Les bagues connectées, bien plus qu’un phénomène de mode

Par Benoît Maydat, le Mercredi 16 avril 2014, classé dans Société en réseau   |   Aucun commentaire

Wearable-technology-450x300

Les bagues connectées émergent dans l’écosystème des smartphones comme un nouveau type de technologie portable, « wearable technology ». Lors de l’édition 2014 de la Fashion Week de New York, la startup Ringblingz a présenté sa première bague connectée à un smartphone. On peut alors se demander quelle sera la place des accessoires de mode tels que les bagues dans la société connectée.

Comme pour les montres connectées, les objets portables sont connectés à un smartphone et sont accompagnés d’une application mobile. Pour l’utilisateur, les notifications se font via des vibrations de l’appareil. La bague fonctionne grâce à des radios de faible portée qui la connectent au smartphone. Une bague connectée est de plus petite taille que la combinaison smartphone-montre et exploite le potentiel de miniaturisation de la technologie. La taille réduite de l’écran rappelle les premiers téléphones mobiles, quand seulement 20 caractères pouvaient y être lus.

Ces bagues connectées sont dédiées aux populations d’usagers les plus jeunes. Le design de la bague est important pour l’acheteur puisque c’est autant une marque de style qu’un appareil de communication.

Les bagues connectées sont un des 4 ou 5 produits à un fort potentiel pour le marché grand public (avec les montres, les bracelets mesurant l’activité physique et la santé et les lifestyle trackers).

Les applications principales de ces bagues connectées sont le suivi des notifications sur les médias sociaux et les « lifestyle trackers ». L’aspect différenciant des bagues et montres connectées réside dans une taille réduite et un design étudié. Rassembler des informations de différentes sources et sélectionner les plus pertinentes est également un outil attractif pour ceux qui veulent éviter la surcharge d’informations. Les nouvelles générations de smartphones, avec leurs larges écrans, peuvent rester dans les poches et sacs pour une recherche d’informations plus traditionnelle.

Le futur des wearable technologies semble se dessiner comme tel:

• Tous les appareils de wearable technology vont être conçus pour être dépendants des smartphones des usagers, avec une radio de faible portée, des applications smartphones dédiées et des capteurs de mouvement comme composants de base.
• Le design des appareils va continuer de prendre une importance croissante alors que les bagues sont déjà un accessoire de mode.
• Un ou deux appareils « wearable » vont devenir grand publics en 2014, ouvrant la voie aux bagues connectées.
• Les usagers vont d’abord réagir aux vibrations des appareils, avant même de regarder leur écran.

Contrôler la météo grâce à MicroWeather d’Ericsson

Par Benoît Maydat, le Mardi 25 février 2014, classé dans Innovation / R&D,MWC14,Société en réseau   |   Aucun commentaire

La météo a une influence sur tout ce que nous faisons. La violence du ciel peut provoquer des catastrophes, mais les petits changements météorologiques quotidiens ont aussi un impact sur ​​les gens et les industries. Lire la suite…

Ericsson au MWC : « Transformer notre vie »

Hans Vestberg PDG d’Ericsson nous propulse dans la société en réseau.

Pour Ericsson, les années pleines de promesses se suivent. Ainsi, pour Hans Vestberg, le P-DG d’Ericsson, le virage vers la 4G est plutôt bien négocié, puisque si, globalement, 40% du trafic des mobiles empruntent les réseaux du constructeur, le ratio grimpe à 50% pour la génération LTE. Également numéro 1 dans les services, Ericsson vient d’élargir sa gamme avec le Telecom Cloud Transformation, qui fournit aux opérateurs des prestations de consulting et d’intégration. Aujourd’hui, cette activité emploie 60% des 115.000 employés et constitue 43% de son chiffre d’affaires. De plus, pur constructeur dans le passé, l’industriel se tourne de plus en plus vers le logiciel et devient l’un des huit premiers éditeurs au monde. Lire la suite…

Facebook et Ericsson créent un Innovation Lab pour connecter le monde entier

Ericsson et Facebook annoncent aujourd’hui la création d’un laboratoire commun pour l’innovation afin de soutenir l’initiative Internet.org. L’Innovation Lab va fournir une expertise pour l’optimisation des applications, réseaux, appareils et services pour les 5 milliards d’utilisateurs d’Internet à venir.

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook.

Lire la suite…

Quand le lampadaire révolutionne la ville

Zero Site

Zero Site

Quoi de plus banal qu’un lampadaire ? Et pourtant, il pourrait révolutionner la vie urbaine. Les artisans de ce bouleversement sont Ericsson et Philips : la rencontre d’un poids lourds des télécoms et d’un poids lourd du secteur du grand public. L’idée derrière ce projet est double : d’une part, réduire et et optimiser la consommation électrique de ce mobilier public ; d’autre part, se servir de son omniprésence pour densifier le réseau d’accès radio. C’est le « Zero Site », ainsi que le désigne Hans Vestberg, le P-DG d’Ericsson.

À un moment où le trafic des mobiles explose et l’urbanisation dans le monde grossit à la vitesse moyenne de 7.500 personnes par heure, la réponse aux besoins de communication passe par un réseau capable d’accueillir toujours plus d’utilisateurs simultanément. Or, la radio étant, par essence, un média partagé, le nombre maximum d’utilisateur par cellule est limité. D’où l’idée de multiplier les petites cellules (Smart Cells). Encore faut-il installer le plus discrètement possible les antennes et le modem radio. Le lampadaire répond exactement à ces conditions puisqu’il est partout et qu’il est électriquement alimenté.

Évidement, le design de ces futurs lampadaires seront adaptés pour accueillir ces équipements. Une source d’inspiration pour les architectes urbains et les premiers prototypes se trouvent aux MWC 2014.

Mais ainsi transformé, ce nouveau mobilier urbain n’a rempli que la moitié de son rôle. Pour l’assumer entièrement, Philips a remplacé les traditionnelles ampoules par des LED, qui selon l’industriel, économisent 50 à 70% de l’énergie. Si l’on ajoute une gestion intelligent de l’éclairage, par exemple celle préconisée par le Climate Group dans 12 des plus grandes villes du monde, ce gain peut grimper à 80%. Enfin, cerise sur le gâteau, l’éclairage par LED semble massivement apprécié par les habitants qui se sentent plus en sécurité et estiment l’éclairage améliorée.

Innovation : toutes les démos Ericsson au Mobile World Congress 2014

Ericsson Mobile World Congress

  • Nouveautés autour de la 5G, des débits de 450 Mbps, des premières mondiales en agrégation de porteuses LTE Advanced et en Coordinated Radio Access Network, affichage dynamique (Digital Signage) grâce au LTE Broadcast et le plus petit modem LTE Advanced du monde

  • Le centre d’opérations réseaux global (GNOC) et l’application Live TV de nouvelle génération en démonstration sur le stand Ericsson Experience, Hall 2. Lire la suite…

LED et couverture réseau : Ericsson et Philips s’unissent pour un éclairage public connecté

Smart Street Lighting

  • Avec une population urbaine qui croît de 7 500 habitants par heure et un trafic de données mobiles 10 fois plus important d’ici à 2019, des solutions d’éclairage durables ainsi que des capacités et une couverture réseau mobile accrue deviennent nécessaires dans les villes.

  • Le nouveau modèle  d’éclairage public connecté répond à un double enjeu : proposer  aux autorités municipales  un moyen innovant de s’offrir les toutes dernières solutions d’éclairage LED à haut rendement énergétique pour atteindre les objectifs de développement durable et permettre aux opérateurs d’améliorer la couverture  réseau et applicative.

  • La solution d’éclairage public intelligente  Zero Site d’Ericsson intègre les équipements télécoms à l’intérieur des mâts d’éclairage public pour permettre aux opérateurs télécoms d’améliorer la performance du réseau mobile tout en réduisant l’encombrement urbain. Lire la suite…

Avec le papier connecté votre corps devient un câble USB! #MWC14

Par Corinne Muller, le Vendredi 21 février 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau   |   Aucun commentaire
Connected Paper How it works

Cliquez pour accéder au PDF

Dans cette démonstration en vidéo, le corps devient le câble USB qui transforme des informations imprimées sur un objet en un service sur un smartphone rattaché au réseau (application spécifique). N’importe quel objet comportant des imprimés pourrait à terme  fournir des informations spécifiques, il suffira de les toucher du doigt. Lire la suite…

Les smartphones représentent 60% des mobiles vendus au 4ème trimestre 2013

Par Corinne Muller, le Jeudi 20 février 2014, classé dans 4G LTE,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Ericsson Mobility Report Societe Connectee

Le dernier Mobility Report d’Ericsson met en évidence la croissance rapide et continue de l’usage des smartphones et de la connectivité.

Au 4ème trimestre 2013, il y a eu 109 millions de nouveaux abonnements mobiles. Le nombre d’abonnements mobiles atteint désormais le chiffre de 6,7 milliards. Le trafic de données a augmenté quant à lui de 70%. Lire la suite…

Gérer son temps de travail dans notre société connectée

Par Benoît Maydat, le Mardi 18 février 2014, classé dans 4G LTE,Applications,Société en réseau   |   1 commentaire

Gestion du temps de travail

Alors que la séparation entre vie privée et vie professionnelle se floute, la mobilité commence à définir notre mode de travail. De fait, nous sommes devenus disponibles en permanence pour nos proches mais aussi pour nos collègues. Avoir une vie équilibrée aujourd’hui, c’est gérer sa charge de travail au bureau et chez soi. Alors que la main d’œuvre devient de plus en plus mobile, le modèle traditionnel de travail va changer de plus en plus. Que pouvons-nous apprendre de ces nouveaux salariés hypermobiles ? Lire la suite…