La 5G déjà

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 25 février 2014, classé dans 5G,MWC14,Stratégie

Ericsson-5GÀ peine la 4G vient-elle d’arriver et qu’elle n’est pas encore déployée partout, que la 5G monopolise déjà toutes les attentions au Mobile World Congress 2014, à Barcelone. Certes, on l’annonce pour 2020, mais les initiatives se multiplient, chacun voulant prendre le train dès la gare de départ. C’est le cas d’Ericsson, numéro un mondial, qui se doit d’être présent.

D’ailleurs, ce projet dépasse le seul cadre technique et commercial. L’Europe entend s’impliquer dans la 5G, puisqu’elle a annoncé à Barcelone, par la voix de la vice-présidente de la Commission européenne, Neelie Kroes, le lancement du projet 5G-PPP (Public-Private Partnership), dans lequel public et privé participent à parts égales (700 millions d’euros). L’Europe estime qu’elle dispose de formidables atouts dans ce secteur et que les télécoms sont l’une des clés de l’avenir, permettant le développement des métiers et services du futur. Un moyen de lutter contre le chômage.

« Une si longue feuille de route est normale dans un projet d’une telle envergure, estime Viktor Arvidsson, directeur de la stratégie chez Ericsson France. La 5G sera d’abord fondée sur les attentes des utilisateurs humains et les usages du Machine-to-Machine, qui vont exploser dans les prochaines années. »

Dans cette première phase (2014-2016), pas de recherche de solution technique, mais la prise en compte de ces exigences. Par exemple, outre l’augmentation du débit pour absorber le trafic, la réduction du temps de latence pour les applications critiques (de la e-santé jusqu’à la voiture sans pilote, en passant par le contrôle des réseaux électriques). Autre souci : optimiser la durée des batteries pour les terminaux ne transmettant que des messages de quelques octets. En fait, la 5G vise à faire travailler de concert toutes les technologies existantes, du LTE-Advanced jusqu’au Wi-Fi ou même Bluetooth, avec des mécanisme de commande et de contrôle qui sauront faire le choix des réseaux les mieux adaptés et donner aux applications la priorité et la sécurité adéquates.

« Après cette phase d’étude, viendra le temps de la préstandardisation qui s’étendra de 2016 à 2018, puis celle de la standardisation qui nous mène jusqu’en 2020, poursuit Viktor Arvidsson . Alors, les constructeurs mettront en œuvre les solutions techniques définitives. »

Quant à savoir qui donnera l’imprimatur pour la 5G, « pour le moment, ce n’est pas défini, mais il serait normal que ce soit le comité 3GPP, sous ce nom ou celui qu’il portera alors », conclut Viktor Arvidsson.

À propos de Jean-Pierre Soulès


Journaliste pendant 15 ans à 01 Informatique et précédemment formateur, Jean-Pierre Soules est aujourd'hui free lance. Il collabore régulièrement à Réseaux et Telecoms, Clubic Pro et IT For Business.

Mots-clefs : , , ,