Franck Bouétard au Mobile World Congres 2012 : « Nous sommes prêts pour la société connectée. »

Par Jean-Pierre Soulès, le mardi 28 février 2012, classé dans Événements

Franck Bouétard – Ericsson France – MWC 2012

Pour Franck Bouétard, PDG d’Ericsson-France, la cuvée 2012 du Mobile World Congress (MWC), c’est d’abord le grand boom des infrastructures vers le très haut débit, avec la 4G omniprésente Cependant, la 3G n’est pas morte pour autant avec les progrès du HSPA qui frôle les 100 Mbit/s, ainsi qu’Ericsson l’a annoncé lors de ce salon. Mais c’est aussi l’incroyable éclosion de nouvelles générations de smartphones, toujours plus puissants.

Ces nouveaux réseaux, ces nouveaux terminaux annoncent l’avènement de ce que Ericsson nomme la « Networked Society ». « Il a fallu un siècle pour connecter en sans fil quatre milliards d’abonnés, trente ans pour passer à six milliards et il ne faudra qu’une quinzaine d’années pour raccorder 50 milliards d’objets. » Une formidable accélération. D’où la nécessaire présence du très large bande. Et là, toutes les technologies seront mises à contribution. La 3G++, LTE, mais également Wi-Fi., qui gagne ses galons de « carrier grade », et entre au catalogue des solutions des équipementiers télécoms pour décharger les réseaux cellulaires du trafic de données dans les zones très denses. Le rachat récent de BelAir par Ericsson en est un exemple. « Toutefois, augmenter la bande passante ne suffit pas, précise Franck Bouétard. Il faut gérer les hauts débits, établir des priorités. On verra sans doute apparaître dans les offres des opérateurs différents niveaux de prix correspondant à différents niveaux de qualité. C’est ce que l’on appelle le Tier Pricing. »

Engagés dans la définition de nouveaux services, de grilles tarifaires élaborées, contraints, par la concurrence, de réduire au maximum leurs coûts, les opérateurs devront tirer le meilleur parti de leurs infrastructures et soigner plus que jamais la relation avec les clients. « Les outils pour les fonctions d’exploitation de réseau ou OSS et celles de gestion des clients ou BSS vont prendre de plus en plus d’importance, estime Franck Franck Bouétard. Ce sera un critère de différenciation important. Sur ce secteur, Ericsson a renforcé sa position avec le rachat de Telcordia. De plus, notre parfaite connaissance des réseaux nous donne l’avantage sur des concurrents venant du secteur de l’informatique. »

Certains opérateurs voudront aller plus loin dans l’optimisation de leurs ressources et externaliseront l’exploitation de leurs réseaux auprès de constructeur comme .Ericsson « Cette démarche n’est pas très répandue chez les grands opérateurs européens, remarque Franck Bouétard. Elle l’est davantage outre-Atlantique. Sprint, par exemple, a sauté le pas. Ericsson est très présent sur ce créneau des services managés. »

En France, la 4G n’arrivera commercialement probablement pas avant 2013. « Les opérateurs américains qui ont souvent fait l’impasse sur la 3G, et passent directement à la 4G, sont en avance sur l’Europe. » Il est vrai que ceux du Vieux continent devront déployer un nouveau réseau. « L’arrivé de stations de base multistandards incluant 2G, 3G et 4G, comme celles que nous proposons, va faciliter leur travail et même réduire leurs investissements puisqu’ils n’auront plus qu’une catégorie d’équipements. » Ainsi, ceux qui ont décidé de renforcer leur réseau 3G, afin de résorber les zones grises, avant « d’allumer la 4G et de la proposer commercialement seront déjà prêts au moment où ils le décideront. Certains, comme Bouygues, s’y préparent puisqu’un contrat avec Ericsson a été annoncé. D’autres sont dans le tuyau, mais chut….., on ne peut pas en dire plus pour le moment.

 

À propos de Jean-Pierre Soulès


Journaliste pendant 15 ans à 01 Informatique et précédemment formateur, Jean-Pierre Soules est aujourd'hui free lance. Il collabore régulièrement à Réseaux et Telecoms, Clubic Pro et IT For Business.

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , ,