La cybersécurité, priorité absolue du tout-connecté

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G à venir.

Chaque année, le Forum économique mondial identifie et analyse dans son rapport Global Risks Report les principaux risques auxquels le monde est confronté. Le rapport de cette année, publié le 17 janvier, dévoile les résultats d’un sondage auprès d’un millier d’experts et de décideurs, invités à classer les 10 risques principaux en fonction de leur probabilité et de leur impact : les cyber-attaques arrivent en troisième position en termes de probabilité et en sixième position en termes d’impact.

Pour le comprendre, il faut revenir en octobre 2016 quand une attaque massive par déni de service distribuée (DDoS) a pour ainsi dire paralysé Internet. Sa cible ? Des serveurs de la société Dyn, qui contrôle une bonne partie de l’infrastructure du système des noms de domaine (DNS). Comme la plupart des DDoS de grande ampleur, cette attaque a utilisé un botnet – réseau d’appareils infectés par un logiciel malveillant – pour bombarder les serveurs de trafic jusqu’à ce qu’ils cèdent sous la pression.

L’originalité de l’attaque réside dans le type d’appareils infectés, utilisés pour l’orchestrer. Contrairement aux modes opératoires habituels, il ne s’agissait pas d’ordinateurs personnels mais d’objets connectés (IoT), comme des caméras IP ou des routeurs grand public. Dyn estime que l’attaque, deux fois plus puissante qu’aucune autre auparavant, a exploité jusqu’à 100 000 de ces appareils à la sécurité compromise.

Selon nos estimations, il devrait y avoir environ 18 milliards d’objets connectés en 2022. Quand on sait que beaucoup sont vulnérables aux attaques, il y a de quoi être inquiet. La quantité énorme d’objets mal protégés augmente considérablement la probabilité d’attaques par botnets dans le futur. De fait, la facilité avec laquelle on peut perpétrer de telles attaques trouve une bonne illustration dans les estimations de Kaspersky : il en coûterait moins de 4 US$ de l’heure pour la première heure d’attaque et 0,325 US $ pour les suivantes.

Ce coût d’accès modique contraste fortement avec le montant potentiel des dommages. Une cyber-attaque mondiale pourrait coûter 121,4 milliards de dollars à l’économie, estimait LLoyd’s of London en juillet 2017.

 

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G de demain. Nos services managés dans le domaine de la sécurité, fournis à travers notre portail dédié, couvrent l’ensemble du cycle de vie – identification, protection, détection, réponse et récupération – conformément au cadre de cybersécurité fixé par l’agence américaine des normes et technologies (NIST).

Nous appliquons les bonnes pratiques et utilisons les meilleurs outils, sélectionnés chez les leaders de la sécurité dont McAfee, Splunk, Cisco, Fortinet, Infoblox, Juniper et Palo Alto Networks.

Dans un scénario comme celui illustré par la vidéo ci-dessous, où Ericsson détecte une attaque sur un fournisseur de services connecté à nos réseaux 5G, notre équipe d’experts en sécurité se mobilise immédiatement pour trouver une solution et déployer des outils d’isolement avancés. En quelques heures, nous envoyons des mises à jour OTA (Over-The-Air) au réseau touché pour rétablir le fonctionnement normal. L’automatisation et l’apprentissage automatique permettent de tirer les leçons de ces attaques, pour qu’à l’avenir un tel scénario ne se reproduise pas ou, tout au moins, qu’il soit traité plus rapidement.

En savoir plus les services managés d’Ericsson dans le domaine de la sécurité.

 

 

Ericsson reconnu comme leader de l’OSS dans le cadran magique établi par Gartner pour la 6ème année consécutive

Gartner a de nouveau placé Ericsson comme leader dans son cadran magique dans le domaine de l’OSS (Operations Support Systems). Ericsson maintient sa position de leader pour la sixième année consécutive. Ericsson a également été nommée leader dans le cadran magique pour la gestion intégrée des revenus et de la clientèle en 2017.

Les solutions OSS sont devenues des plateformes d’incubation pour les fournisseurs de services de communication à mesure qu’ils passent des opérations traditionnelles au numérique.

Dans son rapport 2018, Gartner positionne une nouvelle fois Ericsson dans son cadran magique comme leader notamment pour  » les solutions de facturation, de relation client, la classification, la tarification, la gestion des relations avec les partenaires, la gestion des process, la médiation,  l’analyse des données et d’autres fonctions connexes « .

 

Extrait du rapport Gartner :  » L’évolution actuelle vers l’exploitation de l’infrastructure numérique ouvre la voie à la prochaine grande évolution de l’industrie des télécoms : une couche logicielle horizontale entièrement automatisée, hautement configurable et auto-orchestrée qui supporte des ressources physiques et virtuelles.

Au fil du temps, cette nouvelle couche d’exécution OSS pilotée par logiciel (orchestration OSS) remplacera les couches de service actuelles. Les principaux fournisseurs présents dans le cadran magique couvrent à la fois les architectures d’orchestration OSS traditionnelles et les nouvelles architectures d’orchestration OSS sous la forme de solutions d’orchestration SDN/NFV (software-defined networking /network function virtualization.

Les solutions OSS d’Ericsson aident les entreprises à gouverner, gérer et orchestrer des réseaux hybrides de manière holistique et en temps réel, transformant les réseaux existants en infrastructures flexibles, légères, programmables et adaptables.

Mats Hellman, Head of Solution Area OSS, Ericsson, commente : « Nous pensons que les différents rapports réalisés par Gartner valident notre orientation stratégique sur la transformation numérique et les défis clés de l’industrie, tels que l’IoT et le 5G. Grâce à l’approche d’Ericsson et à notre engagement en faveur de la numérisation et de la 5G, les clients réussissent à mieux piloter la data et à automatiser leurs opérations réseau.

 

En 2017, Ericsson a également été nommé dans le cadran magique de Gartner pour la gestion intégrée des revenus et de la clientèle pour les CSP (Communications Service Providers) du fait de sa capacité d’exécution et de l’exhaustivité de sa vision. Ericsson a reçu cette reconnaissance pour sa suite IRCM pour la quatrième année consécutive.

Obtenez un exemplaire gratuit du rapport 2018 de Gartner : « Magic Quadrant for Operations Support Systems ».

COP22 : Ericsson fait la démonstration de solutions capables de répondre aux enjeux climatiques

Par Corinne Muller, le jeudi 10 novembre 2016, classé dans Non classé

logo-vf-nLa 22ème édition de la Conférence des parties (COP 22) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques se tient cette année au Maroc. Elle sera l’occasion de prendre plus spécifiquement en compte les enjeux auxquels le continent africain devra faire face dans l’avenir.

D’après l’étude menée par Ericsson Research, les solutions TIC pourraient permettre d’obtenir jusqu’à 15 % de réduction des émissions globales de gaz à effet de serre, l’équivalent d’environ 10 gigatonnes de CO2e, soit plus que l’empreinte carbone actuelle des États-Unis et de l’UE réunis. Tous les secteurs industriels considérés dans l’étude présentent un potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Lire la suite…

Règlement Jeux Concours

Par Diane Delesalle, le lundi 5 janvier 2015, classé dans Non classé

ARTICLE 1 LA SOCIÉTÉ ORGANISATRICE ET PRÉSENTATION DU JEU

La Société Ericsson, société par actions simplifiée au capital de 25 864 506,50 €, inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés d’Evry sous le numéro 334 736 147, dont le siège social est situé 25, avenue Carnot – 91348 Massy Cedex, (la « Société Organisatrice ») organise un jeu concours (le(s) « Jeu(x) Concours ») sur son compte Twitter, lequel est accessible à l’adresse suivante : https://twitter.com/EricssonFrance (le(s) « Compte(s) Twitter »).

ARTICLE 2 CONDITIONS DE PARTICIPATION ET ACCEPTATION DU REGLEMENT

Toute participation à un Jeu Concours organisé sur le Compte Twitter de la Société Organisatrice implique de la part du participant (le « Participant ») l’acceptation sans aucune réserve du présent règlement (le « Règlement »). Tout contrevenant à l’un ou plusieurs des articles du Règlement sera privé de la possibilité de participer au Jeu Concours en question, mais également de la dotation qu’il aurait pu éventuellement gagner.

La participation aux Jeu Concours est ouverte à toute personne physique, âgée de 13 ans minimum, résidant en France.

La participation aux Jeux Concours se fait uniquement via Twitter et requiert l’accès à Twitter dont l’usage nécessite la création d’un compte utilisateur, public ou privé, et le respect des conditions générales de Twitter. Sans cette condition toute participation à un Jeu Concours n’est pas possible.

La participation à un Jeu Concours est limitée à une seule participation par foyer (même nom, même adresse postale).

Ne peuvent en aucun cas participer à un Jeu Concours les personnes ayant collaboré à son organisation et/ou ayant un lien juridique direct ou indirect avec la Société Organisatrice.

ARTICLE 3 DEROULEMENT ET REGLES DU JEU

Le principe du jeu concours Ericsson France consiste pour les Participants à :

– Se connecter sur leur compte Twitter personnel ;

– Se rendre sur le Compte de la Société Organisatrice ;

– Retweeter (republier) le message indiqué par la Société Organisatrice sur son compte Twitter

Le message à retweeter comporte souvent un hashtag spécifique et/ou la mention de la marque partenaire du Jeu Concours en question.

ARTICLE 4 DETERMINATION DES GAGNANTS ET DOTATIONS

4.1 Détermination des gagnants et dotations

Le gagnant est désigné par le Community Manager le jour même, parmi les internautes ayant retweeté le message 24 heures après la diffusion du tweet par la Société Organisatrice (le(s) « Gagnant(s) »).

4.2. Modalités de remise des dotations

Chaque Gagnant est informé de sa victoire par la Société Organisatrice le jour même du tirage au sort par un message publié par la Société Organisatrice sur son Compte Twitter. La Société Organisatrice contactera également chaque Gagnant via un message privé sur son compte Twitter afin de confirmer son gain et organiser sa remise, le cas échéant. Aucun message ne sera adressé aux perdants.

Dans l’hypothèse où un Gagnant ne confirmerait pas son gain dans un délai de 3 jours ouvrés après la prise de contact par la Société Organisatrice, ou, si un Gagnant déclinait son gain, la Société Organisatrice attribuera la dotation à un autre Participant sélectionné de la même façon, à sa seule discrétion.

Les Gagnants sont entièrement responsables de la validité de leurs coordonnées indiquées lors de la prise de contact de la Société Organisatrice via un message privé sur leur compte Twitter et les Gagnants reconnaissent que la Société Organisatrice ne pourra être tenue pour responsable du non-acheminement des emails et/ou dotations en raison des coordonnées incomplètes, imprécises ou incorrectes qui lui seront transmises.

4.3 Pour toutes les dotations

Tout ce qui n’est pas expressément inclus dans le descriptif des dotations présenté sur le Compte Twitter de la Société Organisatrice, est réputé exclu.

Les dotations ne pourront être ni échangées, ni reprises, ni faire l’objet d’une contrepartie financière ou d’un équivalent financier. Les éventuelles réclamations concernant la mise à disposition de la dotation ne pourront consister en une contrepartie financière et/ou équivalent financier.

Il est précisé que la Société Organisatrice ne fournira aucune prestation de garantie, d’assistance, de mise en jouissance ou de mise à disposition, la dotation consistant uniquement en la mise à disposition/mise en œuvre du prix tel que décrit et convenu avec le Gagnant.

En aucun cas, la Société Organisatrice ne pourra être tenue responsable de la mise à disposition des dotations ou en cas d’impossibilité pour les Gagnants de bénéficier de leur dotation pour raisons ou des circonstances hors de contrôle de la Société Organisatrice.

 

ARTICLE 5 OBLIGATIONS RELATIVES AUX CONTENUS ET LICENCE

5.1 Règles de participation relatives aux publications sur Twitter

En acceptant le Règlement, chaque Participant l’accepte sans réserve et reconnaît que l’ensemble de ses publications en rapport avec un Jeu Concours sont publiées sous sa pleine et entière responsabilité.

Les Participants devront s’assurer notamment que les conditions suivantes sont respectées :

– Le Participant doit être celui qui effectue le retweet depuis son propre compte Twitter ;

– Toute participation à un Jeu Concours ne devra pas porter atteinte d’une quelconque manière que ce soit, à toute personne physique ou morale et ne pas constituer un outrage aux bonnes mœurs, une incitation à la réalisation de certains crimes ou délits, à une quelconque provocation ou discrimination, à la haine ou à la violence, être insultant, diffamant ;

– Les publications des Participants contenant les retweets dans le cadre d’un Jeu Concours ne doivent contenir aucun élément qui contrevienne ou porte atteinte à quelque droit que ce soit, y compris sans s’y limiter, aux droits de propriété intellectuelle, au droit de publicité et au droit à la protection de la vie privée de quelque personne physique ou morale que ce soit ;

– Les publications des Participants contenant les retweets dans le cadre d’un Jeu Concours doivent respecter les conditions générales et les conditions d’utilisation de Twitter.

Seuls les retweets respectant les conditions du présent Règlement seront acceptés par la Société Organisatrice et pourront être pris en compte.

Le fait de s’inscrire sur Twitter et de participer à un Jeu Concours sous une fausse identité ou avec l’identité d’une autre personne ou de communiquer de fausses informations entraînera l’annulation de la participation du Participant. De même, toute manœuvre frauduleuse ou déloyale avérée entraînera la disqualification immédiate, définitive et sans préavis du Participant.

5.2 Autorisations – garanties

En participant à un Jeu Concours, chaque Participant autorise gracieusement la publication de son retweet et/ou nom de son compte Twitter et leur exploitation par la Société Organisatrice à des fins éditoriales et promotionnelles sur tous supports (web, TV, etc.).

Chaque Participant accorde à la Société Organisatrice une licence non-exclusive et gracieuse permettant à cette dernière de reproduire, copier, céder, représenter, communiquer, distribuer, adapter, traduire et plus généralement exploiter tout ou partie des retweets mis en ligne sur Twitter et ce, exclusivement en vue de promouvoir les activités de la Société Organisatrice et/ou un Jeu Concours.

Chaque Participant garantit à la Société Organisatrice la conformité des retweets à l’ensemble des dispositions du présent Règlement.

Cette licence est accordée pour le monde entier, pour toutes exploitations sur tous supports et par tous procédés de diffusion connus ou inconnus à ce jour, et pour toute la durée de protection légale de la propriété intellectuelle (y compris renouvellements et prolongations).

ARTICLE 6 CONSULTATION DU REGLEMENT DU JEU

Le Règlement peut être modifié à tout moment sous la forme d’un avenant par la Société Organisatrice qui sera publié sur un site accessible depuis la page Twitter de la Société Organisatrice :

– https://twitter.com/EricssonFrance

Les Participants pourront consulter le Règlement du Jeu :

  • A tout moment, après avoir cliqué sur le lien indiqué sur le Comptes Twitter de la Société Organisatrice ;
  • sur demande écrite auprès de la Société Organisatrice (ERICSSON FRANCE- à l’attention de Corinne Muller – 25, avenue Carnot – 91348 Massy Cedex)

ARTICLE 7 RESPONSABILITES ET RESERVES

7.1 Responsabilités

La Société Organisatrice ne saurait être déclarée responsable d’éventuels dysfonctionnements totaux ou partiels du réseau Internet et/ou du site Twitter ayant ou non entraîné des défaillances dans l’administration, la sécurité, la saisie, l’intégrité ou la gestion du Jeu Concours. Elle ne saurait notamment être déclarée responsable pour toutes erreurs, omissions, imperfections, interruptions, effacements, délais de transmission, défaillances des circuits de communication et de connections, destructions, dégradations ou tout autre problème lié aux réseaux de télécommunications, ordinateurs et terminaux en ligne, aux serveurs ou fournisseurs d’accès.

La Société Organisatrice se réserve le droit d’exclure de la participation à un Jeu Concours toute personne qui en troublerait le déroulement. Elle se réserve le droit de poursuivre en justice quiconque aurait triché, fraudé, truqué ou troublé les opérations décrites dans le présent Règlement ou aurait tenté de le faire. Les Gagnants qui auraient triché seraient de plein droit déchus de tout droit à obtenir une quelconque dotation.

La Société Organisatrice se réserve le droit, notamment en cas de raison impérieuse, d’écourter, de prolonger ou d’annuler un Jeu Concours en partie ou dans son ensemble si les circonstances l’exigeaient et les Participants reconnaissent que sa responsabilité ne saurait être engagée de ce fait.

Ces changements pourront faire toutefois l’objet d’une information préalable par tous les moyens appropriés, la Société Organisatrice se réservant la possibilité de suspendre momentanément la possibilité de participer à un Jeu Concours si elle ou ses éventuels prestataires techniques (et notamment ses prestataires d’hébergement) ne pouvaient plus assurer la continuité du service nécessaire au déroulement du Jeu en question.

La Société Organisatrice pourra toujours en cas de force majeure, de cas fortuit, ou de circonstance exceptionnelle (incendie, inondation, catastrophe naturelle, intrusion, malveillante dans le système informatique, grève, remise en cause de l’équilibre financier et technique du Jeu etc.) même émanant de sa propre responsabilité (sous réserve en cas de sa bonne foi) cesser tout ou partie d’un Jeu Concours.

Tout Jeu Concours sera annulé en cas de dissolution de la Société Organisatrice, de même qu’en cas de force majeure, sans que les Participants ne soient en droit de réclamer un quelconque dédommagement à ce titre.

Le Règlement peut être modifié à tout moment par la Société Organisatrice, dans le respect des principes énoncés précédemment à ce propos.

7.2 Réserves

Toute information communiquée par les Participants, notamment leurs coordonnées, sera considérée comme nulle et ne sera prise en considération si elle comporte une anomalie.

Les Participants reconnaissent que la Société Organisatrice ne pourra être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature (personnelle, matérielle, financière ou autre) survenu à l’occasion de leur participation à un Jeu Concours.

ARTICLE 8 DONNEES ET INFORMATIONS- LOI INFORMATIQUE ET LIBERTES

Conformément aux dispositions de l’article 26 de la loi n° 8-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les Participants bénéficient d’un droit d’accès au fichier informatique et de rectification des données les concernant et peuvent demander que leurs coordonnées soient radiées et ne soient pas utilisées à des fins de prospection directe par Ericsson. Cette demande peut se faire par simple courrier adressé à la Société Organisatrice: ERICSSON FRANCE- à l’attention de  Corinne Muller – 25, avenue Carnot – 91348 Massy Cedex

Leurs données ne sont pas communiquées à des tiers.

Le traitement automatisé des données nominatives des Participants a donné lieu à une déclaration auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

ARTICLE 9 DROIT APPLICABLE

Le présent Règlement est soumis à la loi française.

Pour être prise en compte, les éventuelles contestations relatives au Jeu doivent être formulées au plus tard trente (30) jours à compter de la clôture du Jeu, formulées par écrit uniquement et transmises à l’adresse suivante : ERICSSON FRANCE- à l’attention de Corinne Muller – 25, avenue Carnot – 91348 Massy Cedex

La Société Organisatrice tranchera toute question relative à l’application du présent Règlement ou non réglée par celui-ci. A l’exception des cas de fraude des Participants, toute contestation qui surviendrait à l’occasion de l’exécution du présent Règlement se résoudra prioritairement de manière amiable entre la Société Organisatrice et le Participant.

Tout litige pouvant intervenir sur l’interprétation du présent Règlement sera expressément soumis à la loi française et à l’appréciation souveraine de la Société Organisatrice et en dernier ressort à l’appréciation des Tribunaux compétents du ressort de la Cour d’Appel de Paris.

Ericsson publie ses résultats pour le second trimestre 2013

297x134_eng_q2_2013

Au cours du trimestre, nous avons franchi la barre du milliard d’abonnés dans les réseaux managés par Ericsson. Cela montre la confiance des clients dans notre capacité à créer de la valeur pour eux.

« Au second trimestre 2013, les ventes ont augmenté de 7%, pour des unités comparables et après ajustement lié aux effets de change. Elles ont été stables comparé au 2ème trimestre 2012, en raison des effets de change » a déclaré Hans Vestberg, président et CEO d’Ericsson.

L’activité projets est restée importante en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis où deux grands projets de couverture haut débit mobile ont connu un pic d’activité sur la 1ère partie de l’année 2013. L’Asie du Nord-Est a connu à nouveau des difficultés sur le trimestre en raison de la poursuite du déclin dans les investissements en GSM en Chine, du taux de change au Japon et d’une activité moins importante en Corée du Sud liée aux retards en matière de spectre.

Le mix d’activités, avec une part des projets de couverture plus importante que la part des projets de capacité, a commencé à se déplacer légèrement vers plus de projets de capacité au cours du trimestre.

Conformément à notre stratégie, nous avons gagné de nouvelles parts de marché en Europe dans les projets de modernisation de réseaux débutés en 2010, et ce malgré leurs niveaux de marge initialement moindres. Comme ces projets se terminent graduellement, nous pouvons conclure que nous avons réussi à gagner des parts de marché et à retrouver du leadership en Europe. Il est également encourageant de constater que, sur cette base, nous commençons à nous engager à présent dans de nouvelles activités en termes de projets de capacité et de LTE en Europe.

Nous continuons de renforcer notre position de leader en 4G/LTE. Le processus de sélection des équipementiers entamé en Russie et en Chine s’est poursuivi et nous avons signé à ce jour des contrats avec deux grands opérateurs russes.

Au cours du trimestre, nous avons également franchi la barre du milliard d’abonnés dans les réseaux managés par Ericsson. Cela montre la confiance des clients dans notre capacité à créer de la valeur pour eux.

La profitabilité s’est améliorée par rapport au second trimestre 2012, après ajustement lié aux effets non récurrents relatifs à la sortie des opérations télécoms et alimentation câble et au désinvestissement dans les sciences de communication appliquées (Applied Communication Sciences ou ACS). Cette amélioration a été tirée par des marges brutes plus élevées et de moindres dépenses opérationnelles. Cela a été partiellement effacé par les effets de change.

Avec l’annonce en avril et en juillet de l’intention d’acquérir Mediaroom de Microsoft ainsi que la société Red Bee Media, nous continuons de renforcer notre position dans le domaine TV/media.

Comme le secteur TV/media converge avec celui des télécoms, nous pouvons tirer parti de nos forces en gestion des media et en services managés. La vidéo est déjà le principal contributeur au trafic sur les réseaux mobiles et devrait croître de 60% par an jusqu’en 2018.

Alors que la situation macro-économique en Europe comporte toujours des challenges et que l’incertitude politique augmente dans certaines parties du Moyen-Orient comme en Egypte, les fondamentaux de l’industrie sur le long terme restent attractifs et nous sommes bien positionnés pour continuer d’accompagner nos clients dans un marché des TIC (technologies de l’information et de la communication) en pleine transformation » a conclu Hans Vestberg.

Pour télécharger le rapport complet :

http://www.ericsson.com/res/investors/docs/q-reports/2013/06month13-en.pdf

Le monde du mobile ne connaît pas la crise

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 26 février 2013, classé dans Non classé

Côté industriels, Ericsson reste le numéro un.

À voir le monde qui se presse au MWC 2013, on se dit que le monde du mobile ne connaît pas la crise. Le nombre d’exposants a légèrement augmenté : environ 1.700, représentant 64 pays, contre 1.500 en 2012. Pour accueillir tout ce monde, l’exposition s’est installée à la Fira Gran Via, un peu à l’extérieur de la ville, alors que l’an passé elle se tenait Fira Montjuic, emplacement plus central. Le nouveau site offre une surface 34% supérieure (94.000 m2 contre 70.000). En 2012, il y a eu 64.000 visiteurs. Nul doute que cette année ce chiffre sera au moins égalé, sinon dépassé (on ne le connaît pas encore, l’exposition restant ouverte jusqu’au 28 février).
Outre la question de taille, la différence avec l’édition passée porte également sur les thèmes. En 2012, les terminaux étaient à l’honneur : à qui aurait le plus grand écran, le processeur le plus rapide. Depuis, le marché a donné son verdict. Samsung au coude à coude avec HTC l’an passé a nettement remporté la bataille. Le premier domine outrageusement, tandis que le second s’essouffle. Le seul à résister est Apple qui, comme l’an dernier, brille par son absence. Une autre absence de marque cette année : pas de stand Android, alors qu’il était tentaculaire en 2012. Sans doute les deux géants, Apple et Google, jugent-ils, inutile de s’afficher ici.
Dans les télécoms aussi, il y a eu du changement. Sur la thématique : les services monopolisent l’attention. Côté industriels, Ericsson reste le numéro un, mais, entre-temps, Huawei s’est hissé au deuxième rang, doublant NSN (Nokia Siemens Network). Alcatel Lucent tarde toujours à retrouver des couleurs. Les champions du cœur de réseau, comme Cisco ou Juniper, sont là, mais jouent la sobriété. Les fondeurs, Qualcomm et Intel en tête, sont évidemment présents, puisque les terminaux ne sont plus ces objets passifs qu’étaient les premiers téléphones mobiles, mais deviennent un maillon essentiel de la chaîne et le processseur le cœur du système. Le m-Commerce poursuit sa percée.
Les opérateurs sont évidemment chez eux. Cependant, Orange s’est fait discret et ni Bouygues Télécom ni SFR n’ont planté leur tente. La France était représentée par environ 180 exposants.

Mobile World Congress 2012 : IPv6, un absent de marque

Par Jean-Pierre Soulès, le jeudi 1 mars 2012, classé dans Événements,Non classé

Mobile World Congress 2012 (2) – Ericsson

En ce troisième jour, si les exposants restent fidèles au poste, les rangs des visiteurs s’éclaircissent. Moins d’attente aux contrôles et aux restaurants, quelques sièges libres dans les zones de « repos », plus facile d’attraper un taxi à la sortie. La fête se termine.

Sous le soleil de Barcelone, on a parlé de beaucoup de choses lors ce MWC2012. De très haut débit, de collaboration entre cellulaire et Wi-Fi, de m-commerce, de visioconférence, de machine-to-machine. Et pourtant, on semble avoir ignoré un sujet très important, sans lequel rien ne pourrait se faire : IPv6 D’autant plus étonnant que c’est l’essor de la mobilité qui pousse à son avènement, si souvent annoncé et toujours reporté. Mais cette année, c’est son heure. Tous ces terminaux, il va bien falloir leur donner une adresse IP. Et lorsqu’il y aura bientôt 50 milliards d’objets connectés, IPv4, malgré toutes les astuces déployées jusque là pour prolonger sa vie, n’y suffira pas. Indispensable, donc, IPv6, qui permettra à chaque terminal d’avoir une adresse sans avoir à jongler avec les home agents et foreign agents. Et pourtant, le silence. Ce sera peut-être pour l’année prochaine.

D’ailleurs, où se tiendra-t-il, le MWC 2013? Il se murmure que la Fira Montjuïc, devenant trop petite, il pourrait s’installer ailleurs dans Barcelone ou peut-être dans une autre ville. Paris était sur les rangs pour celui de cette année. Raté. Ce salon qui a vu le jour en France, sur la Croisette de Cannes, ne semble pas disposé à revenir dans l’Hexagone.

Ericsson publie ses résultats du 3ème trimestre 2011

Par Corinne Muller, le jeudi 20 octobre 2011, classé dans Non classé

Toutes les régions, à l'exception des Etats-Unis, que ce soit l'Europe du Nord et l'Asie centrale, la Méditerranée et l'Inde ont montré une croissance séquentielle sur le segment des Réseaux.

« Au cours de ce trimestre, les ventes du Groupe ont augmenté de 17% comparé à l »an passé, tirées par une demande forte et continue pour le haut débit mobile ainsi que par l »augmentation des revenus dans les Services » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d »Ericsson. Après ajustement lié aux effets du taux de change, les ventes ont augmenté de 24% comparé au 3ème trimestre 2010. Notre performance depuis le début de l »année confirme l »accroissement de notre part de marché globale.

Un plus grand nombre de projets de couverture, ainsi que l »accélération des projets de modernisation de réseaux en Europe ont eu un impact négatif sur la marge brute. Le résultat opérationnel, hors co-entreprises, a été de 6,3 milliards de SEK (6,2) au cours de ce trimestre et le résultat net a atteint 3,8 milliards de SEK (3,6), en augmentation de 6%. Lire la suite…

TICS et gestion du personnel d’intervention : réalisation d’une étude en Turquie

Par Corinne Muller, le mercredi 7 septembre 2011, classé dans Non classé
Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

Les services géolocalisés constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente.

La logistique intelligente regroupe des technologies qui, grâce à une meilleure planification des trajets et des chargements, permettent de réduire la consommation de carburant et d »améliorer ainsi la performance énergétique. Par exemple, l »utilisation d »un logiciel de gestion des opérations peut contribuer à réduire les stocks, la consommation de carburant, le kilométrage parcouru et le nombre de véhicules circulant à vide ou partiellement chargés.

Les services géolocalisés, parce qu »ils permettent de transmettre à des applications mobiles existantes des informations sur la position géographique d »un terminal mobile, constituent un outil stratégique au service de la logistique intelligente. Il en découle toute une série de services personnalisés et enrichis destinés à répondre aux besoins de sécurité, d »efficacité et de confort des utilisateurs, qu »il s »agisse de particuliers ou d »entreprises.

Périmètre de l »étude

Cette étude de cas porte sur un système TIC constitué d »un réseau mobile et de terminaux mobiles servant à transmettre des informations à des systèmes de positionnement, à un système d »information géographique, à des PCs de surveillance et à des serveurs d »applications. On suppose que le logiciel d »application est déployé dans un centre informatique équipé de dispositifs d »alimentation électrique et de refroidissement. Lire la suite…

Ericsson publie ses résultats pour le 2ème trimestre 2011

Par Benoît Chamontin, le jeudi 21 juillet 2011, classé dans Non classé
« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s'est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg

Ericsson a publié ce matin ses résultats du 2ème trimestre 2011. Les ventes du groupe ont cru ce trimestre de 14% comparé au 2ème trimestre 2010, tiré par la demande forte et continue pour le haut débit mobile. Les effets des taux de change monétaires, avec une couronne suédoise (SEK) forte, ont ainsi impacté négativement les ventes, qui ont cru en monnaie constante de 27%.

« La forte croissance enregistrée les trimestres précédents s’est poursuivie ce trimestre » a déclaré Hans Vestberg, Président et CEO d’Ericsson. « Le résultat d’exploitation, en excluant les co-entreprises, a décru à 5,0 milliards de SEK (5,3) ce trimestre, impacté négativement par une charge de restructuration exceptionnelle de 1,3 milliard de SEK liée à la réduction du personnel intervenue en Suède. Le résultat net a atteint 3,2 milliards de SEK (2,0), en croissance de 59%.

Nous avons observé ce trimestre un changement dans le mix marché. Le Brésil, la Chine, l’Allemagne, la Corée et la Russie ont montré une croissance particulièrement forte, comparé au 2ème trimestre 2010 et au 1er trimestre 2011. Les Etats-Unis ont conservé un niveau d’activité élevé même si, de manière séquentielle, l’activité Réseaux s’est quelque peu ralentie alors que les Services ont continué de se développer.

Les ventes sur le segment des Réseaux ont cru de 31% comparé au 2ème trimestre 2010. La croissance continue des ventes en haut débit mobile s’est accompagnée d’un fort développement des revenus dans le domaine des produits réseaux IP. Les ventes sur le segment des Services ont diminué de 5% comparé au 2ème trimestre 2010 en raison des effets de taux de change. En monnaies locales, les ventes de Services Professionnelles ont été presque stables. Les ventes de Services Managés ont diminué comparé au 2ème trimestre 2010. Mais les facteurs de croissance fondamentaux de l’activité Services sont toujours là et l’intérêt des clients reste élevé. Les ventes sur le segment Multimedia ont décru de 2% comparé à la même période l’an dernier, avec cependant une bonne gestion des revenus.

Au 2ème trimestre, l’impact du tremblement de terre et du tsunami au Japon a été limité, les actions entreprises pour l’atténué ayant porté leurs fruits. Notre chaîne d’approvisionnement s’est rétablie plus rapidement que prévu et les délais de livraison de nos produits sont en train de revenir progressivement à la normale.

Ce trimestre a été difficile pour nos co-entreprises qui ont toutes les deux enregistré des pertes. La profitabilité de Sony Ericsson a été impactée par le tremblement de terre au Japon, engendrant des difficultés d’approvisionnement pour près de 1,5 million d’unités. La demande des consommateurs et des opérateurs pour les smartphones continue d’être forte.

ST Ericsson a accru ses pertes ce trimestre essentiellement en raison des récents changements intervenus dans la demande sur le marché de la téléphonie » a conclu Hans Vestberg.

Pour lire le rapport complet : http://www.ericsson.com/res/investors/docs/q-reports/2011/6month11-en.pdf