenantes, les incitant à collaborer et à s'engager afin que la contribution des TIC au développement socio-économique durable des populations pauvres devienne une réalité.

L'étude propose en ce sens des recommandations aux différentes parties prenantes, les incitant à collaborer et à s'engager afin que la contribution des TIC au développement socio-économique durable des populations pauvres devienne une réalité.

Hystra et Ashoka viennent tout juste de publier une étude qui apporte un nouvel éclairage sur les business models efficaces et durables ayant un impact socio-économique positif pour les populations de la base de la pyramide (BoP), c’est à dire les personnes qui vivent avec moins de quelques dollars par jour.

Réalisée avec le soutien du groupe AFD, Ericsson, France Télécom-Orange, ICCO et TNO, l’étude s’est attachée à tirer les enseignements des approches existantes, en analysant plus de 280 initiatives mises en place par divers acteurs (entreprises, organisations de la société civile, entrepreneurs sociaux…) en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Les projets étudiés recourent aux TIC pour offrir des services aux populations les plus pauvres dans 4 domaines principaux : éducation, santé, agriculture et développement rural, et services financiers.

Hystra, le cabinet de conseil spécialiste des stratégies hybrides (sociales et économiques) chargé de piloter l’étude, et son partenaire Ashoka, une association à but non lucratif qui a soutenu depuis 1981 plus de 3 000 entrepreneurs sociaux dans le monde, ont évalué les projets.

L’analyse s’est basée sur 3 critères : la capacité de ces projets à résoudre les problèmes auxquels ils s’attaquent, leur viabilité financière ainsi que leur capacité à passer à grande échelle, à être répliqués dans d’autres géographies en dépassant le stade de l’expérimentation. Les quinze business models les plus novateurs, dont l’échelle et les résultats sur le terrain montrent que les TIC peuvent être un levier pour améliorer durablement le niveau de vie des populations les plus pauvres, ont fait l’objet d’études de cas approfondies dans le rapport pour étayer les principales conclusions.

La pérennité économique des projets varie d’un secteur à l’autre, les domaines des services financiers et du développement rural affichant la plus grande solidité financière.

  • Les projets les plus innovants offrant des « services financiers » sont les plus matures en termes de pérennité et de mécanismes de marché, et parviennent à servir chacun plus de dix millions de personnes qui n’avaient jusqu’alors pas accès aux services bancaires.
  • Dans le domaine de l’agriculture et du développement rural, les projets matures et viables utilisant les TIC sont nombreux, et peuvent avoir un réel impact socio-économique, augmentant les revenus des agriculteurs tout en permettant un gain d’efficacité de la chaîne d’approvisionnement agricole, bénéfique pour toutes les parties prenantes de l’écosystème agricole.
  • Le domaine de la santé est extrêmement dynamique parmi les secteurs où les TIC sont utilisées pour le développement, mais la plupart des projets sont subventionnés et leur viabilité financière à long terme n’est pas assurée, à l’exception de quelques niches telles que la téléconsultation ou l’authentification des médicaments par SMS.
  • Dans le domaine de l’éducation, les projets fondés sur les mécanismes de marché à destination des populations les plus défavorisées sont peu nombreux, alors qu’une demande dans ce domaine émerge. Lire la suite…

Ericsson partie prenante de l’offre de reprise des brevets de Nortel

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets qui s’inscrivent dans le cadre des technologies de l’information et de la communication (TIC), autour des télécommunications, des sites de recherche sur Internet et des réseaux sociaux.

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets.

Comme annoncé de son côté par Nortel Networks Corporation, un consortium regroupant plusieurs entreprises de haute technologie, dont Ericsson fait partie, a présenté les meilleures enchères pour reprendre la totalité des brevets restants de Nortel, et des demandes de brevets en cours, pour un montant cash estimé à 4,5 milliards de dollars US. La transaction reste toutefois soumise à l’agrément des tribunaux de commerce américain et canadien compétents en la matière (Bankruptcy Courts).

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets qui s’inscrivent dans le cadre des technologies de l’information et de la communication (TIC), autour des télécommunications, des sites de recherche sur Internet et des réseaux sociaux. Il couvre également entre autres les réseaux mobiles, la technologie LTE et les réseaux de données, ainsi que des brevets relatifs à l’optique, à l’Internet, aux fournisseurs de services et aux semi-conducteurs.

« Le portefeuille de brevets de Nortel reflète plus d’un siècle d’activités de recherche & développement et comprend certains brevets essentiels dans les télécommunications et dans d’autres secteurs industriels. Nous estimons que le consortium offre les meilleures perspectives d’utilisation des brevets de Nortel, d’une manière pleinement favorable à l’industrie sur le long terme. »

Kasim Alfalahi, responsable du département Propriété Intellectuelle d’Ericsson

La technologie ericsson au service des refugiés partout dans le monde

Par Corinne Muller, le jeudi 7 juillet 2011, classé dans Responsabilité sociétale,Technology for Good
Ericsson participe à la campagne “Prenez 1 initiative ” déployée par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) - Photo HCR 2011

Ericsson participe à la campagne “Prenez 1 initiative ” déployée par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) - Photo HCR 2011

Le monde compte plus de 42 millions de réfugiés, des personnes déracinées par les conflits politiques ou les catastrophes naturelles et dont les souffrances se trouvent aggravées par le fait qu’elles vivent séparées de leur famille et de leurs amis sans aucun moyen de pouvoir les localiser.

En réponse à l’appel lancé par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) de « prendre 1 initiative » en soutien des réfugiés, Ericsson a décidé de mener une initiative visant à mettre la technologie au service de la cause des réfugiés.

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, Ericsson, l’ONG Refugees United et l’UNHCR ont lancé le 20 juin 2011 une campagne internationale, en coopération avec les opérateurs mobiles. L’objectif ? Utiliser les services de téléphonie mobile pour aider à réunir les familles de réfugiés. Lire la suite…

Hans Vestberg au CTIA 2011 : « La société en réseau ouvre de nouvelles perspectives pour de nombreux secteurs »

"Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau" (Crédit Photo : Benoît Chamontin - Ericsson France)

"Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau" (Crédit Photo : Benoît Chamontin - Ericsson France)

Lors de son discours d’introduction au salon international CTIA Wireless 2011, Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson a présenté la société en réseau comme un puissant vecteur de créativité, doté de la capacité à transformer nos vies, nos entreprises et la société dans son ensemble.

Prenant la parole au cours de la conférence organisée sur le thème « La journée de la e-santé », il a également énuméré les avantages que la mobilité, le haut débit et le cloud computing peuvent procurer dans le domaine de la santé et d’autres secteurs.

Selon Hans Vestberg, le monde connaît aujourd’hui une véritable révolution technologique, où technologies de l’information et télécommunications se combinent pour créer une société en réseau, « Connecter les objets et les personnes de manière intelligente apporte de nombreux avantages. Quand une personne est connectée, c’est sa vie qui change ; quand tout est connecté, c’est le monde qui change. C’est là l’essence même de la société en réseau » a-t-il déclaré.

Aux côtés d’Hans Vestberg, le Dr. Patrick Soon-Shiong, PDG de l’Institute for Advanced Health, s’est exprimé sur la façon dont les réseaux connectés transforment la gestion de la santé.

« La technologie sans fil va jouer un rôle essentiel dans l’évolution de la manière d’aborder la santé au 21ème siècle », a déclaré le Dr. Patrick Soon-Shiong. « Transmission plus efficace et plus rapide des dossiers médicaux, orientation en temps réel des patients, meilleur suivi des personnes atteintes d’une pathologie chronique, interventions rapides afin de prévenir les incidents médicaux : le champ des possibilités ne cesse de croître. Bientôt, la technologie sans fil fera partie intégrante de la gestion de la santé. » Lire la suite…

Michael Dell témoigne

Par Corinne Muller, le mercredi 27 octobre 2010, classé dans Industries non télécoms,Opinion,Stratégie,Vision 2020
Le célèbre de la marque d'ordinateurs qui porte son nom : Michael Dell

Le célèbre de la marque d'ordinateurs qui porte son nom : Michael Dell

Lorsqu’ils étaient adolescents, le fondateur et actuel PDG de Dell, Michael Dell et ses compères fanas d’ordinateurs passaient l’intégralité de leur temps sur un tableau électronique à partager des informations, échanger des idées et collaborer autour de projets. Depuis cette époque, leurs idéaux se sont concrétisés et ont été adoptés par les générations suivantes. Et lorsque vous collaborez ensemble, tout devient possible comme le raconte Michael Dell dans une vidéo spécialement tournée pour Ericsson.

Aujourd’hui, on ne présente plus Michael Dell, l’homme qui a révolutionné la façon de créer et de composer des ordinateurs individuels. Depuis ses premiers appareils commercialisés en 1984, l’homme figure aujourd’hui parmi les industriels les plus riches de la planète.

Vivez une expérience technologique inédite avec Ericsson Studio !

Par Corinne Muller, le mercredi 15 septembre 2010, classé dans Multimédia,Publicité,Stratégie
Ericsson Studio est un véritable think tank de référence pour écouter les clients et bâtir l’avenir ensemble

Ericsson Studio est un véritable think tank de référence pour écouter les clients et bâtir l’avenir ensemble

Prêts pour une expérience nouvelle ? Prêts à vous projeter dans le futur ? C’est le programme excitant que vous propose le nouveau Ericsson Studio à Stockholm. Ce nouveau centre d’expérimentation des futures technologies de l’information et de la communication entend devenir un must auprès des acteurs de l’industrie des télécoms et du multimédia.

Au delà d’être un jalon marquant dans les visites qu’effectuent régulièrement les dirigeants et managers des grandes entreprises spécialisées au siège d’Ericsson, le concept d’Ericsson Studio veut également fournir tout à la fois un espace éducatif, collaboratif, engageant et innovant pour ouvrir des voies nouvelles, promouvoir le dialogue et pas simplement montrer les produits et les solutions.

Une nouveauté qui semble bien accueillie comme en témoigne une délégation de l’opérateur américain Sprint qui a été parmi les premiers invités à découvrir Ericsson Studio. Steve Elfman, président de l’entité Network Operations & Wholesale de Sprint, n’a pas dissimulé son enthousiasme à l’issue de cette visite, soulignant les capacités d’innovation, de formation et d’ « inspiration » mises en œuvre dans le cadre de cette initiative. Ecoutez les impressions de Steve Elfman (en anglais) : Lire la suite…

Ericsson et l’université Tsinghua de Pékin s’allient pour former les futurs leaders du monde des télécoms chinois

En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes

En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes

 Ericsson et l’université chinoise Tsinghua ont décidé d’unir leurs efforts pour créer un groupe d’intérêt sur les « communications du futur », avec pour objectif de cultiver une pensée créative et développer l’innovation dans le secteur chinois des télécommunications. Pour cela, une plateforme de formation, d’échange et de mise en pratique sera mise à la disposition des étudiants de l’université Tsinghua s’intéressant à l’avenir des technologies de la communication.

La création d’un groupe d’intérêt en liaison avec une entreprise privée est une grande première pour l’université Tsinghua. Ce projet, dont les ressources seront financées par les deux parties, permettra d’apporter aux étudiants un éclairage sur les derniers développements et les tendances actuelles dans le domaine des communications. Il leur donnera également une opportunité de mener des travaux de R&D sur les technologies et d’acquérir une expérience dans un environnement professionnel, les encourageant ainsi à innover et à créer leur propre entreprise.

Cette initiative s’inscrit par ailleurs en droite ligne de l’engagement à long terme d’Ericsson de cultiver un réservoir de compétences pour l’industrie des TICS chinoises. En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes, dont plus d’un tiers ont été attribués à de jeunes diplômés. Lire la suite…

Ericsson France parraine le blog de 15 étudiants journalistes du Celsa

Par Corinne Muller, le jeudi 27 mai 2010, classé dans Multimédia,Responsabilité sociétale
15 jeunes journalistes multimédia alimentent le blog

15 jeunes journalistes multimédia alimentent le blog

 Ericsson France s’associe du 23 au 30 mai à un projet éditorial original mené par 15 étudiants de la section journalisme du Celsa, école des hautes études en sciences de l’information et de la communication. A l’occasion du 15ème anniversaire de la signature des Accords de Dayton donnant naissance à la Bosnie-Herzégovine, les jeunes journalistes réalisent des reportages sur les changements sociétaux du pays, avec entre autres l’apport de la téléphonie mobile, à travers un blog dédié et des outils multimédia.

Sous la houlette conjointe de Gilles Kraemer, attaché de coopération à l’ambassade de France en Bosnie-Herzégovine et de Hervé Demailly, directeur du Master Journalisme du Celsa, les étudiants en deuxième année de cette formation vont retranscrire pendant une semaine à Sarajevo, le résultat de leurs rencontres et de leurs interviews. Ils ont pour cela créé sur place une agence de presse multimédia qui alimente un site internet traitant de l’actualité autour de la construction d’un Etat viable en Bosnie-Herzégovine, quinze ans après la signature des accords de Dayton. Pour lire les reportages des jeunes journalistes, visitez le site à l’adresse suivante : http://bosnieblok.fr/ .

Le travail journalistique s’effectue sur des supports écrits et audiovisuels tout en s’appuyant sur la palette des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Dailymotion. Le projet bénéficie également du soutien de la fondation Varenne, du quotidien Libération et de la radio Le Mouv’ . Lire la suite…

USA : Edgenics choisit Ericsson pour assurer l’intégration de son réseau haut débit de future génération

16 établissements universitaires ont déjà rejoint le réseau ICONN qui permet le partage de l’information entre les étudiants

16 établissements universitaires ont déjà rejoint le réseau ICONN qui permet le partage de l’information entre les étudiants

 Ericsson assurera la fourniture, le déploiement et la gestion du réseau d’Edgenics, un fournisseur américain de services haut débit, qui permettra d’étendre la connectivité à quelque 3,5 millions de personnes dans plus de 750 communautés rurales du quart sud-est des Etats-Unis. Ce réseau de future génération permettra, de surcroît, de mettre en œuvre l’Intercollegiate Online News Network (ICONN) avec 16 universités, sous les auspices de l’Ecole de journalisme de l’université du Tennessee.

Ericsson a été choisi par Edgenics, un fournisseur émergent dans le secteur des solutions haut débit et d’apprentissage en ligne (e-learning), pour assurer l’intégration de son réseau haut débit de future génération. A cet égard, Ericsson assurera la fourniture, le déploiement, l’hébergement et la gestion du réseau d’Edgenics qui permettra de relier à terme quelque 3,5 millions de personnes dans plus de 750 communautés rurales d’un grand quart sud-est des Etats-Unis.

Le nouveau réseau permettra à l’opérateur américain de fournir des services à valeur ajoutée véritablement innovants, ainsi que diverses solutions de pointe en matière d’e-learning. Edgenics assurera ainsi une connectivité haut débit à moindre coût avec des communautés rurales précédemment peu ou mal desservies, le tout à travers de services à valeur ajoutée qui auront un impact positif sur la croissance économique et qui donneront lieu à de nouvelles opportunités de développement. Le déploiement de ce nouveau réseau devrait être réalisé au cours des trois prochaines années, conformément au plan

ning établi. 

Robert E. Dansby, PDG d’Edgenics, justifie les raisons qui ont présidé à son choix : « Un leadership mondial, une technologie multiservice et d’importantes capacités de déploiement et de gestion, c’est précisément ce que recherchait Edgenics chez son futur partenaire avant de se lancer dans cette entreprise. Nous sommes impatients de travailler avec Ericsson pour mettre en œuvre ce réseau qui permettra d’étendre la connectivité large bande aux communautés rurales, mais aussi d’héberger l’ICONN et de fournir un contenu unique, en collaboration avec de nombreuses universités dans le pays ». Lire la suite…

Ericsson et la Boston University font plancher des étudiants en MBA sur les TICS

Par Corinne Muller, le jeudi 15 avril 2010, classé dans Responsabilité sociétale,Stratégie
Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg (à gauche) a remis un chèque de 25 000 dollars aux étudiants vainqueurs de la London Business School

Le PDG d’Ericsson, Hans Vestberg (à gauche) a remis un chèque de 25 000 dollars aux étudiants vainqueurs de la London Business School

 Le 26 mars dernier, 60 prometteurs étudiants en MBA sélectionnés aux quatre coins du monde se sont livrés une concurrence acharnée lors d'un concours d’étude de cas organisé par Ericsson et la Boston University. L'enjeu : résoudre une problématique de stratégie d'entreprise sur le thème du marché des technologies de l'information et de la communication.

Parrainé depuis trois ans par Ericsson, l'événement intitulé « Annual International Tech Strategy Business Case Competition »  est organisé par l’école de management de la Boston University. La cinquième édition du genre a rassemblé 16 équipes composées de quatre étudiants des programmes de MBA issus de diverses écoles dans le monde. Elle s'adressait aux étudiants les plus prometteurs ayant manifesté une fine perception du pouvoir de transformation des TICS dans la vie économique, thème central par ailleurs de la compétition en 2010.

Et de la sagacité, les participants ont dû en faire preuve pour résoudre en 24 heures maximum, l’étude de cas soumise à leur analyse et pour présenter ensuite leur dossier à un jury composé de professionnels de haut niveau. Dès le coup d'envoi et au fil de la journée, les « pros » et les apprentis pouvaient en outre prendre connaissance du défi sur le site web d’Ericsson et suivre l'avancement des travaux sur Twitter, Facebook et un blog alimenté en direct.

Stephen Newman, directeur de programme d’Ericsson chargé du développement des cadres dirigeants, souligne que le profil de la Boston University est bien en phase avec la manière dont Ericsson regarde le monde : « Il est important pour Ericsson de soutenir un enseignement universitaire de haut niveau. La Boston University figure au premier rang des grandes écoles du monde à l’intersection de la technologie et du management. La Boston University a créé ce concours pour promouvoir une meilleure vision des télécommunications. Leur mission est de faire comprendre les possibilités que recèlent ces nouveaux modèles d’entreprise, les nouvelles façons de communiquer, d’organiser la société et de concevoir le développement économique et social ». Lire la suite…