Telefonica | Vivo et Ericsson apportent l’accès sans fil à l’éducation pour la communauté de Rio de Janeiro

Par Benoît Chamontin, le lundi 25 juin 2012, classé dans Responsabilité sociétale,Technology for Good

Telefonica Vivo et Ericsson – Rio de Janeiro – Connect To Learn 2012

Telefonica | Vivo et Ericsson viennent de mettre en place un partenariat pour soutenir 3 000 enfants et adolescents vivant dans Vila Cruzeiro, une communauté à Rio de Janeiro au Brésil, en leur donnant accès à Internet haut débit et à des services en ligne.

Vivo fournira la connexion haut débit tandis qu’Ericsson fournira la solution TIC et les outils en matière d’éducation. Deux écoles publiques, les CIEP José Carlos Brandão Monteiro et Joracy Camargo, ainsi qu’une organisation non gouvernementale locale (ONG), Social Attitude, bénéficieront de ce partenariat.

Les écoles et l’ONG recevront des netbooks avec connectivité sans fil permettant aux étudiants et enseignants d’accéder librement à des contenus éducatifs en ligne. Cette initiative à Vila Cruzeiro est rendue possible par le programme Connect To Learn, qui propose des solutions en matière de TIC dans les écoles secondaires pour donner accès à des contenus de qualité. Des bourses d’études pluriannuelles pour les étudiants sont également données afin qu’ils s’inscrivent dans ces écoles. Lire la suite…

En Afrique, Ericsson renforce l’accès à l’éducation

Par Benoît Chamontin, le mercredi 28 mars 2012, classé dans Responsabilité sociétale
Ericsson - Accès a l'éducation en Afrique

Ericsson – Accès a l’éducation en Afrique

Huit établissements d’enseignement secondaire africains sont désormais équipés de la solution « PC as a Service ». Il s’agit d’une solution de cloud computing, d’utilisation aisée et nécessitant peu de maintenance, qui a été spécifiquement optimisée pour les réseaux mobiles haut débit. Le déploiement de cette solution s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Connect to Learn » mise en place dans les Villages du millénaire au Ghana, au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda.

Cette initiative prévoit également l’attribution de plus de 500 bourses dans le courant de l’année 2012 grâce à ses partenaires, notamment Ericsson, le Sanchez-Palm Girls Scholarship Fund, SpinMaster, JM Eagle, et à un certain nombre de contributeurs individuels. Ces bourses sont destinées à couvrir les frais de scolarité, de pensionnat et d’autres frais annexes.

Selon Elaine Weidman, vice-présidente, en charge du développement durable et de la responsabilité d’entreprise chez Ericsson : « Le haut débit mobile est un outil essentiel d’accès à une éducation de qualité dans toutes les communautés, même les plus pauvres et les plus rurales. La fourniture et la connexion d’ordinateurs gérés par le cloud dans ces huit établissements scolaires représentent une étape majeure dans notre mission d’offrir une éducation secondaire de qualité à un plus grand nombre d’étudiants ». Lire la suite…

Prendre des cours à l’université de Coventry via son smartphone : c’est possible grâce à Ericsson

Par Benoît Chamontin, le mardi 10 janvier 2012, classé dans Réseaux mobiles,Services

Avec ce nouveau service les 25 000 étudiants inscrits au service d’enseignement en ligne de l’université de Coventry peuvent désormais suivre leurs cours sur mobile

Grâce à un accord de collaboration entre l’université de Coventry et Ericsson, l’enseignement se met à l’heure du mobile. La solution proposée par Ericsson permettra aux enseignants de dispenser des cours en direct à un demi million d’étudiants en ligne. Depuis leurs smartphones, les étudiants pourront en effet écouter et interagir avec les enseignants, eux aussi connectés en ligne.

Il s’agit d’un service de type cloud, basé sur une architecture IMS (architecture standardisée pour la communication multimédia) et sur la solution In-Game Communication d’Ericsson conçue pour offrir une expérience voix enrichie. Le fait de baser cette solution sur le portefeuille de produits IMS d’Ericsson permet d’étendre le service à un nombre quasi illimité d’utilisateurs, tout en garantissant disponibilité et sécurité.

L’université de Coventry se positionne comme un établissement à la pointe de l’enseignement. En particulier, la création du Serious Games Institute, affilié à l’université, a permis de mener des travaux de R&D sur les solutions d’enseignement du futur. Tim Luft, directeur de cet institut, explique : « Nous souhaitions collaborer avec Ericsson pour transformer notre gamme actuelle d’applications mobiles en une expérience interactive accessible à des milliers d’utilisateurs. Actuellement, la plupart des gens qui prennent des cours via leur mobile sont limités à des images statiques et des séquences audio ou vidéo enregistrées. » Lire la suite…

Singapour, Stockholm et Séoul en tête du classement Ericsson des villes connectées, Paris en 5ème position

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu'elles ont réalisés dans les TIC.

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu'elles ont réalisés dans les TIC.

Les résultats de l’étude Networked Society City Index menée conjointement par Ericsson et le cabinet de conseil Arthur D. Little ont été présentés à l’occasion du Business Innovation Forum d’Ericsson dans la Silicon Valley. Cette étude démontre que les villes les plus connectées sont les mieux placées pour répondre aux enjeux tels que la gestion de l’environnement, des infrastructures, de la sécurité publique, de la qualité des soins de santé et de l’éducation.

« La construction de la société en réseau est l’un des grands défis de notre époque. » déclare Erik Almqvist, Directeur chez Arthur D Little. « Cette analyse est un premier pas dans la compréhension du lien entre les investissements dans le domaine des TIC et le développement durable. Notre espoir commun et notre objectif est que ce rapport serve de base à la réflexion des villes ».

Les trois villes les plus performantes selon le classement établi (Singapour, Stockholm et Séoul) ont atteint de nombreux objectifs sur le plan social, économique et environnemental grâce aux investissements massifs qu’elles ont réalisés dans les TIC. Singapour, par exemple, mène une politique agressive d’innovation en matière d’e-santé et joue un rôle pionnier dans la gestion des embouteillages. Stockholm voit dans les TIC un instrument précieux pour faciliter la collaboration dans la recherche et le transfert de connaissances. Enfin, Séoul s’appuie largement sur les TIC pour mettre en œuvre diverses initiatives technologiques dans le domaine de l’environnement. Lire la suite…

Ericsson France fait sa rentrée avec les étudiants de Passeport Avenir

Un débat sur le thème de l'emploi des jeunes diplômés a rassemblé plusieurs experts dont la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse

Un débat sur le thème de l'emploi des jeunes diplômés a rassemblé plusieurs experts dont la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse

 Après 5 ans d’existence, le Cercle Passeport Télécoms vient d’entamer un nouvel élan marqué par un double changement dévoilé lors de la rentrée officielle le 9 novembre dernier au cinéma MK2 à Paris. Le premier consiste en l’adoption d’un nouveau nom : Passeport Avenir. Il vise à mieux signifier la volonté de l’association d’englober des acteurs issus du monde des télécoms mais également, convergence numérique oblige, de l’informatique et plus généralement des hautes technologies.

Le deuxième temps fort a été marqué par le changement de président à la tête de Passeport Avenir. Fondateur de l’initiative en 2005, Frank Esser, PDG de SFR, a officiellement transmis le flambeau de la présidence de l’association à Stéphane Richard, PDG d’Orange. Celui-ci a notamment rappelé les engagements d’Orange en matière d’insertion des jeunes. Cette année, l’opérateur contribue à Passeport Avenir avec 252 tuteurs et 23 référents (soit 40% du nombre total).

Lors de cette rentrée sur le thème de l’emploi des jeunes diplômés, Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Laurent Wauquiez, Secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi (à l’époque) sont intervenus pour souligner l’attachement des autorités gouvernementales à tout ce qui peut concourir à une plus grande égalité des chances en matière d’enseignement et d’insertion professionnelle.

A cette occasion, Benjamin Blavier, le directeur général de Passeport Avenir a mis l’accent sur un nouveau chantier ouvert pour la circonstance : le « projet amont ». Très peu de bacheliers technologiques issus et de diplômés de BTS industriels issus de milieux modestes connaissent en effet les classes préparatoires. Un nombre encore plus inférieur ose franchir le pas et s’inscrire aux concours pour ces filières d’excellence. Lire la suite…

Ericsson participe au lancement officiel de Connect To Learn

Hans Vestberg, PDG d'Ericsson (à gauche) et Jeffrey Sachs, directeur d'Earth Institute lors du lancement de Connect To Learn

Hans Vestberg, PDG d'Ericsson (à gauche) et Jeffrey Sachs, directeur d'Earth Institute lors du lancement de Connect To Learn

 Le 21 septembre dernier au Grand Central Terminal de New York, Ericsson a participé au lancement officielle de l’initiative Connect To Learn qui a pour vocation de permettre aux enfants du monde entier d’accéder à un enseignement secondaire de qualité grâce à la connectivité des réseaux. L’événement s’est déroulé en présence de représentants de premier plan du monde universitaire, d’ acteurs importants de l’industrie des télécommunications et de célébrités du gotha royal.

L’initiative Connect To Learn s’inscrit dans le cadre d’un projet mené par Millennium Promise, the Earth Institute de Columbia University et Ericsson. Madonna est le porte-parole de ce projet. Bien que n’étant pas présente physiquement à cette cérémonie, elle participait néanmoins à l’événement via une vidéo et avait délégué son représentant direct, Philippe van den Bossche. « En offrant une éducation adéquate à une jeune fille », a souligné celui-ci, « on peut avoir un impact significatif sur la génération qui suivra, tant il est vrai que le regard que porteront ses propres enfants sur le monde en sera modifié ».

Philippe Van den Bossche a également souligné les changements considérables qu’induit la technologie : « Elle permet d’améliorer la santé et l’éducation dans les villages. Madonna est très impressionnée et soutient complètement le travail qu’accomplit Ericsson pour que chaque enfant puisse avoir accès à cette technologie pour améliorer ses conditions de vie. »

Pour en savoir plus sur les enjeux de Connect To Learn et du haut débit mobile dans les pays émergents, regardez la vidéo ci-dessous (en anglais) : Lire la suite…

JP Rangaswami : « Apprendre en faisant, pas en écoutant »

JP Rangaswami : "l'éducation n'est pas l'art d'enseigner aux gens mais celui d'apprendre à apprendre"

JP Rangaswami : "l'éducation n'est pas l'art d'enseigner aux gens mais celui d'apprendre à apprendre"

 JP Rangaswami est président de l’association sociale « School of Everything« . A cet égard, il nourrit une vision très pointue sur les systèmes d’enseignement. Il estime notamment que les institutions éducatives ont largement ignoré dans le passé, le besoin humain de se sentir libre d’une part et de participer activement d’autre part. Avec l’émergence des réseaux sociaux et de la culture Open Source, il voit une opportunité potentielle pour revoir de fond en comble les méthodes d’apprentissage du savoir.

« Je pense que l’éducation n’est pas l’art d’enseigner aux gens mais celui d’apprendre et d’apprendre à apprendre » déclare en substance JP Rangaswami en introduction de la vidéo qu’il a tourné pour le programme prospectif d’Ericsson intitulé « 2020 – Shaping Ideas ». Dans le même registre, il ajoute une anecdote personnellement vécue avec un de ses professeurs : « Il me disait toujours qu’il respectait plus les élèves dans leur capacité à poser des questions qu’à donner des réponses ».

A l’avenir, les outils qui permettront de partager et d’échanger du savoir deviendront de plus en plus prépondérants dans le processus d’apprentissage. Aux yeux de JP Rangaswami, les anciens modèles verticaux disparaîtront au profit d’un modèle où l’acquisition des savoirs s’effectue en pratiquant, non plus en se contentant d’écouter. Regardez la vidéo ci-dessous (en anglais) :

Né à Calcutta en Inde, JP Rangaswami a longtemps été journaliste économique et financier avant de se tourner vers le monde de l’innovation et des technologies. Il est aujourd’hui directeur scientifique chez BT Group. Pour suivre son actualité, vous pouvez consulter son blog à l’adresse suivante (en anglais) : http://confusedofcalcutta.com/

Quels critères de succès pour le haut débit mobile ? le Pr. Julian Birkinshaw répond

Par Benoît Chamontin, le mardi 14 septembre 2010, classé dans Haut Débit,Opinion,Stratégie
Julian Birkinshaw de la London Business School identifie 4 critères de succès pour le haut débit mobile

Julian Birkinshaw de la London Business School identifie 4 critères de succès pour le haut débit mobile

 En matière de haut débit mobile, le succès repose avant tout sur la vitesse, sur la souplesse et sur des choix techniques intelligents. Aux yeux de Julian Birkinshaw, professeur de Management Stratégique et International à la London Business School, c’est la combinaison gagnante que les opérateurs doivent impérativement décliner. Explications et analyse.

Alors que les opérateurs mettent en œuvre actuellement le haut débit mobile sur leurs réseaux, ils sont naturellement soucieux de concrétiser des opportunités commerciales autour de cette technologie et de maximiser le retour sur investissement. Outre les défis technologiques et les opportunités du haut débit mobile, les opérateurs doivent également identifier les bonnes stratégies pour transformer la technologie en succès commerciaux, et apporter les changements nécessaires pour aborder ce secteur encore incertain et en rapide évolution.

La technologie mobile est le nouvel espace de bataille des services. Toutes sortes d’acteurs entrent en lice en vue de s’approprier une part du gâteau, des fournisseurs de logiciels et d’équipements informatiques jusqu’aux acteurs des réseaux sociaux en passant par les sociétés spécialisées dans les médias et le divertissement. Les consommateurs ont eux-mêmes rapidement compris la valeur de l’accès mobile à des services Internet haut débit, qu’il s’agisse de travailler plus efficacement quand on est loin de son lieu de travail, de rester connecté à des réseaux sociaux, ou simplement de se divertir. Après avoir créé cette valeur pour leurs clients, les opérateurs doivent maintenant répondre à une question primordiale : comment capter une valeur appropriée, aujourd’hui et demain ?

Ne pas confondre capture de valeur et création de valeur !

la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur

la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur

Des études réalisées par des centres universitaires sur le leadership dans les industries dynamiques, il ressort clairement que la création de valeur n’a rien à voir avec la capture de la valeur. Nous le voyons bien aujourd’hui avec le dilemme auquel est confronté Facebook. Le célèbre réseau a créé une valeur considérable pour ses 570 millions d’utilisateurs. Il a maintenant besoin de trouver le moyen de concrétiser cette valeur sous forme de revenus, sans pour autant faire fuir les utilisateurs. Les opérateurs de réseaux mobiles doivent donc veiller à ne pas abandonner leur spécificité en tentant de capter la valeur qu’ils créent via la fourniture d’une technologie haut débit mobile. Lire la suite…

Ericsson et l’université Tsinghua de Pékin s’allient pour former les futurs leaders du monde des télécoms chinois

En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes

En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes

 Ericsson et l’université chinoise Tsinghua ont décidé d’unir leurs efforts pour créer un groupe d’intérêt sur les « communications du futur », avec pour objectif de cultiver une pensée créative et développer l’innovation dans le secteur chinois des télécommunications. Pour cela, une plateforme de formation, d’échange et de mise en pratique sera mise à la disposition des étudiants de l’université Tsinghua s’intéressant à l’avenir des technologies de la communication.

La création d’un groupe d’intérêt en liaison avec une entreprise privée est une grande première pour l’université Tsinghua. Ce projet, dont les ressources seront financées par les deux parties, permettra d’apporter aux étudiants un éclairage sur les derniers développements et les tendances actuelles dans le domaine des communications. Il leur donnera également une opportunité de mener des travaux de R&D sur les technologies et d’acquérir une expérience dans un environnement professionnel, les encourageant ainsi à innover et à créer leur propre entreprise.

Cette initiative s’inscrit par ailleurs en droite ligne de l’engagement à long terme d’Ericsson de cultiver un réservoir de compétences pour l’industrie des TICS chinoises. En 2009, Ericsson Chine a accordé des stages à plus de 1 200 étudiants et créé plus de 1 400 opportunités de postes, dont plus d’un tiers ont été attribués à de jeunes diplômés. Lire la suite…

Le haut débit mobile pour la santé et l’éducation : exemple au Maroc (2/2)

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

 Suite du mini-dossier consacré aux apports des communications mobiles haut débit dans le développement durable des communautés rurales. Il s’agit maintenant d’un projet monté au Maroc entre Ericsson, Maroc Telecom et plusieurs autres acteurs institutionnels. Volet n°2.

Le projet « Lumière de Rhamna » a été lancé en 2007 dans le cadre d’un partenariat entre Ericsson Maroc, la Fondation Rhamna, Maroc Telecom et deux ministères marocains, celui de l’Éducation et celui de la Santé. Son principal objectif est de promouvoir l’éducation en ligne et les services de santé mobiles, l’accès à Internet générant des débouchés économiques. Maintenant que ces villages peuvent accéder plus facilement à des services de santé, d’éducation et d’information, les gens ont davantage de possibilités de gagner leur vie au sein de leur communauté, au lieu de faire de longs trajets pour aller travailler ou d’émigrer vers les villes.

En effet, Rhamna est une région pauvre, située à proximité de Marrakech dans le centre du Maroc. Sur les 300 000 personnes qui y vivent, 66 % n’ont jamais achevé leurs études secondaires. Le taux d’alphabétisation atteint tout juste 40 %. On compte un médecin pour 10 000 personnes et seulement un dentiste pour l’ensemble de la population.

Rachid Chihani, directeur général d’Ericsson Maroc, explique que la principale activité dans la région est l’agriculture. Ce qui pose de sérieux problèmes quand on sait qu’une grande partie des terres est impropre à la culture. « Nous avons lancé l’initiative « Lumière de Rhamna » pour répondre aux besoins de la population », déclare-t-il. Regardez le témoignage de Rachid Chihani (vidéo en anglais) : Lire la suite…