Des leaders mondiaux de l’industrie mobile démontrent l’interopérabilité de la 5G NR multibandes

Un jalon technologique important, basé sur la norme NSA 5G NR nouvellement approuvée, a été franchi par un groupe de leaders des communications mobiles. Ericsson et Qualcomm Technologies, Inc., filiale de Qualcomm Incorporated, en collaboration avec AT&T, NTT DOCOMO, Orange, SK Telecom, Sprint, Telstra, T-Mobile US, Verizon et Vodafone, ont prouvé l’interopérabilité multifournisseurs de la 5G NR compatible 3GPP lors de démonstrations effectuées dans le laboratoire d’Ericsson à Kista (Suède) et dans le laboratoire de recherche de Qualcomm dans le New Jersey (États-Unis).

Ce succès met en évidence les atouts conjugués des entreprises pour procéder à des essais ouvrant la voie au lancement commercial d’infrastructures et de dispositifs compatibles avec la norme 5G. Les stations de base 5G NR d’Ericsson, en version pré-commerciale, ainsi que les prototypes 5G NR UE de Qualcomm Technologies permettront aux opérateurs de procéder à des tests en temps réel sur leurs propres réseaux.

« Ce jalon est le fruit de nombreuses années de recherche et de développement de la technologie 5G, mais aussi de notre position de leader et de notre contribution au travail de normalisation. Grâce à une collaboration étroite avec nos principaux partenaires pour les premiers essais et la mise au point de notre offre globale, nous sommes en mesure de faire profiter nos clients et leurs clients des avantages d’une technologie conforme au standard », commente Fredrik Jejdling, Executive Vice-Président et directeur de la Business Area Réseaux d’Ericsson.

« Ces essais d’interopérabilité multifournisseurs basée sur la norme mondiale 5G NR témoignent de notre leadership continu en matière de 5G, par lequel nous apportons une contribution fondamentale à la norme 3GPP et favorisons des avancées qui permettront le lancement de réseaux et d’équipements commerciaux conformes à la norme à partir de 2019 », a ajouté Cristiano Amon, Executive Vice President de Qualcomm Technologies, Inc. « Comme cela a été le cas pour la 3G et la 4G, nous sommes ravis de collaborer avec un leader du secteur tel qu’Ericsson pour accélérer l’avènement de la 5G dans le monde entier. »

L’essai d’interopérabilité des technologies (IODT) a été réalisé en direct pour des connexions de données en couches basses sur des bandes de fréquence de 3,5 GHz et de 28 GHz. Ces couches tout récemment normalisées sont les fondements de la 5G NR.

La 5G Non-Standalone (NSA) NR utilisera l’actuel réseau radio LTE à cœur EPC comme point d’ancrage pour la gestion et la couverture de la mobilité, tout en ajoutant une nouvelle porteuse d’accès radio 5G NR pour permettre certains cas d’usage de la 5G à compter de 2019.

AT&T

« Le réseau du futur est en train d’émerger et tout va très vite. Nous sommes fiers d’être l’un des principaux opérateurs nord-américains de services mobiles à contribuer au travail du 3GPP sur les normes 5G et de faire partie du groupe d’entreprises qui ont appelé, il y a quelques mois, à accélérer l’avènement de ces normes », précise Marachel Knight, SVP Wireless Network Architecture Design d’AT&T. « Nous sommes ravis de participer à ces essais d’interopérabilité basée sur des normes qui permettent d’accélérer le développement d’équipements 5G et ouvrent la voie au lancement de services 5G NR standardisés dès la fin 2018. »

NTT DOCOMO

« Nous sommes ravis de cette initiative et convaincus que ce premier IODT est la clé pour créer un écosystème solide et adaptable. Cela fait des années que NTT DOCOMO travaille avec Ericsson sur des essais en 5G. Nous pouvons accélérer la création commune de nouveaux services et d’activités avec des partenaires verticaux de l’industrie », commente Hiroshi Nakamura, directeur Technologie pour NTT DOCOMO.

Orange

« Dans la perspective de la 5G, Orange se félicite de cette première interopérabilité 5G NR entre Qualcomm et Ericsson. En tant que sponsor de l’initiative Trial and Testing de l’alliance NGMN, Orange soutient la collaboration des acteurs de l’industrie pour des essais conformes aux normes 3GPP. Orange entend bien déployer à terme la connectivité 5G multiservices et donc exploiter les innombrables possibilités d’usage qu’elle offre », confie Arnaud Vamparys, Senior Vice-Président Réseaux Radio d’Orange.

SK Telecom

« SK Telecom est fier d’avoir été le premier opérateur à engager en 2016 une discussion avec Ericsson et Qualcomm sur des essais respectant les normes 3GPP, discussion qui a abouti in fine à cette démonstration conjointe réussie, une première dans notre secteur. Cette collaboration, qui réunit de grands acteurs mondiaux de la 5G, est extrêmement fructueuse », estime pour sa part Jinhyo Park, EVP, Head of ICT R&D Center, pour SK Telecom. « Nous allons continuer à inciter l’écosystème 5G à travailler sur des normes mondiales pour permettre la commercialisation prochaine de la 5G. »

Sprint

« Des progrès extraordinaires sont réalisés dans le développement de la 5G NR pour notre spectre inférieur à 6 GHz, le plus important de ce type actuellement disponible aux États-Unis pour une exploitation à grande échelle », explique John Saw, directeur Technologie de Sprint. « La 5G mobile, le Machine Type Communication massif et les communications ultra-fiables et à faible latence ouvrent d’immenses perspectives. La robotique dans le cloud, la voiture connectée, les drones, la réalité augmentée et la réalité virtuelle ne sont qu’un avant-goût des applications qui devraient générer un foisonnement d’innovations et de progrès partout dans le monde. »

Telstra

« Telstra s’est donné pour mission d’accélérer l’introduction de la 5G en Australie et ce test d’interopérabilité est un jalon majeur vers la commercialisation. La force de l’écosystème créé par le 3GPP tient à la rigueur de l’analyse effectuée pour que les équipements et les réseaux soient testés ensemble et de façon complète, afin que nos clients puissent acheter dans le futur un équipement 5G et l’utiliser facilement sur le réseau mobile Telstra », explique Mike Wright, directeur général en charge des réseaux du Groupe Telstra.

T-Mobile US

« Ce succès est une nouvelle étape majeure de nos efforts pour construire un réseau 5G national d’ici 2020 et mettre la 5G à la disposition de nos clients », se félicite Neville Ray, directeur Technologie de T-Mobile. « La démonstration a utilisé à la fois les ondes millimétriques et le spectre inférieur à 6 GHz, confirmant la vision Un-carrier selon laquelle le spectre sera utilisé dans toutes les fréquences pour la 5G. »

Verizon

« Verizon était très content de participer aux démonstrations de l’interopérabilité multifournisseur de la 5G NR », déclare Ed Chan, Chief Technology Architect and Network Planning. Et d’ajouter : « Ces démonstrations représentent un jalon majeur sur la route vers l’offre commerciale de services mobiles 5G pour les clients. »

Vodafone

« Ce premier test d’interopérabilité multifournisseur de la 5G, quelques jours après l’achèvement de la norme du 3GPP, permettra à Vodafone de tester dès l’année prochaine des équipements de qualité commerciale. La 5G nous offre la possibilité d’améliorer jusqu’à dix fois le rapport coût-efficacité de ces équipements et de pouvoir ainsi répondre à la demande croissante de données mobiles de la part des clients. Les capacités offertes par la 5G favoriseront également l’avènement des sociétés de demain », estime Luke Ibbetson, responsable de la R&D du Groupe Vodafone.

Les essais d’interopérabilité des technologies sont conformes aux caractéristiques suivantes de la norme 5G NR du 3GPP :

  • Forme d’ondes : OFDM flexible, Orthogonal Frequency Division Multiplexing, numérologies des formes d’ondes permettant les allocations de spectre dans les basses fréquences, ainsi que dans les moyennes et hautes fréquences, pour un fonctionnement en bande large et des services à faible latence.
  • Structure de trame dynamique à créneaux : pour une conception évolutive et ultra lean, ainsi qu’une structure de sous-trames intégrée qui permet des transmissions de données capables de prendre en charge efficacement divers cas d’usage ayant des exigences telles qu’une faible latence, des débits en pointe élevés et une grande fiabilité.
  • Massive MIMO : canal de contrôle et de transmission de données compatible avec les caractéristiques des systèmes Massive MIMO (basés sur les faisceaux) qui augmentent l’efficacité du spectre et permettent des débits de données plus importants, améliorant la performance pour le consommateur.
  • Mobile mmWave : canal de contrôle et de transmission de données supportant les techniques de beamforming adaptatif et de suivi de faisceau pour permettre l’usage des ondes millimétriques haute fréquence qui garantit des débits et capacités de transfert des données extrêmement élevés dans un environnement mobile.
  • Codec canaux : schémas de codage de canaux basés sur des codes de contrôle de parité de faible densité (LDPC) de toute dernière technologie pour prendre en charge les blocs de données volumineux et les débits de pointe, ainsi que les codes polaires pour des canaux de contrôle plus fiables.

Lors du Mobile World Congress 2017, des leaders mondiaux ont pris l’engagement d’accélérer la 5G NR pour des essais et déploiement à grande échelle. À la suite de quoi, le consortium 3GPP a approuvé en mars un plan de travail pour avancer de six mois le délai de développement des spécifications de la 5G NSA NR, approuvées cette semaine comme norme lors de la réunion plénière du 3GPP RAN à Lisbonne (Portugal). Cela permettra de répondre aux besoins croissants de connectivité pour les services haut débit mobile, comme le montre le dernier Rapport Ericsson sur la mobilité.

À propos de Corinne Muller


Corinne Muller est Directrice de la Communication d'Ericsson France. Diplômée de l'Université Paris Sorbonne, elle occupe les postes de Directrice de la Communication de Compaq puis de Chronopost, avant d'intégrer Ericsson à ce même poste en 2011.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Pas de commentaire »

No comments yet.



Leave a comment