Pour innover les entreprises doivent s’ouvrir aux flux d’idées

Par Benoît Maydat, le Jeudi 29 mai 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau   |   Aucun commentaire

ericsson-digital-disruptors

Les entreprises sont de plus en plus comme les gens : des organismes sociaux qui apprennent autant en empruntant des idées qu’en mettant en œuvre celles qui leur sont propres. Dans un rapport récemment publié, nous empruntons quelques pensées de business leaders pour apprendre d’eux quelles nouvelles stratégies sont en train d’émerger et de changer les manières de faire du business à l’ère numérique.

Dans un article récent publié dans le magazine Wired, Alex Pentland du MIT se penche sur la nature du «flux d’idées» – la manière dont les idées se propagent via les réseaux sociaux. Lire la suite…

Paris, 6ème ville la plus propice au développement économique grâce aux TIC selon le dernier rapport Ericsson

Par Viktor Arvidsson, le Mardi 13 novembre 2012, classé dans Société en réseau,Technology for Good   |   Aucun commentaire

La troisième édition du Networked Society City Index d’Ericsson place New York, Stockholm et Londres en tête du classement des sociétés connectées

Ericsson vient de publier son classement Networked Society City Index, qui analyse les avantages apportés par les TIC dans 25 des plus grandes villes du monde. Alors que les deux éditions précédentes s’intéressaient aux effets des TIC sur les villes et les citoyens, cette nouvelle édition se concentre sur les entreprises.

Les indicateurs utilisés dans le rapport pour analyser la vie des entreprises dans ces villes font apparaître une corrélation entre la maturité des TIC et la capacité à utiliser les TIC au profit de l’économie.

New York, Stockholm et Londres sont les trois villes qui arrivent en tête du classement. Paris se classe en 6ème position devant Tokyo.

Le rapport énumère quelques-uns des effets positifs des TIC sur l’innovation et l’esprit d’entreprise. Ainsi, les TIC :

1/ élargissent les opportunités offertes aux entrepreneurs. Elles permettent, par exemple, de nouvelles innovations produits tels que la musique et la vidéo en streaming, les services d’e-commerce et de cloud computing ;

2/ améliorent l’accès aux marchés, en permettant notamment aux entrepreneurs et aux entreprises très spécialisées d’accéder à des marchés géographiquement plus larges ;

3/ réduisent les coûts de transaction entre les entreprises, par exemple en rendant moins impérative la proximité géographique avec les fournisseurs, les partenaires et les clients.

Lire la suite…

La région Sud innove sur la 4G et les services M2M avec Com4Inno

Par Myriam Devred, le Jeudi 19 avril 2012, classé dans 4G LTE,Innovation / R&D   |   Aucun commentaire

Réseaux et services du futur

La Région Provence Alpes Côte d’Azur verra la mise en place dès le second semestre 2012 de Com4Inno, une plate-forme mutualisée de développement et de test en environnement 4G et M2M destinée aux industriels et chercheurs.

Proposée à travers l’Association Plate-forme Télécom, Com4Innov est le résultat d’une initiative industrielle labellisée et portée par le Pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées (S.C.S.). Elle s’adresse notamment aux TPE/PME qui souhaitent développer ou valider leurs technologies, applications ou services Wireless. Ils pourront bénéficier des infrastructures de télécommunication sans fil les plus récentes, d’outils de développement, de contrôle d’expérimentations et de mesures, et de la compétence d’experts.

Cette plate-forme se focalise sur les réseaux et services mobiles du futur, les applications, composants et réseaux M2M (Machine à Machine) et les objets « communicants ». Elle intègre différentes technologies comme le haut débit mobile (4G/LTE), les infrastructures applicatives (IMS), des passerelles d’optimisation, des terminaux mobiles, des réseaux, passerelles et capteurs sans fil de faible portée, un Cloud de fédération et de gestion d’applications et d’objets communicants M2M. Lire la suite…

Un nouveau rapport de la Broadband Commission sur le changement climatique confirme que la technologie est la clé d’un avenir sobre en carbone

Par Benoît Chamontin, le Mercredi 4 avril 2012, classé dans Développement Durable   |   Aucun commentaire
The Broadband Bridge - Linking ICT with Climate Action - 2012

Les gouvernements sont invités à tirer parti de la capacité des technologies de l’information et de la communication de réduire drastiquement les émissions

Selon le nouveau rapport que vient de publier la Broadband Commission for Digital Development, le haut débit a la capacité de faciliter la transition vers une économie sobre en carbone et d’aider à combattre les causes et les effets du changement climatique.

Intitulé The Broadband Bridge: Linking ICT with Climate Action, ce rapport est le fruit des travaux menés par le groupe de travail sur le changement climatique de la Broadband Commission, présidé par Hans Vestberg, PDG d’Ericsson, et composé de plusieurs membres de la Commission représentant l’industrie, des organisations internationales et des ONG.

Le but du rapport est de sensibiliser au rôle central que les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier les réseaux haut débit, peuvent jouer en facilitant l’avènement de l’économie sobre en carbone de demain ; il souligne l’importance des partenariats public-privé pour accélérer le changement. Il s’appuie sur des entretiens, des études de cas et les documents de plus de 20 responsables et experts en la matière.

« S’attaquer au changement climatique implique changer radicalement de mode vie, de façon de travailler et de voyager, abandonner notre modèle de développement au profit d’un modèle plus juste et plus durable afin d’assurer notre survie. Il faut mettre en œuvre toutes les ressources dont nous disposons et mobiliser la volonté politique pour que les discussions et les négociations se traduisent par des accords et des actes » déclare Hamadoun Touré, Secrétaire général de l’UIT. Lire la suite…

Mobile World Congress 2012 : Ericsson lance des solutions de cloud pour les services télécoms aux entreprises

Par Valérie Gérôme, le Lundi 27 février 2012, classé dans Événements,Services   |   Aucun commentaire

Les opérateurs sont idéalement placés pour proposer aux entreprises des services de cloud alliant qualité, sécurité et disponibilité élevées.

Au Mobile World Congress 2012 (MWC) de Barcelone, Ericsson lance sa nouvelle offre pour créer et optimiser des centres de données. Cette offre répond à un objectif prioritaire des opérateurs télécoms : proposer à leurs clients professionnels des services basés sur le cloud public. Ericsson présente un concept inédit pour planifier, concevoir et mettre en œuvre des centres de données, ainsi qu’une plateforme complète de cloud computing incluant les aspects gestion et sécurité.

Les solutions Data Center Build et Data Center Optimization d’Ericsson répondent à la demande croissante de services basés sur le cloud, les entreprises voulant toujours plus de mobilité. Avec cette offre, Ericsson intègre le marché des centres de données et renforce sa position dans le domaine des TIC. Lire la suite…

Préparer le futur des communications : une question de contexte

Par Myriam Devred, le Mardi 14 février 2012, classé dans Opérateurs   |   Les commentaires sont ferms

La grande difficulté est de trouver le bon rythme de changement pour maintenir et maximiser les secteurs d’activités rentables tout en transformant les autres.

Dans l’univers en pleine expansion des services de communications, la sensibilité au contexte va devenir de plus en plus importante. Les offres des opérateurs et les solutions de communications futures devront pouvoir s’adapter à des contextes variés. Il s’agira de fournir des plates-formes pour des solutions de communications, et non plus simplement des services de communications séparés.

Internet a entraîné diverses évolutions dans la société et le développement des technologies, notamment dans la manière dont nous communiquons. Ces changements sont un défi pour les opérateurs de télécoms, avec le relâchement du lien avec les clients et la baisse des revenus de l’activité de téléphonie.

Pour l’avenir, ils auront besoin de solutions issues des services d’aujourd’hui mais mieux adaptées aux besoins des clients, qu’il s’agisse d’une couverture mondiale pour un service de masse interopérable ou d’adaptations sur mesure pour résoudre un problème d’activité particulier dans un contexte spécifique. La stratégie doit donc s’appuyer sur la compréhension des implications de ces évolutions et de leur impact sur les objectifs de marque, de résultats financiers, de compétences et de technologie des opérateurs de télécoms.

Le fait qu’une personne puisse contrôler la manière dont il est représenté dans différents sc

énarios de communications représente un déplacement de l’équilibre du pouvoir. Chacun peut décider quel service il veut utiliser pour communiquer, dans quel contexte, sur quelle plate-forme, en empruntant à chaque fois une personnalité numérique différente.

Ces tendances sont particulièrement évidentes dans le comportement des jeunes. Dans leur vie privée comme au travail, ceux-ci veulent une communication illimitée, flexible et dotée de multiples fonctions. Les liens entre personnalités se tissent largement sur le Web aujourd’hui. Les solutions de communications futures devront interagir de façon sécurisée et transparente avec de multiples représentations d’une personne ou d’une fonction d’entreprise.

Ce déplacement des centres de pouvoir vers l’individu utilisateur a pour conséquences, entre autres, que la logique des applications de communication (comment trouver un personnage numérique donné et se connecter à celui-ci) n’est pas automatiquement liée à une représentation de la personne physique, par exemple à un numéro de téléphone ou une adresse électronique.

La communication orientée vers les processus ajoutera de nouveaux critères de communication aux services des TIC actuelles. Les meilleures opportunités pour les entreprises de télécoms prendront probablement deux formes : celle de l’intégrateur de services et celle du fournisseur de composantes de service. Simplicité, rapidité et performances seront les aspects centraux de leur proposition de valeur.

La grande difficulté est de trouver le bon rythme de changement pour maintenir et maximiser les secteurs d’activités rentables tout en transformant les autres. Ce rythme sera différent pour chaque opérateur, en fonction des conditions. C’est une décision à laquelle il convient de réfléchir soigneusement, mais sans tarder.

zp8497586rq

Ericsson reçoit un Emmy Award pour son apport technologique majeur en matière de réception des images

Par Benoît Chamontin, le Mardi 13 septembre 2011, classé dans Innovation / R&D,Récompenses et Prix,Télévision   |   Aucun commentaire

La récompense sera officiellement remise à Ericsson lors d'une cérémonie organisée pendant le salon international de l'électronique grand public (CES) en janvier 2012.

La récompense sera officiellement remise à Ericsson lors d'une cérémonie organisée pendant le salon international de l'électronique grand public (CES) en janvier 2012.

Ericsson va prochainement recevoir un Emmy® Award, l’une des plus hautes distinctions de l’industrie télévisuelle, pour le développement de sa technologie Active Format Description (AFD). Celle-ci permet aux téléviseurs analogiques à écran 4/3 de recevoir une image correctement dimensionnée, conforme à l’intention initiale du producteur du programme, même lorsque l’image originale a été captée dans un format pour écran large 16/9.

L’Académie nationale des arts et des sciences de la télévision a précisé que cette récompense serait officiellement remise à Ericsson lors d’une cérémonie organisée pendant le salon international de l’électronique grand public (CES) en janvier 2012, en présence de Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson, qui s’exprimera à cette occasion.

Les technologies et systèmes AFD ont été développés pour anticiper les besoins des câblo-opérateurs qui souhaitaient fournir, aux Etats-Unis, des services pour téléviseurs analogiques à écran étroit, parallèlement aux services numériques TVHD grand écran. Lire la suite…

TICS et gestion du personnel d’intervention : réalisation d’une étude en Turquie

Par Corinne Muller, le Mercredi 7 septembre 2011, classé dans Non classé   |   Aucun commentaire
Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

La logistique intelligente regroupe des technologies qui, grâce à une meilleure planification des trajets et des chargements, permettent de réduire la consommation de carburant et d’améliorer ainsi la performance énergétique. Par exemple, l’utilisation d’un logiciel de gestion des opérations peut contribuer à réduire les stocks, la consommation de carburant, le kilométrage parcouru et le nombre de véhicules circulant à vide ou partiellement chargés.

Les services géolocalisés, parce qu’ils permettent de transmettre à des applications mobiles existantes des informations sur la position géographique d’un terminal mobile, constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente. Il en découle toute une série de services personnalisés et enrichis destinés à répondre aux besoins de sécurité, d’efficacité et de confort des utilisateurs, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises.

Périmètre de l’étude

Cette étude de cas porte sur un système TIC constitué d’un réseau mobile et de terminaux mobiles servant à transmettre des informations à des systèmes de positionnement, à un système d’information géographique, à des PCs de surveillance et à des serveurs d’applications. On suppose que le logiciel d’application est déployé dans un centre informatique équipé de dispositifs d’alimentation électrique et de refroidissement. Lire la suite…

Ericsson partie prenante de l’offre de reprise des brevets de Nortel

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets qui s’inscrivent dans le cadre des technologies de l’information et de la communication (TIC), autour des télécommunications, des sites de recherche sur Internet et des réseaux sociaux.

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets.

Comme annoncé de son côté par Nortel Networks Corporation, un consortium regroupant plusieurs entreprises de haute technologie, dont Ericsson fait partie, a présenté les meilleures enchères pour reprendre la totalité des brevets restants de Nortel, et des demandes de brevets en cours, pour un montant cash estimé à 4,5 milliards de dollars US. La transaction reste toutefois soumise à l’agrément des tribunaux de commerce américain et canadien compétents en la matière (Bankruptcy Courts).

Le portefeuille de Nortel comprend près de 6 000 brevets et demandes de brevets qui s’inscrivent dans le cadre des technologies de l’information et de la communication (TIC), autour des télécommunications, des sites de recherche sur Internet et des réseaux sociaux. Il couvre également entre autres les réseaux mobiles, la technologie LTE et les réseaux de données, ainsi que des brevets relatifs à l’optique, à l’Internet, aux fournisseurs de services et aux semi-conducteurs.

« Le portefeuille de brevets de Nortel reflète plus d’un siècle d’activités de recherche & développement et comprend certains brevets essentiels dans les télécommunications et dans d’autres secteurs industriels. Nous estimons que le consortium offre les meilleures perspectives d’utilisation des brevets de Nortel, d’une manière pleinement favorable à l’industrie sur le long terme. »

Kasim Alfalahi, responsable du département Propriété Intellectuelle d’Ericsson

Déchiffrer les nouveaux flux de données…

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

La connectivité mobile est en train de donner naissance à une chaîne de valeur mondiale fondée sur l’information. « Cette nouvelle donne a déjà commencé à transformer le paysage économique. » affirme Catherine Mulligan, chercheur et auteur.

La plate-forme mobile est en train de s’imposer comme l’élément central des contrats pour une grande partie de l’économie mondiale et pas seulement pour le secteur des télécommunications.

« Les téléphones mobiles fournissent une masse de données extraordinaire sur la vie de leurs propriétaires. Ces appareils, qui déversent des flux de données à une cadence considérable, atteignent une masse suffisante pour que l’industrie s’y intéresse », commente dans un entretien accordé à Ericsson Business Review Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence.

Pourquoi une nouvelle chaîne de valeur ? Lire la suite…