CoachCopro : plateforme en ligne pour la rénovation énergétique lancée par l’APC avec Ericsson

Ericsson est partenaire de l’APC, qui lance cette plateforme web gratuite dédiée aux copropriétaires pour les aider dans leurs travaux d’économies d’énergie.

Lancée aujourd’hui par l’Agence Parisienne du Climat (APC) et développée en partenariat avec la Mairie de Paris, la Direction régionale Ile-de-France de l’ADEME – qui finance le projet pour moitié -, Nexity et Ericsson, cette plateforme web gratuite et indépendante est dédiée aux copropriétaires pour les aider dans leurs travaux d’économies d’énergie.

Comment participer à la réduction des émissions de CO2 de son immeuble ? Réduire les charges de copropriété et les factures d’énergie ? Améliorer le confort thermique ou encore mieux valoriser son patrimoine immobilier ? Réponses sur le site du CoachCopro® : www.coachcopro.com.

Son objectif ? Simplifier la rénovation énergétique des immeubles, par un accompagnement personnalisé, à travers les trois grandes étapes du projet : préparation, audit et travaux.

Le CoachCopro® propose donc un parcours personnalisé pour conduire pas à pas son projet de rénovation énergétique, un tableau de bord commun à tous les copropriétaires de son immeuble qui peut être partagé avec les professionnels dont se sont entourés les conseils syndicaux, le suivi et l’archivage des consommations, mais également la suggestion d’aides financières adaptées ainsi que l’assistance d’un conseiller Info-Energie Climat de l’APC en cas de besoin.

En 2013, cet accompagnement est proposé aux copropriétés et aux syndics de Paris et de la 1ère couronne. « L’APC est la plus grosse agence locale de l’énergie en France, c’est dans notre déontologie de partager » insiste Anne Ged, directrice de l’APC. Ainsi, deux autres agences locales de l’énergie, MVE (Est parisien) et GPSO Énergie (Grand Paris Seine Ouest) assurent également la mise en place de la plateforme sur leur territoire.

Cet accompagnement a pour vocation à s’étendre à d’autres territoires au plan national en 2014.

Pour bénéficier gratuitement de ce service, le référent énergie de la copropriété doit créer un compte en ligne pour la copropriété sur www.coachcopro.com. Il peut ainsi accéder à une bibliothèque d’informations, une communauté de partage, des outils de simulation en ligne et bénéficier de l’aide personnalisée d’un conseiller. Ce compte est ensuite accessible aux copropriétaires qui peuvent suivre l’avancée du projet de rénovation énergétique.

Dans un premier temps, l’objectif est d’atteindre 1000 copropriétés inscrites sur la plateforme en ligne d’ici la fin de la saison de chauffe. 70 copropriétés « pilotes » bénéficient déjà d’un accompagnement privilégié de la part de l’équipe de l’APC.

« Le CoachCopro® est une plateforme majeure pour dynamiser la rénovation thermique dans les bâtiments parisiens. Les copropriétaires vont désormais bénéficier d’un service pratique, adapté à leurs attentes, qui va leur permettre de se lancer plus facilement dans des projets d’amélioration thermique de leur logement. Grâce au CoachCopro®, nous donnons ainsi aux Parisiens les moyens de participer à la lutte contre le changement climatique et, à terme, de dépenser moins pour chauffer leurs logements» a déclaré René Dutrey, Adjoint au Maire de Paris, chargé du Développement durable, de l’Environnement, du Plan Climat et Président de l’APC.

« Réduire l’empreinte carbone des copropriétés parisiennes en renforçant leur efficacité énergétique est un enjeu prioritaire et le CoachCopro® a vocation à devenir à terme la plateforme de référence pour tous les copropriétaires et syndics de France. » a déclaré Anne Ged, Directrice de l’APC.

« L’initiative de l’Agence Parisienne du Climat s’inscrit pleinement dans le cadre du plan national de rénovation énergétique de l’Habitat et du dispositif des Point Rénovation Info Service déployé depuis mi-septembre pour accompagner de A à Z les ménages dans leurs projets de rénovation. La création du CoachCopro® est une réelle innovation au service des copropriétaires, et reçoit à ce titre un soutien important de l’ADEME qui a notamment financé le projet pour moitié» a déclaré Joëlle Colosio, Directrice régionale Ile-de-France de l’ADEME.

« Nous espérons réduire de 40% la facture énergétique de la copropriété, grâce aux professionnels qui nous ont entourés et accompagnés. C’est un soutien et une source d’informations très utiles, qui de plus, nous permet de conserver les données; ce qui manquait au stade où nous en sommes. D’autant qu’on souhaiterait ne pas s’arrêter là et faire profiter notre expérience à d’autres copropriétés. J’ajoute que l’intérêt de cette plateforme, c’est qu’elle offre la possibilité d’avoir un coach virtuel et réel, deux en un c’est l’idéal et c’est gratuit !» a souligné Monsieur Andrieux, Président du conseil syndical d’une copropriété de 107 logements dans le 12ème arrondissement de Paris, qui a bénéficié de l’accompagnement de l’APC.

« Nexity s’engage activement dans la rénovation énergétique des copropriétés pour apporter des réponses « Durables à bienfaits immédiats » à nos clients tels que la maîtrise des charges et la valorisation du patrimoine. Le CoachCopro® est un outil d’aide à la décision qui permettra d’accompagner les copropriétaires et syndics de copropriété dans cette démarche », a déclaré Sabine Desnault, Directeur du développement durable NEXITY.

«Les problématiques d’environnement et d’efficacité énergétique deviennent centrales pour les acteurs, publics comme privés. Ericsson a choisi d’accompagner l’APC dans le développement de sa plateforme en ligne pour les copropriétés, un partenariat qui s’appuie sur ses compétences en Conseil et Intégration de Systèmes ainsi que sur sa démarche en faveur des villes intelligentes », a précisé Victor Arvidsson, directeur de la stratégie et du développement durable d’Ericsson France.

Internet est-il green ? Il nous faut plus de données !

Les TIC peuvent être utilisées pour réduire les émissions de CO2 et aider la société.

Il y a quelques semaines avait lieu l’événement Google « How Green Is The Internet ? », durant lesquels les discours de l’ancien vice-président américain Al Gore, et Eric Schmidt, président exécutif de Google, sont toujours une source d’inspiration.

Le manque de données pertinentes, de faits, de chiffres et d’études poussées est un thème largement abordé lors de l’événement. Une raison évoquée est la complexité des réseaux et des équipements TIC, une autre est le développement rapide du secteur.

Regardons quelques-uns des principaux faits et chiffres présentés lors de l’événement, ainsi que les conclusions et les déclarations qui peuvent être faites.

La part mondiale des émissions de CO2 du secteur des TIC est d’environ 1,7 %. Elle a augmenté d’environ 1,3 % en 2007, et est estimée à environ 2 % en 2020. Toutefois, la fabrication, les activités de transport, les entreprises, l’exploitation et l’entretien, tels que les voyages d’affaires et des flottes de voitures et des bureaux, sont inclus dans les émissions du secteur des TIC, qui ont été estimées en utilisant la méthode d’évaluation du cycle de vie (LCA). Il est encore fréquent de comparer les émissions de CO2 du secteur des TIC aux émissions mondiales de CO2, ce qui donne une image déformée qui n’est pas compatible avec les définitions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC).

L’empreinte du secteur des TIC est encore relativement faible par rapport à la valeur et le rôle qu’elle joue dans l’économie mondiale. Une majorité de personnes (6,4 milliards d’abonnements mobiles uniques) profitent continuellement de ce secteur dans leur vie quotidienne comparé à d’autres secteurs, comme l’aviation, qui ont une plus grande empreinte, mais qui ne sont utilisés que par une minorité de personnes – et pas très souvent.

L’équipement des utilisateurs, tels que les ordinateurs, représente environ la moitié des émissions du secteur des TIC. Les data centers, en incluant l’utilisation des serveurs et des infrastructures de soutien, représentent un peu plus d’un quart, et les réseaux un peu moins d’un quart des émissions. 2 % des émissions mondiales de CO2 sont parfois imputées aux seuls data centers, ce qui est faux, car ils représentent moins de 0,5 % du CO2. En absolu, les émissions de CO2 du secteur des TIC devraient croître d’environ 70 % entre 2007 et 2020. Les nouvelles tendances sont captées dans les projections les plus récentes.

A titre d’exemple, Gartner a prévu que les chiffres estimés pour 2020 puissent être trop élevés, compte-tenu que les smartphones et les tablettes sont dans une large mesure fabriqués et utilisés au détriment des PC et non en supplément, ce qui entraînerait alors une consommation d’énergie et une émission de CO2 moins importantes que prévu.

Des données pertinentes, des faits et des chiffres sont nécessaires, mais ils doivent également être décrits et communiqués d’une manière claire pour obtenir une image complète. Par exemple, lorsque les réseaux fixes et mobiles, ainsi que leur utilisation, sont comparés. Lorsque la consommation d’énergie et les émissions de CO2 sont exprimés par abonnement ou à l’utilisateur, un utilisateur mobile utilise au moins 10 fois moins de consommation d’énergie et a une empreinte carbone inférieure à un utilisateur fixe. En effet, l’appareil mobile et la connexion sont très économes en énergie par rapport aux PC et aux modems/routeurs des utilisateurs fixes (et qui sont toujours allumés). La quantité de données et l’utilisation des data centers dans les réseaux fixes est également beaucoup plus élevée.

D’autre part, il est possible de montrer que les données sédentaires ont une faible consommation et une faible émission d’énergie par quantité de données en divisant l’énergie et le CO2 par le volume de données simple qu’un utilisateur fixe crée, principalement à partir du streaming et de partage de fichiers vidéo. En revanche, il est faux de dire qu’en consommant plus de données (comme la vidéo), nous réduisons l’impact environnemental parce que l’énergie/CO2 par gigaoctet décroit. C’est l’empreinte absolue qui doit prévaloir. C’est ce sur quoi nous devons nous concentrer pour être en mesure de résoudre les crises du réchauffement climatique qu’Al Gore a si bien décrit lors de son discours.

La tendance actuelle pour les tablettes et ordinateurs portables plus petits et avec une meilleure efficacité énergétique, les futurs modes de veille pour les modems haut débit dans les maisons, ainsi que les améliorations de l’efficacité des data centers, permettent également de réduire l’énergie consommée par les technologies fixes et leur empreinte carbone.

La technologie mobile n’a pas seulement une faible consommation d’énergie et une faible empreinte carbone par utilisateur, elle est aussi perçue comme contribuant au développement socio-économique durable dans les régions en développement. Ses applications comprennent, entre autres, la banque mobile, le gouvernement, la santé et l’éducation. L’accès à la communication ainsi qu’au système bancaire, à l’information, à la santé et à l’éducation améliore la vie quotidienne des gens.

Enfin, l’absence d’études complètes montrant comment les TIC peuvent être utilisées pour réduire les émissions de CO2 et aider la société est un sujet qui a retenu l’attention lors de cet événement. Ce sera l’une des questions les plus importantes pour le rôle de responsabilité sociale que joueront les entreprises. Les TICs sont un fantastique outil pour une croissance plus verte, mais c’est un outil et c’est à nous à apprendre à l’utiliser au mieux. Dans ce contexte les politiques publiques sont également clés.

Pour plus d’informations lire notre dernier rapport: Rapport Ericsson énergie et carbone, l’impact de la société en réseau.

Une application pour gérer l’énergie solaire et une solution de communication pour handicapés remportent les Applications Awards 2013 d’Ericsson

http://www.ericssonapplicationawards.com/team/blog/winners-eaa2013

Une application développée au Royaume-Uni pour aider les handicapés à communiquer remporte le 1er prix dans la catégorie Entreprise. Un système de gestion de l’énergie solaire destiné aux particuliers et développé au Portugal gagne le 1er prix dans la catégorie Etudiant. 80 000 euros de gains au total ont été distribués.

Ericsson a annoncé aujourd’hui les vainqueurs de l’édition 2013 des Ericsson Applications Awards, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’Ericsson studio de Kista en Suède.

Le vainqueur de la catégorie Etudiant est GreenSpark, une solution d’origine portugaise pour améliorer l’efficacité énergétique d’un foyer équipé en énergie solaire. Cette innovation permet aux particuliers de réduire la complexité de la maintenance et du contrôle de l’énergie solaire à travers un dispositif plug & play basé sur le cloud.

D’origine anglo-saxonne, Therapy Box est l’équipe vainqueur dans la catégorie Entreprise. Sa solution utilise un émulateur de souris pour permettre aux handicapés un usage sans contact de la plate-forme Android . Le plus léger mouvement de la tête permet par exemple de contrôler un ordinateur ou une tablette, la voix est simulée, etc.

Cette 4ème édition des Ericsson Applications Awards était consacrée aux applications pour la vie urbaine, afin de créer de nouvelles façons de connecter les personnes, les objets ou les lieux au bénéfice des individus ou de la société dans son ensemble.

Des étudiants et des PME du monde entier ont eu la possibilité de soumettre leurs applications développées sous Android.

192 équipes, contre 143 l’an dernier, se sont ainsi affrontées, en provenance de 52 pays.

4 équipes finalistes du Royaume-Uni, de Pologne et du Portugal ont présenté leurs solutions devant un jury d’experts.

80 000 euros de gains au total ont été distribués, dont 25 000 euros au premier prix de chaque catégorie, 10 000 aux seconds prix et 5000 aux troisièmes prix.

E.ON choisit Ericsson pour la gestion de ses compteurs intelligents en Suède

Par Corinne Muller, le Mercredi 17 avril 2013, classé dans Efficacité énergétique,Société en réseau   |   1 commentaire

« E.ON est un des plus grands groupes énergétiques du monde. »

Ericsson va gérer plus de 600 000 compteurs intelligents pour le distributeur d’énergie E.ON, augmentant considérablement le nombre de données disponibles (+ 3 000 %). Les compteurs intelligents permettront une gestion plus efficace et faciliteront l’intégration des énergies renouvelables.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la vision Ericsson d’une société en réseau, dans laquelle le big data et le cloud computing transforment les secteurs de l’énergie, du transport maritime et de l’informatique.

E.ON Elnät Sverige AB (E.ON) a choisi Ericsson pour sa capacité à délivrer une solution globale de services hébergés (managed services) incluant du conseil et de l’intégration de systèmes ainsi que des solutions de big data et de compteurs intelligents.

Cet accord, conclu pour une période de 5 ans, couvre plus de 600 000 compteurs au nord de Stockholm, à Malmö, Örebro, ainsi qu’à Norrköping et Skåne.

Cliquez sur l’image pour accéder au communiqué de presse intégral en anglais.

« Villes créatives » : Faciliter le rapprochement des personnes

Redefining Urban Life - Ericsson Review

« En devenant suffisamment grandes et complexes pour poser des problèmes de gestion urbaine, les villes sont également devenues des laboratoires urbains » - Peter Hall

Une connectivité basée sur le haut débit, la mobilité et le cloud permet de donner à tous, partout et à tout moment, les moyens d’accéder aux idées. La société connectée constituera le terreau d’une explosion créative, une explosion qui se déclenchera en premier lieu dans les villes.

Repenser la vie urbaine

Les villes sont devenues le moteur de l’humanité et façonnent, aujourd’hui plus que jamais, notre vie de tous les jours. Les villes seront un vecteur de développement pour toutes les industries et les TIC joueront un rôle crucial dans leur croissance économique, sociale et durable.

De nos jours, l’humanité est devenue plus urbaine que rurale. Le flux migratoire des campagnes vers les villes est devenu un phénomène constant, avec dans le monde un afflux urbain de quelque 50 000 personnes par jour. Ainsi, chaque mois, la population urbaine s’accroît de plus de 5 millions de personnes, soit l’équivalent de la population d’une ville comme Miami. Selon les estimations, 70 % de la population mondiale vivra dans les zones urbaines à l’horizon 2050. Aujourd’hui, au moins 20 villes dans le monde possèdent le statut de mégapoles, dont Mexico, Mumbai et Tokyo. D’ici la prochaine décennie, la liste des mégapoles devrait s’enrichir d’au moins 8 villes supplémentaires et, par le futur, la moitié des mégapoles se situeront dans des pays en développement.

Une question se pose désormais : quel sera donc l’impact de cette migration sur la société ? Parmi les points positifs, on peut souligner une augmentation de l’innovation technologique et de la créativité sous diverses formes, une valorisation du statut des femmes, une amélioration du niveau de vie, une plus grande responsabilité démocratique et davantage de progrès économique. Lire la suite…

Tribune libre : Le «green» est dans notre ADN

Un mode « veille» sur les équipements d’une station de base peut réduire la consommation d'énergie de 10 à 20 %

Un mode « veille» sur les équipements d’une station de base peut réduire la consommation d'énergie de 10 à 20 %

 Franck Bouétard, président d’Ericsson France, a récemment signé une tribune dans les « Cahiers de l’ARCEP » sur l’engagement environnemental d’Ericsson. Un texte où il rappelle l’implication de longue date de l’équipementier suédois. Le blog d’Ericsson France vous propose le texte intégral. 

A l’heure où le changement climatique et les émissions carbone sont à l’agenda de nombreux pays, le « green tech » est devenu tellement tendance que l’on ne sait plus s’il procède d’un authentique investissement industriel ou d’un vernis marketing dans l’air du temps. Chez Ericsson, la question de l’environnement est inscrite dans le patrimoine génétique de l’entreprise.

En 1983, Ericsson avait déjà élaboré un premier concept de station de base solaire alors même que les mobiles n’en étaient qu’à leurs balbutiements. Presque trois décennies plus tard, l’entreprise a déployé dans le monde entier plus de 1000 « green sites» en usage commercial. Selon les pays, ces sites fonctionnent soit au solaire, soit avec une combinaison solaire/éolien, soit avec une alimentation hybride diesel/solaire. Lire la suite…

L’opérateur finlandais DNA signe un contrat commercial 4G/LTE avec Ericsson

En avant toute pour le haut débit mobile avec DNA et Ericsson en Finlande !

En avant toute pour le haut débit mobile avec DNA et Ericsson en Finlande !

 L’opérateur finlandais DNA vient de choisir Ericsson pour réaliser la modernisation de son réseau 3G avec l’extension nationale de la technologie HSPA Evolution tout en préparant le lancement commercial de la 4G avec LTE dans les principales villes de la Finlande. Le contrat s’étend sur une durée de 3 ans et inclut la fourniture d’équipements radio (coeur de réseau, accès et transport) et les services associés.

L’opérateur finlandais DNA a décidé d’élargir le partenariat déjà existant avec Ericsson pour construire et lancer un réseau 3G/HSPA Evolution ultra-compétitif à l’échelle nationale ainsi qu’une couverture 4G/LTE dans les plus grandes zones urbaines du pays. L’objectif poursuivi par DNA est de proposer à ses abonnés une nouvelle expérience de la connexion mobile en très haut débit avec notamment une meilleure latence et des services améliorés en matière de transfert de données, de fichiers et de pages Internet. Lire la suite…

Ericsson va déployer un réseau 4G intelligent pour la compagnie EnergyAustralia

Le réseau 4G acheminera des données entre 12 000 dispositifs de surveillance intelligents, 3 000 ordinateurs mobiles et 200 postes terminaux

Le réseau 4G acheminera des données entre 12 000 dispositifs de surveillance intelligents, 3 000 ordinateurs mobiles et 200 postes terminaux

 La technologie 4G/LTE (Long Term Evolution) fera partie intégrante du nouveau réseau intelligent australien grâce à un nouvel accord signé entre Ericsson et EnergyAustralia, la principale compagnie d’électricité du pays. Ericsson assurera la conception et l’intégration d’un réseau d’accès sans fil multi-fournisseur qui permettra des communications bidirectionnelles entre les systèmes de contrôle électrique, les systèmes de back-end et les foyers domestiques. Ce réseau sera déployé sur 150 sites de l’Etat de New South Wales.

Ce vaste projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du principal réseau intelligent de l’Australie. Il permettra de transformer le réseau électrique de la compagnie EnergyAustralia en un réseau plus intelligent, plus vert et offrant un meilleur rendement. Le réseau de télécommunications acheminera des données entre 12 000 dispositifs de surveillance intelligents en cours d’installation sur le réseau de distribution, près de 3 000 ordinateurs mobiles déployés sur le terrain et 200 postes terminaux.

EnergyAustralia réalisera dès 2011 des essais sur une plate-forme LTE, en vue de migrer vers un réseau LTE complet. « Ericsson se félicite de travailler au côté d’EnergyAustralia sur ce projet majeur », explique Sam Saba, président d’Ericsson  Australie/Nouvelle-Zélande. « Les communications machine à machine (M2M) transforment le secteur de l’énergie et permettront aux réseaux intelligents de fournir des informations instantanées, offrant ainsi aux foyers un meilleur contrôle de leur usage énergétique, de leurs coûts et émissions de carbone, tout en contribuant à une énergie durable. » Lire la suite…

Italie : Ericsson signe un nouveau gros contrat de services avec 3 Italia

Le partenariat entre Ericsson et 3 Italia remonte à 2001

Le partenariat entre Ericsson et 3 Italia remonte à 2001

 L’opérateur 3 Italia vient de choisir Ericsson pour la modernisation de son réseau et ses systèmes d’information. Pendant les 7 années à venir, il va confier la gestion opérationnelle du réseau sous tous ses aspects : infrastructure, logiciels, connectivité IP, systèmes d’exploitation et stockage données. Objectif : augmenter l’évolutivité et la performance du réseau de 3 Italia avec de nouveaux services et une réduction de 50% des coûts en matière énergétique et informatique.

Avec plus de 9 millions d’abonnés 3G, 3 Italia propose déjà une large gamme de services de communication comme l’appel voix vidéo, l’accès Internet, la TV mobile et des loisirs. Avec le support d’Ericsson, les abonnés de l’opérateur vont pouvoir bénéficier de nouveaux services encore plus rapides à mesure de l’évolution du système d’information de 3 Italia, notamment autour de la capacité données du réseau et la qualité de service.

Le contrat prévoit la consolidation des centres de données de 3 Italia avec une mise à jour des infrastructures, des logiciels, des systèmes informatiques mais également des fonctions plus spécifiques comme la gestion avec les abonnés et la facturation des services consommés. Ce nouveau contrat s’inscrit dans la continuité du partenariat initié depuis 2005 entre Ericsson et 3 Italia. Lire la suite…

Ericsson appelle les dirigeants du monde à intégrer les TICS contre le changement climatique

Mettre les TICS à l'agenda de la lutte anti-changement climatique

Mettre les TICS à l'agenda de la lutte anti-changement climatique

 Depuis le 29 novembre et jusqu’au 10 décembre, les dirigeants du monde entier se rencontrent à Cancun au Mexique au cours de la 16ème conférence sur le Climat (COP 16). Jusqu’à présent, l’accent a été essentiellement mis sur les émissions de gaz carbonique en aval. Cette année, Ericsson entend poser la question de celles-ci en amont afin de convaincre les leaders internationaux d’utiliser les TICS comme un outil stratégique pour réduire les futures émissions de cO2 dans de nombreux secteurs d’activités industrielles et commerciales.

A cet effet, Hans Vestberg, le PDG d’Ericsson participera à une table ronde pour sensibiliser les gouvernements, les régulateurs politiques et les industries au fait que les TICS constituent un puissant outil de transformation pour combattre proactivement le changement climatique.

Plus tôt cette semaine, Christiana Figueres, diplomate costaricaine nommée cette année secrétaire générale du projet Changement Climatique aux Nations Unies, a déclaré dans une interview : « Des négociations multilatérales telles que celles-ci n’impliquent pas seulement la résolution de problèmes environnementaux mais doivent aussi inciter à la transformation des modèles et structures économiques avec lesquelles nous vivons depuis des décennies ». Les TICS peuvent largement aider à réaliser cette profonde transformation. Lire la suite…