Ericsson publie ses résultats pour le second trimestre 2019

Par Diane Delesalle, le mercredi 17 juillet 2019, classé dans Non classé

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

Résultats Q2

La croissance organique[1] du chiffre d’affaires est de 7% sur le trimestre, principalement tirée par les ventes en Amérique du Nord et en Asie du Nord-Est. Nous constatons une forte dynamique dans notre activité 5G avec de nouveaux contrats, des lancements commerciaux et des réseaux “live”. A ce jour, nous avons fourni des solutions pour près des deux tiers des réseaux 5G lancés commercialement dans le monde.

L’intérêt pour la 5G augmente. Dans un premier temps, la 5G sera un moyen d’accroître la capacité dans les zones urbaines. Cependant, au fil du temps, de nouvelles innovations 5G passionnantes verront le jour avec des cas d’usage IOT, tirant parti de la vitesse, de la latence et de la sécurité de la 5G. Cela va permettre à nos clients de saisir de nouvelles occasions de générer des revenus tout en offrant des avantages supplémentaires aux consommateurs et aux entreprises.

Au cours du trimestre, la marge brute[2] est restée inchangée à 36,7% par rapport au second trimestre 2018, les améliorations dans le segment Réseaux étant atténuées par des marges plus faibles dans les Digital Services et les Services Managés.

Le segment d’activité Réseaux a connu de nouveau un trimestre solide avec une croissance organique[1] des ventes de 11% par rapport à l’année précédente, tirée par les investissements 4G et 5G en Amérique du Nord et en Asie du Nord-Est ainsi que par la hausse des volumes liés aux contrats stratégiques. Bien que les contrats stratégiques aient une incidence positive sur la marge à long terme, l’impact sur la rentabilité à court terme est négatif. Au cours du trimestre, nous avons enregistré une incidence négative sur la marge brute et cette incidence devrait croître au cours de la deuxième moitié de l’exercice. De plus, les coûts liés aux accord de licence de brevets annoncée précédemment ont eu une incidence négative sur les marges. Malgré cela, la marge brute[2] s’est améliorée à 41,4% (40,2%) par rapport à l’année précédente, principalement en raison de l’augmentation des revenus générés par les brevets. Afin de répondre aux exigences de nos clients en matière de rapidité de livraison et d’agilité, nous avons décidé d’investir dans un site de production 5G de pointe aux États-Unis pour compléter notre chaîne logistique mondiale.

Dans le domaine des Digital Services, nous continuons d’exécuter notre plan visant à atteindre de faibles marges à un chiffre pour 2020. Les améliorations ne sont pas linéaires et varieront d’un trimestre à l’autre. Le chiffre d’affaires organique[1] des Digital Services a reculé de -3% par rapport au second trimestre 2018 en raison de la diminution rapide des produits de génération précédente. La marge brute[2] s’établit à 37,1% (42,6%). La baisse de la marge brute s’explique principalement par une modification de la composition des ventes. La composition peut varier d’un trimestre à l’autre. Notre portefeuille de produits natifs 5G et Cloud gagne en popularité auprès de nos clients et nous augmentons nos investissements en R&D. La nouvelle stratégie BSS porte ses fruits et des contrats ont été signés avec plusieurs nouveaux clients au cours du trimestre. La part du business récurrent est en croissance. Nous nous efforçons de traiter 75 % des 45 contrats non stratégiques d’ici la fin de l’année et nous avons mis en place des programmes d’efficacité des coûts dans l’ensemble des Digital Services.

Dans le domaine des services managés, la stratégie consiste à améliorer l’offre en s’appuyant davantage sur l’automatisation, le “machine learning” et l’intelligence artificielle, ce qui va changer sur le long terme et améliorer le profil de marge. Les marges à court terme sont affectées négativement par l’augmentation des investissements en R&D. Le chiffre d’affaires organique[1] a diminué de -6%, principalement en raison de l’effet négatif des révisions de contrats clients. La marge brute[2] a reculé à 12,3 % (14,0 %) comparé au second trimestre 2018, sous l’effet négatif des coûts.

La croissance organique[1] du chiffre d’affaires des activités emergentes et autres a été de 24 %, tirée par une croissance continue d’iconectiv. Le résultat d’exploitation[2] s’est amélioré par rapport à l’année précédente pour atteindre -0,7 milliard de SEK (-1,2), soutenu par l’augmentation des bénéfices dans iconectiv et la cession de MediaKind. Dans ce secteur, nous investissons dans des initiatives qui visent à favoriser la croissance et aider Ericsson à gagner de nouvelles affaires à l’avenir. A l’exception d’iconectiv, le portefeuille est encore dans une phase d’investissement précoce.

Grâce à l’amélioration du résultat, le cash-flow disponible, hors fusions et acquisitions, s’est amélioré à 2,2 milliards de SEK (-0,2).

Nous négocions actuellement un règlement avec la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et le département de la Justice des États-Unis (DOJ) dans le cadre de l’enquête qu’ils ont déjà menée en vertu de la Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) américaine. Nous ne sommes pas en mesure d’estimer la durée de ces discussions. De plus, comme il s’agit d’une question juridique en cours, nous ne pouvons fournir aucun détail. Toutefois, selon nos dernières évaluations, le règlement de ces questions donnera lieu à d’importantes mesures financières et autres, dont l’ampleur et l’incidence ne peuvent être estimées ou déterminées de façon fiable pour le moment.

Nous continuons à gagner des contrats stratégiques et les déploiements de réseaux à grande échelle qui devraient débuter dans certaines régions d’Asie auront progressivement un impact négatif sur les marges à court terme, mais renforceront notre position sur le long terme. La poursuite des investissements technologiques et commerciaux, en particulier dans la technologie 5G, l’automatisation et l’intelligence artificielle, est fondamentale pour notre compétitivité à long terme et constitue un élément clé de notre stratégie ciblée visant à renforcer nos activités à long terme et à atteindre nos objectifs pour 2020 et 2022.

Börje Ekholm

Président et CEO

1] Croissance organique des ventes : croissance du chiffre d’affaires ajustée aux fins de comparaison en termes d’unités et de taux de change

2] Excluant les frais de restructuration.

Pour plus d’information, vous trouverez ici l’intégralité du rapport.

À propos de Diane Delesalle