D’ici 2018, l’Internet des objets aura supplanté les téléphones mobiles (Mobility Report Juin 2016)

Par Viktor Arvidsson, le mercredi 1 juin 2016, classé dans 5G,IOT,M2M,Multimédia,Objets connectés,Société en réseau   |   Comments (2)

Le dernier rapport sur la mobilité Ericsson révèle que, d’ici 2018, l’Internet des objets (IoT) est amené à supplanter les téléphones mobiles en tant que plus grande catégorie d’objets connectés.

Mobility Report IoT2
Entre 2015 et 2021, le nombre d’appareils connectés de l’Internet des objets (IoT) devrait enregistrer une croissance de 23 % par an, au sein de laquelle l’IoT cellulaire devrait connaître la plus forte progression. Sur les 28 milliards d’objets qui seront connectés d’ici 2021, près de 16 milliards seront des dispositifs IoT.

L’Europe de l’Ouest va jouer un rôle moteur dans cette évolution, puisque le nombre d’appareils IoT devrait croître de 400 % d’ici 2021 sur ce marché. Cette croissance sera notamment alimentée par les exigences réglementaires, comme par exemple celles liées aux compteurs intelligents, et par la demande de plus en plus forte en voitures connectées, avec notamment la directive européenne e-call qui doit entrer en vigueur en 2018.

Mobility Report IoT

Rima Qureshi, Senior Vice-Présidente en charge de la Stratégie chez Ericsson, explique : « L’IoT est désormais en pleine phase d’accélération, le coût des appareils étant en baisse et de nouvelles applications ne cessant de voir le jour. A partir de 2020, le déploiement commercial des réseaux 5G apportera de nouvelles capacités cruciales pour l’Internet des objets, comme par exemple le découpage de réseau, ainsi que la capacité de connecter beaucoup plus d’appareils qu’aujourd’hui. »

Le nombre d’abonnements pour les smartphones ne cesse d’augmenter et devrait, au troisième trimestre de cette année, dépasser celui des téléphones de base. D’ici 2021, les abonnements pour les smartphones vont quasiment doubler, passant de 3,4 à 6,3 milliards. Le rapport révèle également qu’il y a désormais 5 milliards d’abonnés mobiles (utilisateurs uniques) dans le monde, preuve de la croissance phénoménale que connaît la technologie mobile sur une période relativement courte.

Le rapport met également en lumière un changement radical dans les habitudes des adolescents en matière de consommation audiovisuelle : l’utilisation des données cellulaires pour regarder des vidéos sur les smartphones a augmenté de 127 % en seulement 15 mois (2014 – 2015). Sur une période de quatre ans (2011 – 2015), le temps passé par les adolescents à regarder la télévision ou des vidéos sur un écran de télévision a chuté de 50 %, tandis qu’ils ont été 85 % en plus à regarder la tv ou une vidéo sur un smartphone. Si l’on ajoute à cela le fait que la jeune génération d’utilisateurs mobiles représente les plus gros consommateurs de streaming vidéo sur smartphone (connexions wifi et cellulaire combinées), ce groupe occupe désormais la place la plus importante dans le viseur des opérateurs mobiles.

En 2016, une nouvelle étape très attendue va être franchie : l’arrivée de réseaux LTE commerciaux capables d’offrir des débits de données descendants de l’ordre d’1 gigabit/s. Des appareils capables de supporter un tel débit devraient quant à eux faire leur apparition au cours du deuxième semestre 2016, dans un premier temps sur les marchés comme le Japon, les Etats-Unis, la Corée du Sud et la Chine, puis très vite dans d’autres régions. Grâce à cette nouvelle technologie, les mobinautes bénéficieront d’un accès extrêmement rapide aux contenus de leur choix, puisque les vitesses de téléchargement seront deux tiers plus rapides que celles d’aujourd’hui avec la technologie actuellement la plus rapide.

Autres conclusions du rapport Ericsson sur la mobilité :
Une croissance à l’échelle mondiale : entre 2015 et 2021, le nombre d’abonnements au haut débit mobile va être multiplié par quatre au Moyen-Orient et en Afrique. D’ici 2021, le trafic de données mobiles va s’accroître d’un facteur 15 en Inde. Quant aux Etats-Unis, marché pourtant le plus mature dans ce domaine, le trafic mobile va augmenter de 50 % rien qu’en 2016.

Le trafic de données connaît une croissance ininterrompue : le trafic mondial de données mobiles a augmenté de 60 % entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016, sous l’impulsion du nombre croissant d’abonnements pour smartphones et de la hausse de la consommation de données par abonné. D’ici la fin 2021, près de 90 % du trafic de données mobiles se fera à partir des smartphones.

Les abonnements LTE ont augmenté à un rythme élevé tout au long du 1er trimestre 2016 : 150 millions de nouveaux abonnements ont été enregistrés au cours du premier trimestre, portés par le besoin d’une meilleure expérience utilisateur et de réseaux plus rapides, atteignant ainsi le chiffre global de 1,2 milliard. Des réseaux LTE commerciaux capables d’offrir des débits de données de l’ordre d’1 gigabit/s sont attendus sur le marché en 2016.

Le besoin d’un spectre supplémentaire harmonisé entre les pays prévoyant un déploiement rapide de la 5G : alors que la 5G devrait voir le jour plus tôt que prévu, il est nécessaire pour les pays envisageant un déploiement anticipé de la 5G de s’entendre sur une harmonisation du spectre, une exigence qui s’ajoute au processus actuel de préparation de la conférence WRC-19, axée principalement sur le spectre requis pour les déploiements commerciaux de la 5G à partir de 2020.

 

Le rapport sur la mobilité d’Ericsson est l’un des principaux outils d’analyse du trafic de données mobiles, offrant des mesures précises à partir des nombreux réseaux en fonctionnement un peu partout dans le monde. Le rapport s’appuie sur ces mesures et ces analyses, ainsi que sur des prévisions internes et d’autres études pertinentes, pour dresser un tableau des tendances en termes de trafic et de marché dans le contexte de la société connectée d’aujourd’hui.

L’outil d’exploration du trafic dont s’accompagne le rapport permet de générer des tableaux et des graphiques personnalisés à partir des données du rapport. Les informations peuvent être filtrées en fonction du type de région, d’abonnement, de technologie, de trafic et de terminal.

 

Par objet connecté, le rapport entend tout objet physique doté d’une pile IP permettant une communication bidirectionnelle sur une interface réseau.

À propos de Viktor Arvidsson


Viktor Arvidsson est Directeur de la Stratégie et des Affaires Réglementaires d’Ericsson France et du compte global France Telecom, depuis décembre 2009. A ce titre, son rôle est d’assurer une croissance continue des résultats d’Ericsson France dans le cadre des objectifs stratégiques de l’entreprise ainsi que l’adéquation des offres aux besoins moyen et long terme de ses clients. Il a également sous sa responsabilité les Affaires Réglementaires qui englobent les relations avec les autorités de régulation et les administrations de tutelle. Agé de 40 ans, titulaire du MBA de l’INSEAD et de Télécom Paris, Viktor Arvidsson a rejoint en 2000 Ericsson France comme responsable de l’ingénierie radio avant d’évoluer en tant que Directeur Marketing, puis Directeur de la Stratégie et du Business Development au sein du compte global France Telecom. Il a auparavant débuté sa carrière comme ingénieur radio, puis chef de projet technique, chez Bouygues Telecom en 1996.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

2 Comments »

  1. […] aux nouvelles applications et plus spécifiquement pour les services vidéo. Selon notre Mobility Report, 85% du trafic de données généré par l’utilisation d’applications vidéo via un […]

  2. […] le dernier rapport sur la mobilité d’Ericsson, le nombre d’appareils connectés IoT devrait enregistrer une croissance de 23 % par an, passant […]



Leave a comment