Fleur Pellerin rencontre le PDG d'Ericsson en Suède

Par Corinne Muller, le jeudi 30 mai 2013, classé dans Événements
http://www.blog-ericssonfrance.com/wp-content/uploads/Pellerin_DSC_0065.jpg

Fleur Pellerin visite l'Ericsson Studio en compagnie de Franck Bouétard (à gauche) et Hans Vestberg (à droite), respectivement PDG Ericsson France et PDG Ericsson Monde.

La ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, s’est rendue en Suède les 23 et 24 mai.
Elle s’est entretenue avec son homologue suédoise, Anna-Karin Hatt, ministre des Technologies de l’information et de la communication et de l’Energie, et a rencontré des représentants de start-ups et des acteurs de l’Internet et des télécommunications.
Dans ce contexte, la ministre a rencontré Hans Vestberg au siège d’Ericsson à Kista et a apprécié la visite de l’Ericsson Studio.
Ce séjour s’inscrivait dans le cadre de la campagne de promotion de l’attractivité de la France « Say Oui To France » en matière d’innovation et d’économie numérique.

Attractivité à laquelle Ericsson est d'ailleurs loin d'être insensible comme le montrent ses récentes acquisitions d'entreprises innovantes telles que Technicolor Broadcast Services et Devoteam Telecom & Media.

zp8497586rq

Hans Vestberg à Paris à l’occasion du séminaire Nouveau Monde 2.0

Hans Vestberg, Éric Besson et Franck Bouétard lors du séminaire Nouveau Monde 2.0

Franck Bouétard, Éric Besson et Hans Vestberg lors du séminaire Nouveau Monde 2.0

Dans la continuité du eG8, Eric Besson, ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, a organisé les 20 et 21 octobre 2011un séminaire « Nouveau monde 2.0 : concrétisons l’internet du futur ».

En présence des ministres de l’économie numérique de 18 pays, de dirigeants de grandes entreprises mondiales, de start ups, mais aussi de blogueurs et de think tanks, les débats ont permis de dessiner l’internet du futur et d’aborder des thèmes importants tels que l’innovation, le respect de la vie privée, la lutte contre la fracture numérique ou encore la sécurité des réseaux.

Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson, a participé à la première session plénière « L’innovation, amie ou ennemie des réseaux ? », aux côtés de la vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique Neelie Kroes, des ministres finlandais et australien, d’un représentant de l’administration américaine et des représentants de Cisco, France Telecom, Google, Microsoft et NEC. Lire la suite…

Johan Bergendahl : le haut débit a le pouvoir de transformer la société

Par Corinne Muller, le vendredi 12 novembre 2010, classé dans Haut Débit,Opinion,Réseaux mobiles,Stratégie
Johan Bergendahl, directeur général Marketing d’Ericsson souligne le caractère bénéfique du haut débit lors du Broadband World Forum à Paris

Johan Bergendahl, directeur général Marketing d’Ericsson souligne le caractère bénéfique du haut débit lors du Broadband World Forum à Paris

 Dans un commentaire faisant suite au discours d’ouverture qu’il a prononcé à l’occasion du Broadband World Forum 2010 qui s’est récemment tenu à Paris, Johan Bergendahl, directeur général Marketing d’Ericsson, souligne le caractère bénéfique du haut débit pour les sociétés du monde entier.

Il précise toutefois que les avantages du haut débit ne se feront pleinement sentir que si les secteurs des télécoms et des TICS parviennent à collaborer efficacement avec leurs différents partenaires. Se référant à une étude récente sur les avantages socioéconomiques du haut débit réalisée par le cabinet de conseil en stratégie Arthur D Little pour le compte d’Ericsson, Johan Bergendahl déclare : « L’étude montre que le haut débit peut constituer un moteur de développement pour la société. Tous les acteurs du secteur doivent donc se rapprocher et concentrer leurs différentes compétences pour permettre ce développement ». Regardez la vidéo (en anglais) : Lire la suite…

Modernisation des réseaux : une condition essentielle pour répondre à la demande de débit des données mobiles

Par Corinne Muller, le mercredi 20 octobre 2010, classé dans Haut Débit,Opérateurs,Réseaux mobiles,Stratégie
Selon Ericsson, les débits des données qui transitent par les réseaux mobiles mondiaux pourraient être multipliés par 1 000 d’ici 2020

Selon Ericsson, les débits des données qui transitent par les réseaux mobiles mondiaux pourraient être multipliés par 1 000 d’ici 2020

 L’augmentation du trafic de données sur les réseaux mobiles est probablement le phénomène le plus important qu’ait connu le secteur des télécommunications ces dernières années. Une chose est certaine. Avec des smartphones toujours plus intelligents et un haut débit mobile toujours plus rapide, les débits de données vont continuer d’aller croissant et ce très rapidement !

Pour pouvoir répondre à cette demande inéluctable et tirer profit de la croissance des données mobiles, les opérateurs doivent impérativement moderniser leurs réseaux. Avec la solution Ericsson, ils pourraient amortir leurs investissements en moins de deux ans !

Selon les estimations d’Ericsson, les débits des données qui transitent par les réseaux mobiles mondiaux pourraient être multipliés par 1 000 d’ici 2020. Ericsson prévoit en effet un monde où plus de 50 milliards d’appareils seront connectés. Dans ce contexte où un rôle central sera dévolu au trafic des données, les stations de base GSM et WCDMA installées avant 2004 – qui ne peuvent bénéficier d’améliorations telles que la technologie LTE, HSPA ou EDGE – deviendront inutiles. Tel est le sort qui attend 1,5 million de stations de base sur les 5 millions qui sont installés. Lire la suite…

Proposons des offres payantes de haute qualité face au piratage des contenus TV et vidéo

Par Corinne Muller, le vendredi 17 septembre 2010, classé dans Industries non télécoms,Multimédia,Opinion,Stratégie,Télévision
Seuls des contenus TV/vidéo de haute qualité détourneront les consommateurs du piratage

Seuls des contenus TV/vidéo de haute qualité détourneront les consommateurs du piratage

 Les consommateurs sont prêts à payer pour de la vidéo ou de la TV en ligne dans la mesure où le service offert répond à leurs attentes. Niklas Rönnblom, consultant sur les tendances consommateurs au Ericsson Consumer Lab livre ses observations. Le piratage des contenus n’est pas une fatalité pour peu qu’on propose des offres légales attractives et de qualité.

Un des principaux enjeux dans le domaine de la télévision et de la vidéo est d’offrir un service qui soit axé autour du comportement et des besoins du consommateur, plutôt que sefocaliser sur ce qui est techniquement faisable. Aujourd’hui, la consommation de télévision et de vidéo revêt des formes aussi diverses que variées, évoluant au gré des circonstances ou de l’humeur du consommateur. Si l’écran de télévision traditionnel est souvent considéré comme synonyme d’expérience visuelle supérieure, celui-ci peut dans certains cas constituer un facteur limitant. Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à adopter un comportement versatile, alternant entre services à la demande et diffusion télévisuelle classique, sur des terminaux différents, adaptant leur choix à chaque situation.

Parallèlement, on constate qu’un nombre croissant de consommateurs recourt aujourd’hui à des canaux de distribution illégaux. Or, on peut s’attendre à ce que cette augmentation du piratage se poursuive jusqu’à que le marché soit capable d’offrir au consommateur des services légaux qui répondent véritablement à ses besoins et ses habitudes. Dans cette optique, il est impératif que le secteur commence à orienter le consommateur vers les bons choix, plutôt que de l’y contraindre au moyen de menaces et de sanctions. Lire la suite…

Jeffrey Cole : « Une nouvelle ère pour la publicité »

Par Benoît Chamontin, le vendredi 3 septembre 2010, classé dans Multimédia,Opinion,Stratégie,Vision 2020
JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

JeffreyCole observe depuis plus de 25 ans les évolutions des médias et des technologies de communication

 Jeffrey Cole est directeur de l’ « Annenberg School Center for the Digital Future » au sein de l’Université de Californie du Sud. A ce titre, il est l’un des observateurs mondiaux les plus avisés sur les questions relatives à Internet. Pour lui, il n’existe aucun doute que la majorité des contenus numériques sera mise à disposition gratuitement. Alors qui paiera ? Sa réponse est sans ambages : la publicité. Le débat reste ouvert !

Durant ces 25 dernières années, Jeffrey Cole a été à la pointe des évolutions dans le domaine des technologies de communication et des médias tant aux Etats-Unis qu’a niveau international. Depuis juillet 2004, il a rejoint l’ « Annenberg School for Communication & Journalism » avec une double casquette : directeur du « Center for the Digital Future » récemment créé et enseignant-chercheur. Sous sa houlette, le centre étudie et propose des pistes de réflexion afin de combiner évolution des technologies de communication et bénéfices réels pour les populations.

Dans la vidéo réalisée dans le cadre du programme d’Ericsson intitulé « 2020 – Shaping Ideas« , Jeffrey Cole revient sur les impacts et les enjeux d’Internet en matière de création et de diffusion des contenus numériques (en anglais) :

George Yeo : « Les politiciens doivent changer pour plus d’humilité »

Par Corinne Muller, le jeudi 2 septembre 2010, classé dans Opinion,Vision 2020
George Yeo fut le premier ministre en exercice à ouvrir un blog dès 2006

George Yeo fut le premier ministre en exercice à ouvrir un blog dès 2006

 C’est grandement à cause de la technologie que l’Union Soviétique s’est écroulé. Ce commentaire surprenant émane du ministère des Affaires étrangères de Singapour, George Yeo. Il développe sa pnsée dans la vidéo ci-dessous. Durant ces deux dernières décennies, il a directement vécu en tant que ministre des événements aussi marquants que la fin de la Guerre Froide, l’émergence de l’Asie comme un acteur d’envergure et la dilution progressive du pouvoir politique. Des faits qui selon lui, doivent amener la nouvelle génération de politiciens à plus d’humilité et d’esprit d’ouverture.

En plus de ses fonctions politiques, George Yeo présente une particularité originale dans le monde politique singapourien. Il a été en effet le premier ministre en exercice à ouvrir et animer un blog dès 2006. Sans doute pour mettre en pratique et confronter sa vision prospective du responsabl politique du futur. Vous pouvez visiter son blog à l’adresse suivante : www.beyondsg.typepad.com/ .

Charles Leadbeater : « Du temps des pyramides à celui des nids d’oiseaux »

Par Corinne Muller, le mercredi 1 septembre 2010, classé dans Opinion,Stratégie,Vision 2020
Charles Leadbeater : "Le Web va continuer à modifier en profondeur les modèles d'organisation des entreprises"

Charles Leadbeater : "Le Web va continuer à modifier en profondeur les modèles d'organisation des entreprises"

 Les nouveaux temps réclament de nouveaux types d’organisation. Selon Charles Leadbeater, auteur de l’ouvrage intitulé « We Think », le Web a favorisé l’émergence d’entreprises qui s’écartent des modèles hiérarchiques traditionnels. Il a aussi permis aux consommateurs de prendre une part active dans les processus d’innovation. Ces organisations s’apparentent plus à des nids d’oiseaux qu’aux approches pyramidales du haut vers le bas.

Charles Leadbeater est un auteur britannique qui fut également journaliste et l’ancien conseiller du premier Ministre Tony Blair. Dans son ouvrage le plus récent, il explore le nouveau phénomène de la créativité de masse qu’incarnent parfaitement à ses yeux des sites comme YouTube, Wikipedia et MySpace. Pour en savoir plus, visiter le site dédié au livre (en anglais) et à l’auteur (en anglais également).

Ericsson Application Awards : les lauréats 2010 convaincus du rôle crucial des applications et de la connectivité

Le programme E-Store Developer d'Ericsson invite les développeurs d'applications mobiles à déposer leurs idées

Le programme E-Store Developer d'Ericsson invite les développeurs d'applications mobiles à déposer leurs idées

 Les applications mobiles et une société plus connectée sont les facteurs clés de la réussite à long terme du secteur des TICS. Tel est l’avis unanime que partagent certains des étudiants présents lors de la cérémonie officielle des Ericsson Application Awards qui s’est tenue durant le Nordic Mobile Developer Summit à Stockholm. Témoignages de la nouvelle génération !

D’après Robert Mullins, chercheur au Waterford Institute of Technology en Irlande, les applications font d’ores et déjà partie intégrante de notre vie de tous les jours. « Les applications sont aujourd’hui clairement en point de mire », affirme-t-il. « Des millions de téléchargements ont lieu tous les jours : c’est bien la preuve que les gens sont friands d’applications et qu’ils leur trouvent une réelle utilité. ». Robert Mullins et ses coéquipiers, Mark Williamson et Kieran Ryan, ont remporté le premier prix pour leur application Caller Profiler développée sur Android. Cette application permet de combiner des informations relatives à un abonné mobile avec son activité sur les réseaux sociaux, Facebook ou autre.

Les étudiants vainqueurs sont persuadés que le haut débit mobile et la 4G vont être le moteur d’une nouvelle dynamique pour l’industrie des applications. « Cela va jouer un rôle absolument crucial », estime Robert Mullins. « A l’heure actuelle, les applications mobiles en sont au stade où en étaient les applications PC il y a 20 ans, à savoir qu’elles fonctionnent en mode isolé, comme quand on avait Windows 3.0 qui tournait sur un PC. A l’avenir, les applications mobiles seront connectées entre elles dans le réseau et utiliseront des informations basées sur le réseau pour fonctionner de manière intelligente ». Lire la suite…

Ericsson Business Innovation Forum 2010 à Shanghai : c’est parti !

Par Benoît Chamontin, le lundi 17 mai 2010, classé dans Opinion,Réseaux fixes,Réseaux mobiles,Stratégie

Ericsson Business Innovation Forum 2010 - ShanghaiLa nouvelle édition du Ericsson Business Innovation Forum Ericsson s’est ouverte le 17 mai à Shanghai au cœur du pavillon suédois de l’Exposition Internationale qui se déroule actuellement. Cet événement rassemble plus de 120 journalistes et observateurs de l’industrie des télécoms issus de 30 pays du monde entier. C’est l’opportunité de faire le point sur les dernières tendances technologiques, notamment en Chine où la croissance du secteur télécoms ne se dément pas.

Douglas Gilstrap, directeur de la Stratégie du groupe Ericsson, a ouvert les débats en soulignant dans son discours d’ouverture que la compréhension actuelle de l’industrie des télécoms passe notamment par la compréhension de ce qui est en train de se passer en Chine en matière de téléphonie. La Chine représente aujourd’hui 770 millions d’abonnés à la téléphonie mobile et 380 millions d’internautes (dont deux tiers se connectent en mobilité). Chaque mois, 9 millions de nouveaux abonnés viennent grossir les rangs des adeptes de la téléphonie mobile. A cet égard, la Chine (avec les autres pays de la zone Asie-Pacifique) jouera un rôle clé dans l’atteinte des 50 milliards d’objets connectés en 2020.

Douglas Gilstrap a rappelé qu’Ericsson est implanté en Chine depuis 1892, date à laquelle où l’entreprise a établi sa première implantation dans le pays et a signé son premier contrat commercial. En 1992, Ericsson construisait sa toute première usine à Nianjin pour les technologies GSM, TD-SCDMA et WCDMA. Actuellement, l’établissement figure parmi les trois plus importantes unités de production d’Ericsson dans le monde.

Cette première session a également vu l’intervention remarquée du Dr Fan Gang, directeur du National Institute of Economic Research. Pour lui, le développement des télécoms en Chine constitue l’une des illustrations concrètes des formidables bouleversements macro-économiques que le pays connaît depuis plus de 20 ans. Sur un période relativement courte, il a notamment souligné que la Chine « est passée de l’apprentissage et du rattrapage à la capacité d’innover par elle-même. Au départ, il fallait satisfaire des besoins basiques et fournir des biens de grande consommation. Aujourd’hui, la Chine est dans l’arène de la compétition dans les secteurs de la haute technologie ».

Malgré la crise financière qui a fortement impacté de nombreuses économies dans le monde, le Dr Fan Gang estime que la Chine n’a pas été freinée dans son élan : « Pendant la crise, nous avons enregistré 22% de croissance dans le tourisme et 46% de croissance dans les ventes automobiles ». Pour les années à venir, le Dr Fan Gang estime que la croissance économique se poursuivra à un rythme de l’ordre de 7 à 8% par an pour les 20 prochaines années.

Ces perspectives ne doivent toutefois pas selon lui, occulter certains défis que la Chine doit relever si elle veut rester dynamique. Le Dr Fan Gang a notamment cité plusieurs domaines où des progrès doivent être accomplis comme l’éducation (l’illettrisme est encore important dans les campagnes), les inégalités salariales (notamment entre les villes et les campagnes), l’exode rural constant et l’urbanisation galopante ainsi que les problèmes environnementaux liés. Il a par ailleurs mentionné que la Chine ne réinvestit pas assez. Ses économies représentent aujourd’hui près de 52% du PNB du pays. Il a enfin mentionné que la Chine doit tirer des leçons des crises précédentes qui avaient affecté d’autres pays asiatiques dans les années 90 (comme le Japon et la Corée du Sud) pour éviter la formation de nouvelles bulles financières préjudiciables à la croissance actuelle.

Pour en savoir plus sur Ericsson Business Innovation Forum 2010, visitez le site suivante : www.ericsson.com/ericsson/press/events/2010/business_innovation_forum/index.shtml