Prédiction : la mort du téléchargement

Par Admin@EricssonFrance, le Mardi 26 août 2014, classé dans Société en réseau   |   Aucun commentaire


Peter Lindberg d’Ericsson est un passionné de la société connectée. Il conclut ici sa série de vidéos consacrées aux prédictions en regardant de plus près le phénomène du téléchargement. Aujourd’hui, les expériences audio et vidéo se sont déplacées vers le streaming, alors que le téléchargement est passé pour la première fois sous la barre des 10 % du total du trafic internet.

Connected print : la promesse d’un nouvel âge d’or du print

Par Benoît Maydat, le Mardi 22 juillet 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Dans ce film captivant, vous découvrirez que faire communiquer des informations sur papier et votre smartphone grâce à votre propre corps ne relève pas de la magie. Vous comprendrez aussi que l’écriture puis l’imprimerie, après avoir traversé les âges, vont connaître un nouvel âge d’or. Dans la société connectée, toutes les industries devront se transformer car l’accès à l’information et la capacité de communiquer change fondamentalement les règles du jeu. Le plus grand changement est caché dans le potentiel du print et dans le pouvoir de le rendre connecté.

Tout commence il y a très longtemps quand les premiers hommes tracent quelques lignes sur les murs d’une caverne obscure. Le print évolue ensuite avec la société, il est le moyen d’immortaliser la culture. L’âge d’or du print est atteint quand Gutemberg révolutionne l’imprimerie. Le print devient ainsi le meilleur moyen de diffuser l’information et la connaissance.

Aujourd’hui, certains annoncent la mort du print mais nous pensons chez Ericsson que nous sommes plutôt au début d’un nouveau chapitre : le connected print.

Imaginez-vous toucher un objet sur lequel sont inscrites des informations. Ces informations sont transférées, grâce à l’électricité naturelle de votre corps, du texte imprimé vers votre appareil, smartphone ou tablette.

Le print va connaître un nouvel âge d’or ! Et ainsi devenir la clé d’un monde de l’information.

 

Ericsson, partenaire de l’agence parisienne du climat et de Paris Développement dans PARis GREEN

Ericsson est partenaire de de la nouvelle plate-forme www.paris-green.com. Ce site « PARis GREEN : Investir pour l’avenir » conçu par l’Agence parisienne du Climat avec Paris Développement a été lancé jeudi 19 juin et se veut une plateforme en ligne de valorisation de l’attractivité de Paris comme ville durable et intelligente. Il constitue la première brique d’un dispositif de mobilisation des acteurs locaux en vue de la Conférence Paris Climat 2015 (COP 21).

ParISGreen

« Le rapport du GIEC est clair. Nous sommes entrés dans le moment de l’action. Paris est déjà en marche avec un Plan Climat ambitieux et en action depuis 2007. L’Agence Parisienne du Climat y travaille de façon opérationnelle depuis plus de de 3 ans avec ses 85 partenaires. Ainsi, PARis GREEN a bénéficié des expertises et des expériences des acteurs majeurs du territoire métropolitain, et  contribue à cette mise en mouvement du territoire. » selon Anne Ged, directrice de l’Agence Parisienne du Climat.

« Ericsson est heureux d’apporter une pierre à la construction du Paris durable, contribuant ainsi au rayonnement international et à l’attractivité de cette ville. Nous sommes intimement convaincus du lien très fort entre développement durable, maturité numérique et développement économique. C’est dans cet esprit que j’ai collaboré activement à PARis GREEN qui apporte cette forte visibilité » a déclaré Viktor Arvidsson, Directeur de la stratégie, Ericsson France.

TranquilienL’un des exemples concret de cet apport du numérique pour faciliter au quotidien la vie des Franciliens est l’application Tranquilien qui participe à fluidifier les trajets des 3 millions de voyageurs qui se croisent chaque jour sur les lignes du réseau Transilien.

En parallèle, Ericsson, que sa stratégie place au coeur de la ville intelligente, a annoncé au cours du New Cities Summit qui vient de se tenir à Dallas, le lancement d’un outil collaboratif en ligne pour aller plus loin : le Networked Society City Index qui  mesure la maturité technologique de 30 villes à travers le monde et permet d’identifier les pistes de développement au plan social, économique ou environnemental. Dans la dernière édition de cet index, Paris tenait la quatrième place, nul doute que la ville lumière peut encore progresser.

Pour innover les entreprises doivent s’ouvrir aux flux d’idées

Par Benoît Maydat, le Jeudi 29 mai 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau   |   Aucun commentaire

ericsson-digital-disruptors

Les entreprises sont de plus en plus comme les gens : des organismes sociaux qui apprennent autant en empruntant des idées qu’en mettant en œuvre celles qui leur sont propres. Dans un rapport récemment publié, nous empruntons quelques pensées de business leaders pour apprendre d’eux quelles nouvelles stratégies sont en train d’émerger et de changer les manières de faire du business à l’ère numérique.

Dans un article récent publié dans le magazine Wired, Alex Pentland du MIT se penche sur la nature du «flux d’idées» – la manière dont les idées se propagent via les réseaux sociaux. Lire la suite…

L’initiative iSchool au Bhoutan : le e-learning pour faciliter l’accès à l’éducation

Ericsson-Bhoutan

La cérémonie d’intronisation du programme iSchool a eu lieu récemment à Thimphu, la capitale du Bhoutan. Ce programme d’éducation à distance a pour but de fournir aux étudiants des régions les plus reculées du Bhoutan un accès à une éducation de qualité. Après une phase d’expérimentation, le projet sera étendu pour couvrir 200 espaces isolés dans le pays. Lire la suite…

Datafication : quand tous nos objets parleront, que nous diront-ils ?

Par Benoît Maydat, le Mardi 6 mai 2014, classé dans 5G,M2M,Société en réseau   |   Aucun commentaire

 Evolution of digitalisation and datafication of personality

Il existe un réel consensus autour de la vague technologique à venir : ce sera les « wearables », les technologies portables. A long terme, ce sera certainement « l’Internet des objets », les objets connectés. Mais à part les tous derniers appareils, ces prédictions ne font qu’effleurer la surface d’une force beaucoup plus large qui commence à redéfinir notre quotidien. Cette tendance s’appelle la « datafication » et c’est l’objet d’étude d’une série de rapports qui examinent comment de nouvelles sources de données sont en train de transformer les fonctions au cœur d’une large gamme d’industries. Lire la suite…

Les bagues connectées, bien plus qu’un phénomène de mode

Par Benoît Maydat, le Mercredi 16 avril 2014, classé dans Société en réseau   |   1 commentaire

Wearable-technology-450x300

Les bagues connectées émergent dans l’écosystème des smartphones comme un nouveau type de technologie portable, « wearable technology ». Lors de l’édition 2014 de la Fashion Week de New York, la startup Ringblingz a présenté sa première bague connectée à un smartphone. On peut alors se demander quelle sera la place des accessoires de mode tels que les bagues dans la société connectée.

Comme pour les montres connectées, les objets portables sont connectés à un smartphone et sont accompagnés d’une application mobile. Pour l’utilisateur, les notifications se font via des vibrations de l’appareil. La bague fonctionne grâce à des radios de faible portée qui la connectent au smartphone. Une bague connectée est de plus petite taille que la combinaison smartphone-montre et exploite le potentiel de miniaturisation de la technologie. La taille réduite de l’écran rappelle les premiers téléphones mobiles, quand seulement 20 caractères pouvaient y être lus.

Ces bagues connectées sont dédiées aux populations d’usagers les plus jeunes. Le design de la bague est important pour l’acheteur puisque c’est autant une marque de style qu’un appareil de communication.

Les bagues connectées sont un des 4 ou 5 produits à un fort potentiel pour le marché grand public (avec les montres, les bracelets mesurant l’activité physique et la santé et les lifestyle trackers).

Les applications principales de ces bagues connectées sont le suivi des notifications sur les médias sociaux et les « lifestyle trackers ». L’aspect différenciant des bagues et montres connectées réside dans une taille réduite et un design étudié. Rassembler des informations de différentes sources et sélectionner les plus pertinentes est également un outil attractif pour ceux qui veulent éviter la surcharge d’informations. Les nouvelles générations de smartphones, avec leurs larges écrans, peuvent rester dans les poches et sacs pour une recherche d’informations plus traditionnelle.

Le futur des wearable technologies semble se dessiner comme tel:

• Tous les appareils de wearable technology vont être conçus pour être dépendants des smartphones des usagers, avec une radio de faible portée, des applications smartphones dédiées et des capteurs de mouvement comme composants de base.
• Le design des appareils va continuer de prendre une importance croissante alors que les bagues sont déjà un accessoire de mode.
• Un ou deux appareils « wearable » vont devenir grand publics en 2014, ouvrant la voie aux bagues connectées.
• Les usagers vont d’abord réagir aux vibrations des appareils, avant même de regarder leur écran.

Contrôler la météo grâce à MicroWeather d’Ericsson

Par Benoît Maydat, le Mardi 25 février 2014, classé dans Innovation / R&D,MWC14,Société en réseau   |   Aucun commentaire

La météo a une influence sur tout ce que nous faisons. La violence du ciel peut provoquer des catastrophes, mais les petits changements météorologiques quotidiens ont aussi un impact sur ​​les gens et les industries. Lire la suite…

Ericsson au MWC : « Transformer notre vie »

Hans Vestberg PDG d’Ericsson nous propulse dans la société en réseau.

Pour Ericsson, les années pleines de promesses se suivent. Ainsi, pour Hans Vestberg, le P-DG d’Ericsson, le virage vers la 4G est plutôt bien négocié, puisque si, globalement, 40% du trafic des mobiles empruntent les réseaux du constructeur, le ratio grimpe à 50% pour la génération LTE. Également numéro 1 dans les services, Ericsson vient d’élargir sa gamme avec le Telecom Cloud Transformation, qui fournit aux opérateurs des prestations de consulting et d’intégration. Aujourd’hui, cette activité emploie 60% des 115.000 employés et constitue 43% de son chiffre d’affaires. De plus, pur constructeur dans le passé, l’industriel se tourne de plus en plus vers le logiciel et devient l’un des huit premiers éditeurs au monde. Lire la suite…

Facebook et Ericsson créent un Innovation Lab pour connecter le monde entier

Ericsson et Facebook annoncent aujourd’hui la création d’un laboratoire commun pour l’innovation afin de soutenir l’initiative Internet.org. L’Innovation Lab va fournir une expertise pour l’optimisation des applications, réseaux, appareils et services pour les 5 milliards d’utilisateurs d’Internet à venir.

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook.

Lire la suite…