Les TIC au secours du système éducatif ?

Par Corinne Muller, le jeudi 5 décembre 2013, classé dans Technology for Good

Il existe un potentiel considérable d’amélioration du système éducatif par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.

A l’heure où les français s’inquiètent du recul de leur pays dans le classement mondial établi par l’OCDE sur l’éducation, les technologies de l’information et de la communication (TIC) présentent-elles des solutions pour améliorer le système éducatif ? Un nouveau rapport vient d’être publié qui crédite cette thèse.

Les résultats de l’étude ont montré que les ateliers pédagogiques et de perfectionnement professionnel mis en place ont joué un rôle essentiel d’accompagnement des enseignants dans l’utilisation des TIC dans le cadre de leurs cours. Aux dires des enseignants, mais également d’après les constatations établies, l’utilisation des TIC a conduit à une amélioration tangible de leurs compétences pédagogiques et de leur confort d’enseignement. Si, au début de l’étude, seuls 21 % des enseignants se considéraient comme des utilisateurs « avancés » des TIC, ils étaient 45 % à s’estimer comme tels au bout d’une année. Parallèlement à cela, une augmentation de 18 % dans l’utilisation des TIC au sein de la classe a été signalée sur la durée du projet. Lire la suite…

Ericsson au Broadband World Forum 2012 : l’innovation dans les réseaux pour faire face au phénomène « Big Data »

Ericsson était présent au Broadband World Forum 2012, l’événement majeur de l’année dédié au haut débit.

Avec les nombreux lancements de téléphones intelligents, nouvelles tablettes et produits connectés, l’industrie des technologies de l’information et de communication (TIC) entre dans l’ère Big Data, ère de consommation forte de données à travers les réseaux. Lors de son discours d’ouverture au Broadband World Forum 2012 (BBWF), Ulf Ewaldsson, CTO d’Ericsson, a souligné l’importance de l’innovation dans les technologies réseaux pour réaliser un monde « tout communicant ».

« En Suède, le temps passé sur Internet chaque semaine est passé de 8 heures en 2008 à 19 heures en 2012 *, et la tendance est similaire dans d’autres pays. Nous savons que les utilisateurs apprécient la mobilité et la qualité d’accès au réseau. Durant la même période, la charge réseau a cru de manière importante » a déclaré Ulf Ewaldsson.

 « Les innovations constantes dans le secteur soutiennent le changement d’usage observé. On est donc passé de réseaux mobiles sur lesquels transitaient essentiellement de la voix à une demande de plus en plus importante en matière de données . Il y a une boucle entre la demande des consommateurs et la capacité du réseau. Ericsson met donc l’accent sur l ‘amélioration de la qualité de l’expérience utilisateur et l’innovation dans les réseaux », a-t-il poursuivi.

 Ericsson a ainsi identifié des domaines technologiques clés pour le futur des réseaux :

  • Les réseaux hétérogènes pour augmenter la couverture, la bande passante ainsi que les capacité de signalisation des réseaux mobiles et supporter les forts volumes de traffic et de données.
  • IP de 4ème génération, virtualisation et SDN ( Software Defined Networking) pour bâtir un réseau intelligent, évolutif, simple et capable de fournir des performances supérieures.
  • OSS / BSS et  l’analyse en temps réel pour fournir les informations sur le réseau et les habitudes des utilisateurs ce qui permet à l’opérateur de s’adapter en tenant compte des nouveaux usages. 

Deux nouveaux produits ont également été présenté à l’occasion du Broadband World Forum 2012 : une solution de Wi-Fi optimisée pour les stades et une nouvelle passerelle réseau haut débit pour les foyers connectés.

Lire la suite…

Triple récompense pour Ericsson et son film « The Networked Society »

Par Corinne Muller, le jeudi 16 août 2012, classé dans Récompenses et Prix,Société en réseau

Le film « The Networked Society » d’Ericsson mis à l’honneur

Ericsson a reçu trois prestigieux trophées « Brand Awards » il y a quelques mois. Le 12 avril, c’était le trophée EFFIE/THE BEST BRAND, dans la catégorie Entreprises, pour son projet de déclinaison de la marque Ericsson en Russie. Quelques jours plus tard, le 17 avril, The Networked Society, film publicitaire international d’Ericsson créé en 2011, s’est vu couronné de succès avec deux médailles d’or obtenues lors du New York Festivals, catégorie Meilleurs films et émissions de télévision dans le monde.

Créée il y a 135 ans, Ericsson vient de fêter ses 130 ans d’activité en Russie. En 2011, ce pays étant l’un des cinq marchés clés d’Ericsson, le projet de déclinaison de la marque était donc une évolution logique.

Créés en 1968 par la « New York Chapter of the American Marketing Association » dans le but de récompenser les efforts de promotion les plus efficaces aux USA, les trophées EFFIE ont connu une expansion internationale. En Russie, les trophées EFFIE/THE BEST BRAND sont les seules récompenses nationales en termes de stratégie de marque. Lors de l’édition 2011, qui s’est tenue à Moscou le 12 avril 2012, Ericsson a reçu le premier prix de la catégorie Entreprises pour la manière dont sa marque a été déclinée en Russie l’année précédente. Il s’agissait du développement de stratégies localisées de communication et d’une plate-forme pour les exécuter.

Cette année, plus de 72 participants ont concouru dans 25 catégories et Ericsson a été la seule entreprise du secteur des TIC à décrocher un EFFIE d’or. Lire la suite…

Développement durable et responsabilité sociétale : Ericsson publie son rapport 2011

Par Corinne Muller, le mercredi 23 mai 2012, classé dans Responsabilité sociétale
Technology for good - 2011 Sustainability and Corporate Responsibility report - Ericsson

Nous travaillons avec diverses parties prenantes pour faire de Technology for Good une réalité!

Ericsson vient de publier son rapport annuel sur le développement durable et la responsabilité sociétale, intitulé Technology for Good. Ce rapport confirme la conviction d’Ericsson : les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent stimuler le développement économique et permettre d’avancer sur la voie d’une économie pauvre en carbone.

« Nous fondons notre approche du développement durable et de la responsabilité sociétale sur le triple bilan du développement social, économique et environnemental. Nous plaçons sans cesse la barre plus haut pour ce qui est de nos objectifs de développement durable et nous nous attachons à approfondir notre compréhension des principales préoccupations des parties prenantes. Cette démarche est primordiale pour notre réussite », commente Hans Vestberg, PDG d’Ericsson.

Parmi les principaux éléments cités dans le rapport :

Solutions économes en énergie

Les TIC peuvent faciliter la transition vers une économie pauvre en carbone grâce à une plus grande efficacité environnementale. Responsable d’environ 2 % des émissions mondiales de CO², le secteur des TIC pourrait potentiellement réduire une part importante des 98 % d’émissions imputables aux autres secteurs. Selon les études effectuées par Ericsson, l’augmentation de la consommation globale d’énergie due aux TIC devrait être modérée, grâce aux gains d’efficacité environnementale des réseaux jusqu’en 2020. Des efforts ont été déployés dans cette direction, notamment :

  • En ce qui concerne la 3G/4G, Ericsson a augmenté de 85 % l’efficacité environnementale des stations de base au cours des dix dernières années, tout en continuant à répondre aux besoins en haut débit de la société en réseau sans augmenter la consommation d’énergie par abonné.
  • La solution « Psi » – Coverage d’Ericsson permet d’assurer la couverture en haut débit mobile (3G) avec 45 % d’économies d’énergie par rapport aux solutions traditionnelles, grâce à l’emploi d’une seule radio standard. Lire la suite…

La région Sud innove sur la 4G et les services M2M avec Com4Inno

Par Myriam Devred, le jeudi 19 avril 2012, classé dans 4G LTE,Innovation / R&D

Réseaux et services du futur

La Région Provence Alpes Côte d’Azur verra la mise en place dès le second semestre 2012 de Com4Inno, une plate-forme mutualisée de développement et de test en environnement 4G et M2M destinée aux industriels et chercheurs.

Proposée à travers l’Association Plate-forme Télécom, Com4Innov est le résultat d’une initiative industrielle labellisée et portée par le Pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées (S.C.S.). Elle s’adresse notamment aux TPE/PME qui souhaitent développer ou valider leurs technologies, applications ou services Wireless. Ils pourront bénéficier des infrastructures de télécommunication sans fil les plus récentes, d’outils de développement, de contrôle d’expérimentations et de mesures, et de la compétence d’experts.

Cette plate-forme se focalise sur les réseaux et services mobiles du futur, les applications, composants et réseaux M2M (Machine à Machine) et les objets « communicants ». Elle intègre différentes technologies comme le haut débit mobile (4G/LTE), les infrastructures applicatives (IMS), des passerelles d’optimisation, des terminaux mobiles, des réseaux, passerelles et capteurs sans fil de faible portée, un Cloud de fédération et de gestion d’applications et d’objets communicants M2M. Lire la suite…

Mobile World Congress 2012 : Ericsson annonce de nouveaux produits et partenariats, ainsi que des gains de parts de marché

Par Corinne Muller, le mercredi 29 février 2012, classé dans Événements

Hans Vestberg est revenu sur l’année 2011 au cours de laquelle le succès du haut débit mobile a permis une forte croissance du marché.

Dans sa conférence de presse à l’ouverture du Mobile World Congress, Ericsson a annoncé des contrats et des lancements de produits qui permettront l’évolution rapide des communications en temps réel.

« Notre leadership dans le haut débit mobile, les services managés et les solutions de support (OSS/BSS) nous donne une capacité sans précédent pour accompagner nos clients vers le succès dans la monétisation des opportunités offertes par la société en réseau », affirme Hans Vestberg, PDG d’Ericsson.

Hans Vestberg est revenu sur l’année 2011 au cours de laquelle le succès du haut débit mobile a permis une forte croissance du marché, bien que les dépenses des opérateurs aient ralenti au 4e trimestre. Le solide portefeuille de stations de base RBS6000 a permis à Ericsson de gagner des parts de marché. « Les premières données sur le marché dont nous disposons en interne indiquent que notre part de marché dans le domaine des équipements pour réseau mobile a progressé de 32 % à 38 % en 2011 ».

La convergence de la mobilité, du haut débit et du cloud computing a progressé à tel point que d’autres secteurs commencent à mettre en œuvre des stratégies pour combiner ces forces et créer de nouveaux ecosystèmes. Le m-commerce en est un exemple. Hans Vestberg a évoqué un contrat qui fait de MTN le premier opérateur à déployer la plate-forme Ericsson Converged Wallet. Il s’agit d’un nouveau service, complémentaire du système intégré de rechargement prépayé, et d’une solution de services financiers pour les clients de MTN en Afrique et au Moyen-Orient. Lire la suite…

Préparer le futur des communications : une question de contexte

Par Myriam Devred, le mardi 14 février 2012, classé dans Opérateurs

La grande difficulté est de trouver le bon rythme de changement pour maintenir et maximiser les secteurs d’activités rentables tout en transformant les autres.

Dans l’univers en pleine expansion des services de communications, la sensibilité au contexte va devenir de plus en plus importante. Les offres des opérateurs et les solutions de communications futures devront pouvoir s’adapter à des contextes variés. Il s’agira de fournir des plates-formes pour des solutions de communications, et non plus simplement des services de communications séparés.

Internet a entraîné diverses évolutions dans la société et le développement des technologies, notamment dans la manière dont nous communiquons. Ces changements sont un défi pour les opérateurs de télécoms, avec le relâchement du lien avec les clients et la baisse des revenus de l’activité de téléphonie.

Pour l’avenir, ils auront besoin de solutions issues des services d’aujourd’hui mais mieux adaptées aux besoins des clients, qu’il s’agisse d’une couverture mondiale pour un service de masse interopérable ou d’adaptations sur mesure pour résoudre un problème d’activité particulier dans un contexte spécifique. La stratégie doit donc s’appuyer sur la compréhension des implications de ces évolutions et de leur impact sur les objectifs de marque, de résultats financiers, de compétences et de technologie des opérateurs de télécoms.

Le fait qu’une personne puisse contrôler la manière dont il est représenté dans différents sc

énarios de communications représente un déplacement de l’équilibre du pouvoir. Chacun peut décider quel service il veut utiliser pour communiquer, dans quel contexte, sur quelle plate-forme, en empruntant à chaque fois une personnalité numérique différente.

Ces tendances sont particulièrement évidentes dans le comportement des jeunes. Dans leur vie privée comme au travail, ceux-ci veulent une communication illimitée, flexible et dotée de multiples fonctions. Les liens entre personnalités se tissent largement sur le Web aujourd’hui. Les solutions de communications futures devront interagir de façon sécurisée et transparente avec de multiples représentations d’une personne ou d’une fonction d’entreprise.

Ce déplacement des centres de pouvoir vers l’individu utilisateur a pour conséquences, entre autres, que la logique des applications de communication (comment trouver un personnage numérique donné et se connecter à celui-ci) n’est pas automatiquement liée à une représentation de la personne physique, par exemple à un numéro de téléphone ou une adresse électronique.

La communication orientée vers les processus ajoutera de nouveaux critères de communication aux services des TIC actuelles. Les meilleures opportunités pour les entreprises de télécoms prendront probablement deux formes : celle de l’intégrateur de services et celle du fournisseur de composantes de service. Simplicité, rapidité et performances seront les aspects centraux de leur proposition de valeur.

La grande difficulté est de trouver le bon rythme de changement pour maintenir et maximiser les secteurs d’activités rentables tout en transformant les autres. Ce rythme sera différent pour chaque opérateur, en fonction des conditions. C’est une décision à laquelle il convient de réfléchir soigneusement, mais sans tarder.

zp8497586rq

10 tendances de consommation des nouvelles technologies en 2012

Par Myriam Devred, le mardi 17 janvier 2012, classé dans Société en réseau

Le ConsumerLab d'Ericsson a publié les 10 principales tendances de consommation des nouvelles technologies pour 2012

L’observatoire ConsumerLab d’Ericsson a dressé une liste des 10 tendances de consommation en matière de nouvelles technologies pour 2012. On remarque notamment que pour les consommateurs, la connexion Internet est devenue aussi indispensable que l’électricité, mais aussi que les médias sociaux ont radicalement changé la communication d’informations et que tout le monde peut être fournisseur de services.

Voici les 10 principales tendances de consommation :

1. La connectivité est reine.

La connexion à Internet est devenue aussi indispensable que l’air que nous respirons. Les consommateurs affirment que s’ils devaient réduire leurs dépenses la dernière chose qu’ils arrêteraient serait leur connexion à Internet.

Concernant les consommateurs Français, les trois quarts d’entre eux ont désormais accès à internet à leur domicile (+ 4 points en un an) selon la dernière enquête de l’ARCEP et du CGIET. De plus, Internet est largement utilisé et ancré dans les habitudes des Français et il est devenu un média incontournable. Selon une étude du Crédoc, plus de la moitié des Français se connectent à internet tous les jours et passent en moyenne quinze heures par semaine sur internet contre dix-sept heures pour la télévision. Lire la suite…

Sony s’apprête à racheter la part d’Ericsson dans Sony Ericsson

Par Benoît Chamontin, le vendredi 28 octobre 2011, classé dans Réseaux mobiles
Sir Howard Stringer of Sony and Hans Vestberg of Ericsson. Photo by Brian Lloyd Duckett.

Sir Howard Stringer of Sony and Hans Vestberg of Ericsson. Photo by Brian Lloyd Duckett

Ericsson et Sony Corporation (« Sony ») annoncent que Sony s’apprête à racheter les 50 % de parts détenues par Ericsson dans Sony Ericsson Mobile Communications AB (« Sony Ericsson »), faisant ainsi de l’activité téléphonie mobile une filiale à 100 % de Sony.

Cette transaction permettra à Sony d’intégrer rapidement les smartphones dans sa large gamme d’appareils électroniques grands publics connectés à Internet, tels que tablettes, téléviseurs et ordinateurs personnels, avec des conséquentes positives tant pour le consommateur que pour la croissance de l’entreprise. La transaction octroie également à Sony un contrat de concession réciproque de licences de propriété intellectuelle couvrant tous les produits et services Sony, ainsi que la propriété de cinq familles de brevets essentiels concernant la technologie des appareils portables sans fil. Lire la suite…

Japon : Ericsson soutient les opérateurs à la suite du séisme et du tsunami

Ericsson continuera à soutenir les efforts de ses clients japonais pour remettre en état les réseaux de télécommunications.

Ericsson continuera à soutenir les efforts de ses clients japonais pour remettre en état les réseaux de télécommunications (Crédit Photo : Torleif Robertsson)

Ericsson apporte son aide à ses clients japonais pour réparer des réseaux endommagés par le séisme et le tsunami qui ont frappé le pays le 11 mars. Un hélicoptère a ainsi été affrété et 150 téléphones satellitaires ont été envoyés dans la région de Tohoku, dans le nord du pays.

Les infrastructures de transport et de communication ont été sérieusement endommagées lors de cette double catastrophe. Les interventions sur les réseaux mobiles sont multiples : remise en état des stations radio de base et des équipements techniques associés, rétablissement de l’électricité, réparation des tours endommagées et remplacement des fondations en béton. De plus, les dégâts routiers sont parfois tels que certaines régions ne sont plus accessibles que par les airs.

Pour aider les opérateurs japonais, un hélicoptère a été affrété par Ericsson. Doté d’un équipage ayant l’expérience des zones sinistrées, il a transporté des collaborateurs d’Ericsson et le matériel nécessaire pour aider aux opérations de maintenance, de reconstruction et de réparation auxquelles sont confrontés les clients japonais d’Ericsson.

Outre l’hélicoptère, Ericsson fournit à son client Softbank Mobile Corp 150 téléphones satellitaires servant à coordonner les travaux de réparation dans les zones où les infrastructures de télécommunications mobiles n’ont pas encore été remises en état. Deux volontaires Ericsson ont été envoyés dans la région pour aider Softbank Mobile Corp à mettre les téléphones satellitaires en service.

Fredrik Alatalo, Président d’Ericsson Japon, explique qu’Ericsson continuera à soutenir les efforts de ses clients japonais pour remettre en état les réseaux de télécommunications.

« Nous sommes en contact étroit avec nos clients depuis ces terribles événements, déclare-t-il. Dès le début nous avons offert notre aide à notre client, mobilisant pour cela toutes nos équipes japonaises. Nos efforts actuels, notamment l’affrètement de l’hélicoptère et l’envoi de téléphones satellitaires, s’inscrivent dans cette démarche. Nous allons continuer à travailler en liaison étroite avec nos clients pour les aider par tous les moyens possibles. »

Fredrik Alatalo, Président d’Ericsson Japon

Les réseaux de la région de Tohoku, où le tsunami a été le plus dévastateur, restent les plus touchés. Après la surcharge de trafic dans les heures qui ont suivi la catastrophe, les réseaux de la région de Tokyo ont retrouvé aujourd’hui des niveaux de fonctionnement normaux, de même que ceux de la région au sud de Tokyo.