La technologie au service de la lutte contre le virus Ébola

Par Benoît Maydat, le Vendredi 7 novembre 2014, classé dans Responsabilité sociétale,Santé,Technology for Good   |   Aucun commentaire

ericsson-technologie-battre-ebola

Quand nous avons appris, il y a quelques mois, que l’épidémie Ébola s’aggravait en Afrique de l’Ouest et que le nombre de cas doublait toutes les trois semaines, la réaction d’Elaine Weidman-Grunewald, Vice-Présidente en charge du développement durable chez Ericsson,  a été : « Il faut faire quelque chose. On ne peut pas rester les bras croisés ! » Lire la suite…

L’initiative iSchool au Bhoutan : le e-learning pour faciliter l’accès à l’éducation

Ericsson-Bhoutan

La cérémonie d’intronisation du programme iSchool a eu lieu récemment à Thimphu, la capitale du Bhoutan. Ce programme d’éducation à distance a pour but de fournir aux étudiants des régions les plus reculées du Bhoutan un accès à une éducation de qualité. Après une phase d’expérimentation, le projet sera étendu pour couvrir 200 espaces isolés dans le pays. Lire la suite…

Facebook et Ericsson créent un Innovation Lab pour connecter le monde entier

Ericsson et Facebook annoncent aujourd’hui la création d’un laboratoire commun pour l’innovation afin de soutenir l’initiative Internet.org. L’Innovation Lab va fournir une expertise pour l’optimisation des applications, réseaux, appareils et services pour les 5 milliards d’utilisateurs d’Internet à venir.

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook

Le Hacker Square sur le campus Menlo Park de Facebook.

Lire la suite…

Le smartphone change la ville

Par Benoît Maydat, le Mercredi 30 octobre 2013, classé dans Responsabilité sociétale,Société en réseau   |   Aucun commentaire

Ericsson montre 18 exemples du rôle que peuvent jouer les TIC sur la satisfaction vis-à-vis de la vie en ville.

Les utilisateurs de smartphones ont été interrogés sur le potentiel de développement et l’intérêt de 18 nouveaux services liés à des aspects importants de la vie en ville. Les résultats sont présentés dans le rapport ConsumerLab. Lire la suite…

Internet est-il green ? Il nous faut plus de données !

Les TIC peuvent être utilisées pour réduire les émissions de CO2 et aider la société.

Il y a quelques semaines avait lieu l’événement Google « How Green Is The Internet ? », durant lesquels les discours de l’ancien vice-président américain Al Gore, et Eric Schmidt, président exécutif de Google, sont toujours une source d’inspiration.

Le manque de données pertinentes, de faits, de chiffres et d’études poussées est un thème largement abordé lors de l’événement. Une raison évoquée est la complexité des réseaux et des équipements TIC, une autre est le développement rapide du secteur.

Regardons quelques-uns des principaux faits et chiffres présentés lors de l’événement, ainsi que les conclusions et les déclarations qui peuvent être faites.

La part mondiale des émissions de CO2 du secteur des TIC est d’environ 1,7 %. Elle a augmenté d’environ 1,3 % en 2007, et est estimée à environ 2 % en 2020. Toutefois, la fabrication, les activités de transport, les entreprises, l’exploitation et l’entretien, tels que les voyages d’affaires et des flottes de voitures et des bureaux, sont inclus dans les émissions du secteur des TIC, qui ont été estimées en utilisant la méthode d’évaluation du cycle de vie (LCA). Il est encore fréquent de comparer les émissions de CO2 du secteur des TIC aux émissions mondiales de CO2, ce qui donne une image déformée qui n’est pas compatible avec les définitions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC).

L’empreinte du secteur des TIC est encore relativement faible par rapport à la valeur et le rôle qu’elle joue dans l’économie mondiale. Une majorité de personnes (6,4 milliards d’abonnements mobiles uniques) profitent continuellement de ce secteur dans leur vie quotidienne comparé à d’autres secteurs, comme l’aviation, qui ont une plus grande empreinte, mais qui ne sont utilisés que par une minorité de personnes – et pas très souvent.

L’équipement des utilisateurs, tels que les ordinateurs, représente environ la moitié des émissions du secteur des TIC. Les data centers, en incluant l’utilisation des serveurs et des infrastructures de soutien, représentent un peu plus d’un quart, et les réseaux un peu moins d’un quart des émissions. 2 % des émissions mondiales de CO2 sont parfois imputées aux seuls data centers, ce qui est faux, car ils représentent moins de 0,5 % du CO2. En absolu, les émissions de CO2 du secteur des TIC devraient croître d’environ 70 % entre 2007 et 2020. Les nouvelles tendances sont captées dans les projections les plus récentes.

A titre d’exemple, Gartner a prévu que les chiffres estimés pour 2020 puissent être trop élevés, compte-tenu que les smartphones et les tablettes sont dans une large mesure fabriqués et utilisés au détriment des PC et non en supplément, ce qui entraînerait alors une consommation d’énergie et une émission de CO2 moins importantes que prévu.

Des données pertinentes, des faits et des chiffres sont nécessaires, mais ils doivent également être décrits et communiqués d’une manière claire pour obtenir une image complète. Par exemple, lorsque les réseaux fixes et mobiles, ainsi que leur utilisation, sont comparés. Lorsque la consommation d’énergie et les émissions de CO2 sont exprimés par abonnement ou à l’utilisateur, un utilisateur mobile utilise au moins 10 fois moins de consommation d’énergie et a une empreinte carbone inférieure à un utilisateur fixe. En effet, l’appareil mobile et la connexion sont très économes en énergie par rapport aux PC et aux modems/routeurs des utilisateurs fixes (et qui sont toujours allumés). La quantité de données et l’utilisation des data centers dans les réseaux fixes est également beaucoup plus élevée.

D’autre part, il est possible de montrer que les données sédentaires ont une faible consommation et une faible émission d’énergie par quantité de données en divisant l’énergie et le CO2 par le volume de données simple qu’un utilisateur fixe crée, principalement à partir du streaming et de partage de fichiers vidéo. En revanche, il est faux de dire qu’en consommant plus de données (comme la vidéo), nous réduisons l’impact environnemental parce que l’énergie/CO2 par gigaoctet décroit. C’est l’empreinte absolue qui doit prévaloir. C’est ce sur quoi nous devons nous concentrer pour être en mesure de résoudre les crises du réchauffement climatique qu’Al Gore a si bien décrit lors de son discours.

La tendance actuelle pour les tablettes et ordinateurs portables plus petits et avec une meilleure efficacité énergétique, les futurs modes de veille pour les modems haut débit dans les maisons, ainsi que les améliorations de l’efficacité des data centers, permettent également de réduire l’énergie consommée par les technologies fixes et leur empreinte carbone.

La technologie mobile n’a pas seulement une faible consommation d’énergie et une faible empreinte carbone par utilisateur, elle est aussi perçue comme contribuant au développement socio-économique durable dans les régions en développement. Ses applications comprennent, entre autres, la banque mobile, le gouvernement, la santé et l’éducation. L’accès à la communication ainsi qu’au système bancaire, à l’information, à la santé et à l’éducation améliore la vie quotidienne des gens.

Enfin, l’absence d’études complètes montrant comment les TIC peuvent être utilisées pour réduire les émissions de CO2 et aider la société est un sujet qui a retenu l’attention lors de cet événement. Ce sera l’une des questions les plus importantes pour le rôle de responsabilité sociale que joueront les entreprises. Les TICs sont un fantastique outil pour une croissance plus verte, mais c’est un outil et c’est à nous à apprendre à l’utiliser au mieux. Dans ce contexte les politiques publiques sont également clés.

Pour plus d’informations lire notre dernier rapport: Rapport Ericsson énergie et carbone, l’impact de la société en réseau.

Une application pour gérer l’énergie solaire et une solution de communication pour handicapés remportent les Applications Awards 2013 d’Ericsson

http://www.ericssonapplicationawards.com/team/blog/winners-eaa2013

Une application développée au Royaume-Uni pour aider les handicapés à communiquer remporte le 1er prix dans la catégorie Entreprise. Un système de gestion de l’énergie solaire destiné aux particuliers et développé au Portugal gagne le 1er prix dans la catégorie Etudiant. 80 000 euros de gains au total ont été distribués.

Ericsson a annoncé aujourd’hui les vainqueurs de l’édition 2013 des Ericsson Applications Awards, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’Ericsson studio de Kista en Suède.

Le vainqueur de la catégorie Etudiant est GreenSpark, une solution d’origine portugaise pour améliorer l’efficacité énergétique d’un foyer équipé en énergie solaire. Cette innovation permet aux particuliers de réduire la complexité de la maintenance et du contrôle de l’énergie solaire à travers un dispositif plug & play basé sur le cloud.

D’origine anglo-saxonne, Therapy Box est l’équipe vainqueur dans la catégorie Entreprise. Sa solution utilise un émulateur de souris pour permettre aux handicapés un usage sans contact de la plate-forme Android . Le plus léger mouvement de la tête permet par exemple de contrôler un ordinateur ou une tablette, la voix est simulée, etc.

Cette 4ème édition des Ericsson Applications Awards était consacrée aux applications pour la vie urbaine, afin de créer de nouvelles façons de connecter les personnes, les objets ou les lieux au bénéfice des individus ou de la société dans son ensemble.

Des étudiants et des PME du monde entier ont eu la possibilité de soumettre leurs applications développées sous Android.

192 équipes, contre 143 l’an dernier, se sont ainsi affrontées, en provenance de 52 pays.

4 équipes finalistes du Royaume-Uni, de Pologne et du Portugal ont présenté leurs solutions devant un jury d’experts.

80 000 euros de gains au total ont été distribués, dont 25 000 euros au premier prix de chaque catégorie, 10 000 aux seconds prix et 5000 aux troisièmes prix.

Entretiens croisés : « Être une femme dans l’industrie des télécoms »

Par Benoît Maydat, le Vendredi 3 mai 2013, classé dans Responsabilité sociétale   |   Aucun commentaire

Ericsson entend développer sa culture d’enterprise prônant la Parité Homme/Femme. Les femmes sont déjà présentes à 20% dans les postes de Direction. Le souhait d’Ericsson est d’arriver à 30% d’ici 2020 , en favorisant notamment le recrutement de femmes ingénieurs.
Dans le cadre de la journée mondiale “Girls in ICT” parrainée par l’ONU, Ericsson France vous propose le regard de trois femmes ingénieurs, épanouies dans le monde de l’IT et des télécoms.

Ericsson France signe un manifeste pour l'égalité des chances

Par Corinne Muller, le Mercredi 3 avril 2013, classé dans Responsabilité sociétale   |   Aucun commentaire

Franck Bouétard, président d »Ericsson en France.

Dans le cadre de son engagement dans l »égalité des chances, Franck Bouétard, président d »Ericsson en France vient de signer avec 11 grands patrons le « Manifeste pour la diversité des talents » de l »association Passeport Avenir, dont Ericsson est membre.

Ce manifeste a pour vocation de renforcer les liens entre l »école et l »entreprise pour favoriser la promotion sociale de talents issus de milieux populaires et ainsi :

• Faciliter l »accès au monde professionnel des jeunes.

• Réduire les discriminations à l »embauche.

• Renforcer la collaboration avec les établissements scolaires pour mieux informer les jeunes des métiers et orientations.

• Accompagner les établissements d »enseignement supérieur dans l »insertion des jeunes.

Les signataires du Manifeste : Stéphane Richard (Groupe FT Orange), Stéphane Roussel (SFR), Franck Bouétard (Ericsson France), Patrick Sévian (Sagemcom), Luc-­François Salvador (Groupe Capgemini), Nonce Paolini (Groupe TF1), Guillaume Pepy (Groupe SNCF), Christian Nibourel (Accenture France & Benelux), Jean­-Marie Simon (Atos), Laurent Fournier (Qualcomm France), Michel Combes (Alcatel-­Lucent), Olivier Piou (Gemalto).

Plus d »informations sur Passeport Avenir.

Ericsson dévoile un nouveau convertisseur bus avancé capable de réduire la consommation

Par Valérie Gérôme, le Mardi 17 juillet 2012, classé dans Innovation / R&D,Responsabilité sociétale   |   1 commentaire
Ericsson Unveils New Digital Advanced Bus Converter Lowering Power Consumption - 2012

Le nouveau convertisseur bus possède un firmware très performant réduisant considérablement la consommation

Ericsson vient de dévoiler le premier modèle de sa deuxième génération de produits numériques du type convertisseur de bus avancé (ABC). Basé sur la plate-forme FRIDA II, déjà annoncée cette année, le convertisseur Ericsson BMR456 3E (pour « Meilleures performances, gestion énergétique et valeur ajoutée pour l’utilisateur ») offre des performances sans précédent pour les applications des technologies de l’information et de la communication nécessitant des temps de réponse courts, des tensions de bus intermédiaires finement régulées et une grande efficacité dans tous les modes de fonctionnement afin de réduire la consommation.

Cette nouvelle génération de convertisseurs numériques DC/DC est architecturée autour d’un microcontrôleur 32 bits intégrant le firmware le plus performant à ce jour pour cette famille de produits. Le firmware FRIDA II a été développé par Ericsson dans le but d’assurer les meilleures performances possibles sur toute la plage de fonctionnement, de faible charge à pleine charge. Lire la suite…

Telefonica | Vivo et Ericsson apportent l’accès sans fil à l’éducation pour la communauté de Rio de Janeiro

Telefonica Vivo et Ericsson – Rio de Janeiro – Connect To Learn 2012

Telefonica | Vivo et Ericsson viennent de mettre en place un partenariat pour soutenir 3 000 enfants et adolescents vivant dans Vila Cruzeiro, une communauté à Rio de Janeiro au Brésil, en leur donnant accès à Internet haut débit et à des services en ligne.

Vivo fournira la connexion haut débit tandis qu’Ericsson fournira la solution TIC et les outils en matière d’éducation. Deux écoles publiques, les CIEP José Carlos Brandão Monteiro et Joracy Camargo, ainsi qu’une organisation non gouvernementale locale (ONG), Social Attitude, bénéficieront de ce partenariat.

Les écoles et l’ONG recevront des netbooks avec connectivité sans fil permettant aux étudiants et enseignants d’accéder librement à des contenus éducatifs en ligne. Cette initiative à Vila Cruzeiro est rendue possible par le programme Connect To Learn, qui propose des solutions en matière de TIC dans les écoles secondaires pour donner accès à des contenus de qualité. Des bourses d’études pluriannuelles pour les étudiants sont également données afin qu’ils s’inscrivent dans ces écoles. Lire la suite…