Paris, 6ème ville la plus propice au développement économique grâce aux TIC selon le dernier rapport Ericsson

Par Viktor Arvidsson, le mardi 13 novembre 2012, classé dans Société en réseau,Technology for Good

La troisième édition du Networked Society City Index d’Ericsson place New York, Stockholm et Londres en tête du classement des sociétés connectées

Ericsson vient de publier son classement Networked Society City Index, qui analyse les avantages apportés par les TIC dans 25 des plus grandes villes du monde. Alors que les deux éditions précédentes s’intéressaient aux effets des TIC sur les villes et les citoyens, cette nouvelle édition se concentre sur les entreprises.

Les indicateurs utilisés dans le rapport pour analyser la vie des entreprises dans ces villes font apparaître une corrélation entre la maturité des TIC et la capacité à utiliser les TIC au profit de l’économie.

New York, Stockholm et Londres sont les trois villes qui arrivent en tête du classement. Paris se classe en 6ème position devant Tokyo.

Le rapport énumère quelques-uns des effets positifs des TIC sur l’innovation et l’esprit d’entreprise. Ainsi, les TIC :

1/ élargissent les opportunités offertes aux entrepreneurs. Elles permettent, par exemple, de nouvelles innovations produits tels que la musique et la vidéo en streaming, les services d’e-commerce et de cloud computing ;

2/ améliorent l’accès aux marchés, en permettant notamment aux entrepreneurs et aux entreprises très spécialisées d’accéder à des marchés géographiquement plus larges ;

3/ réduisent les coûts de transaction entre les entreprises, par exemple en rendant moins impérative la proximité géographique avec les fournisseurs, les partenaires et les clients.

« Pour nous, ce sont les individus, plus que les institutions de la ville ou les entreprises, qui sont les moteurs du développement résultant de la maturité des TIC. Les gouvernements suivent en s’adaptant à l’évolution des comportements des citoyens, tandis que les entreprises adoptent les innovations dans le domaine des TIC avant tout pour améliorer leur efficacité interne. Mais surtout, les décisions gouvernementales contribuent à orienter le développement des TIC dans le secteur des entreprises. C’est pourquoi les changements de politique, de réglementation et de planification, associés à la recherche et aux mesures d’aide à la prise de risque et au financement, font partie des facteurs clés de progrès. Ces facteurs sont cruciaux pour aider les entreprises de toutes tailles à se connecter, à collaborer et à être plus compétitives sur le marché », explique Patrik Regårdh, du Networked Society Lab d’Ericsson.

La corrélation positive entre la maturité des TIC et le développement économique est largement confortée par de nombreux rapports et études de cas. Ainsi, un rapport publié en 2012 par la Stockholm School of Economics conclut que lorsque le pourcentage du taux de pénétration du haut débit augmente d’1 point, celui-ci augmente de 3,8 % les immatriculations d’entreprises.

Outre les trois villes de tête, New York, Stockholm et Londres, figurent également dans le classement : Pékin, Buenos Aires, Le Caire, Delhi, Dhaka, Istanbul, Djakarta, Johannesburg, Karachi, Lagos, Los Angeles, Manille, Mexico, Moscou, Bombay, Paris, São Paulo, Séoul, Shanghai, Singapour, Sydney et Tokyo

Pour mesurer les avantages apportés par les TIC dans chaque ville, 28 indicateurs ont été utilisés. Ces indicateurs sont de deux ordres : ceux qui permettent de mesurer la maturité des TIC dans les villes, et ceux qui permettent de mesurer les avantages des investissements dans les TIC du point de vue social, économique et environnemental.

À propos de Viktor Arvidsson


Viktor Arvidsson est Directeur de la Stratégie et des Affaires Réglementaires d’Ericsson France et du compte global France Telecom, depuis décembre 2009. A ce titre, son rôle est d’assurer une croissance continue des résultats d’Ericsson France dans le cadre des objectifs stratégiques de l’entreprise ainsi que l’adéquation des offres aux besoins moyen et long terme de ses clients. Il a également sous sa responsabilité les Affaires Réglementaires qui englobent les relations avec les autorités de régulation et les administrations de tutelle. Agé de 40 ans, titulaire du MBA de l’INSEAD et de Télécom Paris, Viktor Arvidsson a rejoint en 2000 Ericsson France comme responsable de l’ingénierie radio avant d’évoluer en tant que Directeur Marketing, puis Directeur de la Stratégie et du Business Development au sein du compte global France Telecom. Il a auparavant débuté sa carrière comme ingénieur radio, puis chef de projet technique, chez Bouygues Telecom en 1996.

Mots-clefs : , , ,