15% en moins de gaz à effet de serre grâce aux télécommunications, c’est possible !

Il est possible de réduire de 15 % les émissions totales des GES grâce aux TICS

Il est possible de réduire de 15 % les émissions totales des GES grâce aux TICS

 Un rapport de la GeSI (Global e-Sustainability Initiative) vient de publier des propositions nouvelles en matière de mesures de la réduction des gaz à effet de serre (GES) grâce à l’utilisation des TICS. Cette méthodologie repose en grande partie sur les outils déjà utilisés par Ericsson. A la lumière de ce rapport, il s’avère qu’il est possible de réduire de 15 % les émissions totales des GES dans le monde.

A la veille de la reprise des négociations sur le climat dans le cadre de la Conférence des Parties (COP16) qui doit se tenir à Cancun (Mexique) au mois de décembre prochain, c’est un important pas qui a été accompli récemment avec la publication du nouveau rapport de la GeSI intitulé “Evaluating Carbon-reducing impacts of ICT”. En disposant désormais d’un outil pratique pour identifier et mesurer réellement les avantages qui découlent de la mise en œuvre de nouvelles solutions TICS, il est désormais possible de tendre vers l’objectif de réduction de 15 % (voire plus) des émissions totales de GES que laissait déjà entrevoir le rapport SMART 2020 diffusé il y a deux ans.

L’outil sur lequel les différents acteurs se sont mis d’accord a été préparé par le cabinet de conseil BCG (Boston Consulting Group) pour le compte de la GeSI (Global e-Sustainability Initiative), partenariat stratégique international axé sur le développement durable qui regroupe un certain nombre d’entreprises et d’associations professionnelles du secteur des TICS et divers autres acteurs. Il repose pour partie sur la méthodologie proposée par Ericsson et sur le Livre blanc « Measuring Emissions Right » que l’équipementier suédois a publié en décembre 2009. Lire la suite…

Patricia Mokhtarian : « La technologie n’empêchera pas les gens de vouloir se serrer la main »

Par Olivier Cimelière, le mercredi 22 septembre 2010, classé dans Développement Durable,Multimédia,Opinion,Vision 2020
Patricia Mokhtarian : "La technologie ne réduira pas forcément tous les voyages"

Patricia Mokhtarian : "La technologie ne réduira pas forcément tous les voyages"

 On peut effectivement penser que beaucoup de nos déplacements, notamment les voyages d’affaires, seront de plus en plus remplacés par des communications via les téléphones mobiles, les visioconférences et les transactions électroniques. Professeur en ingéniérie civile et environnementale à l’Université de Californie, Patricia Mokhtarian estime qu’au contraire, la technologie nous fera encore plus voyager. Elle prédit même que la planète comptera encore plus de voitures en 2020 qu’aujourd’hui.

Elle explique notamment son approche iconoclaste par le fait qu’Internet ouvre par exemple des horizons insoupçonnés pour chacun d’entre nous. Accéder aux contenus que contient la Toile déclenche une véritable envie d’aller explorer ensuite de visu ce que l’on a vu et lu sur son écran. La technologie réduira des voyages d’un côté mais n’empêchera pas les gens d’aller vouloir serrer la main de l’autre en vrai !

Pour tout savoir sur la biographie universitaire de Patricia Mokhtarian, visiter le site suivant (en anglais) : www.its.ucdavis.edu/telecom/mokh.html . Regardez sa vidéo : Lire la suite…

Travaillez tout en réduisant votre CO2 grâce à l’application « 21st Century Office »

L’application "21st Century Office" invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d'émissions de CO2

L’application "21st Century Office" invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d'émissions de CO2

 L’utilisation du haut débit mobile au travail est souvent synonyme d’économies de temps et d’argent, mais aussi de réduction des émissions de CO2. Grâce au projet d’application ‘21st Century Office’, il est désormais possible pour tous les employés de mesurer ces gains à leur niveau individuel mais également d’émettre des idées, des commentaires ou encore de noter les idées émises par les autres. Ericsson et Sony Ericsson se sont associés à cette démarche environnementale originale.

L’application « 21st Century Office » invite les employés des entreprises à réduire leur niveau individuel d’émissions de CO2 en les invitant à transformer plus en profondeur leurs méthodes de travail par l’utilisation des TICS. L’application ‘21st Century Office’ est téléchargeable sur les systèmes d’exploitation Android ainsi que sur les iPhones. Elle peut être aussi utilisée sur ordinateur pour mesurer l’impact environnemental des méthodes de travail.

A l’origine de cette application : Dennis Pamlin, conseiller et expert en politique environnementale, spécialisé notamment dans le domaine des TICS. Lire la suite…

Will Steffen : « Notre monde se transformera ou s’écroulera »

Will Steffen : "L'humanité a les solutions pour se transformer mais elle n'aura pas de deuxième chance en revanche"

Will Steffen : "L'humanité a les solutions pour se transformer mais elle n'aura pas de deuxième chance en revanche"

 Selon Will Steffen, l’humanité a atteint un tournant critique de son histoire. Les dix prochaines années seront à cet égard particulièrement décisives. Soit le monde parvient à se transformer en un monde durable, soit il connaîtra le sort des civilisations mayas ou romaines et s’écroulera. Le directeur de la « Fenner School of Environment & Society » demeure résolument optimiste.

Au cours de ses travaux de recherche universitaire, le professeur américain Will Steffen s’est forgé une connaisssance précise des challenges que doit relever l’espèce humaine au cours du 21ème siècle. Malgré l’énormité et la complexité des enjeux, il ne cède pas au pessimisme. Pour lui, les êtres humains ont les capacités pour résoudre des problèmes aussi cruciaux que le changement climatique par exemple. L’humanité a toujours été constituée de cycles de croissance, de maturité et de déclin. Néanmoins, nous n’avons cette fois pas de seconde chance.

Retour sur la 2ème place d’Ericsson dans le classement Cool IT de Greenpeace

Par Olivier Cimelière, le mercredi 26 mai 2010, classé dans Développement Durable,Opinion
Ericsson décroche la 2ème place du classement Cool IT 2010 de Greenpeace

Ericsson décroche la 2ème place du classement Cool IT 2010 de Greenpeace

 Greenpeace publie tous les ans une évaluation environnementale appelée Cool IT Leaderboard. Les entreprises du secteur des TICS sont passées au crible sur leur impact sur l’environnement et leurs actions entreprises pour le minimiser. Dans son dernier tableau de bord de 2010, Greenpeace place Ericsson en deuxième position. Elaine Weidman-Grunewald, vice-présidente d’Ericsson en charge du développement durable et de la responsabilité d’entreprise, commente cet excellent résultat.

Greenpeace se base sur trois critères pour évaluer les entreprises IT et télécoms : leurs efforts pour proposer à tous les secteurs d’activité des solutions technologiques favorisant la réduction des gaz à effet de serre dans le monde entier ; leurs initiatives pour réduire leur propre empreinte carbone ; leur lobbying politique et leur soutien aux politiques climatiques et énergétiques fondées sur des données scientifiques.

Dans un communiqué de presse, Greenpeace a justifié le bon classement d’Ericsson grâce au « sérieux de ses études de cas réels qui mesurent l’impact de ses solutions sur la réduction des émissions ». Une référence directe à la méthodologie d’Ericsson baptisée « Life Cycle Assessment » (voir vidéo ci-dessous) qui est en place depuis 1994 et qui permet au suédois de figurer en deuxième position du Cool IT Leaderboard.

Pour Elaine Weidman-Grunewald, vice-présidente d’Ericsson en charge du développement durable et de la responsabilité d’entreprise, ce classement montre qu’Ericsson peut être un acteur majeur dans ce domaine en aidant les entreprises IT à atteindre leurs objectifs environnementaux Lire la suite…

Ericsson rejoint le consortium Earth avec une quinzaine d’acteurs télécoms

Ericsson fait partie des 15 acteurs majeurs des équipements, infrastructures et composants des télécommunications regroupés dans le consortium Earth

Ericsson fait partie des 15 acteurs majeurs des équipements, infrastructures et composants des télécommunications regroupés dans le consortium Earth

 Un groupe de 15 acteurs majeurs des équipements, infrastructures et composants des télécommunications dont Ericsson fait partie, a récemment annoncé son adhésion au consortium Earth  (Energy  Aware  Radio  and neTwork tecHnologies). Objectif de ce dernier : réduire de 50% la consommation énergétique des réseaux sans fil de 4ème génération qui vont se déployer d’ici les deux ans et demi à venir.

Pour parvenir à cet ambitieux objectif de réduction de la consommation énergétique des réseaux 4G, le consortium industriel Earth va s’appuyer sur les expertises complémentaires de ses membres. A ce jour, Earth accueille les entreprises et les institutions suivantes :  Alcatel-Lucent,  Ericsson,  NXP  Semiconductors France, DOCOMO Communications Laboratories Europe GmbH, Telecom Italia S.p.A., le CEA d’Orsay (France), l’Université du Surrey (Royaume-Uni),  l’Université de Technologie de Dresde (Allemagne),  imec,  IST- Université Technique de Lisbonne (Portugal), l’Université d’Oulu (Finlande), l’Université de Technologie et de Sciences Economiques de Budapest (Hongrie), TTI et ETSI. 

L’approche d’Earth en matière d’efficacité énergétique privilégiera une approche globale des réseaux mobiles plutôt que focaliser séparément sur les éléments constitutifs du réseau. L’idée est au final d’obtenir les économies d’énergie les plus importantes possible dans l’exploitation des réseaux de nouvelle génération. 

L’initiative Earth s’inscrit dans le cadre du programme de travail de l’Union Européenne sur les Technologies de l’Information et de la Communication (TICS) intitulé « Réseau du Futur » dont le but est de favoriser la réalisation de la nouvelle génération de technologies Internet, de réseaux et d’infrastructures télécoms. Subventionné par des fonds de l’Union Européenne, ce projet joue un rôle crucial et fédérateur pour que les recherches européennes en matière de TICS permettent de contribuer également à la croissance économique, la compétitivité et l’emploi au sein de l’UE.  Lire la suite…

Ericsson reçoit le prix "Green Pioneer" en Corée du Sud

Ericsson entend réduire son empreinte carbone de 40 % supplémentaires dans les 5 ans à venir

Ericsson entend réduire son empreinte carbone de 40 % supplémentaires dans les 5 ans à venir

 Ericsson s’est vu décerner en décembre dernier le prix « Green Pioneer », à l’occasion de la journée de la coopération industrielle entre la Corée et l’Union Européenne organisée par la Chambre de commerce de l’UE en Corée (EUCCK).

Cette distinction est une reconnaissance des initiatives d’Ericsson en faveur de l’environnement, de ses technologies vertes et de ses efforts de coopération pour développer en Corée un écosystème vert basé sur les télécommunications 4G.

« Les entreprises européennes présentes en Corée du Sud ont commencé à s’engager dans des projets environnementaux avec des partenaires coréens. Nous espérons que d’autres suivront l’exemple d’Ericsson et deviendront des partenaires « Green Pioneer » de la Corée », commente Jean Marie Hurtiger, président d’EUCCK.

En juillet 2009, Ericsson et le gouvernement sud-coréen se sont mis d’accord sur une coopération visant à développer en Corée du Sud un écosystème vert basé sur les télécommunications 4G. À la suite de cette réunion, Ericsson s’est rapproché de grandes entreprises coréennes pour collaborer à la création de la nouvelle économie des télécommunications vertes. Lire la suite…

Eteignez tous les lumières à 19h 00 à Copenhague !

16 décembre 2009 - 19 h 00 - Copenhague s'éteint pendant 1 heure pour la planète

16 décembre 2009 - 19 h 00 - Copenhague s'éteint pendant 1 heure pour la planète

 Ericsson s'est associé à une initiative environnementale danoise originale qui se déroule en parallèle de la Conférence de Copenhague. Baptisée « Sluk Lyset » (qui signifie littéralement « éteignez la lumière »), cette opération vise à couper toutes les éclairages de la capitale danoise le 16 décembre à partir de 19 h 00 pendant une heure au moment même où tous les leaders gouvernementaux se retrouvent à Copenhague pour la clôture du sommet du COP15.

Ce partenariat est née de la relation commerciale d'Ericsson avec More Mobile Relations, une start-up nordique qui conçoit des solutions et des applications de communication mobile. Fondée en janvier 2008, cette jeune entreprise a notamment conçu pour le World Wide Fund (WWF), une application mobile que les gens peuvent installer sur leur téléphone et qui leur rappelle par SMS d'éteindre les lumières à une heure donnée.

Dans ce projet, Ericsson apporte son savoir-faire technologique en matière de diffusion massive de SMS grâce à sa solution IPX Messenging. Solution qui sera utilisée lors de la campagne « Sluk Lyset » le 16 décembre. Donya Ekstrand, directrice Ma

rketing d'Ericsson IPX, explique : « Quand More Mobile Relations nous a sollicités, nous avons été immédiatement intéressés. Cette initiative est d'une importance majeure et s'inscrit en droite ligne de nos propres activités dans le développement durable tout en faisant écho au partenariat qui nous unit par ailleurs avec le WWF ».

La campagne fonctionne de la manière suivante. Les personnes peuvent s'inscrire sur le site www.dk/mobil ou bien envoyer un SMS au 1230 avec le mot SLUK. Une fois enregistrée, la personne reçoit une confirmation. 24 heures avant la date fatidique de l'événement, les personnes reçoivent un message les invitant à renvoyer l'information à tous leurs amis. Le jour du « Sluk Lyset », juste avant 7 heures du soir quand toutes les lumières vont s'éteindre, chacun reçoit alors un message disant « Il est maintenant l'heure d'éteindre et d'envoyer un signal fort à nos dirigeants pour parvenir à un accord ambitieux ».

Pour participez au décompte final (en anglais) : www.wwf.dk/earthhour

Pour plus d'informations sur la société More Mobile Relations, visitez le site (en anglais) : www.moremobilerelations.com/

Pour tout connaître des actions du WWF pendant le sommet de Copenhague (en français) :
www.wwf.fr/s-informer/campagnes/copenhague-2009-votez-pour-la-planete-!

zp8497586rq

Empreinte carbone et consommateurs : pas de "greenwashing" mais du concret !

Par Olivier Cimelière, le jeudi 10 décembre 2009, classé dans Développement Durable,Efficacité énergétique
Green Heart, le nouveau téléphone avec calculateur de CO2 de Sony Ericsson, est déjà disponible dans le commerce depuis mars 2009

Green Heart, le nouveau téléphone avec calculateur de CO2 de Sony Ericsson, est déjà disponible dans le commerce depuis mars 2009

 Plusieurs enquêtes récentes convergent vers une conclusion similaire : le consommateur final serait moins intéressé par le développement durable de l’opérateur télécoms, ses engagements et ses résultats dans ce domaine que par les solutions réellement durables qu’il peut concrètement offrir en termes d’applications et de technologies. Soutenu par Ericsson et TeliaSonera, le « Centre for Sustainable Communications » en Suède s'attache donc à étudier les usages des consommateurs pour ensuite imaginer les solutions lui permettant de réduire son empreinte carbone.

C'est un fait établi : les consommateurs veulent des produits télécoms plus « verts » et sont même prêts à payer plus cher pour cela. Un rapport de 2008 publié par le cabinet de conseil en management Booz & Company souligne ainsi que plus de 50 % des consommateurs interrogés dans le cadre d’une enquête conduite en Allemagne se sont dit prêts à payer un supplément de 10 % ou plus pour un appareil « vert » et jusqu'à 22 % pour un service de télécoms « vert ».

Ce qui fait dire à Booz & Company qu'un opérateur lançant une offre commerciale réellement « verte », a de fortes chances d'obtenir des résultats significatifs tant peu d'opérateurs télécoms se sont concrètement positionnés sur ce segment. Ce même rapport insiste toutefois sur la nécessité de construire une stratégie verte cohérente. Tenir un discours qui ne repose sur aucun fondement avéré peut alors se retourner contre l’entreprise si la supercherie est découverte. Au delà du nécessaire discours, l'opérateur doit proposer aux consommateurs des solutions et applications « vertes » qui leur permettent de réduire substantiellement leur impact sur l’environnement.

C'est dans cette optique qu'au « Centre for Sustainable Communications » en Suède, des chercheurs et des spécialistes des télécoms s’attachent à créer des applications vertes capables de réduire leur empreinte carbone et de convaincre des opérateurs de les commercialiser. Mattias Höjer, le directeur du centre est convaincu par la nécessité de la démarche : « Devant l’engouement croissant pour un style de vie plus écologique, il devient important pour les opérateurs de trouver les moyens d’accompagner cette nouvelle tendance ». Lire la suite…