Nouvelle étude : les achats via smartphones

Par Diane Delesalle, le mercredi 6 juin 2018, classé dans m-commerce,Réseaux mobiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle étude du Consumer& Industry Lab démontrent que les achats via les smartphones transforment le commerce :

  • Le M-commerce mondial devrait connaître une hausse importante au cours des prochaines années, 43% des consommateurs effectuant déjà des achats sur leur téléphone chaque semaine.
  • La majorité des acheteurs mobiles s’attendent à ce que d’ici 3 ans, un conseiller personnel virtuel les aide à effectuer leurs achats.
  • 69% des utilisateurs d’AR (réalité augmentée) et de VR (réalité virtuelle) pensent que ces technologies offriront aux smartphones tous les avantages des magasins physiques d’ici 3 ans.

Au-delà du M-commerce, il y a une montée en puissance des assistants virtuels. Le rapport explique comment la connectivité transforme la façon d’acheter des consommateurs.

Cette hausse des achats de biens et services via smartphones entraine de nouveaux besoins tels que le recours aux assistants virtuels à l’achat :

https://www.ericsson.com/en/trends-and-insights/consumerlab/consumer-insights/reports/beyond-smartphone-shopping–the-rise-of-smart-assistants

Nouvelle étude Ericsson Consumer & Industry Lab : les achats via smartphones transforment le commerce

Par Diane Delesalle, le mardi 15 mai 2018, classé dans Innovation / R&D,m-commerce,Opérateurs

  • Le M-commerce mondial devrait connaître une hausse importante au cours des prochaines années, 43% des consommateurs effectuant déjà des achats sur leur téléphone chaque semaine.
  • La majorité des acheteurs mobiles s’attendent à ce que, d’ici 3 ans, un conseiller personnel virtuel les aide à effectuer leurs achats.
  • 69% des utilisateurs d’AR (réalité augmentée) et de VR (réalité virtuelle) pensent que ces technologies offriront aux smartphones tous les avantages des magasins physiques d’ici 3 ans.

Ericsson Consumer & Industry Lab a analysé la transformation du commerce et présente son étude : au-delà du M-commerce, il y a une montée en puissance des assistants virtuels. Ce rapport explique comment la connectivité transforme la façon d’acheter des consommateurs.
La montée en puissance de l’achat de biens et services via smartphones entraine de nouveaux besoins tels que le recours aux assistants virtuels à l’achat.

 

L’étude est disponible dès aujourd’hui : https://www.ericsson.com/en/trends-and-insights/consumerlab/consumer-insights/reports/beyond-smartphone-shopping–the-rise-of-smart-assistants

 

La cybersécurité, priorité absolue du tout-connecté

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G à venir.

Chaque année, le Forum économique mondial identifie et analyse dans son rapport Global Risks Report les principaux risques auxquels le monde est confronté. Le rapport de cette année, publié le 17 janvier, dévoile les résultats d’un sondage auprès d’un millier d’experts et de décideurs, invités à classer les 10 risques principaux en fonction de leur probabilité et de leur impact : les cyber-attaques arrivent en troisième position en termes de probabilité et en sixième position en termes d’impact.

Pour le comprendre, il faut revenir en octobre 2016 quand une attaque massive par déni de service distribuée (DDoS) a pour ainsi dire paralysé Internet. Sa cible ? Des serveurs de la société Dyn, qui contrôle une bonne partie de l’infrastructure du système des noms de domaine (DNS). Comme la plupart des DDoS de grande ampleur, cette attaque a utilisé un botnet – réseau d’appareils infectés par un logiciel malveillant – pour bombarder les serveurs de trafic jusqu’à ce qu’ils cèdent sous la pression.

L’originalité de l’attaque réside dans le type d’appareils infectés, utilisés pour l’orchestrer. Contrairement aux modes opératoires habituels, il ne s’agissait pas d’ordinateurs personnels mais d’objets connectés (IoT), comme des caméras IP ou des routeurs grand public. Dyn estime que l’attaque, deux fois plus puissante qu’aucune autre auparavant, a exploité jusqu’à 100 000 de ces appareils à la sécurité compromise.

Selon nos estimations, il devrait y avoir environ 18 milliards d’objets connectés en 2022. Quand on sait que beaucoup sont vulnérables aux attaques, il y a de quoi être inquiet. La quantité énorme d’objets mal protégés augmente considérablement la probabilité d’attaques par botnets dans le futur. De fait, la facilité avec laquelle on peut perpétrer de telles attaques trouve une bonne illustration dans les estimations de Kaspersky : il en coûterait moins de 4 US$ de l’heure pour la première heure d’attaque et 0,325 US $ pour les suivantes.

Ce coût d’accès modique contraste fortement avec le montant potentiel des dommages. Une cyber-attaque mondiale pourrait coûter 121,4 milliards de dollars à l’économie, estimait LLoyd’s of London en juillet 2017.

 

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G de demain. Nos services managés dans le domaine de la sécurité, fournis à travers notre portail dédié, couvrent l’ensemble du cycle de vie – identification, protection, détection, réponse et récupération – conformément au cadre de cybersécurité fixé par l’agence américaine des normes et technologies (NIST).

Nous appliquons les bonnes pratiques et utilisons les meilleurs outils, sélectionnés chez les leaders de la sécurité dont McAfee, Splunk, Cisco, Fortinet, Infoblox, Juniper et Palo Alto Networks.

Dans un scénario comme celui illustré par la vidéo ci-dessous, où Ericsson détecte une attaque sur un fournisseur de services connecté à nos réseaux 5G, notre équipe d’experts en sécurité se mobilise immédiatement pour trouver une solution et déployer des outils d’isolement avancés. En quelques heures, nous envoyons des mises à jour OTA (Over-The-Air) au réseau touché pour rétablir le fonctionnement normal. L’automatisation et l’apprentissage automatique permettent de tirer les leçons de ces attaques, pour qu’à l’avenir un tel scénario ne se reproduise pas ou, tout au moins, qu’il soit traité plus rapidement.

En savoir plus les services managés d’Ericsson dans le domaine de la sécurité.

 

 

Les Français toujours plus connectés via leur téléphone mobile pendant les fêtes

c1cgss6xaaajoylCette année encore, les Français ont envoyé des millions de vœux avec leur téléphone mobile. Une tendance s’est confirmée pour les vœux 2017 : les messages multimédias, ainsi que les services de messageries instantanées, de type WhatsApp et Facebook Messenger, ou encore les réseaux sociaux, comme Snapchat, prennent de plus en plus le relais des SMS. Les MMS (Multimedia Messaging Service), qui permettent notamment d’envoyer des photos, des enregistrements audios ou des vidéos, ont bondi de 8,63% chez Orange à 7,1 millions et de 13,5% à 3,39 millions chez Bouygues Telecom, entre 21h le 31 décembre et 2h du matin le 1er janvier. Selon Bouygues, « Pour la première fois, la majorité des messages ont été envoyés depuis la 4G sur la journée du 31/12, avec 60% du volume ».

Lire la suite…

Du hashtag au cashtag : les réseaux sociaux adoptent le paiement mobile

Le paiement mobile et les réseaux sociaux.

La plus grande opportunité pour le marché du paiement mobile est d’aller au-delà des transactions financières de particulier à particulier, qui composent aujourd’hui la majeure partie des transactions mobiles. Il faut pour cela que les opérateurs de téléphonie mobile, les entrepreneurs et startups du secteur FinTech, les banques et les fournisseurs de services de paiement mobile travaillent main dans la main pour intégrer le paiement mobile dans la vie quotidienne.

Connaître les habitudes du consommateur fait apparaître de nombreuses opportunités de croissance pour tous les acteurs de l’écosystème de la finance mobile. Les entreprises peuvent apprendre les unes des autres et les entreprises les plus proches des clients à l’heure actuelle sont sans doute les réseaux sociaux comme Facebook, Snapchat, Pinterest et Instagram.

Lire la suite…

Les crypto-monnaies bousculent les cartes bancaires et les moyens de paiement traditionnels

Par Benoît Maydat, le lundi 26 janvier 2015, classé dans m-commerce,Société en réseau

ericsson_cryptomonnaies

La technologie joue un rôle déterminant dans la transformation des systèmes de paiement. Par le passé, étant donné le niveau très élevé de confiance exigé par ces systèmes, seuls les Etats et les institutions financières pouvaient prétendre à en être les points d’ancrage. Aujourd’hui, toutefois, les nouvelles technologies gagnent en fiabilité, offrant désormais une alternative valable aux modèles traditionnels. Lire la suite…