La progression de l’Internet des objets en France

L’Internet des objets (IoT) a été l’une des principales attractions technologiques du dernier Mobile World Congress 2017 – Ericsson y a d’ailleurs présenté un tournevis connecté, utilisé dans une de ses usines.

Tournevis connectés d’Ericsson présentés au MWC 2017

De la domotique à l’industrie, en passant par l’énergie, les transports et la santé, aucun secteur n’est épargné. Reflet de l’esprit d’innovation qui agite cet univers, des centaines de nouveaux objets connectés sont créés chaque mois.
L’Internet des objets, qui touche à la fois aux produits connectés pour le grand public et à l’industrie, a été labellisé comme « la prochaine révolution industrielle » en raison de la façon dont la technologie va changer la manière de vivre, de travailler, de se divertir et de voyager, ainsi que la façon dont les gouvernements et les entreprises interagissent avec le monde.

 

Selon Ericsson, il existera plus de 26 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici à 2020 contre 16 milliards en 2016, soit un taux de croissance de l’ordre de 10% par an.

 

En France, l’IOT devrait enregistrer un chiffre d’affaires de 15,2 milliards d’euros en 2020, selon l’Institut Montaigne et le cabinet de conseil américain A.T. Kearney.

 

Aujourd’hui, plus d’un français sur deux possèdent au moins un objet connecté, selon une étude d’Opinionway publiée le mois dernier, contre 35% en 2016. 29% des Français possèdent une télévision connectée (vs 22% en 2016), 12% un système d’alarme/caméra de sécurité ou un bracelet sportif (vs 5% en 2016), 11% une montre connectée ou un détecteur de fumée, 10% un véhicule ou voiture connectée.

 

Le secteur le plus plébiscité dans l’utilité des objets connectés est celui de la santé, soit 73%. La sécurité par les systèmes de caméra de surveillance représente 55 % des réponses et le secteur de l’énergie et de la domotique, 52%.

 

Les avantages que peuvent apporter les objets connectés, perçus par les Français, sont de rassurer et de sécuriser les consommateurs et de réaliser des économies. Ainsi 50% du panel mettent en avant la possibilité d’être alertés en temps réel en cas d’urgence (un proche malade, une fuite d’eau à la maison, etc.), 41% celle de pouvoir surveiller son habitation à distance, 40% d’avoir un meilleur contrôle de la consommation d’eau et d’électricité…

 

Se projetant dans l’avenir, deux personnes sur cinq dans le monde pensent que les smartphones seront capables d’apprendre leurs habitudes et de réaliser automatiquement un certain nombre d’activités à leur place, selon l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson.

Au sein des entreprises françaises, les déploiements d’objets connectés bondissent. 67% des entreprises françaises de plus de 200 salariés ont déployé une solution IoT selon l’étude d’IDC France de mars 2017, soit 2,5 fois plus qu’en 2014. 46% (13% environ en 2014) prévoient une extension de projet IoT dans les deux ans. Les objets connectés dans les entreprises tels les capteurs, robots, automates, compteurs, caméras, bâtiments et bureaux… montent en puissance.
Cependant, il ne faut pas oublier que, même si les bénéfices des objets connectés sont clairement identifiés par les français, leur développement se heurte à un obstacle majeur : la sécurité des données. En effet, la moitié de la population française exprime sa méfiance sur la question des objets connectés.

 

Mais la Commission Européenne s’intéresse de près à ce sujet important et travaille sur des règles qui devraient encadrer la sécurité de l’Internet des Objets.

À propos de Myriam Devred


Myriam Devred est Responsable Marketing au sein de la Direction Stratégie et Marketing d’Ericsson France. Diplômée d’un Mastère spécialisé en Technologie et Management à l’Ecole Centrale Paris et de l’Ecole de Management de Normandie, elle a rejoint Ericsson France en 2000.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Pas de commentaire »

No comments yet.



Leave a comment