L’envie des Français pour le très haut débit

Par Viktor Arvidsson, le mardi 10 décembre 2013, classé dans 4G LTE,Fibre,Société en réseau

La connectivité, un nouveau besoin primaire ?

Aujourd’hui, la connectivité est devenue un besoin indispensable pour les Français et notamment pour les citadins. Il y a quelques mois, le schéma ci-contre avait d’ailleurs fait le tour du net, exprimant avec humour l’évolution des besoins des êtres humains.

En 5 ans, le débit mobile moyen a été multiplié par 20, passant de 0.08Mbps en 2007 à 1.54 Mbps en 20121 et 85 % des usagers de la 4G en France affirment que c’est un gain de temps au quotidien. Les utilisateurs ayant passé des appels vidéo, par exemple, représentent désormais 56 % des utilisateurs alors qu’ils n’étaient que 31 % avant la 4G. La TV HD sur mobile, la navigation instantanée ainsi que la réalité augmentée sont autant d’autres usages rendus accessibles grâce aux réseaux très haut débit.

En 5 ans, le débit fixe moyen a augmenté de 177 %, passant de 3.2 Mbps à 8.8 Mbps entre 2007 et 2013. Cette hausse de débit s’accompagne de l’enrichissement de l’offre de contenu TV et média, mais voit surtout l’avènement du « foyer connecté ». Véritable tremplin vers la société connectée, la gestion intelligente du foyer est désormais une réalité. Les personnes peuvent littéralement communiquer avec leur maison, contrôler leurs appareils et optimiser leur consommation d’énergie.

Ainsi, lors de l’édition 2013 des Ericsson Application Awards, une solution d’origine portugaise pour améliorer l’efficacité énergétique d’un foyer équipé en énergie solaire a été créée. Cette innovation permet aux particuliers de réduire la complexité de la maintenance et du contrôle de l’énergie solaire à travers un dispositif plug & play basé sur le cloud.

Autre exemple à Palaiseau, ville aujourd’hui connectée à 90 % par fibre optique, les habitants ont montré leur appétence pour les services que permet le très haut débit. D’une part, l’upload a été multiplié par 8 depuis le raccordement, réduisant l’asymétrie entre réception et émission. D’autre part, le volume de données téléchargées, la consommation de vidéos à la demande ainsi que le nombre de bouquets TV payants ont triplé, alors que la consommation de TV de rattrapage a été multipliée par 7.

Au-delà de la satisfaction de ce besoin quasi « vital » de connectivité des français, il nous parait aussi important de réaffirmer que le déploiement du très haut débit est aussi un pilier pour la croissance économique, la corrélation entre les deux étant régulièrement établie, mais également pour l’e-inclusion et pour que tous nos concitoyens prennent bien le train du numérique.

1 Les chiffres de cet article sont extraits de la Troisième étude Arthur D. Little pour la FFTélécoms sur l’économie du secteur des télécoms en France.

À propos de Viktor Arvidsson


Viktor Arvidsson est Directeur de la Stratégie et des Affaires Réglementaires d’Ericsson France et du compte global France Telecom, depuis décembre 2009. A ce titre, son rôle est d’assurer une croissance continue des résultats d’Ericsson France dans le cadre des objectifs stratégiques de l’entreprise ainsi que l’adéquation des offres aux besoins moyen et long terme de ses clients. Il a également sous sa responsabilité les Affaires Réglementaires qui englobent les relations avec les autorités de régulation et les administrations de tutelle. Agé de 40 ans, titulaire du MBA de l’INSEAD et de Télécom Paris, Viktor Arvidsson a rejoint en 2000 Ericsson France comme responsable de l’ingénierie radio avant d’évoluer en tant que Directeur Marketing, puis Directeur de la Stratégie et du Business Development au sein du compte global France Telecom. Il a auparavant débuté sa carrière comme ingénieur radio, puis chef de projet technique, chez Bouygues Telecom en 1996.

Mots-clefs : , , , , , , , ,