Un nouveau rapport de la Broadband Commission sur le changement climatique confirme que la technologie est la clé d’un avenir sobre en carbone

Par Benoît Chamontin, le mercredi 4 avril 2012, classé dans Développement Durable
The Broadband Bridge - Linking ICT with Climate Action - 2012

Les gouvernements sont invités à tirer parti de la capacité des technologies de l’information et de la communication de réduire drastiquement les émissions

Selon le nouveau rapport que vient de publier la Broadband Commission for Digital Development, le haut débit a la capacité de faciliter la transition vers une économie sobre en carbone et d’aider à combattre les causes et les effets du changement climatique.

Intitulé The Broadband Bridge: Linking ICT with Climate Action, ce rapport est le fruit des travaux menés par le groupe de travail sur le changement climatique de la Broadband Commission, présidé par Hans Vestberg, PDG d’Ericsson, et composé de plusieurs membres de la Commission représentant l’industrie, des organisations internationales et des ONG.

Le but du rapport est de sensibiliser au rôle central que les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier les réseaux haut débit, peuvent jouer en facilitant l’avènement de l’économie sobre en carbone de demain ; il souligne l’importance des partenariats public-privé pour accélérer le changement. Il s’appuie sur des entretiens, des études de cas et les documents de plus de 20 responsables et experts en la matière.

« S’attaquer au changement climatique implique changer radicalement de mode vie, de façon de travailler et de voyager, abandonner notre modèle de développement au profit d’un modèle plus juste et plus durable afin d’assurer notre survie. Il faut mettre en œuvre toutes les ressources dont nous disposons et mobiliser la volonté politique pour que les discussions et les négociations se traduisent par des accords et des actes » déclare Hamadoun Touré, Secrétaire général de l’UIT.

S’appuyant sur les accords conclus lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de 2011 (COP-17), le rapport met l’accent sur les types de solutions à haut pouvoir transformateur que permet le haut débit. Il donne des exemples concrets de la contribution que peut apporter le haut débit à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), à l’atténuation et à l’adaptation aux effets du changement climatique, à la promotion de l’efficacité environnementale, tout en bâtissant des sociétés plus prospères qui ne laissent personne à l’écart.

« La compréhension des avantages que peut apporter le haut débit est un point crucial. Son rôle dans la croissance du PIB, dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et dans la neutralisation des effets du changement climatique commence tout juste à être compris, car le déploiement est enfin une réalité et les avantages se font déjà sentir. Dans le contexte économique actuel où les sociétés doivent se développer, une approche du changement climatique orientée solutions nous permet d’accélérer un nouveau type de croissance verte, tout en œuvrant pour les objectifs mondiaux de développement durable », explique Hans Vestberg.

Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, a souligné l’année dernière combien il était important d’exploiter les TIC pour améliorer la vie des populations dans le monde entier. Dans son message à la quatrième réunion de la Broadband Commission for Digital Development à Genève en octobre 2011, il déclarait : « Il est évident pour moi que les technologies de l’information et de la communication sont en train de transformer notre monde. Aujourd’hui, il n’est pas un domaine de la vie moderne qui ne soit touché par les TIC. Avec plus de cinq milliards d’abonnements de téléphonie mobile et plus de deux milliards de personnes connectées, l’enjeu est d’exploiter l’énorme pouvoir de la technologie pour rendre le monde meilleur. »

En prévision de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable 2012 (Rio+20) en juin, le rapport présente dix recommandations de la Broadband Commission à l’intention des responsables politiques et des leaders mondiaux pour accélérer et renforcer la capacité des TIC et du haut débit d’accélérer la transition vers une économie sobre en carbone :

  1. Diriger avec une vision de l’avenir : adopter un plan ou une stratégie national(e) à long terme, basé(e) sur l’accessibilité technique et financière pour tous, l’innovation et des marchés ouverts, et le lier sciemment ce plan ou cette stratégie aux objectifs climatiques.
  2. Introduire le principe de convergence : introduire le concept de convergence dans la formulation de la politique relative aux TIC, afin d’assurer la cohérence avec d’autres domaines de l’action publique tels que l’énergie, la santé, l’éducation et le climat, pour assurer un impact maximum.
  3. Instaurer la confiance dans la réglementation : adopter des règles et règlements clairs sur le climat et le haut débit afin de créer un climat de confiance pour les investisseurs.
  4. Être un exemple : susciter la collaboration interministérielle et la prise de décision intégrée afin de mettre en concordance les objectifs climatiques et numériques, et utiliser les marchés publics pour envoyer les bons signaux au marché.
  5. Encourager la flexibilité : identifier et supprimer les barrières réglementaires et politiques à la recherche et à l’investissement dans des infrastructures haut débit basées sur les TIC et des solutions sobres en carbone, à la hauteur des enjeux du XXIe siècle.
  6. Mettre en place des incitations : encourager l’adoption de solutions sobres en carbone et soutenir l’évolution du marché en récompensent ou suscitant les bons comportements des citoyens. Inciter les individus, les entreprises et les secteurs à innover.
  7. Créer le marché : financer et faciliter les projets pilotes évolutifs visant à démontrer la faisabilité et l’efficacité du haut débit pour favoriser l’émergence de solutions sobres en carbone ; élaborer un solide argumentaire pour attirer l’investissement privé.
  8. Former des partenariats : cultiver la connectivité et la « co-créativité » entre les secteurs public, privé et non gouvernemental et les industries, afin de favoriser l’émergence d’un esprit de collaboration, de buts partagés et d’un langage commun, ainsi que la remise en question des structures traditionnelles.
  9. Mesurer et normaliser : élaborer une métrique et des mesures harmonisées ainsi que des normes communes pour calculer les impacts environnementaux des TIC et la contribution positive que peut apporter la technologie à d’autres secteurs à tous les niveaux : des produits aux systèmes, des ménages à l’échelle urbaine ou nationale.
  10. Partager les connaissances et sensibiliser : diffuser activement les résultats des projets, partager les bonnes pratiques et tirer les leçons des erreurs, afin d’identifier les facteurs de succès et de brûler les étapes du développement, en particulier sur les marchés les moins développés. Faire connaître les opportunités et les synergies permises par une approche intégrée et intersectorielle des infrastructures numériques de développement et des solutions sobres en carbone.

La Broadband Commission tenait sa 5e réunion aujourd’hui le 2 avril dernier, à Ohrid en Macédoine, où elle est accueillie par le ministère macédonien de la Société de l’Information et de l’Administration.

Vous pouvez télécharger la version intégrale du rapport 2012 The Broadband Bridge: Linking ICT with Climate Action en version pdf

Pour terminere, voici en une image les principaux points du rapport :

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,