Les 7 besoins capitaux selon Ericsson

Par Corinne Muller, le Mercredi 15 janvier 2014, classé dans Services,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Ericsson présente les 7 besoins capitaux du consommateur connecté.

La société connectée change nos modes de vie et crée de nouveaux besoins. Le ConsumerLab d’Ericsson présente les 7 besoins émergents des consommateurs, ainsi qu’un certain nombre de concepts de services destinés à les satisfaire.

Lire la suite…

Ericsson : une nouvelle SSII ?

Par Corinne Muller, le Lundi 13 janvier 2014, classé dans Services,Stratégie   |   Aucun commentaire


Alain Cros présente en vidéo le virage stratégique pris par Ericsson, qui élargit ses compétences dans le secteur de l’IT. Pour appuyer ce nouveau positionnnement, les équipes d’Audilog rejoignent, à compter de 2014, l’entité Ericsson IT Solutions & Services qui abritait déjà les équipes ex Devoteam Telecom et Media et passent sous la marque Ericsson. La marque Audilog n’est plus utilisée.

Lire la suite…

10 nouvelles tendances pour 2014

Par Corinne Muller, le Vendredi 3 janvier 2014, classé dans Applications,Santé,Services,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Ericsson présente les 10 tendances qui vont changer la société en 2014.

Le ConsumerLab d’Ericsson a identifié les nouvelles tendances de consommation technologique qui changeront le quotidien des consommateurs en 2014 et au-delà. Lire la suite…

Quels nouveaux gisements de valeur pour les télécoms et l’internet ?

Par Corinne Muller, le Vendredi 22 novembre 2013, classé dans Opérateurs,Services,Vision 2020   |   Aucun commentaire

C’est à cette question que le Digiworld Summit de l’Idate qui se terminait hier à Montpellier tente de répondre pour sa 35ème édition. Le ton est certes prospectif, mais volontairement positif. Les 5 thématiques abordées lors de ce colloque ont été qualifiées de « digital gold mines » ou gisements de création de valeur par l’Idate. Il s’agit de la connectivité intelligente, la vidéo en tant que service, les centres commerciaux numériques, la monétisation des données et le paiement électronique.

Plus d’une centaine d’intervenants se sont donc rassemblés pour partager leurs analyses sur ces thématiques du 19 au 21 novembre au Corum de Montpellier. Retour sur quelques propos échangés. Lire la suite…

Les villes et les TIC : un duo gagnant ?

Par Benoît Maydat, le Mardi 5 novembre 2013, classé dans Réseaux mobiles,Services,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Les villes sont des centres de créativité, d’action et d’affluence. Les défis et les opportunités sont grands, et l’industrie des TIC a vocation à apporter des solutions pour conforter ces tendances.

Ericsson vient de tenir à Tokyo son Ericsson Business Innovation Forum. Douglas Gilstrap, directeur de la stratégie d’Ericsson nous explique comment les TIC vont contribuer à l’avènement d’un nouvel écosystème qui permettra d’améliorer la vie en ville. Lire la suite…

Ericsson et Canal+ Overseas signent un accord pluriannuel de diffusion de contenus

Par Corinne Muller, le Jeudi 12 septembre 2013, classé dans Broadcast,Services   |   Aucun commentaire

Un contrat d’une durée de cinq ans a été signé sur la numérisation, la fabrication technique de contenus et la diffusion des 22 chaînes de Canal+ Overseas.

Pour continuer de répondre aux besoins croissants des diffuseurs de contenus face à la mutation de l’industrie TV, Ericsson renouvelle et étend le partenariat qui le lie à Canal+ Overseas, filiale du groupe Canal+ (Vivendi). Ericsson offrira à l’opérateur un large éventail de services, incluant la production, la post-production, l’ingest, et la diffusion sur vingt-deux chaînes, dont quatorze comptent des émissions en direct dans leur programmation habituelle. Canal+ Overseas est l’opérateur de Canal+ et CanalSat dans l’outremer français et en Afrique.

Frédéric Brochard, Directeur technique chez Canal+ explique : « Leader dans l’édition et la distribution de chaînes premiums et thématiques en France, notre première préoccupation est de produire du contenu et une programmation de qualité pour nos clients. Nous avons donc besoin d’un partenaire expert et fiable pour assurer une gestion efficace de l’ingest, de la fabrication et de la diffusion de contenus pour les 22 chaînes que nous éditons. La parfaite maîtrise d’Ericsson dans le domaine de la diffusion ainsi que dans les services managés nous permet de garantir à nos abonnés une prestation de services optimum. »

Selon les termes de ce contrat de cinq ans, Ericsson est chargé de la préparation technique pour l’ingest, notamment des studios et de la galerie de production, de la post-production, de la diffusion, de la préparation et de l’archivage des contenus. Ericsson fournira aussi des locaux pour les équipes de Canal+ Overseas. Les installations de fabrication et de diffusion seront reliées au système de gestion des contenus dématérialisés de Canal+ afin de garantir un flux de production et une productivité optimisés, ce qui permettra à Canal+ Overseas de répondre à la demande toujours croissante de contenus de meilleure qualité.

Thorsten Sauer, Directeur de l’activité Broadcast Services au sein de la Business Unit Global Services, chez Ericsson, estime : « Collaborer avec une entreprise du secteur des médias de l’envergure de Canal+ Overseas nous permet de combiner notre expertise en matière de services managés avec l’innovation technologique dans des domaines comme la gestion des médias et la diffusion. Nous étendons aujourd’hui notre partenariat et développons notre présence en France et dans le monde. Cet accord permettra à Canal+ Overseas de faire évoluer son offre de production et sa gestion de contenus et de se concentrer sur la fourniture de services de pointe. »

Alors que les consommateurs souhaitent visionner un plus grand nombre de contenus vidéos sur des supports multiples, Ericsson aide les diffuseurs comme Canal+ Overseas à gérer la complexité de l’environnement télévisuel actuel, nomade. Tous les jours, des habitants du monde entier regardent les programmes de télévision élaborés, gérés et diffusés par plus de 1 000 collaborateurs d’Ericsson à partir d’installations en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suède. Chaque année, l’activité Broadcast Services d’Ericsson assure l’ingestion de plus de 200 000 heures de contenus et produit plus de 1,5 million d’heures de programmes dans plus de 90 langues, diffusées sur plus de 200 chaînes de télévision. Ericsson est capable de gérer tout type de contenu pour tout type de canal de distribution, qu’il s’agisse d’une diffusion linéaire ou d’une vidéo à la demande en streaming via un navigateur.

Ericsson investit dans de nouveaux centres de support R&D et services

Par Corinne Muller, le Mardi 3 septembre 2013, classé dans Innovation / R&D,Services,Stratégie   |   Aucun commentaire

802 millions d’euros (7 milliards de couronnes suédoises) seront consacrées à la construction de 3 centres dédiés aux Technologies de l’Information et de la Communication dans les 5 prochaines années : 2 centres en Europe (Suède) et 1 en Amérique du Nord (au Canada, à Vaudreuil-Dorion dans la banlieue de Montréal au Québec).

Ces centres, de haute technologie et à empreinte carbone réduite, auront pour mission de permettre aux organisations R&D et services d’Ericsson d’accélérer la mise sur le marché d’innovations.

Une étape supplémentaire vers la fourniture de technologies de pointe basées sur le cloud.

Lien vers le communiqué de presse en anglais.

Ericsson annonce son intention d’acquérir Red Bee, leader des services media

Par Benoît Maydat, le Lundi 1 juillet 2013, classé dans Multimédia,Services,Stratégie,Télévision   |   Aucun commentaire

Ericsson annonce son intention d’acquérir Red Bee, leader des services media

• Cette acquisition élargit l’offre de services d’Ericsson aux éditeurs de contenus et étend ses capacités dans l’industrie TV
• 1 500 professionnels experts dans les services de diffusion rejoindront Ericsson
• De nouvelles opérations en Europe et en Australie

Ericsson, leader mondial dans la fourniture de technologies et de services de communication, annonce aujourd’hui son intention d’acquérir auprès de Macquarie Advanced Investment Partners L.P la société Red Bee, un des leaders des services media dont le siège se trouve au Royaume-Uni.

L’acquisition, soumise à l’approbation des instances de régulation compétentes, s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’Ericsson de croître sur le marché des services de diffusion de contenu pour mieux accompagner les éditeurs et diffuseurs de contenus à l’ère de la convergence, de la vidéo et de la mobilité. Cette acquisition dote Ericsson de 1 500 employés experts ainsi que de services media et de régies au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne et en Australie. L’activité de services de diffusion de contenus d’Ericsson s’en trouve renforcée. Pour rappel, cette activité a débuté en 2007 et s’est étendue en 2012 avec l’acquisition de la division Broadcast Services de Technicolor.

Avec les 1 240 salariés de Red Bee Media basés au Royaume-Uni, les effectifs d’Ericsson UK atteindront 4 000 salariés dont un tiers travaillant dans l’activité services media, ce qui fera du Royaume-Uni un centre d’activités mondial pour Ericsson dans le domaine des media.

Fondée en 2005, Red Bee Media dispose d’une activité forte et diversifiée auprès d’un nombre croissant de clients dans le monde entier. Elle fournit une gamme complète de services media, de la gestion de contenu à la diffusion, en passant par la publication de vidéos numériques, des services de métadonnées, des services multilingues et des services créatifs pour les principaux diffuseurs de contenus et de plateformes haut débit. Red Bee Media est connue pour la haute qualité de ses services. C’est également le premier fournisseur de métadonnées éditoriales en Europe, avec plus de 100 000 heures de sous-titrages fournies chaque année aux principales sociétés de diffusion.

Le réseau au service… des services

Par Jean-Pierre Soulès, le Mercredi 27 février 2013, classé dans Réseaux mobiles,Services,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Le réseau se doit d’être plus “flexible” et répondre dynamiquement aux besoins des opérateurs, donc de leurs clients, donc de l’utilisation final.

S’il y a une annonce qui illustre parfaitement la transformation des réseaux, c’est bien celle d’Ericsson sur le Service Provider SDN. Bien sûr, ce nouveau concept échappera totalement aux utilisateurs, dont ils jouiront des bénéfices qu’il apporte et qu’ils trouveront…. tout naturels.
Pour répondre à la multiplicité des usages et des services actuels (vidéo, réseaux sociaux, téléconférences, etc.), le réseau se doit d’être plus “flexible” et répondre dynamiquement aux besoins des opérateurs, donc de leurs clients, donc de l’utilisation final.
En fait, le Service Provider SDN est le descendant d’un concept introduit il y a quelques années dans le cœur du réseau IP : l’IMS (IP Multimedia SubSystem). Il visait deux objectifs. D’une part, le raccordement à ce cœur de tous les réseaux d’accès (IP, mobiles, RTC, etc.). D’autre part, découpler la partie contrôle des accès de la partie plan de contrôle (l’intelligence). Au-dessus, on trouvait les services. Mais ce modèle, fonctionnant essentiellement sur le protocole SIP (Session Initiative Protocole), était surtout destiné à la voix et restait assez statique. Or aujourd’hui, les données prédominent et de nouveaux usages sont apparus.
Depuis, deux technologies se sont imposées. Elles apportent la souplesse nécessaire aux nouveaux usages : la virtualisation et le Cloud. Désormais, il est possible de placer la partie intelligente dans le Cloud et de virtualiser les équipements, tels que le SSR (Smart Service Routers). Un protocole dérivé d’Open Flow permet de véhiculer les dialogues entre cette partie intelligente et les équipements. D’où de meilleures flexibilité et temps de réaction. En résumé, il s’agit de faire au niveau des services ce que des protocoles tels que OSPF (Open Shortest Path First) ou BGP (Border Gateway Protocol) réalisent au niveau de IP : adapter immédiatement le réseau aux modifications (ajout ou retrait de routeurs par exemple). OpenFlow le fait au niveau des services. Résultat, avec Service Provideur SDN les opérateurs peuvent mettre en oeuvre plus rapidement des nouveaux services et des API (Application Programm Interface) offrent la possibilité à des réseaux tels que ceux de Google ou Facebook de créer ou de modifier plus facilement leurs services.

Sortie d’un kit de développement Ericsson pour tester les applications NFC

Par Myriam Devred, le Vendredi 27 juillet 2012, classé dans Innovation / R&D,Services,Société en réseau   |   Aucun commentaire
Ericsson NFC Development kit

Avec le kit de développement TSM, il est maintenant possible de tester des applications NFC dans un environnement contrôlé, en conditions réelles

Ericsson vient d’annoncer un kit de développement pour son service TSM (gestionnaire de services de confiance). Avec ce kit, des partenaires sélectionnés pourront déployer, mettre à jour et supprimer à distance des applications, tout en conservant le même niveau de sécurité qu’en conditions réelles via une plate-forme TSM normalisée. Ainsi, ces partenaires pourront tester leurs applications avec de vrais utilisateurs, y compris dans un environnement commercial. Avec le lancement de ce kit, Ericsson espère stimuler l’attractivité des applications NFC, qu’il s’agisse de contrôle d’accès, de paiement, de fidélisation ou de billettique.

Richard Anell, directeur d’IPX, Ericsson, explique : « Nous mettons ce kit de développement à disposition de certains partenaires car leurs applications doivent évoluer et passer du stade laboratoire ou Powerpoint au stade suivant. Ce kit n’est pas une simulation mais un environnement réel qui reflète exactement un environnement commercial ». Mr. Anell poursuit : « Les analystes prédisent une croissance exponentielle des services NFC, au cours des années qui viennent, avec la mise à disposition des terminaux NFC et les investissements croissants des opérateurs dans l’infrastructure nécessaire. Toutefois, pour une vraie dynamique, les applications doivent être testées, peaufinées et optimisées avec les utilisateurs avant leur commercialisation ».

Le kit de développement comprend 2 cartes microSD, des extenseurs de portée proposés par la société Device Fidelity, un lecteur USB NFC et un compte test sur la plate-forme TSM d’Ericsson IPX. Des composants logiciels, de la documentation et un exemple de service sont également inclus. Ainsi, les prestataires pourront tester toute la procédure de déploiement avant d’utiliser leur propre code.

Les cartes microSD fonctionnent sur smartphones Android, par exemple le Galaxy SII de Samsung.

Les cartes microSD comportent une puce sécurisée servant d’environnement d’exécution dans lequel l’application du partenaire fonctionne en mode émulation de carte NFC. Le client proxy Android d’Ericsson permet la communication avec la plate-forme TSM pour la gestion à distance du cycle de vie des applications sécurisées via des API normalisées de services Web.