Et vous, êtes-vous un « sofaliseur » ?

Par Myriam Devred, le vendredi 6 mai 2011, classé dans Multimédia,Réseaux mobiles,Télévision
En Europe, 7 internautes sur 10 surfent sur internet en même temps qu'ils regardent la télévision et trois des quatre activités principales sur internet effectuées devant la télévision sont en relation avec la communication: e-mail (75%), messagerie instantanée (49%), réseaux sociaux (39%).

En Europe, 7 internautes sur 10 surfent sur internet en même temps qu'ils regardent la télévision et trois des quatre activités principales sur internet effectuées devant la télévision sont en relation avec la communication: e-mail (75%), messagerie instantanée (49%), réseaux sociaux (39%).

Un nouveau phénomène est en train de se développer : celui des « sofaliseurs » ultra-connectés qui socialisent avec leur famille et leurs amis via les réseaux sociaux, depuis chez eux plutôt que de rencontrer les personnes. Le phénomène prend de l’ampleur en Grande-Bretagne. Qu’en est-il en France ?

Selon le dictionnaire britannique MacMillan dont la définition a été reprise par le magazine Challenges il y a quelques semaines, « sofaliser » (en anglais : sofalising : Sofa + socialising) c’est « l’activité consistant à utiliser Internet via des appareils électroniques et des sites de réseaux sociaux, pour socialiser avec les gens depuis la maison, plutôt que de les rencontrer en tête à tête ».

Ce terme « sofaliser » a été inventé par Ewan Robertson, de l’agence de relations publiques « Citigate Dewe Rogerson », pour la société de jeux de casinos en ligne Yazino, afin de décrire la tendance de ses utilisateurs à interagir avec d’autres, tout en jouant aux jeux. Puis ce terme s’est généralisé via le blog « Schott’s Vocab » dans le New York Times.

L’étude réalisée par Yazino parmi 2000 Britanniques a mis en évidence que 26% d’entre eux passent plus de temps à socialiser en ligne plutôt que dans la vie réelle, tandis que 11% des utilisateurs avouent qu’ils préfèrent rester chez eux le week-end pour rencontrer leurs amis et leur famille sur Internet au lieu de sortir et de les rencontrer en personne. Le britannique moyen passe 4.6 heures par semaine à parler avec ses amis en ligne et par comparaison 6 heures en face à face. 11% admettent utiliser les réseaux sociaux tels Facebook et Twitter pour organiser leur vie sociale et 5% admettent même oublier une fête s’ils ne voient pas l’invitation sur Facebook ou MySpace. De plus 45% des anglais déclarent s’être servi d’un réseau social pour commenter en direct leur programme préféré à la télévision selon l’institut Redshift Research. Cette habitude se vérifie pour certaines émissions telles les spectacles musicaux comme X-Factor qui font souvent le plein de tweets, de chats et de posts. Les retransmissions sportives ou les résultats des élections sont aussi la source de mouvements de sofalisation. Selon Yazino, l’augmentation des prix dans les bars et les restaurants au Royaume-Uni a contribué à cette croissance du nombre de personnes socialisant en ligne tout en restant chez eux.

Selon une récente étude de Microsoft Advertising, en Europe, 7 internautes sur 10 surfent sur internet en même temps qu’ils regardent la télévision et trois des quatre activités principales sur internet effectuées devant la télévision sont en relation avec la communication: e-mail (75%), messagerie instantanée (49%), réseaux sociaux (39%). 90% des 16-24 ans surfent en regardant la télévision quotidiennement, ce qui en fait la tranche d’âge la plus adepte du multi-tâche.

Plus spécifiquement en France, 63% des Internautes français surfent sur Internet en même temps qu’ils regardent la télévision. En outre 25% des mobinautes se connectent lorsqu’ils regardent la télévision en soirée et 22% dans le but de trouver des informations sur ce qu’ils écoutent, lisent ou regardent, selon une enquête de GroupM et SFR Régie.

Cependant, en France, même si le temps passé devant un écran (ordinateur, smartphone, télévision) augmente constamment et même si les 16-24 ans sont ultra-connectés et adeptes du multi-tâche, préférer communiquer de chez soi virtuellement plutôt que de sortir ne touche qu’une minorité de personnes… pour l’instant.

Source :

À propos de Myriam Devred


Myriam Devred est Responsable Marketing au sein de la Direction Stratégie et Marketing d’Ericsson France. Diplômée d’un Mastère spécialisé en Technologie et Management à l’Ecole Centrale Paris et de l’Ecole de Management de Normandie, elle a rejoint Ericsson France en 2000.

Mots-clefs : , , , , , , ,