Ericsson publie ses résultats pour le 4ème trimestre et l’année 2017

Par Corinne Muller, le mercredi 31 janvier 2018, classé dans Stratégie

BanniereQ4

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

Au cours d’une année 2017 difficile, nous avons développé et commencé à exécuter une stratégie recentrée, renforçant notre R&D tout en introduisant des mesures importantes pour réduire les coûts et les risques commerciaux. Nous avons désormais posé les bases pour atteindre nos objectifs financiers. Le quatrième trimestre est en ligne avec nos attentes globales, avec une amélioration progressive des performances de l’activité Réseaux et la poursuite de pertes significatives dans l’activité Digital Services. Le résultat est toutefois bien inférieur à notre ambition sur le long terme.

Au 4ème trimestre 2017, le chiffre d’affaires, ajusté aux unités comparables et au taux de change, a enregistré une baisse de 7 % comparé au 4ème trimestre 2016. Pour 2018, nous anticipons une baisse de 2 % du marché des équipements RAN (Radio Access Network), par rapport aux 8 % estimés pour 2017. Le marché chinois devrait continuer à décliner en raison de la diminution des investissements LTE, alors qu’une dynamique positive se dessine en Amérique du Nord.

Nous avons poursuivi nos efforts de réduction des risques commerciaux, ce qui s’est traduit par une provision de 3,2 milliards de SEK liée aux projets clients au cours du trimestre. Du fait du recentrage de notre stratégie commerciale, et comme nous l’avions annoncé précédemment, nous avons une dépréciation de nos actifs, ce qui diminue le résultat de 14,5 milliards de SEK pour le trimestre, sans toutefois impacter la trésorerie. Nous ne prévoyons pas d’ajustements ou de dépréciations supplémentaires.

Corrigée des provisions liées aux projets clients et des coûts de restructuration, la marge brute est de 30 % et le résultat d’exploitation est légèrement positif pour le trimestre. Si l’on exclut également l’effet négatif de la baisse de la capitalisation nette des coûts d’investissements, le résultat d’exploitation est de 1,8 milliard de SEK.

Nous avons poursuivi les efforts d’amélioration de l’efficacité, avec une réduction nette des effectifs de 10 000 salariés et sous-traitants au cours du trimestre. À ce jour, le rythme de croisière annuel des économies de coûts est d’environ 6 milliards de SEK, par rapport à un objectif de 10 milliards de SEK pour la mi-2018. L’impact sur les résultats du trimestre est limité, mais deviendra de plus en plus positif au cours du premier semestre 2018.

Au cours de l’année 2017, nous nous sommes attachés à l’amélioration de la trésorerie disponible. Grâce à de bons encaissements et à de sérieuses réductions des stocks, elle atteint au 4e trimestre 10,1 milliards de SEK. Le meilleur étalement des flux nets de trésorerie sur l’année et le total de 5,1 milliards de SEK pour l’année entière représentent une nette amélioration par rapport à 2016. Pour la première fois depuis cinq ans, les flux de trésorerie disponibles pour l’année entière ont été supérieurs aux dividendes distribués. En contractant un nouvel emprunt à des conditions favorables et en allongeant sa maturité, nous avons encore amélioré notre résilience et notre flexibilité financière.

L’activité Réseaux affiche des résultats stables grâce à la montée en puissance d’Ericsson Radio System (ERS), qui représente 71 % des livraisons de modules radio du trimestre, et grâce aux gains d’efficacité réalisés dans la fourniture des services. La marge brute ajustée de l’activité Réseaux est passée à 36 % (32 %) d’une année sur l’autre et le succès de notre portefeuille de produits prêt pour la 5G se confirme. Au cours du trimestre, nous avons exécuté des programmes qui résultent de l’augmentation de notre part de marché en Chine continentale et nous avons signé plusieurs contrats qui constituent des premières, notamment avec Verizon et Deutsche Telekom. Nous avons continué à intensifier nos efforts de R&D afin de sécuriser notre futur portefeuille de produits leaders du marché et d’améliorer significativement notre marge brute.

L’activité Digital Services a connu un nouveau trimestre difficile, avec des pertes significatives dues principalement à des surcoûts sur des grands programmes de transformation en cours. Comme communiqué précédemment, notre plan de redressement se fonde sur la stabilité, la rentabilité et la croissance – dans cet ordre. Notre premier objectif a donc été de stabiliser les feuilles de routes produits et certains contrats. Nous avons identifié 45 contrats clients critiques ou non stratégiques et notre intention est de finaliser ou de résilier environ la moitié de ces contrats en 2018. Les initiatives pour améliorer la rentabilité de l’activité Digital Services devraient produire des effets positifs sur la marge brute au second semestre 2018.

Le recentrage de l’activité Managed Services pour améliorer la rentabilité est en cours, avec 23 des 42 contrats non profitables menés à terme, ce qui se traduit par une amélioration annualisée des profits de 0,5 milliard de SEK. Grâce à ces efforts, la marge brute hors éléments exceptionnels s’est légèrement améliorée d’un trimestre à l’autre. Des effets ponctuels et la saisonnalité des dépenses d’exploitation ont impacté négativement le résultat d’exploitation.

Concernant le portefeuille de l’activité Media Solutions, qui figure au poste Autres (Others), nous avons mis en œuvre un programme d’amélioration des profits, tout en continuant à investir dans l’offre produits. Cela a permis d’améliorer considérablement le résultat opérationnel au cours de l’année, et par conséquent aussi notre flexibilité stratégique, la révision de la stratégie de l’entreprise étant finalisée. Nous avons évalué différentes options incluant des partenariats, des cessions ou encore la poursuite des développements en interne, dans le but de maximiser la création de valeur pour nos actionnaires.

Nous avons décidé de nous associer à One Equity Partners (OEP) pour poursuivre le développement de l’activité Media Solutions, mais en conservant une participation de 49 %. Cela nous permet de bénéficier du côté positif de l’activité, tout en participant à la consolidation probable du secteur.

Nous avons décidé de conserver Red Bee Media (anciennement Broadcast and Media Services), car les offres reçues ne reflètent pas la valeur de l’activité. Nous développerons cette activité en tant qu’entité indépendante au sein d’Ericsson, en nous appuyant sur les progrès réalisés.

Le Conseil d’administration proposera un dividende de 1,00 SEK par action à l’Assemblée Générale annuelle. Le Conseil est convaincu que les actions en cours amélioreront la rentabilité et a pour ambition d’accroître le dividende au fil du temps, à mesure que les résultats financiers s’amélioreront.

La priorité pour 2017 était de redéfinir la stratégie globale et d’améliorer la structure et les performances de l’entreprise. 2017 a été aussi l’année où la 5G est passée du statut de vision à celui de source de réelles opportunités, parallèlement à un bon dynamisme de notre offre 4G. Notre engagement reste total pour mener à bien nos projets et atteindre nos objectifs et nous anticipons des effets tangibles de notre redressement en 2018.

Börje Ekholm
Président et CEO

Pour consulter le détail de l’annonce des résultats et le rapport complet en pdf (en anglais)

À propos de Corinne Muller


Corinne Muller est Directrice de la Communication d'Ericsson France. Diplômée de l'Université Paris Sorbonne, elle occupe les postes de Directrice de la Communication de Compaq puis de Chronopost, avant d'intégrer Ericsson à ce même poste en 2011.