Quand les mamans modernes se convertissent aux smartphones et aux applications

Maria Bivesjö, une maman suédoise de 6 enfants à la pointe de la téléphonie mobile

Maria Bivesjö, une maman suédoise de 6 enfants à la pointe de la téléphonie mobile

Pour ceux qui croient que seuls les ados s’intéressent aux applications, que les smartphones ne sont faits que pour les pros de la technologie et que les médias sociaux via le haut débit mobile ne sont accessibles qu’aux natifs numériques, le témoignage de Maria Bivesjö, mère de six enfants, remet en cause nombre d’idées reçues. Il montre que les technologies des télécommunications ont aujourd’hui aboli les barrières qui, il fut un temps, divisaient les générations. Même les mamans s’emparent de la technologie.

Même si Maria Bivesjö s’est toujours intéressée à la technologie, c’est la maladie chronique diagnostiquée chez son fils qui a fait que le téléphone mobile est devenu pour elle un outil essentiel pour pouvoir être joignable à tout moment. Bien vite, cette habitant de Stockholm a pris la mesure des avantages supplémentaires que pouvait lui procurer cet outil, notamment pour gérer sa vie particulièrement bien remplie de mère de famille, enseignante à plein temps et passionnée de boxe. Une approche qui s’est rapidement transformée en un intérêt manifeste pour les fonctionnalités et applications nouvelles.

« Avec six enfants à la maison, on peut dire que mes journées sont mouvementées », confie-t-elle. « Il me faut donc m’organiser efficacement. Grâce au téléphone mobile, je peux me tenir au courant de tout, qu’il s’agisse des réunions prévues avec les parents d’élèves ou encore de savoir à tout moment où se trouvent mes enfants. Beaucoup pensent qu’un tel flot d’informations est source de stress. Pour moi, c’est exactement l’inverse. Savoir que je dispose d’un outil pour m’aider me rassure. Et puis, mon smartphone me sert aussi à me distraire : je joue à des jeux, je m’amuse à tester de nouvelles applications et me connecte à Facebook et à Spotify. »

Maria n’a de cesse de découvrir de nouvelles applications. « Ce que j’aimerais, c’est une application qui, par exemple, soit capable de m’avertir de la disponibilité d’un livre qui m’intéresse ou encore une application qui me permette de commander des médicaments de sorte que je n’ai plus qu’à aller les récupérer à la pharmacie. J’adore fouiner dans la jungle des applications, mais en revanche il n’est pas question pour moi de dépenser plus de 3 ou 4 euros par application. Ainsi, je peux, sans me ruiner, tester tout un tas d’applications et ne garder que celles qui me sont vraiment utiles. »

Les applications sont devenues cruciales

L’histoire de Maria montre pourquoi les applications revêtent une telle importance aux yeux d’Ericsson. Dans sa vision d’un monde tout communicant comprenant plus de 50 milliards d’appareils connectés d’ici 2020, il est en effet essentiel pour Ericsson de développer une approche qui englobe l’ensemble du monde connecté. Quasiment tout le monde et toute chose a le potentiel d’être connecté, que ce soit de machine à machine (M2M), de personne à machine ou de personne à personne.

A ce jour, les applications jouent un rôle crucial dans l’industrie des télécoms. S’inscrivant dans cette tendance, Ericsson a lancé fin 2009 sa propre boutique d’applications : e-Store. Cette plateforme ouverte, qui propose une vaste collection de programmes pour tous les systèmes d’exploitation, permet aux opérateurs de configurer une boutique d’applications spécifique à leurs besoins et, parallèlement à cela, constitue une vitrine pour les développeurs.

Maria Bivesjö est la preuve vivante du pouvoir du téléphone et des applications mobiles à transformer nos vies et à combler le fossé des générations, signe que le monde tout communicant de demain, avec ses 50 milliards d’objets connectés, est en passe de devenir une réalité.

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , ,