Malaisie : U Mobile confie à Ericsson la transformation de ses systèmes de support fonctionnel

Par Benoît Chamontin, le jeudi 5 avril 2012, classé dans Opérateurs,Services

U Mobile – Malaisie

U Mobile Sdn Bhd, fournisseur de services télécoms malaisien, vient d’annoncer la signature d’un contrat d’une durée de cinq ans avec l’équipementier suédois Ericsson (NASDAQ: ERIC) afin d’assurer, d’une part, la transformation de ses systèmes de support fonctionnel (BSS) et, d’autre part, la fourniture d’un ensemble de services managés.

Selon les termes de ce contrat, la totalité de l’architecture BSS de U Mobile migrera vers un environnement convergeant en temps réel.

Le contrat de services managés, d’une durée de cinq ans, permettra à U Mobile de concentrer ses efforts sur le développement de nouveaux produits et, parallèlement, de disposer d’une visibilité accrue et donc d’une meilleure maîtrise de ses dépenses d’investissement et de fonctionnement. A l’issue de cette transformation, U Mobile deviendra le premier opérateur malaisien à proposer à ses abonnés une offre de support entièrement convergeante et, de surcroît, davantage de services innovants.

La solution convergeante, qui reposera sur le système de facturation d’Ericsson et sur sa solution BSCS iX, sera intégrée à l’infrastructure actuelle de U Mobile. Elle permettra à U Mobile de proposer toute une gamme de services uniques : promotions et notifications en temps réel, facturation groupée entre produits et services, contrôle des frais en temps réel pour les abonnements post-payés, personnalisation des abonnés et portefeuilles mobiles flexibles –autant d’éléments qui permettront à U Mobile de se différencier de la concurrence sur le marché malaisien. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour l’exercice 2011

Par Corinne Muller, le mercredi 25 janvier 2012, classé dans Stratégie

Ericsson estime que les fondamentaux de l’industrie continuent d’être solides pour un développement positif sur un plus long terme.

« En 2011, nous avons enregistré une forte croissance de nos ventes et une augmentation de notre résultat net. Le 4ème trimestre a été cependant marqué par un développement plus faible dans le domaine des Réseaux ainsi que par l’impact attendu du changement de business mix sur la marge brute, avec plus de projets de couverture et de modernisation de réseaux en Europe ainsi qu’une augmentation de la part des services dans notre activité » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Les ventes du groupe au 4ème trimestre ont été stables comparé à l’an dernier et en augmentation de 15% séquentiellement, ce qui est plus faible que la normale pour le 4ème trimestre. La croissance séquentielle est essentiellement tirée par le fort développement de 32% enregistré dans le domaine des Services. Les ventes dans le domaine des Réseaux ont cru faiblement, seulement de 2%, essentiellement en raison du ralentissement des dépenses des opérateurs en Amérique du Nord et en Russie après une période d’investissements importants pour accroître leur capacité – une tendance déjà présente au 3ème trimestre. De plus, nous avons observé au cours du trimestre une plus grande prudence des opérateurs, du fait des incertitudes économiques et de l’instabilité politique dans certains pays.

2011 a été une année de forte croissance au niveau des ventes, de l’ordre de 12%. A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change et aux couvertures de risque, les ventes ont cru de 19%. En dépit de la faiblesse des résultats enregistrés par nos co-entreprises, le résultat net a augmenté de 1,3 milliard à 12,6 milliards de couronnes suédoises (SEK), tiré par des ventes plus importantes et des charges de restructuration plus faibles. Le conseil d’administration propose pour 2010 un dividende de 2,50 SEK (2,25), en augmentation de 11%. Lire la suite…

Déchiffrer les nouveaux flux de données…

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

La connectivité mobile est en train de donner naissance à une chaîne de valeur mondiale fondée sur l’information. « Cette nouvelle donne a déjà commencé à transformer le paysage économique. » affirme Catherine Mulligan, chercheur et auteur.

La plate-forme mobile est en train de s’imposer comme l’élément central des contrats pour une grande partie de l’économie mondiale et pas seulement pour le secteur des télécommunications.

« Les téléphones mobiles fournissent une masse de données extraordinaire sur la vie de leurs propriétaires. Ces appareils, qui déversent des flux de données à une cadence considérable, atteignent une masse suffisante pour que l’industrie s’y intéresse », commente dans un entretien accordé à Ericsson Business Review Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence.

Pourquoi une nouvelle chaîne de valeur ? Lire la suite…

Retour sur le boom de l’internet mobile en France

Par Myriam Devred, le vendredi 4 mars 2011, classé dans 4G LTE,Haut Débit,HSPA,Réseaux mobiles,Stratégie
Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs.

Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs.

En avril 2010, le magazine The Economist publiait une vidéo qui, au delà des nombreux chiffres sur la convergence des réseaux, de la mobilité et des usages multimedia, mettait en évidence que le téléphone sera le premier outil de connexion à Internet dans le monde d’ici 2020.

Mais qu’en est-il présentement en France ? Retour sur la place du mobile et le boom de l’Internet mobile…

L’ARCEP vient tout juste de publier son Observatoire trimestriel des marchés des communications électroniques (services mobiles) en France pour le 4ème trimestre 2010 qui fait ressortir Celui-ci fait ressortir un taux de pénétration mobile qui frôlait les 100 % en France fin décembre 2010 avec un taux de 99.1% en France Métropolitaine, contre 95% il y a un an.

Peut-on néanmoins affirmer que le marché français de la téléphonie mobile est au bord de la saturation ?

Quand on compare avec les autres pays, même si le taux de pénétration mobile mondial est de 76%, on s’aperçoit que ce taux français reste en dessous de la plupart des pays européens. Le taux de pénétration mobile moyen est de 127 % en Europe, contre 98 % en Asie-Pacifique et 96 % aux Etats-Unis, selon Bank of America Merrill Lynch. En Allemagne par exemple le taux d’équipement mobile est de 131%, en Italie il est de 150%, et il atteignait même 109% dès 2004.

Ces taux de pénétration dépassant les 100% peuvent s’expliquer par plusieurs raisons, notamment par les doublons, lorsque les clients souscrivent une seconde ligne pour leur activité professionnelle par exemple ou comme en Italie, où le prépayé représentant la majorité des cartes SIM actives, le nombre d’individus possédant au moins 2 cartes SIM actives est très important. Une autre raison est l’essor du nombre de cartes SIM qui ne permettent pas de téléphoner mais qui sont dédiées à un usage spécifique (accès data ou internet et échange de données entre objets communicants).

Face à la maturité du marché en termes de pénétration mobile, l’internet mobile est un relais de croissance pour les opérateurs. Lire la suite…

Lucy Küng : « Médias et télécoms sont face à la menace Internet »

Lucy Küng : "On est aujourd'hui en pleine convergence annoncée il y a 25 ans entre médias, télécoms et technologies de l’information avec Internet au cœur du tableau

Lucy Küng : "On est aujourd'hui en pleine convergence annoncée il y a 25 ans entre médias, télécoms et technologies de l’information avec Internet au cœur du tableau

 Les industries des médias et des télécoms sont sorties perdantes de leurs premières batailles face à Internet. Elles assistent au déclin de leurs revenus et à la transformation de leurs actifs en passifs. C’est le constat que dresse Lucy Küng, experte en gestion des médias. Dans une interview donnée à Ericsson Business Review, elle n’entrevoit qu’une seule solution : ces deux industries, autrefois dominantes, doivent absolument faire preuve de créativité et tenter de se frayer ensemble un chemin vers l’avenir.

Lucy Küng est professeur en économie et gestion des médias à l’université de Jönköping, en Suède. Née à Londres, elle vit à Zürich en Suisse où elle est par ailleurs membre du conseil d’administration de la Swiss Broadcasting Corporate (SRG-SSR-Idée Suisse). Depuis plus de vingt ans, elle a acquis une connaissance approfondie des médias et de leurs enjeux. Son travail porte essentiellement sur l’étude du bouleversement qui se produit lorsqu’une nouvelle génération de plateformes technologiques (telles qu’Internet et l’iPad) menace de remplacer des modèles pourtant éprouvés comme la télévision par ondes hertziennes et les magazines papier.

Pouvez-vous nous dresser un tableau de la situation ? Quelle priorité définissez-vous pour les entreprises de médias et de télécoms ?

Lucy Küng : Le drame vient du fait que les entreprises des médias et des télécoms voient la situation comme à travers un miroir de façon confuse tout en assistant au début du déclin du modèle des médias de masse tel que nous l’avons toujours connu. Les nouvelles technologies en sont le principal déclencheur, même si des facteurs comme la déréglementation et la mondialisation jouent également un rôle. On est là en présence du processus de convergence annoncé il y a 25 ans : le rapprochement inexorable des médias, des télécoms et des technologies de l’information, avec Internet au cœur du tableau. Si l’on se place au plan de la chaîne de valeur industrielle, on voit l’apparition de nouvelles étapes, notamment pour ce qui touche aux dispositifs mobiles. Ceux-ci représentent une plateforme supplémentaire pour les différents organes médiatiques et donc un domaine porteur de croissance, mais impliquent également de traiter avec de nouveaux acteurs (Amazon, Apple et Google) qui n’obéissent pas aux schémas industriels traditionnels. Lire la suite…

Le défi de la technologie IP et de l’interconnexion voix

Par Olivier Cimelière, le vendredi 5 novembre 2010, classé dans IP,Multimédia,Opinion,Réseaux fixes,Réseaux mobiles
Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms est une étape de l’évolution vers une architecture « tout IP »

Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms est une étape de l’évolution vers une architecture « tout IP »

 Ces dix dernières années, les opérateurs télécoms ont fait basculer leurs réseaux centraux filaires et sans fil des technologies MRT (multiplexage par répartition dans le temps) et ATM (mode de transfert asynchrone) au transport IP. Une profonde évolution technologique qui n’est pas sans générer des problématiques techniques cruciales. Trois experts d’Ericsson se penchent sur le sujet. Résumé de l’article disponible en téléchargement.

Le passage à des réseaux « tout IP » implique une évolution de l’interconnexion entre les réseaux des opérateurs. Elle pourrait conduire à une nouvelle organisation de l’interconnexion faisant appel à un réseau de transport intermédiaire, construit soit sur une architecture de transit 100% IP, soit sur une architecture de plates-formes de services (hubs).

Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms constitue une autre étape naturelle de l’évolution vers une architecture « tout IP ». Cette transition se traduira par une meilleure exploitation de la bande passante, une qualité de son supérieure et des coûts réduits, et représentera une trajectoire de migration claire vers l’interconnexion multimédia intégrale. Lire la suite…

Jan Uddenfeldt : Rencontre avec une figure de l’innovation de la téléphonie mobile

Par Olivier Cimelière, le jeudi 21 octobre 2010, classé dans Innovation / R&D,Opinion,Réseaux mobiles,Stratégie
Jan Uddenfeldt Jan Uddenfeldt, ancien directeur technique d'Ericsson de 1998 à 2003, a travaillé dans l’industrie du sans fil pendant plus de 30 ans

Jan Uddenfeldt Jan Uddenfeldt, ancien directeur technique d'Ericsson de 1998 à 2003, a travaillé dans l’industrie du sans fil pendant plus de 30 ans

 Jan Uddenfeldt est un pionnier de l’industrie des télécoms. Aujourd’hui conseiller senior Technologie du PDG du Groupe Ericsson et responsable de Sony Ericsson Silicon Valley, il participe à une série d’entretiens vidéos intitulés « Figures de l’innovation » et diffusés sur Internet. Cette série a pour but de montrer le rôle sociétal que jouent les technologies innovantes dans l’amélioration de notre qualité de vie et de mettre en avant les gens qui y contribuent.

La première vidéo de la série lancée par l’Information Technology Industry Council (ITIC), dont Ericsson est membre, insiste sur le rôle que la R&D a joué dans l’évolution du téléphone mobile. Dans cette vidéo, Jan Uddenfeldt, conseiller senior Technologie du PDG du Groupe Ericsson et responsable de Sony Ericsson Silicon Valley, est d’avis que la convergence actuelle d’Internet et des communications mobiles va continuer à façonner et améliorer nos vies : « Cela va au-delà de l’aspect divertissement », explique Jan Uddenfeldt, « Il est avant tout question d’apporter de la valeur aux gens et à la société. LTE est synonyme de services comme la télémédecine ou la cybersécurité. »

Pour regarder l’entretien vidéo de Jan Uddenfeldt (en anglais) : Lire la suite…

Telenor opte pour la convergence fixe-mobile avec Ericsson

Par Olivier Cimelière, le vendredi 24 septembre 2010, classé dans Haut Débit,IP,Opérateurs,Réseaux fixes,Réseaux mobiles,Services
La solution convergente d'Ericsson permettra aux abonnés fixes de Telenor de disposer d'une palette plus large de services personnalisés, tels que chat, indicateur de présence et communications vidéo

La solution convergente d'Ericsson permettra aux abonnés fixes de Telenor de disposer d'une palette plus large de services personnalisés, tels que chat, indicateur de présence et communications vidéo

 Imaginez un service de communications qui vous suit automatiquement partout où vous allez. Imaginez qu’il vous permette de d’afficher le statut de vos amis et de vos contacts sur n’importe lequel de vos téléphones et terminaux, puis de communiquer avec eux (voix, vidéo ou chat). Ce service sera bientôt une réalité pour les abonnés norvégiens de Telenor qui le souhaiteront grâce à la nouvelle solution IMS d’Ericsson, Multimedia Telephony (MMTel).

Telenor, principal fournisseur norvégien de services de télécommunications fixes et mobiles, vient de signer un contrat avec Ericsson pour fournir la nouvelle solution MMTel (MultiMedia Telephony) pour le réseau fixe de Telenor et intervenir comme intégrateur principal sur le projet.

Ericsson aura également pour tâche de regrouper toutes les données concernant les abonnés des services fixes et mobiles dans une base de données utilisateurs centralisée et dotée d’une architecture en couches (DLA). Cela permettra à Telenor d’intégrer son offre de services fixes et mobiles, tout en fournissant une solution flexible, adaptable aux besoins spécifiques des ménages et des entreprises. Lire la suite…

Media Delivery Network : la nouvelle solution de vidéo sur IP d’Ericsson

Par Olivier Cimelière, le lundi 20 septembre 2010, classé dans Industries non télécoms,IP,Multimédia,Télévision
La vidéo sur IP devrait représenter plus de 90 % du trafic réseau d'ici à quelques années

La vidéo sur IP devrait représenter plus de 90 % du trafic réseau d'ici à quelques années

 Résultat de l’essor rapide que connaît la vidéo en ligne auprès des consommateurs, la vidéo sur IP devrait selon les prévisions représenter plus de 90 % du trafic réseau d’ici à quelques années. A ce jour, le chiffre varie déjà entre 35 et 60 % selon les pays. Afin d’aider les diffuseurs et les opérateurs à fournir des services TV adaptés à la demande et à optimiser le potentiel de leurs réseaux, Ericsson propose aujourd’hui la solution Media Delivery Network (MDN), une solution complète de diffusion vidéo sur IP.

Media Delivery Network est une nouvelle solution proposée par Ericsson pour la diffusion de contenu vidéo sur IP. Cette solution répond à la demande des utilisateurs tout en réduisant les coûts liés à l’augmentation du trafic pour les opérateurs. Associant également un réseau de distribution de contenu avec le large portefeuille de solutions TV d’Ericsson, cette solution orientée médias permettra également aux opérateurs et aux diffuseurs de tirer de nouveaux revenus de cette croissance du trafic vidéo, sans augmenter les coûts de réseau.

Avec la demande de plus en plus forte du consommateur pour une expérience TV de haute qualité et à la demande, de même, la quantité de trafic vidéo OTT (over-the-top) transportée sur les réseaux des opérateurs ne cesse de s’accroître au fil des années. Lire la suite…

Indonésie : Ericsson donne un avant-goût du haut débit mobile de demain par faisceaux hertziens

Par Olivier Cimelière, le jeudi 16 septembre 2010, classé dans 4G LTE,Haut Débit,IP,Opérateurs,Réseaux mobiles
Ericsson a fait la démonstration d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur 2 canaux à 56 MHz avec sa solution MINI-LINK

Ericsson a fait la démonstration d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur 2 canaux à 56 MHz avec sa solution MINI-LINK

A l’heure de la convergence et du haut débit mobiles, les opérateurs sont confrontés à un défi majeur : celui de délivrer la capacité nécessaire pour faire face à l’adoption massive de services « gourmands » tels que l’Internet haut débit, la vidéo à la demande et les services de peer-to-peer, notamment les jeux en ligne. Démonstration à l’appui, plus de 700 employés de l’opérateur indonésien XL Axiata ont vu la réponse à ce défi avec la solution par faisceaux hertziens MINI-LINK développée par Ericsson.

Ericsson a fait la démonstration en août dernier dans les locaux de XL Axiata à Jakarta d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur deux canaux à 56 MHz avec sa solution de backhaul mobile MINI-LINK, une solution prête pour LTE/4G. La capacité qu’offre cette solution de combiner plusieurs flux de trafic Ethernet dans une seule connexion logique permettra d’atteindre des capacités encore plus grandes par le simple ajout de canaux dans le système.

Le message qu’Ericsson voulait faire passer à travers cette démonstration, était simple : les opérateurs doivent se préparer dès aujourd’hui à répondre aux besoins en capacité de demain. Pour cela, il leur faut notamment introduire dans leurs réseaux une technologie de faisceaux hertziens à très haute capacité pour le transport de paquets. Lire la suite…