Le défi de la technologie IP et de l’interconnexion voix

Par Olivier Cimelière, le vendredi 5 novembre 2010, classé dans IP,Multimédia,Opinion,Réseaux fixes,Réseaux mobiles
Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms est une étape de l’évolution vers une architecture « tout IP »

Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms est une étape de l’évolution vers une architecture « tout IP »

 Ces dix dernières années, les opérateurs télécoms ont fait basculer leurs réseaux centraux filaires et sans fil des technologies MRT (multiplexage par répartition dans le temps) et ATM (mode de transfert asynchrone) au transport IP. Une profonde évolution technologique qui n’est pas sans générer des problématiques techniques cruciales. Trois experts d’Ericsson se penchent sur le sujet. Résumé de l’article disponible en téléchargement.

Le passage à des réseaux « tout IP » implique une évolution de l’interconnexion entre les réseaux des opérateurs. Elle pourrait conduire à une nouvelle organisation de l’interconnexion faisant appel à un réseau de transport intermédiaire, construit soit sur une architecture de transit 100% IP, soit sur une architecture de plates-formes de services (hubs).

Le passage sous IP de l’interconnexion voix entre les réseaux des opérateurs télécoms constitue une autre étape naturelle de l’évolution vers une architecture « tout IP ». Cette transition se traduira par une meilleure exploitation de la bande passante, une qualité de son supérieure et des coûts réduits, et représentera une trajectoire de migration claire vers l’interconnexion multimédia intégrale.

Petit retour historique

Au cours des cinq dernières années, le trafic d’interconnexion international a progressé de façon ininterrompue de 10 à 15 % par an, et les opérateurs de télécommunications mobiles sont devenus des acteurs plus importants dans ce domaine, pour deux raisons principales.

Tout d’abord, le nombre d’abonnés aux réseaux mobiles continue d’augmenter dans le monde entier, essentiellement du fait de la demande sur les marchés en développement et émergents où le taux de pénétration des télécommunications fixes est faible. Ensuite, on constate dans les pays développés une tendance au remplacement du fixe par le mobile, tendance qui s’est accentuée.

En 2002, à l’échelon mondial, le nombre d’abonnés au mobile a dépassé celui des abonnés au fixe. Avec l’augmentation du nombre d’abonnés et des minutes d’utilisation, le trafic d’arrivée des transmissions mobiles a dépassé en 2009 celui des transmissions fixes. Bien que le trafic reste orienté à la hausse, les clients voix communiquant à partir de PC, par exemple avec Skype, ont commencé à court-circuiter les réseaux traditionnels de transit international en passant par Internet. Ces nouveaux entrants ont réussi à capter environ 8 % du volume de trafic voix international. Le développement de la concurrence a entraîné une diminution du prix de l’interconnexion internationale d’environ 7 % par an.

Envie d’en savoir plus et d’approfondir ? Vous pouvez lélécharger l’article complet  (en anglais) de John Baldwin, Jörg Ewert et Soner Yamen à l’adresse suivante : http://www.ericsson.com/res/thecompany/docs/publications/ericsson_review/2010/evolution_voice_interconnect.pdf

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , ,