Pour innover les entreprises doivent s’ouvrir aux flux d’idées

Par Benoît Maydat, le jeudi 29 mai 2014, classé dans Innovation / R&D,Société en réseau

ericsson-digital-disruptors

Les entreprises sont de plus en plus comme les gens : des organismes sociaux qui apprennent autant en empruntant des idées qu’en mettant en œuvre celles qui leur sont propres. Dans un rapport récemment publié, nous empruntons quelques pensées de business leaders pour apprendre d’eux quelles nouvelles stratégies sont en train d’émerger et de changer les manières de faire du business à l’ère numérique.

Dans un article récent publié dans le magazine Wired, Alex Pentland du MIT se penche sur la nature du «flux d’idées» – la manière dont les idées se propagent via les réseaux sociaux. Dans deux études sur le Big Data, lui et son équipe de chercheurs ont analysé quelque deux millions d’heures de données d’interaction au sein de deux communautés sur une période de deux ans. Tout cela fait partie du champ émergent de la physique sociale, où d’énormes quantités de données en temps réel sont utilisées pour quantifier et prédire comment les nouvelles idées alimentent les processus de prise de décision des gens.

Une des choses à retenir ? « Les personnes les plus créatives et perspicaces sont des explorateurs », qui « passent énormément de temps à rechercher de nouvelles personnes et des idées différentes », « les testant sur chaque personne qu’ils rencontrent », faisant partie d’un flux dynamique d’idées qui « permet aux gens d’apprendre de nouveaux comportements, sans les dangers ou les risques de l’expérimentation individuelle ».

Sur le plan individuel, ce n’est pas une grande découverte. Après tout, c’est souvent ceux qui ont les expériences et les réseaux sociaux les plus divers qui trouvent les meilleures idées. Ce qui est plus surprenant, c’est que les entreprises – en particulier les plus grandes – aient mis tant de temps à le comprendre. Cela s’explique par le fait que traditionnellement, elles sont construites pour exploiter les sources de revenus existantes, et non pas en explorer de nouvelles. Leur personnel est divisé et compartimenté et il n’y a pas de fonctionnement en réseau.

« J’aime à penser que les entreprises sont comme un groupe de personnes naviguant dans un courant d’idées », écrit Pentland. «Parfois elles naviguent dans des eaux limpides, rapides et où les idées sont abondantes, mais parfois, elles sont dans les eaux stagnantes ou en proie à des tourbillons terrifiants ».

C’est en gardant cela à l’esprit que nos dernières recherches au sein de notre Lab sur le Société Connectée visent à puiser dans une pensée renouvelée. L’objet de notre étude ? La façon dont certains modèles de fonctionnement de l’entreprise se transforment pour répondre aux bouleversements de l’ère numérique. Et beaucoup de nos conclusions rendent les entreprises de demain de plus en plus similaires aux créatures sociales que Alex Pentland décrit. Par exemple:

  • La communauté environnante est tout aussi importante pour l’innovation que l’entreprise elle-même.
  • Le feedback et les processus d’apprentissage social extérieurs sont maintenant incorporés à   l’organisation afin de mieux soutenir la prise de décision.
  • Les entreprises adaptent de multiples stratégies de survie dans un environnement en évolution rapide.

Aujourd’hui, les entreprises doivent apprendre ce que les gens ont déjà compris : pour innover, il faut s’ouvrir et plonger dans de nouveaux courants d’idées – les plus diversifiés possible.

Notre rapport est un bon point d’entrée pour commencer votre exploration. N’hésitez pas à y récolter des idées et à les partager.

À propos de Benoît Maydat


Benoît Maydat est Consultant en Stratégie Digitale pour Ericsson France. Diplômé de l'Université de Glasgow en Economie et titulaire d'un Master Intelligence Economique et Communication Stratégique, il est consultant pour Ericsson France depuis Septembre 2012.

Mots-clefs : , , , , ,