La qualité de service : enjeu majeur pour les réseaux privés LTE et l’IOT

Par Diane Delesalle, le vendredi 6 juillet 2018, classé dans 4G LTE,5G,Événements,IOT,Objets connectés

A l’occasion du match Suède-Suisse lors de la coupe du monde de la FIFA, et en tant que partenaire du Paris Saint-Germain, Ericsson avait souhaité organiser au Parc des Princes, ce mardi 3 juillet 2018, son événement « LTE & IoT for Entreprises » afin d’aborder, les problématiques liées aux réseaux LTE, à la 5G, à l’IoT…

En introduction, Nadège Meurgues, directrice commerciale du secteur « Entreprises » pour Ericsson France, a rappelé les conclusions du dernier Ericsson Mobility Report publié au mois de juin, mettant en avant un essor considérable de la 5G à l’internationale ainsi que la montée en puissance de l’IoT cellulaire. Nadège a également abordé le LTE privé, qui s’avère être « la solution technologique la plus adaptée permettant des cas d’utilisation innovants notamment dans les domaines du transport intelligent et de l’énergie. La table ronde qui a suivi a été animée par Ariel Gomez, CEO de Media Partners 360.

Pour Régis Hourdouillie, responsable des partenariats IoT chez Ericsson France, les « Smart Cities » représentent, de par leurs impacts sur la vie des citoyens, sur le business, et sur l’environnement, un enjeux politique important. En matière de plateforme, ou solution verticale permettant la mise en place de ces « Smart Cities », Régis Hourdouillie rappelle que chez Ericsson, la « scalability », le fait de pouvoir réutiliser une plateforme pour plusieurs cas d’utilisation, est primordiale pour « éviter une perte énergie en termes d’intégration informatique » ainsi qu’un surcoût.

En matière de réseau LTE privé, Florence Erpelding, représentante de l’AGURRE (Association des Grands Utilisateurs de Réseaux Radios d’Exploitations) explique le choix d’un réseau privatif 4G en énumérant les avantages d’un réseau LTE privé par rapport à un réseau WIFI : un meilleur débit, une meilleure maîtrise de la qualité de service et un moindre risque de brouillage.

En ce qui concerne Air France, Benoit Baril, responsable télécom, explique que le passage au réseau LTE privé permet la « convergence de tous les services Wifi et Tétra sur une même technologie », facilitant ainsi les échanges de voix, de photos, et de vidéos. Pour une très grande structure comme Air France, le passage de la Wifi au réseau LTE représente un énorme gain de productivité ainsi qu’une importante perspective d’innovation avec notamment les avions connectés.

 

En matière de services connectés, un autre secteur évolue très vite : celui de l’automobile.

Jean-François Labal, Directeur marketing & ventes pour la division « voitures connectées » chez Renault, l’affirme : « Il est vrai qu’il y a un changement de contexte (…). La voiture devient électrique, connectée, partageable et autonome. Toutes ces tendances de fond, font qu’effectivement, un groupe comme Renault voit sa position dans la chaîne de valeur changée ». A l’origine constructeur automobile, Renault se voit devenir un opérateur de mobilité. Cela a nécessité pour le groupe, la mise en place il y a 2 mois, d’une nouvelle direction de la mobilité afin de pouvoir offrir et opérer ces nouveaux services.

Ce changement de paradigme industriel implique une révolution pour le groupe en matière d’investissement pour la mise en place des services liés aux fonctions d’opérateur mobile comme le développement de sa propre solution cloud. De plus, pour être plus efficace, Renault a choisi de « coopétiter » avec les GAFA avec notamment une coopération avec Microsoft pour le cloud.

Alexis Beauvilain, Responsable supervision et systèmes de transports autonomes chez Transdev’, est quant à lui revenu sur l’importance de la qualité de service (vidéosurveillance, alerte en cas de défaillance…) dans les véhicules connectés en affirmant que « sans qualité de service, il n’y a pas de service tout court ».

La 5G devrait permettre cette qualité de service grâce au très haut débit.

 

Retrouvez la vidéo récapitulative ainsi que l’intégralité de l’événement ci-après : https://youtu.be/fQc7wYfneI4

Vous pouvez également retrouver l’intégralité de notre table-ronde live sur notre page Facebook : https://bit.ly/2KH2cIJ

 

Les opérateurs parviendront-ils à réussir dans l’IOT ?

Par Corinne Muller, le jeudi 21 juin 2018, classé dans 5G,IOT

Retour sur la première Ringside Session organisée par Ericsson

Quelles sont les opportunités et les challenges rencontrés dans le domaine de l’IOT ? Pour y répondre, Ericsson a organisé sa 1ère Ringside Session, rassemblant des opérateurs clés au niveau mondial mais aussi des disrupteurs dans un débat animé par la journaliste Shywy Jervis en présence d’Arun Bansal, vice-président et directeur d’Ericsson Europe et Amérique Latine.

Cette première session Ringside a permis de réaliser un broadcast live au contenu à forte valeur ajoutée. Le rôle des opérateurs au sein de la chaîne de valeur IoT, les budgets disponibles et les défis auxquels les opérateurs doivent être prêts à faire face ont nourri un vif débat entre les participants de Vodafone, Deutsche Telekom, Telenor Norway ou encore GP Bullhound.

Même s’ils non pas forcément trouvé de consensus, nous en savons maintenant plus sur la manière dont un opérateur peut réussir sur le marché de l’IoT.

 

Retrouvez l’intégralité des débats ci-après

 

 

Retrouvez l’un des points de vue exprimé par Arun Bansal, vice-président et directeur d’Ericsson Europe et Amérique Latine.

 

Vous pouvez également aller plus loin avec les études de cas d’Ericsson sur la 5G et l’IoT

 

 

 

La nouvelle édition du Mobility Report d’Ericsson constate l’essor de la 5G et la montée en puissance de l’IoT cellulaire

Par Diane Delesalle, le mardi 12 juin 2018, classé dans 5G,IOT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 3,5 milliards de connexions IoT cellulaires prévues d’ici 2023
  • Des lancements commerciaux de la 5G dès cette année.
  • Essor de la 5G mené par les Etats-Unis
  • 20 % du trafic mondial de données mobiles transiteront par des réseaux 5G en 2023

La dernière étude menée par Ericsson sur la mobilité s’est focalisée sur deux aspects : le déploiement commercial de la 5G et celui, plus vaste que prévu, de l’IoT cellulaire.

Les prévisions concernant le nombre de connexions IoT cellulaires ont quasiment doublé depuis novembre 2017. Désormais, ce nombre devrait atteindre la barre des 3,5 milliards d’ici à 2023, sous l’impulsion notamment des déploiements à grande échelle actuellement menés en Chine. Les technologies NB-IoT et Cat-M1, destinées au déploiement massif de l’IoT cellulaire, sont le moteur de cette croissance : elles permettent aux fournisseurs de services d’améliorer leur efficacité et d’apporter de la valeur ajoutée aux clients.

A ce jour, on recense dans le monde plus de 60 réseaux IoT cellulaires bâtis par les opérateurs mobiles sur la base de ces technologies et desservant un large éventail d’usages, principalement axés autour de la logistique et la gestion de flottes aux Etats-Unis, ou encore de l’agriculture et des villes intelligentes en Chine.

Premiers lancements commerciaux de la 5G dès cette année.

L’Amérique du Nord devrait jouer un rôle moteur dans l’essor de la 5G, les principaux opérateurs américains ayant prévu un déploiement de la 5G entre fin 2018 et mi-2019. D’ici la fin 2023, près de 50 % de tous les abonnements mobiles souscrits en Amérique du Nord devraient être des abonnements 5G. Suivront l’Asie du Nord-Est et l’Europe de l’Ouest avec, respectivement, 34 % et 21 %.

Au niveau mondial, les premiers grands déploiements de la 5G devraient avoir lieu à partir de 2020. Ericsson prévoit qu’il y aura plus d’1 milliard d’abonnements 5G d’ici fin 2023, soit 12 % environ du nombre total d’abonnements mobiles, une évolution stimulée par le besoin d’un haut débit mobile aux capacités améliorées.

Une multiplication par huit du trafic de données mobiles est également attendue sur la même période, atteignant près de 107 exaoctets par mois, soit l’équivalent de 10 heures de streaming vidéo en qualité Full HD par chaque abonné mobile dans le monde. D’ici 2023, plus de 20 % du trafic mondial de données mobiles devraient transiter par des réseaux 5G, soit 1,5 fois plus que le trafic 4G/3G/2G total actuel.

A l’instar des précédentes technologies mobiles, la 5G devrait être déployée en priorité dans les zones urbaines de forte densité, avec pour premiers cas d’usage commerciaux le haut débit mobile amélioré et l’accès fixe sans fil. Côté industrie, les cas d’usage toucheront notamment les secteurs de l’automobile, de la fabrication, de l’énergie ou encore de la santé.

Fredrik Jejdling, Executive Vice President et directeur de la Business Area Réseaux d’Ericsson, explique : « 2018 sera l’année des premiers déploiements commerciaux des réseaux 5G, de même que celle des déploiements à grande échelle de l’IoT cellulaire. Ces technologies promettent des capacités nouvelles qui auront un impact sur la vie des gens et transformeront les industries. Ce changement n’interviendra que si les différents acteurs industriels et les organismes de régulation combinent leurs efforts en vue d’une harmonisation du spectre, des normes et des technologies. »

Des appareils 5G de première génération, de type “data only”, devraient faire leur apparition à partir du deuxième semestre 2018. Les premiers smartphones commerciaux capables de supporter la 5G dans la bande de fréquences moyennes arriveront normalement début 2019, tandis qu’il faudra attendre entre le début et la mi-2019 pour les bandes de fréquences supérieures.

Le rapport Ericsson sur la mobilité comporte également des articles sur la performance des réseaux vue par les clients, sur la fabrication intelligente, sur l’intelligence artificielle appliquée à la gestion du réseau et sur l’importance d’un spectre adapté pour la 5G.

Rejoignez notre session en direct sur Facebook (à 15h00 le 12 juin )

Consulter le rapport complet

 

La cybersécurité, priorité absolue du tout-connecté

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G à venir.

Chaque année, le Forum économique mondial identifie et analyse dans son rapport Global Risks Report les principaux risques auxquels le monde est confronté. Le rapport de cette année, publié le 17 janvier, dévoile les résultats d’un sondage auprès d’un millier d’experts et de décideurs, invités à classer les 10 risques principaux en fonction de leur probabilité et de leur impact : les cyber-attaques arrivent en troisième position en termes de probabilité et en sixième position en termes d’impact.

Pour le comprendre, il faut revenir en octobre 2016 quand une attaque massive par déni de service distribuée (DDoS) a pour ainsi dire paralysé Internet. Sa cible ? Des serveurs de la société Dyn, qui contrôle une bonne partie de l’infrastructure du système des noms de domaine (DNS). Comme la plupart des DDoS de grande ampleur, cette attaque a utilisé un botnet – réseau d’appareils infectés par un logiciel malveillant – pour bombarder les serveurs de trafic jusqu’à ce qu’ils cèdent sous la pression.

L’originalité de l’attaque réside dans le type d’appareils infectés, utilisés pour l’orchestrer. Contrairement aux modes opératoires habituels, il ne s’agissait pas d’ordinateurs personnels mais d’objets connectés (IoT), comme des caméras IP ou des routeurs grand public. Dyn estime que l’attaque, deux fois plus puissante qu’aucune autre auparavant, a exploité jusqu’à 100 000 de ces appareils à la sécurité compromise.

Selon nos estimations, il devrait y avoir environ 18 milliards d’objets connectés en 2022. Quand on sait que beaucoup sont vulnérables aux attaques, il y a de quoi être inquiet. La quantité énorme d’objets mal protégés augmente considérablement la probabilité d’attaques par botnets dans le futur. De fait, la facilité avec laquelle on peut perpétrer de telles attaques trouve une bonne illustration dans les estimations de Kaspersky : il en coûterait moins de 4 US$ de l’heure pour la première heure d’attaque et 0,325 US $ pour les suivantes.

Ce coût d’accès modique contraste fortement avec le montant potentiel des dommages. Une cyber-attaque mondiale pourrait coûter 121,4 milliards de dollars à l’économie, estimait LLoyd’s of London en juillet 2017.

 

Fort de son expérience de la gestion sécurisée de plus de 300 réseaux dans le monde et de ses capacités de recherche sur les menaces, Ericsson propose un portefeuille complet de services de sécurité optimisés pour les environnements d’objets connectés (IoT) et les réseaux 5G de demain. Nos services managés dans le domaine de la sécurité, fournis à travers notre portail dédié, couvrent l’ensemble du cycle de vie – identification, protection, détection, réponse et récupération – conformément au cadre de cybersécurité fixé par l’agence américaine des normes et technologies (NIST).

Nous appliquons les bonnes pratiques et utilisons les meilleurs outils, sélectionnés chez les leaders de la sécurité dont McAfee, Splunk, Cisco, Fortinet, Infoblox, Juniper et Palo Alto Networks.

Dans un scénario comme celui illustré par la vidéo ci-dessous, où Ericsson détecte une attaque sur un fournisseur de services connecté à nos réseaux 5G, notre équipe d’experts en sécurité se mobilise immédiatement pour trouver une solution et déployer des outils d’isolement avancés. En quelques heures, nous envoyons des mises à jour OTA (Over-The-Air) au réseau touché pour rétablir le fonctionnement normal. L’automatisation et l’apprentissage automatique permettent de tirer les leçons de ces attaques, pour qu’à l’avenir un tel scénario ne se reproduise pas ou, tout au moins, qu’il soit traité plus rapidement.

En savoir plus les services managés d’Ericsson dans le domaine de la sécurité.

 

 

Ericsson dynamise l’écosystème IoT grâce à sa place de marché IoT Accelerator

Par Corinne Muller, le jeudi 22 février 2018, classé dans IOT

Irrigation on a connected farm

  • Favorise l’adoption massive de l’IoT comme tremplin vers la 5G
  • La place de marché IoT Accelerator augmente la capacité des acteurs de l’écosystème IoT cellulaire à créer de la valeur
  • Facilite l’intégration d’applications partenaires et clients pour les fournisseurs de services évoluant vers un IoT d’entreprise. Elle permet aux partenaires et développeurs d’applications de rejoindre l’écosystème facilement et de développer leur activité de manière rentable.

Ericsson vient de lancer sa place de marché IoT Accelerator pour favoriser la collaboration au sein de l’écosystème numérique, une collaboration qui profitera tout autant aux développeurs qu’aux fournisseurs de services.

Côté fournisseurs de services, elle met à disposition un catalogue global d’applications IoT à proposer aux entreprises clientes et permet d’accélérer la mise sur le marché de nouvelles offres.

Côté partenaires et développeurs d’applications, elle ouvre la porte sur un écosystème IoT qui leur permettra d’entrer en contact avec des fournisseurs de services au travers d’une plateforme unique, donnant de la visibilité aux API de connectivité cellulaire. Elle s’accompagne également de fonctions facilitant la monétisation et la facturation dans l’ensemble de l’écosystème.

Carrie MacGillivray, vice-président en charge de la mobilité et de l’IoT chez IDC, a déclaré : « Les fournisseurs de services de communication se livrent à une course effrénée, cherchant à se développer et se différencier sur le marché en plein essor de l’Internet des objets (IoT). Pour cela, ils ont besoin d’avoir accès à un solide écosystème de développeurs. Pour les développeurs travaillant sur plusieurs plateformes et réseaux de fournisseurs de services, répondre à l’enjeu de la fragmentation passe par l’utilisation d’API compatibles avec tous les réseaux mobiles dans le monde. »

Jeff Travers, responsable Internet des objets (IoT) chez Ericsson, a déclaré : « Le lancement de la place de marché IoT Accelerator augmentera la capacité de l’ensemble des acteurs de l’écosystème IoT cellulaire à créer de la valeur. Favorisant l’adoption massive de l’Internet des objets, elle constitue un nouveau tremplin vers la 5G. Elle aide les fournisseurs de services à apporter de la visibilité sur les API de connectivité réseau destinées aux applications IoT et à monétiser ces ressources. ».

Les développeurs d’applications bénéficient ainsi d’un nouveau go-to-market, apportant, grâce à Ericsson, une visibilité mondiale de leur offre. Cela leur permettra d’accroître leur activité et, en même temps, de développer des applications basées sur des API de connectivité cellulaire porteuses de valeur ajoutée pour les entreprises, notamment : une intégration rapide et automatisée de nouveaux appareils et abonnements, une meilleure sécurité, une couverture cellulaire partout dans le monde et plus performante en utilisation à l’intérieur de bâtiments ainsi qu’une plus grande autonomie des batteries.

Fournisseurs de services et développeurs d’applications peuvent demander un accès à la place de marché IoT Accelerator en cliquant sur le lien suivant : IoT Accelerator Marketplace

Ericsson fera une démonstration de sa place de marché IoT Accelerator dans le cadre du salon MWC 2018. Destinée aux fournisseurs de services, l’offre IoT Accelerator, fondée sur le cloud, combine des plateformes horizontales et des services professionnels. Grâce à ses fonctionnalités évolutives, proposées sous forme de service, elle permet la création et le déploiement rapides de solutions pour l’Internet des objets.

Les 10 grandes tendances de consommation 2018 : la technologie se rapproche de l’humain

Se projetant dans le futur avec pour point de vue celui des utilisateurs de première heure dits « early adopter », l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson publie la septième édition de son rapport annuel sur les 10 plus grandes tendances de consommation pour l’année 2018 et au-delà.

Ce rapport souligne un changement de paradigme, montrant que les consommateurs attendent de la technologie numérique qu’elle fonctionne de plus en plus comme un humain. Langage corporel, expression du visage et intonation s’ajouteront à la voix et au toucher pour contrôler les interactions des utilisateurs avec les objets technologiques, facilitant leur adaptation dans un contexte où la technologie évolue à un rythme de plus en plus effréné.

Lire la suite…

Swisscom choisit Ericsson comme partenaire stratégique pour déployer le GIGABIT LTE et la 5G

Par Corinne Muller, le mercredi 15 novembre 2017, classé dans 4G LTE,5G,IOT,M2M,Opérateurs,Réseaux mobiles,Société en réseau

Swisscom, numéro un des télécommunications en Suisse, a décidé de confier à Ericsson l’évolution de l’ensemble de son réseau, assurant le déploiement dans tout le pays du GIGABIT LTE dès 2018 et de la 5G à partir de 2020.

Avec le déploiement de son réseau GIGABIT LTE et 5G, Swisscom entend porter l’expérience du haut débit mobile vers de nouveaux sommets. Il s’agit notamment d’accélérer le développement de cas d’usage industriels innovants, basés sur le MTC (Machine Type Communication), couvrant à la fois des usages de masse de type IoT et les usages critiques pour les applications requiérant de faibles latences et une grande fiabilité, dans des domaines aussi divers que l’automatisation des usines, les réseaux électriques intelligents, la mobilité intelligente et la santé numérique.

Lire la suite…

[Vidéo] Retour en images sur l’édition 2017 de l’Ericsson Day

Le 5 octobre dernier, Ericsson France rassemblait ses clients autour de ses dernières innovations dans le cadre prestigieux du Parc des Princes.

 

Lors de cette journée, avec pour thématique « Transformation digitale : comment créer de la valeur ? », Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France, et toute l’équipe d’Ericsson ont présenté les nombreuses opportunités créées par le digital, dans les télécoms comme dans les autres industries.

 

 

Lire la suite…

Ericsson et Swisscom développent un cloud télécom

Ericsson et l’opérateur télécom Swisscom viennent de lancer une infrastructure entièrement cloud pour opérations télécoms, avec une première version destinée aux petites et moyennes entreprises. Ce service cloud Swisscom, déployé sur la solution NFVi (Network Functions Virtualization) d’Ericsson, a été commercialisé en septembre.

Les deux sociétés vont maintenant commencer à installer des services complémentaires pour répondre aux besoins d’autres segments du marché et saisir de nouvelles opportunités, tout en assurant la continuité des activités et en faisant évoluer les processus d’automatisation des solutions live.

Ce lancement fait suite à l’annonce, l’an dernier, de la sélection d’Ericsson par Swisscom pour transformer son infrastructure réseau en déployant une solution entièrement cloud pour opérations télécoms dotée des technologies NFV (Network Functions Virtualization) et SDN (Software Defined Networking). L’offre NFVi d’Ericsson inclut les solutions Ericsson Cloud Manager, Ericsson Cloud Execution Environment, Ericsson Cloud SDN, Ericsson Hyperscale Datacenter System 8000, ainsi que des services de support et d’intégration système.

Lire la suite…

Technologie VoLTE Ericsson pour des appels téléphoniques depuis les wearables

Ericsson lance une nouvelle fonctionnalité qui permettra les appels vocaux multi-SIM et dont le déploiement est en cours sur plus de dix réseaux d’opérateurs.

Avec certaines montres connectées actuelles, il est possible d’émettre et recevoir des appels téléphoniques en utilisant son numéro de téléphone mobile, sans avoir son smartphone sous la main. Les nouveaux « wearables » dotés de la connectivité mobile, qui affluent sur le marché, suscitent l’engouement du public car ils permettent de communiquer et d’être joignable plus facilement.

Cette capacité de communication vocale est disponible sur les nouveaux wearables connectés qui sont compatibles VoLTE et sont équipés d’une carte SIM standard ou d’une carte SIM intégrée au logiciel. Ces appareils se connectent au réseau mobile sans qu’il soit nécessaire de les connecter au smartphone.

Lire la suite…