Ericsson publie ses résultats pour le 3ème trimestre 2016

Par Corinne Muller, le vendredi 21 octobre 2016, classé dans Stratégie

Commentaires de Jan Frykhammar, Président et CEO d’Ericsson

Les tendances négatives que l’industrie a connues sur la première partie de l’année 2016 se sont renforcées. Elles sont principalement liées au haut débit mobile et ont impacté les ventes du 3ème trimestre. La baisse enregistrée, à la fois dans les ventes de couverture réseau haut débit mobile et dans les ventes de capacité réseau, a été particulièrement forte sur les marchés dotés d’un environnement macro-économique faible. De plus, les ventes de capacité réseau en Europe ont été inférieures à l’année dernière. La marge brute a diminué comparé au 3ème trimestre 2015, en raison de ventes inférieures en capacité réseau haut débit mobile, d’une plus grande part des ventes de services et de la baisse des ventes dans le segment Réseaux.

600x300_eng_q3_2016

Point sur l’activité
Au premier semestre 2016, certains marchés importants dans des régions comme l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Afrique sub-saharienne ont été impactés par un environnement macro-économique faible. Cette évolution négative s’est accélérée au troisième trimestre et a eu un effet négatif sur les ventes de couverture réseau haut débit mobile et sur les ventes de capacité réseau sur ces mêmes marchés. En outre, les ventes de capacité réseau en Europe ont été inférieures à l’année dernière. Combinés, ces effets ont généré un écart significatif par rapport aux prévisions de la société telles que communiquées lors de la publication des résultats du second trimestre et ont conduit à l’annonce anticipée des résultats pour le troisième trimestre le 12 octobre dernier.
Les ventes ont baissé de -14% comparé au 3ème trimestre 2015, ce qui est également vrai pour les ventes après ajustement monétaires et à périmètre comparable. La faiblesse des ventes a été particulièrement marquée en fin de trimestre. Cela montre une accélération des tendances négatives par rapport au deuxième trimestre, où la baisse des ventes, après ajustement monétaires et à périmètre comparable, était de -7% comparé à l’an dernier. Les ventes sur le segment Réseaux sont la principale cause de cette baisse, passant de -14% au 2ème trimestre à -19% au troisième trimestre.

Comme prévu, les ventes en Amérique du Nord ont diminué, principalement en raison de la baisse des ventes dans les services professionnels. De plus, un client a continué de réduire ses investissements dans le haut débit mobile. Les ventes en Chine continentale ont diminué de -7% comparé au 3ème trimestre 2015, principalement en raison de la baisse des ventes en 3G, alors que les déploiements de la 4G se sont poursuivis à un niveau élevé. En Inde, les ventes aux enchères de spectre ont été retardées, générant un nouveau trimestre de ralentissement. Le passage de la 3G à la 4G a continué de contribuer à la croissance des ventes dans la région Asie du Sud-Est et en Océanie.
Les ventes dans les domaines de croissance ciblés ont résisté et ont augmenté de 3% comparé au 3ème trimestre 2015, tirées par le Cloud, l’IP et les services liés à l’OSS et au BSS. Au total, les domaines de croissance ciblés représentent désormais 21% des ventes du groupe. Le partenariat stratégique avec Cisco a généré à ce jour plus de 60 contrats.

Les tendances actuelles de l’industrie indiquent une croissance saisonnière des ventes plus faible que la normale entre le troisième et le quatrième trimestre. En outre, le renouvèlement d’un contrat de services managés en Amérique du Nord, avec une portée réduite, aura un impact négatif sur les ventes. Le mix d’activités actuel entre les ventes de couverture réseau et les ventes de capacité réseau dans le haut débit mobile devrait prévaloir à court terme.

 

Rentabilité
Le bénéfice d’exploitation a diminué pour atteindre 0,3 milliard de SEK (5.1), une conséquence de la baisse des ventes sur le segment Réseaux et d’une marge brute inférieure. Les effets positifs du programme de baisse des coûts et de renforcement de l’efficacité n’a pas compensé la forte baisse des revenus bruts.
La marge brute s’est réduite à 28% (34%) à la suite de ventes inférieures en capacité réseau haut débit mobile, d’une plus grande part des ventes de services et de la baisse des ventes sur le segment Réseaux.
Les revenus des licences de propriété intellectuelle ont diminué comparé au 3ème trimestre 2015 et ont légèrement diminué comparé au second trimestre 2016. Les revenus de propriété intellectuelle du trimestre reflètent le portefeuille de contrats de licence actuelle.

Les réductions de coût pour assurer résilience et compétitivité de l’entreprise
Le programme de réduction des coûts et de renforcement de l’efficacité a été lancé en novembre 2014 et a été renforcé au deuxième trimestre 2016. Nous prenons des mesures dans toutes les dimensions de ce programme. Les actions prises au cours du trimestre comprennent la réduction d’effectifs annoncée et lancée en Suède, aux États-Unis, en Finlande, en Espagne et au Royaume-Uni. Nous poursuivons notre objectif de réduire nos dépenses d’exploitation sur l’année, hors charges de restructuration, à 53 milliards de SEK au second semestre 2017.
Nous mettrons en œuvre de nouvelles actions à court terme, principalement pour réduire le coût des ventes, afin d’adapter nos activités à une plus faible demande en haut débit mobile.

 

Flux de trésorerie
Les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont été de -2.3 milliards de SEK au cours du trimestre, principalement en raison de dettes commerciales inférieures résultant d’une plus faible demande. Comme les flux de trésorerie sont volatiles d’un trimestre à l’autre, ils doivent être considérés sur l’ensemble de l’année. Nous prenons des mesures opérationnelles et structurelles afin d’améliorer les flux de trésorerie à court et à long terme. La trésorerie nette à la fin du trimestre a été de 16,3 milliards de SEK.

 

Exécution de la stratégie
Ericsson est au milieu d’une transformation importante. De plus, le développement rapide des technologies, des exigences client différentes et venant de nouveaux clients, ainsi que la convergence de l’informatique, des médias et des télécommunications, génèrent des défis et des opportunités. L’accent est mis sur la vitesse et l’exécution de la stratégie, soutenue par une nouvelle organisation de l’entreprise, conçue pour renforcer son efficacité.

En résumé, la stratégie repose sur trois éléments clés : l’efficacité et l’éventail de nos activités principales, les investissements dans la nouvelle base de revenus et une forte génération de flux de trésorerie. Combinés, ces éléments vont également nous permettre d’assurer notre leadership sur le marché naissant et plus étendu de la 5G, en allant des technologies à de nouveaux modèles d’affaires et de services – nous permettant d’être un partenaire solide pour les clients existants et à venir.

 

Consulter le rapport complet

À propos de Corinne Muller


Corinne Muller est Directrice de la Communication d'Ericsson France. Diplômée de l'Université Paris Sorbonne, elle occupe les postes de Directrice de la Communication de Compaq puis de Chronopost, avant d'intégrer Ericsson à ce même poste en 2011.