Le changement, c’est maintenant… aussi dans les télécoms – Digiworld Summit 2012

Édition 2012 du digiworld forum sur le thème « game changers »

Le monde se transforme, y compris dans la sphère télécoms. Quelques faits récents en témoignent.

La croissance annuelle du marché des télécoms devrait être de 3 à 5% jusqu’en 2015, avec une croissance des services de l’ordre de 3 à 7% sur la même période selon les dernières estimations Ericsson. Les perspectives marché sont donc encourageantes.

Au plan européen, la Commission vient de libérer une partie supplémentaire du spectre radioélectrique pour la 4G dans le cadre de sa stratégie en faveur du haut débit. Une bonne nouvelle, dans l’optique de faire face à l’explosion du trafic data.

Si l’arrivée prochaine de la 4G LTE offre de nouvelles opportunités pour les acteurs, le modèle économique de l’offre mobile inquiète les décideurs. La baisse des prix initiée par certains est considérée comme La source des problèmes.

Quelles réponses apportées à cette nouvelle donne ? Quels nouveaux modèles sont possibles ?

Pour y répondre, le Digiworld Summit de l’Idate vient d’ouvrir ses portes à Montpellier sur le thème « game changers ». Le cloud, le big data et la mobilité sont au cœur des problématiques évoquées.

 Le président de Swisscom, Carsten Schloter, y a fait hier une intervention plutôt décapante, Pour lui, Internet a imposé aux opérateurs de passer d’un modèle local à un modèle global. Et la tarification doit être complètement repensée en raison de l’explosion du trafic data. L’accès est la clé, car par nature l’accès est un business local. La qualité, les performances, la sécurité de l’accès sont des facteurs déterminants dans l’expérience utilisateur. La vision du consommateur a changé. Il souhaite désormais avoir accès à ses données depuis le cloud, partout, tout le temps, quel que soit le support.  Donc certes, la recherche de l’optimisation des coûts est une piste à explorer pour les opérateurs, mais la différentiation est la planche de salut. Swisscom a ainsi changé son modèle pour établir des prix en fonction de l’utilisation de la bande passante et donc de l’usage de ses clients (téléphone, mail, vidéo, …), une approche qui a rencontré un succès immédiat auprès des consommateurs suisses.

Comme Pascal Cagni, ex dirigeant d’Apple l’a indiqué en fin de son intervention au Digiworld Forum, le meilleur moyen de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer. Une citation d’Alan Kay toujours d’actualité.

Ericsson au Mobile World Congress 2012

Par Benoît Chamontin, le Dimanche 26 février 2012, classé dans Événements   |   Aucun commentaire
Mobile World Congress 2012 - Ericsson

Mobile World Congress 2012 – Ericsson

Le Mobile World Congress, salon majeur de l’industrie des télécommunications, ouvrira ses portes lundi prochain à La Fira, à Barcelone. Du 27 février au 1er mars, les visiteurs qui se rendront sur le stand d’Ericsson, Hall 6, pourront se faire une idée du futur des télécommunications et de la Société en Réseau.

Ericsson lancera de nouveaux produits et services, avec notamment des premières mondiales dans les domaines du haut débit mobile, de l’OSS/BSS (Operation and Business Support Systems) et des services managés.

LTE – Ericsson moteur du développement de l’écosystème LTE au MWC 2012

Leader de la technologie LTE, Ericsson fera pendant la durée du salon des démonstrations des dernières innovations dans ce domaine.

Ericsson a travaillé en partenariat avec Qualcomm, LG, Sony, Renesas, Nvidia et ST-Ericsson pour que les terminaux et puces construits par ces entreprises puissent alimenter l’écosystème LTE.

Cette collaboration permet aux partenaires de l’écosystème de faire une démonstration de leurs produits sur une infrastructure LTE Ericsson de toute dernière génération. Les différents vendeurs de terminaux entretiennent tous des liens étroits avec Ericsson, repoussant les limites de l’écosystème LTE. Cette démarche s’inscrit dans la stratégie d’Ericsson de consolidation de l’écosystème LTE émergent et en particulier sa volonté de promouvoir les smartphones basés sur le LTE.

Plus de 30 produits seront utilisés par Ericsson pour les démonstrations du LTE au MWC.

Des démonstrations de Voix sur LTE (VoLTE GSMA IR.92) et de communications vidéo sur LTE (GSMA IR.94) seront effectuées à l’aide de terminaux Samsung et LG. Une démonstration live du premier transfert d’appel entre LTE et WCDMA (SRVCC, Single Radio Voice Call Continuity) sera effectuée en première mondial en collaboration avec Qualcomm. Il y aura également des démonstrations de services voix CSFB (Circuit switched fallback) sur des smartphones LTE LG. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour l’exercice 2011

Par Corinne Muller, le Mercredi 25 janvier 2012, classé dans Stratégie   |   Aucun commentaire

Ericsson estime que les fondamentaux de l’industrie continuent d’être solides pour un développement positif sur un plus long terme.

« En 2011, nous avons enregistré une forte croissance de nos ventes et une augmentation de notre résultat net. Le 4ème trimestre a été cependant marqué par un développement plus faible dans le domaine des Réseaux ainsi que par l’impact attendu du changement de business mix sur la marge brute, avec plus de projets de couverture et de modernisation de réseaux en Europe ainsi qu’une augmentation de la part des services dans notre activité » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson.

« Les ventes du groupe au 4ème trimestre ont été stables comparé à l’an dernier et en augmentation de 15% séquentiellement, ce qui est plus faible que la normale pour le 4ème trimestre. La croissance séquentielle est essentiellement tirée par le fort développement de 32% enregistré dans le domaine des Services. Les ventes dans le domaine des Réseaux ont cru faiblement, seulement de 2%, essentiellement en raison du ralentissement des dépenses des opérateurs en Amérique du Nord et en Russie après une période d’investissements importants pour accroître leur capacité – une tendance déjà présente au 3ème trimestre. De plus, nous avons observé au cours du trimestre une plus grande prudence des opérateurs, du fait des incertitudes économiques et de l’instabilité politique dans certains pays.

2011 a été une année de forte croissance au niveau des ventes, de l’ordre de 12%. A périmètre comparable et avec l’ajustement lié aux effets du taux de change et aux couvertures de risque, les ventes ont cru de 19%. En dépit de la faiblesse des résultats enregistrés par nos co-entreprises, le résultat net a augmenté de 1,3 milliard à 12,6 milliards de couronnes suédoises (SEK), tiré par des ventes plus importantes et des charges de restructuration plus faibles. Le conseil d’administration propose pour 2010 un dividende de 2,50 SEK (2,25), en augmentation de 11%. Lire la suite…

Une nouvelle étude quantifie l’impact de la vitesse du haut débit sur le PIB

Par Valérie Gérôme, le Vendredi 7 octobre 2011, classé dans Haut Débit,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Le doublement de la vitesse du haut débit génère une augmentation du PIB de 0,3%

Le doublement de la vitesse du haut débit génère une augmentation du PIB de 0,3%

Portant sur 33 pays de l’OCDE, la nouvelle étude menée par Ericsson, Arthur D. Little et l’université technologique de Chalmers quantifie l’impact du débit de l’accès internet, montrant que le doublement de la vitesse du haut débit génère une augmentation de PIB de 0,3%.

Cette augmentation équivaut à 126 milliards de US $, et correspond à plus de 14% de la croissance moyenne des pays de l’OCDE sur les 10 dernières années. L’étude montre également que les doublements additionnels de vitesse du haut débit peuvent générer une croissance supérieure à 0,3%.

La fluidité et la qualité du haut débit en termes de vitesse sont des leviers importants de l’économie. L’année dernière, une étude menée par Ericsson et Arthur D. Little concluait à l’impact suivant : chaque 10% de pénétration du haut débit engendre une croissance de 1% du PIB.

Cette croissance provient non seulement de l’activité économique directe et indirecte liée à la création de nouveaux emplois pour construire l’infrastructure, mais aussi de l’effet induit par les changements dans la manière de travailler et les processus à tous les niveaux de la société. L’effet induit est pérenne et représente jusqu’à 1/3 de la croissance du PIB mentionnée.

“Le haut débit peut stimuler la croissance économique en générant plus d’efficacité pour la société, l’activité professionnelle et les utilisateurs.

Cela ouvre des perspectives vers des services en ligne plus avancées, des services intelligents de gestion d’énergie, de télétravail ou de téléprésence. Dans le domaine de la santé par exemple, on prévoit que 500 millions de personnes utiliseront des applications mobiles ».

Johan Wibergh, Directeur de la Business Unit Réseaux d’Ericsson

A l’occasion d’une intervention plénière au Broadband World Forum 2011 à Paris, Johan Wibergh a déclaré : « nous prévoyons une forte augmentation du nombre de personnes ayant accès au haut débit, qui pourrait passer de 1 milliard actuellement à 4 milliards en 2015, avec pour la plupart d’entre eux un accès au haut débit mobile. La connectivité et le haut débit permettent une nouvelle façon d’innover, de collaborer et d’échanger ».

Selon Erik Almqvist, Directeur d’Arthur D. Little : « Jusqu’ici, il n’y avait pas de faits montrant les effets de la vitesse du haut débit sur l’économie. Cette étude empirique, unique, devrait aider les gouvernements et les décideurs à faire les bons choix ».

« Les résultats ont été obtenus à partir de méthodes scientifiques rigoureuses, et confirment donc l’intérêt des politiques gouvernementales en faveur du haut débit » a déclaré Erik Bohlin, Professeur à l’université technologique de Chalmers.

Il s’agit de la première étude quantifiant, de manière scientifique et à partir de données publiques, l’impact économique de l’augmentation de la vitesse du haut débit.

*L’impact économique de la vitesse du haut débit, à la fois fixe et mobile, a été analysé à partir des données de 33 pays de l’OCDE collectées sur la période 2008-2010.

Liste des pays étudiés : l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la République Tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, l’Israel, l’Italie, le Japon, la Corée, le Mexique, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la Slovaquie, la Slovénie, l’Espagne, la Suède, la Suisse, la Turquie, le Royaume Uni et les Etats-Unis.

La vitesse moyenne d’accès au haut débit a été fournie par Ookla

TICS et gestion du personnel d’intervention : réalisation d’une étude en Turquie

Par Corinne Muller, le Mercredi 7 septembre 2011, classé dans Non classé   |   Aucun commentaire
Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

La logistique intelligente regroupe des technologies qui, grâce à une meilleure planification des trajets et des chargements, permettent de réduire la consommation de carburant et d’améliorer ainsi la performance énergétique. Par exemple, l’utilisation d’un logiciel de gestion des opérations peut contribuer à réduire les stocks, la consommation de carburant, le kilométrage parcouru et le nombre de véhicules circulant à vide ou partiellement chargés.

Les services géolocalisés, parce qu’ils permettent de transmettre à des applications mobiles existantes des informations sur la position géographique d’un terminal mobile, constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente. Il en découle toute une série de services personnalisés et enrichis destinés à répondre aux besoins de sécurité, d’efficacité et de confort des utilisateurs, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises.

Périmètre de l’étude

Cette étude de cas porte sur un système TIC constitué d’un réseau mobile et de terminaux mobiles servant à transmettre des informations à des systèmes de positionnement, à un système d’information géographique, à des PCs de surveillance et à des serveurs d’applications. On suppose que le logiciel d’application est déployé dans un centre informatique équipé de dispositifs d’alimentation électrique et de refroidissement. Lire la suite…

Déchiffrer les nouveaux flux de données…

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence, a accordé une entrevue à Ericsson Business Review

La connectivité mobile est en train de donner naissance à une chaîne de valeur mondiale fondée sur l’information. « Cette nouvelle donne a déjà commencé à transformer le paysage économique. » affirme Catherine Mulligan, chercheur et auteur.

La plate-forme mobile est en train de s’imposer comme l’élément central des contrats pour une grande partie de l’économie mondiale et pas seulement pour le secteur des télécommunications.

« Les téléphones mobiles fournissent une masse de données extraordinaire sur la vie de leurs propriétaires. Ces appareils, qui déversent des flux de données à une cadence considérable, atteignent une masse suffisante pour que l’industrie s’y intéresse », commente dans un entretien accordé à Ericsson Business Review Catherine Mulligan, auteur du livre The Communications Industry in the Era of Convergence.

Pourquoi une nouvelle chaîne de valeur ? Lire la suite…

Retour sur l’édition 2011 des Ericsson Application Awards

Par Benoît Chamontin, le Mercredi 6 juillet 2011, classé dans Innovation / R&D   |   Aucun commentaire
photo-blog-code-for-cash-2011-300x2641

158 équipes participaient à cette édition 2011 des Ericsson Application Awards

Pour la deuxième année consécutive, Ericsson, en collaboration avec Sony Ericsson, organisait les Ericsson Application Awards dont l’objectif est de récompenser les développeurs qui ont de nouvelles idées d’applications mobiles. Les lauréats de cette année sont des développeurs qui veulent résoudre le problème de gaspillage alimentaire et conseiller les consommateurs dans leurs achats.

158 équipes participaient à cette édition 2011 des Ericsson Application Awards et ont ainsi propos une application développée sur une plate-forme Android (web ou native), qui utilise au moins une API d’Ericsson Labs et en lien avec le thème de cette année : « Connected Things » , les objets connectés. Ce thème découle directement de la vision d’Ericsson qui anticipe une société où plus de 50 milliards d’objets seront connectés d’ici 2020.

Lors d’une événement qui s’est déroulé à Stockholm, les quatre équipes finalistes venues d’Italie, de Chine, de Suède et du Royaume-Uni ont fait leur démonstration devant les membres du jury.

« Les applications étaient toutes de très grande qualité et il a été difficile de les départager. Ce qui a vraiment fait la différence  est le fait que les développeurs gagnants avaient mieux pensé le marketing et leur plan d’évolution » Lire la suite…

Services vidéo over-the-top : Ericsson réalise une étude pour évaluer de nouveaux business models

L'étude souligne qu'un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces.

L'étude souligne qu'un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces.

Ericsson et Network Strategy Partners viennent de mener une étude détaillée sur la distribution des services vidéo over-the-top (OTT) qui, selon les estimations, devrait représenter une part dominante du trafic réseau dans les années à venir.

L’équipementier suédois vient de communiquer les résultats et recommandations issus de cette étude qui a retenu cinq scénarios différents, basés sur diverses variables économiques et techniques, avec des résultats qui tiennent compte de paramètres multiples.

L’étude a fait ressortir qu’un business model « à deux faces » s’avère être l’option la plus intéressante du point de vue du retour sur investissement. Cette approche encourage la création de plateformes ouvertes afin d’aider d’autres distributeurs de services (grandes entreprises, PME et services gouvernementaux) à interagir plus efficacement avec les abonnés. Ainsi, le fournisseur de services haut débit bénéficie de deux sources de revenus : le distributeur de services et les abonnés.

« Pour pouvoir mettre en place des modèles de prix plus sophistiqués en matière de distribution vidéo OTT, les fournisseurs de services doivent s’assurer que leurs réseaux allient souplesse et intelligence », explique Michael Kennedy du cabinet Network Strategy Partners. « Cette étude propose une série de recommandations clés sur les business models à adopter pour obtenir le meilleur retour sur investissement possible, tout en satisfaisant la demande du consommateur pour un service de qualité. »

« Le succès de la vidéo sur Internet peut être considéré comme un bienfait tout relatif pour les fournisseurs de services haut débit fixes et mobiles dans la mesure où la plupart d’entre eux appliquent un modèle de prix forfaitaire », explique Don McCullough, vice président Marketing IP & Haut débit chez Ericsson. « Pour que la distribution de services vidéo sur Internet soit rentable, il est nécessaire de mettre en place des modèles de prix plus sophistiqués. Cette étude a révélé qu’un réseau intelligent tout IP peut constituer un véritable avantage concurrentiel pour les fournisseurs de services qui adoptent un business model à deux faces. En effet, la combinaison d’un réseau tout IP avec un business model à deux faces est la plus intéressante car elle permet de tirer des revenus à la fois des distributeurs de services et des abonnés. »

Ericsson lance des services de paiement sur mobile

Par Corinne Muller, le Jeudi 3 février 2011, classé dans Multimédia,Opérateurs,Réseaux mobiles   |   Aucun commentaire
Avec Ericsson, plus d'1 milliard de personnes pourront avoir accès aux services bancaires sur mobile, qu'elles soient ou non en possession d'un compte bancaire.

Avec Ericsson, plus d'1 milliard de personnes pourront avoir accès aux services bancaires sur mobile, qu'elles soient ou non en possession d'un compte bancaire.

Un nouvel éco-système pour rendre l’envoi d’argent entre personnes aussi simple que l’envoi d’un SMS Grâce à son offre de services de paiement sur mobile, Ericsson permet aux consommateurs des pays émergents et développés d’accéder aux services de base en matière de paiement et de banque depuis leurs téléphones portables.

Plus d’1 milliard de personnes pourront avoir accès aux services bancaires sur mobile, qu’elles soient ou non en possession d’un compte bancaire.

Avec pour objectif de jouer un role de premier plan dans les développements industriels en cours pour construire un éco-système monétaire mobile global, Ericsson (NASDAQ:ERIC) lance « Ericsson Money Services », une nouvelle offre de services financiers mobiles.

Les paiements sur mobile et les transferts d’argent entre personnes devraient figurer parmi les applications les plus utilisées dans de nombreux pays dans les deux à trois ans à venir. Le paiement sur mobile deviendra une base pour les connexions de personne à machine et de machine à machine d’ici 2020, année où plus de 50 milliards d’objets seront connectés selon Ericsson. Ericsson entend jouer un role important sur ce nouveau marché.

Le lancement de cette nouvelle activité fait suite à deux ans de travaux en Europe et en Asie qui ont permis à Ericsson de développer une solution de bout en bout et d’accomplir les modalités règlementaires, juridiques et de sécurité, en coopération avec ses clients opérateurs et les acteurs du secteur financier. Lire la suite…

Ericsson acquiert Optimi et renforce sa compétence en gestion de réseaux télécoms

Par Olivier Cimelière, le Mercredi 22 décembre 2010, classé dans Opérateurs,Réseaux mobiles,Services,Stratégie   |   Aucun commentaire
L'acquisition d'Optimi renforce Ericsson en matière de gestion de réseaux mobiles

L'acquisition d'Optimi renforce Ericsson en matière de gestion de réseaux mobiles

 Ericsson vient d’annoncer l’acquisition d’Optimi Corporation, un équipementier télécoms hispano-américain qui commercialise des produits et des solutions de gestion et d’optimisation de réseaux. Cette acquisition permet de renforcer les compétences d’Ericsson, particulièrement en matière de modernisation de réseau, de multi-technologies et d’évolution vers la 4G.

Avec cette nouvelle acquisition, Ericsson va accueillir près de 200 collaborateurs hautement qualifiés ainsi qu’un large portefeuille de services et d’outils pour la gestion opérationnelle des réseaux des opérateurs et de leurs systèmes d’exploitation (OSS). Grâce à cette palette technique élargie, Ericsson sera également en mesure de proposer de nouveaux services à forte valeur ajoutée pour ses clients.

Aujourd’hui, la performance du réseau est au coeur des préoccupations de chacun. Les opérateurs veulent réduire les déperditions. L’optimisation constante du réseau constitue à cet égard un excellent levier pour réduire les coûts tout en augmentant la qualité. Pour un fournisseurs de services télécoms, l’optimisation implique aussi un autre défi technologique, celui de faire co-exister harmonieusement l’utilisation de réseaux 2G, 3G et 4G. Cette complexité est une opportunité pour Ericsson qui dispose d’une vaste gamme de produits et de services pour gérer, planifier et déployer efficacement des réseaux mobiles. Lire la suite…